Edencash
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Fnac : 15% de réduction sur toutes les TV de ...
Voir le deal

Petite prose surréaliste : Aldo Qureshi

Aller en bas

Petite prose surréaliste : Aldo Qureshi Empty Petite prose surréaliste : Aldo Qureshi

Message  Kashima Mer 27 Oct 2021 - 10:59

Petite prose surréaliste : Aldo Qureshi 97823710


Une fleur vertébrée de femmes au milieu de l'espace... invitation à pénétrer dans l'univers étrange d'Aldo Qureshi, composé de courts textes, entre la micronouvelle et le poème, qui tissent l'histoire de Sudator 1er :
"tu es la glande sudoripare de l'univers,
tu es le petit père salé de l'océan,
le créateur de la soupe prébiotique,
tu es vraiment le roi de la sueur" (p 20)



Chercher un sens immédiat, une linéarité serait inutile. Mais ces textes se répondent, construisent une histoire suintant du champ lexical de la sueur (de la peine, du mal qu'on se donne, des tristesses?), au milieu d'un réel peu reluisant que magnifient toutes les images et les objets qui parlent ou se personnifient : une serpillère se blottit dans des bras, les langues se transforment en limaces qui "se faufilent entre les chaises" ; on est si seul que l'on se fait l'ami d'une crampe qui sort du plancher, à laquelle on s'attache et qui vous quitte un jour:
"Une petite plainte de bois. Ce grincement,
peut-être que je pourrais me mettre avec lui.
Certes, un grincement, ce n'est pas vraiment une personne
mais c'est quand même quelqu'un" (p 45)



La fille-parfum vit dans une fiole qu'il faudra briser (p 60) ; "la conjugaison du verbe avoir-hâte-qu'elle-soit-là" donne un ton amoureux à la recherche d'emploi (p 19) ; un chien s'écorche pour l'embarras du choix : il n'a pas su quels enfants croquer (p 67).
Il y a aussi le père qui infuse dans la théière et que la mère attrape pour le mettre dans la machine à laver, le même père qui rétrécit, couvert de poils, et que l'on met en cage. Plus loin, il triture une moule géante dans un coin du plafond : "Je cherche une perle"...
Dieu s'incarne dans une grosse mouche qui se nourrit de sueur ; le personnage narrateur demande à une Sainte Vierge écrasant sa cigarette et à son Jésus s'il peut créer sa propre religion.
Et des éclats de poésie, comme dans "Show must go on" (p 76) :



"Dehors un nuage jaune soufre immense
est en train d'aspirer la mer. On voit l'eau bleue
monter dans le ciel à travers les veines jaunes de la tempête.
Un bateau de plaisance est rejeté sur le rivage.
Les touristes encore présents à bord
ont des crabes qui leur sortent de la bouche.
de la soupe de poisson gicle par à-coups sous les sièges.
Le cyclone un mollusque volant qui descend sur le monde.
Le kraken fait trois fois la taille du soleil,
il vient de crever les yeux d'Aphrodite."


Le Roi de la sueur est un drôle d'objet littéraire, qui fait de la poésie avec de la misère. Il est disponible aux éditions de l'Atelier de l'agneau.


CM
Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6535
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum