Jeanne Galzy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeanne Galzy

Message  Kashima le Ven 6 Sep 2013 - 18:42

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Qui est cette auteur méconnue, autrefois publiée chez Gallimard? Voici ce qu'on trouve sur Wikipedia :

Jeanne Galzy (Montpellier, 1883 - Montpellier, 1977) était une romancière et biographe française, membre du jury du Prix Femina.

De son vrai nom Louise Jeanne Baraduc, elle était la fille d'un négociant et d'une poétesse non éditée. Elle grandit dans un milieu protestant et fit des études supérieures, fait rarissime pour une jeune fille à l'époque. Elle fut notamment Sévrienne et sortit de l'École Normale Supérieure titulaire d'une agrégation de lettres classiques.

Durant ses premières années d'enseignement, elle souffrit d'une maladie des os qui la conduisit en convalescence à Berck. Elle se servit de cette expérience pour écrire Les Allongés, qui reçut le Prix Femina en 1923. Ayant repris l'enseignement, elle fut victime d'une rechute, et se voua finalement à l'écriture.

Avec L'Initiatrice aux mains vides, elle livra un roman d'amour lesbien entre un professeur et une élève, à ranger entre Olivia de Dorothy Bussy, Jeunes Filles en uniforme de Christa Winsloe, et les œuvres de Violette Leduc ou de Jeanette Winterson, sans oublier La Bonifas de Jacques de Lacretelle. Jeunes Filles en serre chaude (1934) se voulait le portrait des élèves de l'École normale supérieure de Sèvres avant 1914.

Jeanne Galzy devint membre du jury du Prix Femina en 1964, et le resta jusqu'en 1977. En 1969, elle commença une tétralogie située dans le milieu protestant au début du XXe siècle, La Surprise de vivre. On y retrouve sur plusieurs générations le désir lesbien en butte à la morale bourgeoise, spécialement dans la société protestante du Midi.

Jeanne Galzy a donné son nom à un bâtiment de l'Université Montpellier III et à un Club de loisirs pour le troisième âge de la même ville.

Elle est inhumée au cimetière protestant de Montpellier.



Une femme qui donne très envie d'être lue!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Jeanne Galzy, L'initiatrice aux mains vides

Message  Kashima le Dim 8 Sep 2013 - 11:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Première lecture de Jeanne Galzy : L'initiatrice aux mains vides. Un peu déçue, sans doute par rapport à ce que j'en attendais, une histoire d'amour entre une élève et son professeur comme dans Jeunes filles en uniforme ou Claudine à l'école.
Il ne faut pas lire ce livre en s'attendant à cela. Marie Pascal est professeur de Lycée (collège actuel). Elle a des cinquièmes et elle est très attachée aux jeunes filles qui sont ses élèves. Elle ne vit que pour l'enseignement, dans une profonde solitude, aime corriger ses copies, trouve longues les vacances. Orpheline, elle a toujours vécu avec ses grands-parents qu'elle retourne voir à chaque période de congés. Sinon, elle vit seule dans son appartement à Amiens, dans les brumes humides de Picardie.
Un jour, dans une rédaction, elle est touchée par une phrase : l'élève a écrit qu'elle avait le coeur brisé à chaque fois qu'elle entendait rire sa mère. A cette enfant manque son père mort. A partir de là, Marie Pascal remarque Annette Rieu et ne peut détacher ni son regard ni ses pensées d'elle. Comme la jeune fille le remarque, elle se passionne elle aussi de son côté pour son professeur.
L'élève nous est toujours présentée comme une enfant : rien de sensuel, de charnel. Malheureusement, on est dans une histoire de femme frustrée de maternité, une femme qui a aperçu un jour l'ombre d'un homme qu'elle a aimé très brièvement. C'est un récit de solitude, d'amour maternel à combler. Rien à voir avec une histoire d'amour lesbien! Marie Pascal veut posséder cette enfant, devenir sa mère à la place de celle qu'elle a déjà. Rien de subversif dans cela, juste beaucoup de manque, de vide...
Alors, vu la présentation faite de Jeanne Galzy, je m'attendais à tout autre chose! Le texte est bien écrit, mais l'ensemble a un goût désuet, et ça devient longuet... On n'a pas envie en plus que les lesbiennes soient confondues avec ces femmes en manque d'enfants et d'hommes! Mais on ne peut le reprocher à l'auteur qui ne fait jamais de son personnage une femme attirée par d'autres femmes. Voilà ce que c'est d'avoir un horizon de lecture qu'on s'invente!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Jeanne Galzy - oeuvres

Message  Kashima le Dim 8 Sep 2013 - 11:56


Les Allongés, F. Rieder et cie, 1923 ; rééd. Gallimard, 1975.
La Femme chez les garçons, F. Rieder et cie, 1924.
La Grand rue, Rieder et cie, 1925.
Le Retour dans la vie, F. Rieder et cie, 1926.
Sainte Thérèse d'Avila, 1927.
Les Démons de la solitude, 1931.
L'Initiatrice aux mains vides, Ed. Rieder, 1929.
Le retour dans la vie, 1929.
Jeunes Filles en serre chaude, Gallimard, 1934.
Le Village rêve, NRF, 1935.
Catherine de Médicis, NRF "Leurs figures", 1936.
Les Démons de la solitude, Rieder, 1936.
Margot, reine sans royaume, NRF "Leurs Figures", 1939.
Les Oiseaux des îles, NRF, 1941.
Pays perdu, NRF, 1943.
Diane de Ganges, 1943.
La cage de fer, NRF, 1946.
George Sand, Julliard, 1950.
La Femme étrangère, 1950.
La Jeunesse déchirée, 1952.
Celle qui vint d'ailleurs, 1958.
La Fille, 1961
La Surprise de vivre
La Surprise de vivre, Gallimard NRF, 1969 ; Double Interligne, 1997.
Les Sources vives : la surprise de vivre II, NRF, 1971.
La Cavalière : la surpride de vivre III, NRF, 1974 ; Double Interligne, 2000.
Le Rossignol aveugle : la surprise de vivre IV, NRF, 1976.
"Jeanne Galzy, romancière ou la surprise de vivre - biographie de Raymond Huard -Éditions Inclinaison - 2009

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Allongés

Message  Kashima le Dim 22 Sep 2013 - 9:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Deuxième livre de Jeanne Galzy que je lis, avec l'envie d'aimer ce que je vais y trouver.
Malheureusement, Les Allongés, je l'ai abandonné encore plus vite que L'initiatrice aux mains vides. Je n'ai pas réussi à m'y intéresser malgré la bonne volonté que j'y mets.
A Berk, la narratrice se retrouve dans une maison pour personne qui souffrent de diverses maladies. C'est à la fois un hôpital et un mouroir dont certains parviennent à sortir quand même. Elle est atteinte d'une terrible maladie des os.
La dimension autobiographique aurait dû rehausser le récit, mais très vite, on s'ennuie. Sujet en or, pourtant, avec des personnages qui auraient pu rendre l'histoire fulgurante. La monotonie n'a pas trouvé sa direction littéraire.
Je vais persister et tenter, dès que je pourrai, Jeunes filles en serre chaude.
Mais, pour le moment, en dépit de tout l'intérêt que peut susciter cette femme et auteur, je n'ai pas trouvé de quoi me réjouir dans ses écrits.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne Galzy

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum