Edencash
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-38%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
27.99 € 44.99 €
Voir le deal
-38%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
27.99 € 44.99 €
Voir le deal

Les Baisers

4 participants

Aller en bas

Les Baisers Empty Les Baisers

Message  Invité Lun 27 Oct 2008 - 21:38

Le Baiser par Constantin Brancusi

Les Baisers Lebaisersepulturecn6

"Le Baiser" est un sculpture réalisée par Constantin Brancusi, artiste roumain, qui a ouvert de nouvelles voies à la sculpture, au début du XXème siècle, à un moment où la scène artistique européenne vivait avec frénésie l'aventure de la recherche de nouveaux langages formels et expressifs.

Par cette sculpture, il manifesta sa conviction selon laquelle la sculpture doit être avant tout d'une exigence totale sur les formes et sur le sens.

Constantin Brancusi réalisera une première version du Baiser en 1907, qui sera simplifiée et deviendra le monument funéraire dans le cimetière de Montparnasse en 1910, pour une amie à lui qui s'est suicidée par amour.

"A travers une série de décantations du thème du Baiser, Brancusi est arrivé à réaliser une composition d'une extrême précision et ampleur ; une série de 40 couples d'amoureux face l'un à l'autre, les genoux pliés et dont la courbure pas très éloignée de la version en pierre du monument funéraire du cimetière de Montparnasse de 1910 évoque le rythme d'arcades jumelées.

Les Baisers 7zoomar8

Une ligne médiane, interrompue par la ceinture infinie des bras qui s'entrelacent, formant un double cadre, sépare les corps collés ; de leurs figures on ne voit que les yeux, la bouche (réduite à un minuscule trait d'union) et les cheveux, suggérés dans quelques incisions incurvées avec grâce, encadrant les visages des amoureux enlacés".

Constantin Brancusi

Né à Hobitza (Roumanie) le 21 février 1876
Décédé à Paris le 16 mars 1957

Constantin Brancusi est né au pied des Carpates, en Roumanie, avant de fréquenter l'Ecole de Paris et de se lier avec Marcel Duchamp. L'exposition de l''Armory show' le révèle en Amérique en 1913, tandis qu'il scandalise le public français. Précurseur de l'art abstrait, Brancusi est en effet soucieux de réduire les formes à leur plus simple expression, privilégiant l'ovoïde. De plus, il utilise des matières brutes, non retravaillées, comme pour 'Le baiser' et 'L'esprit du Bouddha'. En 1926, ses sculptures sont bloquées à la frontière américaine suite à une méprise des douaniers qui n'ont pas compris qu'il s'agissait d'oeuvres d'art. Un procès historique s'ouvre alors, car le débat porte sur la définition de l'art, du beau et sur la légitimité de l'abstraction. Brancusi est reconnu aujourd'hui comme l'un des plus grands sculpteurs du vingtième siècle. L'ensemble 'Tirgu-Jiu' érigé en Roumanie, mais surtout 'L'oiseau dans l'espace' sont considérés comme des références incontournables de l'art contemporain. Son atelier parisien est reconstitué devant le centre Georges Pompidou.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Re: Les Baisers

Message  Invité Lun 27 Oct 2008 - 21:43

Egalement aperçu dans "Fauteuil d'orchestre" :

Les Baisers 380750461smallry4

Les Baisers 18469610ut8


Et également aperçu ici et ailleurs ... 😉

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Re: Les Baisers

Message  Kashima Mar 28 Oct 2008 - 8:19

Elvira a écrit:
Constantin Brancusi réalisera une première version du Baiser en 1907, qui sera simplifiée et deviendra le monument funéraire dans le cimetière de Montparnasse en 1910, pour une amie à lui qui s'est suicidée par amour.

C'est beau...
Très belle sculpture, minimaliste et efficace.
Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6542
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Re: Les Baisers

Message  Invité Mar 28 Oct 2008 - 8:23

Décidément, chercheusedor a bon goût ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Le baiser de Rodin

Message  Kashima Mer 29 Oct 2008 - 12:50

LE BAISER DE RODIN


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



"Le Baiser est à l'origine un des très nombreux motifs de son œuvre magistrale La Porte de l'enfer, commandée par l'État Français, inspirée par La Divine Comédie de Dante et des Fleurs du mal de Charles Baudelaire pour le Musée des Arts décoratifs, prévue à l'emplacement des ruines de la Cour des Comptes à Paris.

Le couple fut plus tard séparé de la porte, et remplacé par une paire d'amants dans la colonne inférieure droite. Les nombreuses figures que Rodin créa pour le projet furent un vivier d'idées pour certaines de ses sculptures indépendantes, comme "le Baiser" ou "Le Penseur".

La méthode utilisée par Rodin pour faire ses sculptures de grande taille consistait à employer des sculpteurs qui taillaient à l'échelle un modèle plus petit dans un matériau plus facile à tailler que le marbre et une fois terminées, Rodin donnait la dernière touche lui-même.

Avant de créer la version en marbre, Rodin a produit plusieurs sculptures plus petites en plâtre, terre cuite et bronze. L'œuvre fut d'abord appelée Francesca da Rimini, d'après le nom d'un des personnages de l'enfer dans la Divine Comédie de Dante, qui tomba amoureuse de son beau frère, Paolo Malatesta, lui aussi marié. Les amoureux furent surpris et assassinés par le mari de Francesca pendant qu'ils lisaient ensemble l'histoire de Lancelot et la reine Guenièvre. Dans le Baiser, on peut voir le livre dans la main de Paolo. Quand les critiques d'art virent la sculpture dans 1887, ils suggérèrent un titre moins spécifique que Francesca da Rimini et proposèrent le Baiser.

En 1888, le gouvernement français chargea Rodin de la première version en marbre de grande taille du Baiser, il apparut pour la première fois au Salon de Paris en 1898. Elle fut si populaire, que le fondeur Ferdinand Barbedienne proposa à Rodin un contrat pour en éditer des réductions en bronze."
Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6542
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Re: Les Baisers

Message  chercheusedor Mer 29 Oct 2008 - 18:06

"Qu'il me baise des baisers de sa bouche
Car ton amour vaut mieux que le vin ;
Tes parfums ont une odeur suave
Ton nom est un parfum qui se répand
C'est pourquoi les jeunes filles t'aiment".

Cantique des Cantiques.
chercheusedor
chercheusedor
L'antichambre

Nombre de messages : 173
Age : 59
Localisation : Paris, close to the fleuve.
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Re: Les Baisers

Message  cledesol Mer 29 Oct 2008 - 23:39

chercheusedor a écrit:"Qu'il me baise des baisers de sa bouche
Car ton amour vaut mieux que le vin ;
Tes parfums ont une odeur suave
Ton nom est un parfum qui se répand
C'est pourquoi les jeunes filles t'aiment".

Cantique des Cantiques.

Ouh la la, chercheused'or, c'est hot!!!
:pomme:
cledesol
cledesol

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty "Baise m'encor"

Message  Kashima Jeu 30 Oct 2008 - 11:38

Vous l'aurez voulu! Je remets mes baisers de Catulle - mais revus par Louise Labé :

:loveplose:


Baise m'encor, rebaise-moi et baise ;
Donne m'en un de tes plus savoureux,
Donne m'en un de tes plus amoureux :
Je t'en rendrai quatre plus chauds que braise.

Las ! te plains-tu ? Çà, que ce mal j'apaise,
En t'en donnant dix autres doucereux.
Ainsi, mêlant nos baisers tant heureux,
Jouissons-nous l'un de l'autre à notre aise.

Lors double vie à chacun en suivra.
Chacun en soi et son ami vivra.
Permets m'Amour penser quelque folie :

Toujours suis mal, vivant discrètement,
Et ne me puis donner contentement
Si hors de moi ne fais quelque saillie.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6542
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Re: Les Baisers

Message  chercheusedor Jeu 30 Oct 2008 - 11:59

cledesol a écrit:
chercheusedor a écrit:"Qu'il me baise des baisers de sa bouche
Car ton amour vaut mieux que le vin ;
Tes parfums ont une odeur suave
Ton nom est un parfum qui se répand
C'est pourquoi les jeunes filles t'aiment".

Cantique des Cantiques.

Ouh la la, chercheused'or, c'est hot!!!
:pomme:

La routine, quoi.

:baiservolant:
chercheusedor
chercheusedor
L'antichambre

Nombre de messages : 173
Age : 59
Localisation : Paris, close to the fleuve.
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Re: Les Baisers

Message  bulle de soif Jeu 30 Oct 2008 - 12:25

Je tombe des nues.
Dans le Cantique des Cantiques !!!
On sait maintenant pourquoi 90% des Marie ne sont pas à l'image de la crèche.
Le goût du paradoxe.

bulle de soif
Au bord de l'entonnoir

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 20/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Le baiser de la mort

Message  Kashima Lun 3 Nov 2008 - 15:11

Munch, "Le Baiser de la Mort"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Edvard Munch peut être considéré comme le pionnier de l'expressionnisme dans la peinture moderne. Il est très tôt réputé pour son appartenance à une nouvelle époque artistique en Allemagne et en Europe centrale, et son œuvre et son importance sont aujourd'hui reconnues en Europe et dans le monde. Les œuvres de Munch les plus connues sont celles des années 1890, notamment "Le Cri". Sa production ultérieure attire toutefois de plus en plus d'attention et semble inspirer tout spécialement les artistes actuels.
Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6542
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Re: Les Baisers

Message  Invité Mar 4 Nov 2008 - 21:36

Le baiser
Anna De Noailles

Couples fervents et doux, ô troupe printanière !
Aimez au gré des jours.
- Tout, l'ombre, la chanson, le parfum, la lumière
Noue et dénoue l'amour.

Épuisez, cependant que vous êtes fidèles,
La chaude déraison,
Vous ne garderez pas vos amours éternelles
Jusqu'à l'autre saison.

Le vent qui vient mêler ou disjoindre les branches
A de moins brusques bonds
Que le désir qui fait que les êtres se penchent
L'un vers l'autre et s'en vont.

Les frôlements légers des eaux et de la terre,
Les blés qui vont mûrir,
La douleur et la mort sont moins involontaires
Que le choix du désir.

Joyeux ; dans les jardins où l'été vert s'étale
Vous passez en riant,
Mais les doigts enlacés, ainsi que des pétales,
Iront se défeuillant.

Les yeux dont les regards dansent comme une abeille
Et tissent des rayons,
Ne se transmettront plus, d'une ferveur pareille,
Le miel et l'aiguillon,

Les coeurs ne prendront plus, comme deux tourterelles,
L'harmonieux essor,
Vos âmes, âprement, vont s'apaiser entre elles,
C'est l'amour et la mort...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Un baiser de vampire

Message  Kashima Mar 11 Nov 2008 - 20:15

Rien de tel qu'un baiser de vampire...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les Métamorphoses du vampire

La femme cependant, de sa bouche de fraise,
En se tordant ainsi qu'un serpent sur la braise,
Et pétrissant ses seins sur le fer de son busc,
Laissait couler ces mots tout imprégnés de musc :
"Moi, j'ai la lèvre humide, et je sais la science
De perdre au fond d'un lit l'antique conscience.
Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants,
Et fais rire les vieux du rire des enfants.
Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
La lune, le soleil, le ciel et les étoiles !
Je suis, mon cher savant, si docte aux Voluptés,
Lorsque j'étouffe un homme en mes bras redoutés,
Ou lorsque j'abandonne aux morsures mon buste,
Timide et libertine, et fragile et robuste,
Que sur ces matelas qui se pâment d'émoi,
Les anges impuissants se damneraient pour moi !"

Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,
Et que languissamment je me tournai vers elle
Pour lui rendre un baiser d'amour, je ne vis plus
Qu'une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus !
Je fermai les deux yeux, dans ma froide épouvante,
Et quand je les rouvris à la clarté vivante,
A mes côtés, au lieu du mannequin puissant
Qui semblait avoir fait provision de sang,
Tremblaient confusément des débris de squelette,
Qui d'eux-mêmes rendaient le cri d'une girouette
Ou d'une enseigne, au bout d'une tringle de fer,
Que balance le vent pendant les nuits d'hiver.





Je sais que mon image ne va pas avec Baudelaire et fait très "hétérotypée", mais tant pis!
Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6542
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Isabel Pessoa

Message  Kashima Jeu 19 Fév 2009 - 13:24

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Isabel Pessoa est née en 1966 au Portugal. Depuis elle tente d’exister de par le monde en déployant une forme d’expression picturale colorée désespérément gaie. Ses sujets sont surtout accablants: le travail, le sexe, la nature telle qu’elle la voit, sont des icônes pourléchées qui sautent aux yeux de monsieur tout le monde.
Par définition Isabel Pessoa considère tous les évènements de ce monde et les êtres qui l’entourent en noir et blanc.
Une des thèses majuscules de Pessoa, c’est de n’avoir confiance en personne sinon en ses yeux mêmes. Elle sait que les gens ne perçoivent la vie qu’en monochrome, c’est pourquoi sa forme d’expression est brutale. Elle s’adresse à un tiers inconnu, une image dans le spectre.
Ce peintre ne vise par son travail, ni l’argent, ni la gloire, ce peintre aspire sincèrement au gîte, au couvert et à la tranquillité de son expérience.
Le choix des matières est ultra lucide, il correspond à l’antique besoin d’instantané… Vitesse…(Mais par une infinie lenteur d’exécution)… Vision évidente…(Mais infinie complexité du décryptage).
En deux mots, il paraît difficile de parler avec autorité d’un travail qui s’exprime fatalement seul.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6542
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Baisers Empty Brancusi

Message  Invité Lun 30 Aoû 2010 - 15:22

Brancusi, quel excellent choix bien que le baiser ne fasse pas partie de mes oeuvres préférées!... Et judicieux d'évoquer Rodin non pas seulement pour le thème du baiser mais pour ce qui rapproche et sépare ces 2 artistes.
Certes, Brancusi a commencé à travailler aux côtés de Rodin mais un mois dans l’atelier de Rodin lui suffit pour estimer qu’ "il ne pousse rien à l’ombre des grands arbres". Suit une période difficile pour définir son propre engagement d’artiste : "Ce furent les années les plus dures, les années de recherche, les années où je devais trouver mon chemin propre".

Une profonde différence dans leur relation au monde sépare les deux sculpteurs. Rodin est un créateur au sens démiurgique du terme. Il impose au chaos de la matière, c'est-à-dire à la terre qu’il modèle, une forme. La taille directe dans la pierre ou le bois ne l’intéresse pas (elle n’est même plus enseignée au sein des académies). Des assistants réalisent en marbre ou en bronze ce qui a été créé en terre ou en plâtre par l’artiste.
Brancusi, quant à lui, est issu d’un monde archaique et d’une tradition millénaire de la taille du bois. Pour le sculpteur, "c’est la texture même du matériau qui commande le thème et la forme qui doivent tous deux sortir de la matière et non lui être imposés de l’extérieur".
C’est une différence essentielle avec Rodin, car Brancusi ne se présente pas comme un créateur mais comme un intercesseur capable de révéler au sein du matériau qu’il utilise "l’essence cosmique de la matière". Dans le choix préalable de son bloc de pierre ou de bois, Brancusi percoit par avance, dans la spécificité du matériau, la présence de la sculpture.

Brancusi s'attache aux modèles traditionnels mais aussi aux modèles archaiques. En 1907, à ses débuts parisiens, Brancusi affiche un refus de certains principes: contrairement à la sculpture prônée par l'enseignement académique, il se tourne vers la taille directe ( plus que réduire la forme, il s'attache à la "matière brute" comme tu le dis d'ailleurs...même démarche que le Corbusier qui donnera naissance au "brutalisme". Attention à ne pas confondre avec l'art brut qui n'a rien à voir avec ce concept!)
En Europe, en effet, l'enseignement de la sculpture reposait essentiellement sur la technique du modelage. La taille directe était considérée comme un art appliqué ou, pour la sculpture sur bois, par exemple, comme un travail appartenant au domaine des arts décoratifs. Pour Brancusi, " la taille directe dans le matériau choisi est la vraie voie d'accès à la sculpture, mais c'est aussi la pire pour qui ne connaît pas le chemin ". Son intérêt pour la taille directe s'allie avec la découverte des arts primitifs que beaucoup d'artistes, comme Picasso, par exemple, utilisent pour ancrer leur pratique dans une tradition non européenne. Décontextualisée, cette tradition devient un cadre à la création d'un langage intemporel et universel, qui permet de se dégager des contingences et du poids trop lourds de l'art européen largement académisé. Il faut réinventer l'art et les formes à partir d'un retour aux sources sublimé. Si, en cela, Brancusi participe bien à son époque, il agit en franc-tireur et ne s'engage pas dans la discipline de mouvements artistiques comme Dada ou le Futurisme. Mais, ami d'Eric Satie, de Fernand Léger, entre autres, il n'est pas du tout coupé du monde de l'art. Ainsi, le 26 mai 1920, il participe avec Léger au festival Dada à Paris et signe le manifeste " Contre Cubisme, contre Dadaisme ". Toujours en 1920, il participe à l'exposition de la Section d'or, " d'obédience " plutôt futuriste, à la galerie la Boétie, avec Archipenko, Léger, Kupka, Villon, Gontcharova... Quant à son grand ami Marcel Duchamp, il lui servira bien souvent d'intermédiaire pour organiser ses expositions aux Etats-Unis. Du point de vue historique, l'art de Brancusi fait partie d'un mouvement d'imitation de la réalité qui caractérise la naissance de l'époque moderne à partir de l'esprit du symbolisme et de l'Art Nouveau. Ce parcours fait de l'oeuvre de Brancusi une entité difficilement appropriable par les différents mouvements d'avant-garde qui affichent alors leurs textes manifestes et programmatiques. Désireux de se débarasser des citations académiques et littéraires et de retrouver l'impression de vie. Brancusi refuse d'utiliser, comme dans la sculpture traditionnelle et celle du XIXe, l'imitation de la nature. La représentation mimétique de la nature s'éloigne de la vie. De même l'impression de la vie en sculpture ne repose pas sur son expression pathétique. Le sculpteur recherche dans une forme essentielle non pas une forme réductrice mais une forme productive: " La modernité de son art ne consiste pas à imiter les formes objectales de la nature, mais à imiter son activité et à la rendre en image au moyen d'équivalents plastiques."

Les Baisers Brancusi_photobrancusi

Après avoir découvert ses thèmes majeurs entre 1909 et 1925, Brancusi les a inlassablement repris jusqu'à sa mort en 1957 insistant sur l' "intemporalité" de son art... Brancusi, même combat que Mondrian.

Pour en revenir au Baiser, le premier Baiser de 1907-1908 représente une rupture essentielle dans l’œuvre de Brancusi. Avec cette œuvre, Brancusi se dégage de Rodin. Il cherche une nouvelle réalité plastique. Pour lui, la sculpture a une fonction spirituelle qui ne réside pas dans l’apparence mais dans un principe de réalité inscrit au cœur de la matière. ( on pourrait ici le rapprocher de l'architecte Louis Kahn. Louis Kahn appartient à la génération qui suit les fondateurs du Modernisme. Il a 15 ans de moins que Ludwig Mies van der Rohe et 14 de moins que Le Corbusier. À ce titre, il prend la suite du mouvement moderne et le dépasse).
Il doit respecter la vocation formelle de la pierre ou du bois en travaillant à la taille directe, sans ébauche préalable, pour révéler "l’essence cosmique de la matière". (cf.ce qui a déjà été évoqué plus haut)

Les Baisers Louiskahn
Louis Kahn