Pour passer un bon moment, un film?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Filles perdues, cheveux gras

Message  Kashima le Dim 17 Avr 2011 - 20:32


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Même si le dernier quart d'heure est de trop et vire au délire total, il faut regarder ce film quand on est (c'est une suggestion) dans la souffrance amoureuse, car on trouve en ces femmes incarnées par Amira Casar, Olivia Bonamy et Marina Foïs le réconfort et les sourires qu'on attend.

La comédie est chantée. Voici un des passages qui donne une idée de ce film sorti en 2002 :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le passage sur l'enterrement du chat est aussi drôle (et dur) - car on trouve d'autres choses derrière la dérision, dans ce film.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je m'y suis retrouvée parfois...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

D'amour et d'eau fraîche

Message  Kashima le Ven 29 Avr 2011 - 22:44

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Julie Bataille, 23 ans, a fait 5 ans de lettres modernes et une année d'étude en plus, en communication. Elle a du mal à trouver du travail, ou un métier auquel elle puisse s'adapter. Elle rencontre Ben, un charmant garçon, qui vit en trafiquant. Elle décide de le suivre dans le Sud.

"Ca finit toujours mal, ces histoires.
- Quelles histoires?
- Les histoires de loubards.
- Je croyais que tu parlais des histoires d'amour.
- Non, les histoires d'amour, ça ne finit jamais, si on aime vraiment"


Critique des Inrocks :

Le jeune cinéma d’Isabelle Czajka a des allures de fin de monde – très loin des fantasmes bohèmes que suggère le titre trompeur. Une manière un peu clandestine d’insinuer son pessimisme sourd dans des histoires classiques de middle class crisis ; de dévier ses chroniques naturalistes vers des motifs plus politiques.

Dans son premier film, L’Année suivante, c’était l’image d’Anaïs Demoustier errant dans les allées d’une Fête de l’Huma déserte, en plein deuil de son père – fervent communiste – et de ses idées de révolution.

Dans D’amour et d’eau fraîche, c’est le récit ordinaire de l’insertion d’une jeune diplômée dans l’enfer du travail. Une sorte de Rosetta du milieu, réminiscence de la figure des frères Dardenne dont elle partage le même appétit de revanche sociale, le même désir de “ne pas tomber”.

En quelques séquences âpres, Isabelle Czajka dresse le portrait lo-fi de cette jeune fille en lutte, à laquelle la fidèle Anaïs Demoustier prête ses traits rageurs.

Délesté de tout reflet psychologique, D’amour et d’eau fraîche se destinait a priori à suivre les rails confortables de la chronique réaliste (mise en scène quasi documentaire, narration vagabonde, etc.).

Mais comme l’héroïne du film, licenciée et contrainte à l’errance, le récit glisse brusquement à la marge. En écho au premier drame (intime) qui se noue, c’est toute la mécanique oppressive d’un système économique qui se met à l’œuvre (on se souvient des contre-plongées sur un ciel bardé d’enseignes publicitaires dans L’Année suivante).

Ici encore, quelque chose déborde du cadre : l’histoire se double d’une charge amère contre les dérives d’une société d’exploitation. Rien de neuf… Sauf qu’Isabelle Czajka a retenu la leçon de It’s a Free World! de Ken Loach, cette manière un peu désabusée de bousculer les lignes du cinéma social.

Ainsi ces plans désincarnés, très beaux, où Anaïs Demoustier se vautre in extenso dans la prostitution, reconduisant le schéma d’exploitation contre lequel elle luttait. Dommage, alors, que D’amour et d’eau fraîche n’offre comme unique remède à cette organisation du monde qu’un vieux mythe romantique. [et quel remède proposez-vous, vous?]


Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour passer un bon moment, un film?

Message  Nicole le Sam 30 Avr 2011 - 13:05

Kashima a écrit:[...] n’offre comme unique remède à cette organisation du monde qu’un vieux mythe romantique. [et quel remède proposez-vous, vous?]
« Ça c’est une bonne question », déclara la vieille Nicole, habituée à faire la moule sur son rocher...

Bon, sans rire, je suis allée voir la bande annonce, D'amour et d'eau fraîche a effectivement l'air prometteur.

bisou x 1001.
Nicole.

Nicole
Les limbes

Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 05/10/2010

http://nicole.garreau.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Les chemins de la liberté

Message  Kashima le Sam 16 Juil 2011 - 10:54

Enfin, passer un bon moment, si on peut dire... Un groupe d'hommes s'échappe d'un goulag en Sibérie. Ces fugitifs vont parcourir à pied 6500 km, dans la glace ou le désert, avant d'atteindre l'Inde (en passant par l'Himalaya).
C'est une sorte de marche de la mort qui mène à la liberté.
Ils sont victimes du régime soviétique et de l'accord signé entre Hitler et Staline sur le partage de la Pologne en 1939.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Sur le même sujet, ce livre adapté au cinéma lui aussi (en 2001):

En août 1944, Clemens Forell, infortuné bidasse allemand enrôlé sous la bannière du Reich, laisse derrière lui femme et enfant pour aller se battre sur le front russe. Un an plus tard, capturé par l’Armée Rouge, il se voit refuser le statut de prisonnier de guerre et écope d’une condamnation à vingt ans de bagne – car il s’agit de fournir en main-d’oeuvre les terribles mines mises en exploitation au-delà de la Kolyma, près du détroit de Béring… Après trois longues années passées sous terre, dans des conditions effroyables, Forell parvient à s’évader et entame une odyssée terrestre dont il ne mesure pas d’abord l’impossibilité. Il ne sait qu’une chose : il doit faire route vers le sud-ouest, sans faiblir.
Il connaîtra le froid de la toundra, la faim, les loups, la trahison des compagnons de hasard, le découragement, la peur – la peur surtout. Mais aussi les rencontres inespérées, les inconnus qui prennent des risques pour lui venir en aide – et l’amitié d’un chien qui le consolera de tout. Au bout de trois ans et deux mois de marche, quatorze mille kilomètres d’errance traquée (il ignore le russe et se trouve toujours à la merci d’une dénonciation), il parviendra à franchir la frontière de l’Iran, secouru jusqu’au bout par quelques âmes courageuses sensibles à sa détresse (parmi lesquelles – ironie de l’Histoire – un Juif allemand exilé en terre musulmane…).
Une aventure parfaitement inhumaine, ramenée comme par miracle aux dimensions de la simple humanité.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Libre échange

Message  Kashima le Ven 19 Aoû 2011 - 10:31



C'est gentillet, avec de bonnes actrices, et ça a le mérite de ne pas traîner en longueur (1h11, c'est rare!).
Julie Depardieu en naïve, amoureuse éternelle, et Carole Bouquet en prostituée sur le tard : quand les deux se rencontrent, ça fait une comédie très classique, mais agréable.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Kashima le Mar 21 Aoû 2012 - 11:29, édité 1 fois

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour passer un bon moment, un film?

Message  Nicole le Ven 19 Aoû 2011 - 11:24

I love you Je n'ai pas vu le film, mais Carole Bouquet étant naturellement divine et Julie Depardieu naturellement exquise...

bisou 1001.
Nicole.

Nicole
Les limbes

Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 05/10/2010

http://nicole.garreau.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour passer un bon moment, un film?

Message  Kashima le Ven 19 Aoû 2011 - 11:37

J'ai ricané plusieurs fois! En pute de luxe au langage cru, elle est excellente.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi tu pleures?

Message  Kashima le Mar 25 Oct 2011 - 12:24

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Drive

Message  Kashima le Mar 14 Fév 2012 - 17:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Drive raconte l'histoire d'un doubleur cascadeur au cinéma, on l'appelle The Driver. Il mène une vie plutôt tranquille, c'est un homme peu bavard. Il sympathise avec sa voisine, une jeune femme qui vit seule avec son fils car son mari, Standard, est en prison.
Quand ce dernier va retrouver la liberté, les ennuis commencent.

C'est un film sombre qui montre le basculement d'un homme sans histoires du côté du crime et de la mafia. Intéressant... Tournée sur une bande originale très début année 80 (on dirait une Stéphanie de Monaco américaine, écouter ci-dessous!),tout comme les générique, le film est plutôt singulier.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Radiostars

Message  Kashima le Dim 9 Sep 2012 - 9:45

Radiostars raconte l'histoire d'une bande d'animateur du "Breakfast" sur "Blastfm". L'audience baisse, la radio est passée 2e et le patron leur ordonne de faire une tournée d'été pour remonter les scores. Dans la bande, il y a l'animateur vedette, depuis quinze ans, en perte de vitesse, et Alex, l'humoriste qui monte grâce aux textes écrits par un nouveau de l'équipe, Ben.
C'est divertissant, on se prend bien au jeu de ces hommes qui sont encore un peu des ados.

Une des scènes que j'ai préférées est celle du rappeur. L'équipe se retrouve avec le gros dur dans sa voiture : le rappeur qui souffre!

"C'est la folie douce de l'artiste."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Une bonne comédie!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les saveurs du palais

Message  Kashima le Sam 19 Jan 2013 - 11:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On ressort forcément en salivant de ce film qui raconte l'histoire d'Hortense Laborie, cuisinière privée à l'Elysée durant deux ans sous François Mitterrand :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un bon moment culinaire, avec Catherine Frot, toujours très convaincante!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Paperboy

Message  Kashima le Ven 15 Fév 2013 - 8:42

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vraiment un très bon film, avec des personnages qui sont tous passionnants, une histoire qui nous tient en haleine, qui mêle enquête journalistique, initiation amoureuse et regard sur une société américaine de la fin des années 60 :

1969, Lately, Floride. Ward Jansen, reporter au Miami Times, revient dans sa ville natale, accompagné de son partenaire d’écriture Yardley Acheman. Venus à la demande de Charlotte, femme énigmatique qui entretient une correspondance avec des détenus dans le couloir de la mort, ils vont enquêter sur le cas Hillary Van Wetter, un chasseur d’alligators qui risque d’être exécuté sans preuves concluantes. Persuadés de tenir l’article qui relancera leur carrière, ils sillonnent la région, conduits par Jack Jansen, le jeune frère de Ward, livreur du journal local à ses heures perdues. Fasciné par la troublante Charlotte, Jack les emmène de la prison de Moat County jusqu’aux marais, où les secrets se font de plus en plus lourds. L’enquête avance au cœur de cette Floride moite et écrasante, et révèle que parfois, la poursuite de la vérité peut être source de bien des maux…

(Allocine)

Jack, Zac Efron, est très bon, il appelle le regard dans ce film où il joue un jeune de 20 ans séduisant qui n'a jamais eu de petite amie et qui tombe amoureux de Charlotte, jouée par Nicole Kidman, cette femme plus vieille que lui, un peu vulgaire mais attachante, vivant ses amours virtuelles avec des détenus auxquels elle écrit des lettres. Le prisonnier dont elle croit s'enticher et que Ward veut innocenter est dégueulasse à souhait : John Cusak parvient à créer un personnage vraiment sale et détestable, qu'on n'a aucune envie de voir libérer.
D'autres choses se greffent dans se film, qui se déroule sur un fond de haine raciale (on est dans le Sud des USA), comme la vie un peu obscure du frère aîné de Jack, Ward. Les moments dans les marais sont moites et effrayants : on a l'impression de faire une visite chez les descendants du film [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]...
Tout est très bien ficelé, tourné, c'est du vrai et bon cinéma!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

La traversée

Message  Kashima le Jeu 7 Mar 2013 - 19:50

La traversée est, dans son genre, un film intrigant : une petite fille part passer des vacances en Écosse avec sa mère chez un ami de la famille. Tandis qu'elle filme la plage, les alentours, elle disparaît. Comme son corps n'est pas retrouvé, on suppose qu'elle est morte.
Deux ans plus tard, le père et la mère reçoivent une étonnante nouvelle : elle est sur l'île!

L'atmosphère sombre est bien posée. La seule chose qui m'a gênée malgré tout, c'est Michaël Young ; bien qu'il fasse son possible pour incarner ce père désespéré et qu'il ne le joue pas mal, je n'ai pas pu m'empêcher de voir sa figure de comique pour ados et d'en être parasitée...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Jappeloup et Au bout du Conte

Message  Kashima le Dim 24 Mar 2013 - 17:56

Pour passer un bon moment, deux films :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jappeloup, qui raconte l'histoire vraie de Pierre Durand et de son cheval, jusqu'à la victoire aux JO de Séoul en 1988. Le film grand public est émouvant, très bien joué.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Au bout du conte est le dernier film d'Agnès Jaoui : une princesse cherche son prince. Sur sa route, elle rencontrera le loup. Mais tout cela est raconté à notre époque! Laura a fait un rêve prémonitoire. Elle voit, dans une soirée, le jeune homme de son rêve : c'est Sandro et c'est le coup de foudre! Très vite, ils vont vouloir se marier.
Dans les bois, alors qu'elle est toute de rouge vêtue et qu'elle se rend chez sa tante, elle hésite entre deux chemins. Un homme mystérieux et ténébreux (joué par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]) la conseille.
A côté de cela, il y a l'histoire d'un homme (Bacri) à qui l'on a annoncé la date de sa mort : il ne croit pas aux superstitions, il est plutôt misanthrope, râleur. Et pourtant... La tante de Laura (Agnès Jaoui) a décidé de retrouver sa liberté en divorçant, mais elle se rend compte qu'elle est perdue.
Tout cela s'enchevêtre et donne un film aux dialogues drôles, un film bien joué et plaisant.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Alceste à bicyclette

Message  Kashima le Sam 18 Mai 2013 - 20:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Gautier est un acteur qui connaît le succès dans la série Docteur Morange diffusée par TF1. Il veut monter Le Misanthrope et, pour jouer le rôle de Philinte, il a pensé à un ami qui s'est retiré du métier, après avoir été dégoûté du comportement des gens. Serge vit à l'Île de Ré, dans une maison qu'il a reçue par hasard d'une connaissance. Il est plutôt rustre, vit seul, à peindre, à se promener à bicyclette : il est loin du monde.
Le film nous montre les retrouvailles de Gautier et de Serge, leurs répétitions, leur vie durant huit jours. Les caractères des personnages sont bien travaillés, ce n'est pas tout blanc ou tout noir. On s'y intéresse, on rit et le propos peut être aussi plus sérieux.
Un film qui fait passer un bon moment et qui sait mettre en abîme le texte de Molière.

PS : Et j'avais détesté Les Femmes du 6e étage, une belle connerie. Comme quoi!


Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Maestro

Message  Kashima le Ven 26 Déc 2014 - 12:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Henri est un jeune acteur qui n'a jamais fait de cinéma, qui tourne des publicités et n'a pas une très grande culture. Il vit en collocation avec un ami aussi, en adolescent attardé.
Un jour, sa meilleure amie l'incite à se présenter chez Cédric Rovère, un cinéaste très réputé (qui n'est autre qu'Eric Rohmer) : il veut réaliser L'Astrée d'Honoré d'Urfé.
C'est le choc des cultures : Henri s'attend à être dans un cinq étoiles. Il se retrouve dans une demeure champêtre, loin de tout, dans un monde qui est loin de son monde superficiel et décérébré.
J'ai beaucoup aimé ce film, drôle, plaisant, qui met en scène le choc des cultures et qui montre comment un jeune homme, par des rencontres, va s'élever, s'intéresser peu à peu à la poésie, voir le monde autrement qu'à travers Bruce Willis et Fast and furious.
Ce film montre un cinéma qui n'existe plus ou tend à disparaître : Cédric Rovère réalise des films vrais et se désintéresse des contingences (ce qui fait s'arracher les cheveux à ses assistantes!).
A côté de cela, Henri a envie de séduire une des actrices du film, une jeune femme qui n'est pas de son monde et qui est assez méprisante. Son amie Pauline est aussi intéressée par elle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Plein de petites scènes agréables dans ce film, comme celle où le jeune Henri fait un cours de grammaire moderne au réalisateur vieillissant qui lui demande : "Ca veut dire quoi, je kiffe gros"?
Henri explique qu'on peut kiffer un tournage, mais pas kiffer tourner, il lui explique la transitivité étrange de ce verbe et Cédric Rovère lui répond en soulignant combien c'est subtil. Il n'y a pas de dédain chez le réalisateur, qui semble sentir que de cet Henri, on peut tirer quelque chose.

Un très bon moment! Divertissant, tendre, apaisant et qui a quelque chose à dire.
Ce film a été réalisé en hommage à la rencontre de Jocelyn Quivrin et Eric Rohmer, morts tous deux à quelques mois d'intervalle. C'est d'ailleurs Quivrin qui aurait dû faire Maestro.




Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour passer un bon moment, un film?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:09


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum