Sylvie Testud, actrice et romancière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sylvie Testud, actrice et romancière

Message  Kashima le Sam 28 Aoû 2010 - 13:52

Excellente dans l'adaptation au cinéma de Stupeur et tremblements, dans le rôle d'Amélie-san, impressionnante dans Les Blessures assassines dans lequel elle incarne une des deux soeurs Papin, marquante dans Sagan, Sylvie Testud écrit aussi.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire un de ses livres, mais vu hier l'adaptation de Gamines qui relate l'histoire d'enfance de trois soeurs, dont elle, privées de leur père. Un joli film dans lequel on peut remarquer la petite actrice Roxane Monnier incarnant Georgette, la soeur cadette :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il ne faut pas croire les écrivains. Surtout quand ils savent aussi bien jouer la comédie que Sylvie Testud. Et surtout quand ils préviennent en préambule que ce que l’on va lire "est une fiction" et que "toute ressemblance avec des personnes existantes est un peu un hasard." Dès la première page, on sent que l’actrice va nous livrer une partie de sa vie, de son enfance, peut-être une manière pour elle de s’en délivrer. Dans ‘Gamines’, elle fait donc parler d’abord d’une petite fille, Sibylle, dix ans. Elle nous parle de ses deux soeur - Corinne, douze ans, et Georgette, huit ans - de sa mère, d’origine italienne, de ses tantes. Et le père, me direz-vous ? Le père, c’est le sujet paradoxal de l’histoire. Toute la famille parle de lui, souvent, mais toujours à la troisième personne - jamais un prénom - et seulement en l’absence des enfants.
Parce qu’il décrit une enfance désargentée et un peu chaotique, on pourrait s’attendre à un livre noir, plaintif. Il n’en est rien. Porté par les mots gouailleurs et le regard acéré de Sybille sur le monde qui l’entoure, ‘Gamines’ est d’abord un récit plein d’humour, de tendresse et de fraîcheur, au ton facétieux. Avant de se faire plus grave dans le dernier tiers, quand on retrouve Sibylle, plus Sylvie que jamais, vingt ans plus tard. Aux sourires de l’enfance succède alors une grande émotion, empreint d’amertume. Et le regret que les adultes gaspillent parfois leur énergie à rendre très compliquée la plus sibylline des histoires d’amour.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'est l'histoire de l'actrice quand elle ne joue plus, l'histoire d'une fille imaginative et drôle qui planque des couteaux sous ses matelas, se balade avec un ravissant pistolet de dame, s'entraîne au sabre sur ses plantes vertes... Elle a peur de tout : les ombres sur la terrasse sont des junkies fantomas prêts à défoncer ses vélux pour la dépouiller ; le serial killer des infos, son ennemi personnel ; le type qui tourne au coin de la rue, son destin. Et son destin, pense-t-elle, c'est d'être assassinée dans la jungle parisienne. Jusqu'au jour où elle attend un enfant, et qu'elle a peur pour lui !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Énervée, affamée, exténuée, Sylvie Testud nous emmène à une interview au Plaza, sur un tournage en japonais, acheter du plâtre au BHV, faire l'amour devant vingt personnes pendant huit heures, essayer des robes chez Chanel pour les Césars, tout en refusant d'embrasser un serpent ou de sauter par la fenêtre... Le quotidien d'une actrice, en somme. Sauf que Sylvie Testud fait montre d'un regard extrêmement lucide. Comment entre-t-on dans un rôle ? Comment apprend-on à l'aimer, comment le quitte-t-on, comment dire non, comment dire oui ? Où est la limite entre la vie qu'on vit et la vie qu'on joue ? Et si notre existence était un interminable casting ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'est celui-là que j'ai envie de lire...

(résumé : source évène)


* 2003 : Il n'y a pas beaucoup d'étoiles ce soir - Autobiographie - Éditions Pauvert
* 2005 : Le ciel t'aidera - Roman - Éditions Fayard
* 2006 : Gamines - Roman - Éditions Fayard

Filmographie :

* 1996 : Au-delà du silence (Jenseits der Stille) de Caroline Link
* 1998 : Karnaval de Thomas Vincent
* 1999 : Pünktchen und Anton de Caroline Link , d'après un roman pour enfants d'Erich Kästner
* 2000 : La Captive de Chantal Akerman
* 2000 : Sade de Benoît Jacquot
* 2000 : Les Blessures assassines de Jean-Pierre Denis (troublant)
* 2001 : The Château de Jesse Peretz
* 2001 : Je rentre à la maison de Manoel de Oliveira
* 2002 : Der Gläserne Blick de Markus Heltschl
* 2002 : Jedermanns Fest de Fritz Lehner
* 2002 : Un moment de bonheur de Antoine Santana
* 2002 : Les Femmes... ou les enfants d'abord... de Manuel Poirier
* 2002 : Tangos volés de Eduardo de Gregorio
* 2002 : Aime ton père de Jacob Berger
* 2002 : Vivre me tue de Jean-Pierre Sinapi
* 2002 : Dédales de René Manzor
* 2003 : Stupeur et tremblements d'Alain Corneau (performance!)
* 2003 : Filles uniques de Pierre Jolivet
* 2003 : Dédales de René Manzor, musique de Jean-Félix Lalanne
* 2004 : Demain on déménage de Chantal Akerman
* 2004 : Tout pour l'oseille de Bertrand Van Effenterre
* 2004 : Cause toujours ! de Jeanne Labrune
* 2004 : Victoire de Stéphanie Murat
* 2004 : Les Mots bleus d'Alain Corneau
* 2005 : La vie est à nous ! de Gérard Krawczyk
* 2006 : L'Héritage de Gela et Témur Babluani
* 2006 : La Môme d'Olivier Dahan
* 2007 : La France de Serge Bozon
* 2007 : Ce que mes yeux ont vu de Laurent de Bartillat
* 2008 : Sagan de Diane Kurys
* 2008 : L'Idiot de Pierre Léon
* 2009 : Je ne dis pas non de Iliana Lolitch
* 2009 : Lucky Luke de James Huth
* 2009 : Vengeance de Johnnie To
* 2009 : Gamines d'Éléonore Faucher
* 2009 : Lourdes de Jessica Hausner
* 2010 : Le Bonheur de Pierre de Robert Ménard
* 2010 : La Rafle de Roselyne Bosch (http://edencash.forumactif.org/sur-les-ecrans-f6/qolno-a-autour-d-israel-t32-30.htm?highlight=rafle)
* 2010 : Mumu de Joël Séria (dont je parlerai bientôt)
* 2010 : Avant l'aube de Raphaël Jacoulot
* 2011 : L'Ordre et la Morale de Mathieu Kassovitz


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Ci-dessous, Amélie Nothomb et Sylvie Testud parlent de Stupeur et Tremblements...
Pour la collection « Classiques et contemporains », Amélie Nothomb et Sylvie Testud ont accepté de répondre aux questions de Josiane Grinfas, auteur de l'appareil pédagogique de Stupeur et Tremblements.

le 28/06/2007. En savoir plus sur Amélie NOTHOMB
Josiane Grinfas : Quel genre attribueriez-vous à votre récit ? Autobiographie ou fiction ?
Amélie Nothomb : Stupeur et Tremblements est entièrement autobiographique. Mais je suis une romancière et, pour moi, il suffit qu'on raconte quelque chose en travaillant le style pour écrire un roman. Cette histoire m'est arrivée à 100 % : j'ai seulement déguisé les noms de la compagnie et des personnages.
J. G. : Quelle relation établissez-vous entre expérience de vie et écriture ?
A. N. : Il me faut un délai très long entre l'expérience et l'écriture. C'est un travail de digestion très lent. L'expérience Yumimoto date de 1990, Stupeur et Tremblements de 1998 : il s’agit du récit d'une humiliation, il m'a sans doute fallu ce temps pour reconstruire une image de moi. J'ai été la première étonnée de rédiger ce texte, de le publier. C'était tellement inconscient, irréfléchi, instinctif... Mais j'étais comme enceinte de ce livre.
J. G. : Et vous, Sylvie Testud, comment avez-vous envisagé de rendre cette expérience ?
Sylvie Testud : Stupeur et Tremblements est le premier roman d'Amélie Nothomb que j'ai lu, avant même qu'Alain Corneau me propose le rôle. Il m'a beaucoup fait rire et le rire, ce n'est pas forcément que l'on se moque ; c'était le début d'un vrai sentiment incontrôlable. Le personnage a une force bien plus grande que moi : je me serais tout de suite mise en opposition. J'aurais tout de suite pris l'avion et je serais rentrée.
Amélie avait un souvenir du Japon, un souvenir de petite fille et elle éprouve une grande déception : cette manière qu'elle a de regarder le Japon n'est pas fabricable. Mon métier, c'est d'enquêter sur le personnage et j'avais peur d'être moins sincère qu'elle, d'introduire le calcul à l'intérieur de ça : quelqu'un qui va au plus profond de soi sans jamais se perdre.
J. G. : Quelle est la fonction de l'humour dans la reconstruction de cette expérience ?
A. N. : J'ai écrit ce livre de la seule manière possible : avec humour ; et quand j'ai vu le film, je me suis rendu compte que Sylvie donnait une image de cette expérience bien plus conforme à la réalité. Dès le début du film, elle s'oppose ; moi aussi, je m'opposais ; pas comme à l'occidentale, mais bien plus que le système japonais ne l'autorise. Elle va plus loin que le texte pour retrouver le vrai souvenir. Elle ressemble à Amélie plus que moi !
S. T. : C'est parce qu'au cinéma, tout va vite et s'impose, alors que pour entrer dans une histoire aussi intime, on a besoin de temps. Le plus difficile à trouver dans le personnage, c'est son rythme.
J. G. : Dans cette expérience, le langage semble être un corset ...
A. N. : Et surtout pour une femme ! Au Japon, le langage féminin est bien plus codifié que le masculin. Le Japonais est aussi la langue des niveaux de langue. Il y a même des mots qu'on n'emploie pas. Dire « ce n'est pas vrai » est presque une déclaration de guerre. La narratrice fait beaucoup d'erreurs, il lui arrive beaucoup d'accidents par le biais du langage, alors qu'elle souhaite devenir une vraie Japonaise. Même en m'efforçant d'entrer dans ce corset linguistique- chose que je réussissais plutôt bien- je faisais d'inévitables erreurs.
Et en face d'Amélie, il y a le corps du vice-président : chez lui, le corps déborde sur le langage ; mais il a presque tous les droits : il est le vice-président !
J. G. : Sylvie Testud, comment avez-vous abordé le japonais ?
S. T. : Comme une enfant qui doit apprendre une poésie. J'ai appris mille cent phrases, mais moi, je ne fais que donner l'illusion. À la fin, je n'en pouvais plus de parler le japonais ; j'étais en sueur, écrasée par le japonais !
J. G. : En refermant le livre, on a le sentiment que la société japonaise est un mélange de beauté et de monstruosité...
A. N. : De la beauté, oui ; et qui ne s'incarne pas seulement dans le personnage de Fubuki. Dans le système aussi, il y a une réelle beauté : dans l'égalitarisme social, par exemple, ou dans l'attitude des employés. Le système n'ouvre aucune possibilité de solidarité ; et pourtant elle s'exerce, au sein même de cette impossibilité, dans la scène du boycott. J'ai été choquée de lire que Stupeur et Tremblements était un livre de haine contre le Japon... Il y a seulement dans ce récit des personnages qui symbolisent la dualité du Japon : parfois répugnants, parfois magnifiques...
J. G. : Fubuki est un de ceux-là ... La relation entre Amélie et elle est faite de fascination, d'un désir trouble , comme la soumission à une divinité ...
A. N. : Oui, le désir apparaît dans le langage intérieur de la narratrice. Les sentiments qu'elle éprouve pour Fubuki sont ceux qu'elle éprouve pour le Japon tout entier. Car Fubuki est l'incarnation du Japon dans ce qu'il a de plus beau, de plus fascinant, de plus divin. Et vous pouvez parler d'érotisme.
J. G. : Comment expliqueriez-vous le succès qu'ont vos livres auprès des adolescents ?
A. N. : Je suis incapable de l'expliquer...
S. T. : J'ai peut-être une interprétation... Amélie Nothomb n'a pas perdu son insolence d'adolescente ; il y a aussi dans ce qu'elle écrit une cruauté qui est vraie et que les adultes ont tendance à gommer...
J. G. : Que diriez-vous de cette insolence?
A. N. : Beaucoup d'adolescents m'ont dit que la narratrice ne se révoltait pas assez ; c'était la révolte qui voulait rester. Mais pour moi, Stupeur et Tremblements est le récit a posteriori d'une Japonaise ratée ...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sylvie Testud, actrice et romancière

Message  Invité le Dim 29 Aoû 2010 - 18:53

Quelle femme brillante...!Smile

Scincère, immense interprête, sa profondeur et sa simplicité me touchent; ses livres sont comme des particules d'elle ...
Elle est bluffante Sylvie car être apte à livrer ses émotions avec autant de générosité est RARE!!!


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sylvie Testud, actrice et romancière

Message  Kashima le Dim 29 Aoû 2010 - 21:00

La photo sur ta page, très belle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sylvie Testud, actrice et romancière

Message  Invité le Mar 31 Aoû 2010 - 20:46

j'ai revu Sagan sur arté la semaine dernière. Quel beau téléfilm !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sylvie Testud, actrice et romancière

Message  Kashima le Mar 31 Aoû 2010 - 21:41

Beaucoup aimé ce film et son interprétation. Maintenant, quand je vois Testud, je ne peux m'empêcher de voir Sagan!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sylvie Testud, actrice et romancière

Message  Johnny le Mar 31 Aoû 2010 - 22:21

Pour ma part, elle m'a surtout bluffé dans le rôle de Christine Papin, dans Les Blessures Assassines, cette jeune femme meurtrière et entretenant une liaison incestueuse avec sa soeur...

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sylvie Testud, actrice et romancière

Message  Invité le Mar 31 Aoû 2010 - 22:48

c'est vrai, la ressemblance était incroyable, à certains moments on ne savait pas si l'on voyait Testud ou Sagan. Mais surtout dans sa façon de se tenir, légèrement penchée, tout y était. J'ai arrêté avant la fin, trop émouvant. Je n'ai pas vu beaucoup de films d'elle. A voir la liste, j'ai le choix.
Rediffusion 4 septembre à 14h30 sur Arte

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sylvie Testud, actrice et romancière

Message  Kashima le Mer 1 Sep 2010 - 13:42

Les blessures assassines et Stupeur et tremblements, à ne pas manquer!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

La vie d'une autre

Message  Kashima le Dim 19 Aoû 2012 - 7:17

... et réalisatrice d'un "film catastrophe" : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sylvie Testud, actrice et romancière

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:56


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum