Edencash
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -34%
[CDAV] SAMSUNG Galaxy S20FE 128Go 5G Bleu à ...
Voir le deal
329 €

Les élégies

Aller en bas

Les élégies Empty Les élégies

Message  Kashima Jeu 25 Déc 2008 - 21:00

"Dire hélas", "e legein", souvent pour parler d'amour.
Je ne commencerai pas par les poètes latins qui font mes délices, mais par la découverte, grâce à Ézéchiel, de Théophile de Viau :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Cruelle, à quel propos prolonges-tu ma peine ?
Qui t'a sollicitée à renouer ma chaîne,
Quel démon ennemi de mes contentements
Me vient remettre encore en tes enchantements ?
Mon mal allait finir, et déjà ma pensée
Ne gardait plus de toi qu'une Image effacée,
Ma fièvre n'avait plus que ce frisson léger,
Qui du dernier accès achève le danger :
Encore un jour ou deux de ton ingratitude,
Et j'allais pour jamais sortir de servitude,
Ce n'était plus l'Amour qui guidait mon désir,
Il m'avait achevé sa peine et son plaisir ;
Je songeais aux douceurs que ce printemps présente,
Mes yeux trouvaient déjà la campagne plaisante,
Nous avions fait dessein mon cher Damon et moi
D'être absents quelques jours de Paris et de toi,
Pour faire évanouir les restes de la flamme,
Qui si subitement ont rallumé mon âme
:
Tout du premier objet ses charmes inhumains
Ont reblessé mon cœur et rattaché mes mains,
Il n'a fallu qu'un mot de cette voix traîtresse,
Que voir encore un coup les yeux de ma Maîtresse.
Au moins s'il se pouvait qu'un désir mutuel
Nous eût lié tous deux d'un joug perpétuel,
Que jamais son caprice, et jamais ma colère,
N'altérât en nos cœurs le souci de nous plaire,
Jamais de nos plaisirs n'interrompît le cours,
Je serais bien heureux de l'adorer toujours.
Lorsqu'à l'extrémité ma passion pressée
Se voit de ton accueil tant soit peu caressée,
Et que ta complaisance, ou d'aise, ou de pitié,
Ne laisse pas longtemps languir mon amitié,
Je sens dans mes esprits se répandre une joie
Qui passe tous les biens que la Fortune envoie.
Si Dieu me faisait Roi je serais moins content,
L'empire du Soleil ne me plairait pas tant,
Au sortir des plaisirs que ta beauté me donne,
Je foulerais aux pieds l'éclat d'une Couronne,
Et dans les vanités où tu me viens ravir,
Je tiendrais glorieux un Roi de me servir.
Sans toi pour m'enrichir Nature est infertile,
Et pour me réjouir Paris même inutile ;
Toi seule es le trésor, et l'objet précieux,
Où veillent sans repos mon esprit et mes yeux,
Et selon que ton œil me rebute ou me flatte,
Dans le mien ou la joie ou la fureur éclate.
Quand mes désirs pressés du feu qui les poursuit,
Cherchent dans tes faveurs une amoureuse nuit,
Si peu que ton humeur refuse à mon envie,
Tu fais pis mille fois que m'arracher la vie.
Souviens-toi, je te prie, à quel point de douleur
Me fit venir l'excès de mon dernier malheur,
Combien que mon respect avecque des contraintes
Se veulent efforcer de retenir mes plaintes,
Tu sais dans quels tourments j'attendis le Soleil,
Et par quels accidents je rompis ton sommeil.
Penché dessus les bords d'un gouffre inévitable,
Tu me vis supporter un mal insupportable,
Un mal où mon destin te faisait consentir,
Quoiqu'il t'en préparât un peu de repentir.
Dans le ressentiment de ce cruel outrage,
Ma raison par dépit éveilla mon courage,
Je fis lors un dessein de séparer de moi
Cette part de mon cœur qui vit avecque toi,
De ne songer jamais à retrouver la trace,
Par où déjà souvent j'avais cherché ta grâce.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Damon était toujours auprès de mon esprit,
Pour l'assister, au cas que son mal le reprît ;
Je rappelais déjà le jeu, la bonne chère,
Ma douleur tous les jours devenait plus légère,
Je dormis la moitié de la seconde nuit,
L'absence travaillait avec beaucoup de fruit,
Déjà d'autres Beautés avec assez de charmes
Divertissaient ma peine et tarissaient mes larmes,
Leur naturel facile à mon affection
Avait mis ton esclave à leur dévotion,
Et comme une amitié par une autre s'efface,
Chez moi d'autres objets avaient gagné ta place,
Lorsque ta repentance ou plutôt ton orgueil,
Irrité que mes maux étaient dans le cercueil,
Me ramena tes yeux, qui chez moi retrouvèrent
La même intelligence alors qu'ils arrivèrent.

Tes regards n'eurent pas examiné les miens
Que je me retrouvai dans mes premiers liens ;
Ma raison se dédit, mes sens à ton entrée
Sentent qu'un nouveau mal les blesse, et les recrée,
Et du même moment qu'ils ont connu leurs fers,
Ils n'ont pu empêcher qu'ils ne s'y soient offerts.

Caliste, s'il est vrai que ton cœur soit sensible
Au feu qui me consume et qui t'est bien visible,
S'il est vrai que tes yeux lorsqu'ils me vont blesser
Ont de la confidence avecque ton penser,
Que ma possession te donne un peu de gloire,
Que jamais mon objet ait flatté ta mémoire
Ainsi que tes regards, ta voix et ton beau teint
Ont leur portrait fidèle en mon cœur bien empreint,
Considère souvent quel plaisir, quelle peine,
Me fait comme tu veux ton Amour ou ta haine.

Pardonne à ma fureur une importunité,
Qu'elle ne te fait point avec impunité :
Car je veux que le Ciel m'accable du tonnerre,
Si toujours ma raison ne lui fait point la guerre,
Et je crois que le temps m'assistera si bien
Qu'enfin j'accorderai ton désir et le mien.


:heartrain:

Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6540
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les élégies Empty Elégie, XV

Message  Kashima Sam 27 Déc 2008 - 13:28

Seconde partie, XV

Depuis ce triste jour qu'un adieu malheureux
M'ôta le cher objet de mes yeux amoureux,
Mon âme de mes sens fut toute désunie,
Et privé que je fus de votre compagnie,
Je me trouvai si seul avecque tant d'effroi
Que je me crus moi-même être éloigné de moi.
La clarté du soleil ne m'était point visible,
La douceur de la nuit ne m'était point sensible,
Je sentais du poison en mes plus doux repas,
Et des gouffres partout où je portais mes pas.
Depuis rien que la mort n'accompagna ma vie,
Tant me coûta l'honneur de vous avoir suivie.

O dieux qui disposez de nos contentements,
Les donnez-vous toujours avecque des tourments?
Ne se peut-il jamais qu'un bon succès arrive
A l'état des mortels qu'un mauvais ne le suive?
Mêlez-vous de l'honneur au sort plus gracieux
De celui des humains que vous aimez le mieux?
Ici votre puissance est en vain appelée,
Comme un corps a son ombre, un couteau sa vallée,
Ainsi que le soleil est suivi de la nuit,
Toujours le plus grand bien a du mal qui le suit.
Lorsque le beau Pâris accompagnait Hélène,
Son âme de plaisir vit sa fortune pleine,
Mais le sort ce bonheur cruellement vengea,
Car comme avec le temps la fortune changea,
De sa prospérité naquit une misère
Qui fit brûler sa ville et massacrer son père.
Bien que dans ce carnage on vit tant de malheur,
Qu'on versa dans le feu tant de sang et de pleurs,
Je jure par l'éclat de votre beau visage,
Que pour l'amour de vous je souffre davantage,
Car si longtemps absent de vos yeux,
Il me semble qu'on m'a chassé d'auprès des dieux,
Et que je suis tombé par un coup de tonnerre
Du plus haut lieu du ciel au plus bas de la terre.

Depuis tous mes plaisirs dorment dans le cercueil.
Aussi vraiment depuis je suis vêtu de deuil,
Je suis chagrin partout où le plaisir abonde,
Je n'ai plus nul souci que de déplaire au monde,
Comme sans me flatter je vous proteste ici
Que le monde ne fait que me déplaire aussi.
Au milieu de Paris je me suis fait ermite,
Dedans un seul objet mon esprit se limite,
Quelque part où mes yeux me pensent divertir
Je traîne une prison d'où je ne puis sortir,
J'ai le feu dans les os et dans l'âme déchirée
De cette flèche d'or que vous m'avez tirée.

Quelque tentation qui se présente à moi,
Son appas ne me sert qu'à renforcer ma foi.
L'ordinaire secours que la raison apporte
Pour rendre à tout le moins ma passion moins forte,
L'irrite davantage et me fait mieux souffrir
Un tourment qui m'oblige en me faisant mourir.
Contre un dessein prudent s'obstine mon courage
Ainsi que le rocher s'endurcit à l'orage.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bouguereau

J'aime ma frénésie et ne saurais aimer
Aucun de mes amis qui la voudraient blâmer.

Aussi ne crois-je point que la raison consente
De m'approcher tandis que vous serez absente.
J'entends que ma pensée éprouve incessamment
Tout ce que peut l'ennui sur un fidèle amant,
J'entends que le Soleil avecque moi s'ennuie,
Que l'air soit couvert d'ombre et la terre de pluie,
Que parmi le sommeil de tristes visions
Enveloppent mon âme en leurs illusions,
Que tous mes sentiments soient mêlés d'une rage,
Qu'au lit je m'imagine être dans un naufrage,
Tomber d'un précipice et voir mille serpents
Dans un cachot obscur autour de moi rampants.
Aussi bien loin de vous une vie inhumaine
Sans doute me sera plus aimable et plus sainte,
Car je ne puis songer seulement au plaisir
Qu'une mort ne me vienne incontinent saisir.
Mais quand le Ciel, lassé du tourment qu'il me livre,
Sous un meilleur aspect m'ordonnera de vivre,
Et qu'en leur changement les astres inconstants
Me pourront amener un favorable temps,
Mon âme à votre objet se trouvera changée,
Et de tous ces malheurs incontinent vengée.
Quand mes esprits seraient dans un mortel sommeil,
Vos regards me rendront la clarté du soleil,
Dessus moi votre voix peut agir de la sorte
Que le Zéphyr agit sur la campagne morte.
Voyez comment Philis renaît à son abord,
Déjà l'hiver contre elle a fini son effort.
Désormais nous voyons épanouir les roses,
La vigueur du printemps reverdit toutes choses,
Le ciel en est plus gai, les jours en sont plus beaux,
L'Aurore en s'habillant écoute les oiseaux,
Les animaux des champs qu'aucun souci n'outrage,
Sentent renouveler et leur sang et leur âge,
Et suivant leur nature et l'appétit des sens,
Cultivent sans remords des plaisirs innocents.
Moi seul dans la saison où chacun se contente,
Accablé des douleurs d'une cruelle attente,
Languis sans réconfort et tout seul dans l'hiver,
Ne vois point de printemps qui me puisse arriver.

Seul je vois les forêts encore désolées,
Les parterres déserts, les rivières gelées,
Et comme ensorcelé ne puis goûter le fruit
Qu'à la faveur de tous cette saison produit.
Mais lorsque le Soleil adoré de mon âme
Du feu de ses rayons rechauffera ma flamme,
Mon printemps reviendra, mais mille fois plus beau
Que n'en donne aux mortels le céleste flambeau.
Si jamais le destin permet que je la voie,
Plus que tous les mortels tout seul j'aurai de joie.
O dieux! pour défier l'horreur du monument
Je ne demande rien que cela seulement.
Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6540
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum