Herta Müller, Prix Nobel de littérature 2009, l'écriture contre l'oubli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Herta Müller, Prix Nobel de littérature 2009, l'écriture contre l'oubli

Message  Invité le Lun 9 Mai 2011 - 13:54



Herta Müller est née le 17 août 1953, dans le village germanophone de Nitzkydorf, en Roumanie dans la région du Banat, qui compte une minorité souabe. A Nitzkydorf, personne ne parlait le roumain, hormis quelques fonctionnaires chargés de faire régner l'ordre du dictateur Nicolae Ceausescu (1918-1989). Très tôt, Herta Müller s'est rapprochée d'un groupement politique, l'Aktionsgruppe Banat, rassemblant des auteurs germanophones qui revendiquaient la liberté d'expression. C'était à la fin des années 1960, Herta Müller n'avait pas encore commencé à écrire.

Après des études à Timisoara, elle travaille comme traductrice dans une usine de machines d'où elle est renvoyée pour avoir refusé de coopérer avec la Securitate et de donner des renseignements sur ce fameux groupe. Elle vit alors d'expédients. C'est sous la force de l'oppression qu'elle commence à écrire : "J'ai dû apprendre à vivre en écrivant et non l'inverse. Je voulais vivre à la hauteur de mes rêves, c'est tout."

Son premier livre, Niederungen, est publié en 1982, mais expurgé par la censure. Il paraît de façon complète en 1984 en Allemagne de l'Ouest, où Herta Müller va finir par s'exiler en 1987 avec son mari d'alors, l'écrivain Richard Wagner.

Cette arrivée en Allemagne est à la fois une rupture, qu'elle raconte dans Reisende auf einem Bein (1989), et un retour aux sources ; elle y retrouve sa langue d'origine : "Désormais le lien te semble corde". Si elle n'a jamais vraiment parlé roumain, c'est pourtant sa vie en Roumanie sous la dictature de Ceausescu, véritable école de la peur, qui nourrit toute son oeuvre - esthétique de la résistance, littérature contre l'oubli. Voilà vingt ans que Ceausescu est mort et le pays n'a toujours pas fait son autocritique : "En Roumanie, on fait comme si ce passé s'était évanoui dans les airs. Le pays tout entier souffre d'amnésie", écrit Herta Müller.

Toute son oeuvre tourne autour de la dénonciation de cette oppression vécue au quotidien ; c'est ce qui a du reste motivé la décision du comité du Nobel, qui souligne l'aptitude de l'auteur à donner "une image de la vie quotidienne dans une dictature pétrifiée" et à peindre "le paysage des dépossédés". Son dernier livre en date, Atemschaukel (2009, à paraître, en 2010, chez Gallimard sous le titre La Balançoire du souffle) élargit la dénonciation de l'oppression en retraçant la vie d'un prisonnier dans un camp de concentration russe.

Cette position résolument politique est servie par une langue acérée, comprimée et ciselée, souvent difficile, qui emprunte à la fois à la poésie et au langage populaire : "Il est stupide de dire que chaque auteur a sa propre langue, note Herta Müller. Nous en sommes tous réduits à compter sur la langue de ceux qui n'écrivent pas." Une lucidité qui vaut bien un Nobel.




Bien qu'H. Müller n'ait pas parlé publiquement depuis longtemps des personnes ou des livres qui l'ont influencée sur le plan littéraire, elle a attribué ses racines à d'autres sources. La plus importante d'entre elles serait ses études universitaires en littérature allemande et roumaine. En comparant les deux langues, elle relève qu'un concept simple, comme une étoile filante peut être interprétée de façon différente. « Nous ne parlons pas seulement de mots différents, mais aussi de différents mondes. [Par exemple] les Roumains voient une étoile filante et disent que quelqu'un est décédé, alors que les Allemands font un vœu lorsqu'ils voient une étoile filante ». H. Müller poursuit en disant que la musique folklorique roumaine occupe une place particulière dans son cœur. « Quand j'ai entendu Maria Tanase, elle sonnait incroyablement pour moi, c'est alors la première fois que j'ai vraiment ressenti ce que signifie le folklore. La musique folklorique roumaine est liée à l'existence d'une façon très significative ».


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La bascule du souffle

Message  Kashima le Sam 31 Aoû 2013 - 21:06

Je vais prochainement lire La bascule du souffle...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herta Müller, Prix Nobel de littérature 2009, l'écriture contre l'oubli

Message  Invité le Mar 15 Oct 2013 - 1:55

Quant à basculer dans un passé qui est toujours actuel dans l'intelligentsia roumaine, je commencerais par Paul Celan....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Herta Müller, Prix Nobel de littérature 2009, l'écriture contre l'oubli

Message  Kashima le Mer 16 Oct 2013 - 16:35

Je vais lire ce que tu écris à propos : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herta Müller, Prix Nobel de littérature 2009, l'écriture contre l'oubli

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:21


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum