Gaspar Noé, seul contre tous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gaspar Noé, seul contre tous

Message  Kashima le Sam 13 Oct 2012 - 13:33


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La réalisation de ce film de Gaspar Noé, son style, font tout! Ou presque, car Philippe Nahon incarne à merveille son personnage d'homme paumé qui cogite. Le ton est donné dès les premières images : des phrases, des mots sont frappés sur l'écran. "Morale", "Justice"... Deux ans pour tourner ce film hors-normes qui raconte comment un homme, qui tenait une boucherie chevaline dans la banlieue de Paris, se retrouve en prison pour avoir lacéré le visage d'un ouvrier qu'il soupçonnait de l'avoir violée (alors que sa culotte en sang, c'étaient ses règles).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Résumé de sa vie en images en cinq minutes pour arriver au temps présent : un temps sinistre, morose... Sans travail, sans amour, seul, de plus en plus aigri et violent, cet homme s'enfonce dans ses pensées lancinantes. Le film est d'ailleurs bâti sur ces pensées qui encombrent sa tête.

Les premières scènes, dans un appartement très ringard et vieux, installent une ambiance pesante : le spectateur se demande comment l'homme n'explose pas avant :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La réalisation est violente, brutale, efficace. Le monde est fait de rues grises et vides, de tunnels. Le soleil n'apparaîtra qu'à la fin, qu'on pourrait considérer comme heureuse si elle n'était pas aussi... immorale!

Au générique de fin, remerciements à Tarentino, Caro, Dupontel... pour un cinéma qui est héritier de tous ces talents.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Philippe Chevalier

Message  Kashima le Dim 14 Oct 2012 - 13:47

L'anti-héros de Seul contre tous, c'est Philippe Chevalier :

DivShare File - Seul_Contre_Tous_Philippe_Chevalier.avi

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Histoire de l'oeil

Message  Kashima le Dim 14 Oct 2012 - 14:13

Un projet de Gaspar Noé : Histoire de l'oeil de Georges Bataille...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le monologue du boucher

Message  Kashima le Dim 14 Oct 2012 - 14:52

La voix off, enregistrée en deux jours et écrite par Gaspar Noé, est un texte fort, présenté à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] après le tournage. Voici Le Monologue du Boucher (extrait) :

On naît seul, on vit seul, on meurt seul. Seul, toujours seul. Et même quand on baise on est seul. Seul avec sa chair, seul avec sa vie, qui est comme un tunnel qu'il est impossible de partager. Et plus on est vieux, plus on est seul, face à quelques souvenirs d'une vie qui se détruit au fur et à mesure. Une vie , c'est comme un tunnel. Et à chacun son petit tunnel. Mais au bout du tunnel, il n'y a même pas de lumière. Il n'y a plus rien. Même la mémoire se décompose avant la fin. Les vieux le savent bien. Une petite vie, des petites économies, une petite retraite, et puis une petite tombe. Et tout cela, ça ne sert à rien. Strictement à rien. Même les enfants, ça ne sert à rien. Dés que leurs parents n'ont plus rien à leur donner, ils les foutent dans des hospices pour qu'ils crèvent seuls, et en silence. Même les enfants n'en ont rien à battre. l'amour filial, ça n'existe pas. C'est un mythe. Ta mère, tu l'aimes juste quand elle te donne du lait. Et ton père, quand il te prête du fric. Mais quand les seins de ta mère se sont desséchés, et qu'il n'y a plus de lait à en tirer, ou quand les poches de ton père se sont vidées de leur fric, alors il n'y a plus qu'à les mettre dans un placard lointain, en espérant qu'ils meurent d'une maladie rapide et pas trop coûteuse. C'est comme ça, c'est la loi de la vie. Ce n'est que lorsqu'il y a un héritage à toucher que les enfants font semblant d'être gentils. Mais quand tout l’héritage, c’est un frigo ou une télé, ce n'est plus la peine de faire semblant . Ou alors vraiment le minimum, juste de quoi se donner bonne conscience. Un coup de fil par mois, et quelques larmes au moment de leur enterrement, et on est quitte avec son devoir . L'amour, l'amitié, tout ça, c'est du pipeau. Ce sont des illusions, des illusions de jeunesse qu'ont entretient pour cacher que tout les rapports humains ne sont que du petit commerce. Parler d'amitié et d'amour ça nous arrange, mais par calcul. La réalité, elle est beaucoup plus vénale . Ta mère, tu l'aimes parce qu'elle te nourrit, et t'empêche de mourir . Ton ami, tu l'aimes parce qu'il te trouve un travail qui te donne un travail qui te donne à manger, et t'empêche de mourir. Et ta grosse, tu l'aimes parce qu'elle fait la cuisine, te vide les couilles, et te fait des enfants qui devront te protéger quand tu sera trop vieux, et que t'auras peur de mourir. Mais il suffit d'avoir giflé une seule fois son môme pour qu'il se venge quand tu seras vieux. En fait, cette gifle, ça l'arrange énormément. Et lorsqu'il te foutra à l'hospice, elle lui servira de prétexte pour masquer le désintérêt naturel que n'importe qui éprouve à l'égard de ses géniteurs. Non, baiser n'est pas un bon calcul. Ça coûte même très cher. Mais ça fait passer le temps. Et quand le désir de baiser est parti, on se rend compte qu'on a plus rien à faire dans ce monde. Et qu'il n'y a jamais rien eu d'autre dans cette putain de vie. Rien qu'un programme de reproduction inscrit au fond de nos tripes, et qu'on se croit obligés de respecter. Naître malgré soi, bouffer, agiter sa queue, faire naître, et mourir. La vie est un grand vide. Elle l'a toujours été, et elle le sera toujours. Un grand vide, qui pourrait parfaitement se dérouler sans moi. Mais moi, je n'ai plus envie de jouer ce jeu. Non, je ne veux plus. Je veux vivre quelque chose de personnel, d'intense. Je ne veux plus être le dernier boulon interchangeable d'une énorme machine. Le jour de ma mort, je ne ne veux pas avoir l'impression d'avoir vécu les mêmes conneries que tous les millions de crétins qui s'entassent sur cette planète. En somme, ce que j'ai vécu, le dernier des trous du cul l'a vécu lui aussi. Il faut que je me trouve une raison, un prétexte, au hasard, n'importe quoi pour avoir envie de tenir encore vingt ans jusqu'à ma mort. Tiens, si je pouvais recommencer une existence, je devrais faire des films pornos. Là, au moins, c'est clair. Les gens qui fond ça, ils ont tout compris au sens de notre espèce. Soit t'es né avec une bite, et tu n'es utile que si tu te comportes comme une bonne bite bien dure qui bourre des trous. Soit t'es né avec un trou, et tu ne seras utile que si tu te fais bien bourrer. Mais dans les deux cas t'es tout seul. Oui, moi je suis une bite. C'est ça. Je suis une misérable bite. Et pour me faire respecter, il faudra que je reste toujours bien dur.....



Extrait de la folie du boucher (fin du film) :

DivShare File - La_folie_du_boucher.avi





Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Carne

Message  Kashima le Sam 27 Oct 2012 - 15:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Carne est un moyen métrage de 40 mn. Il précède Seul contre tous dans le temps (réalisation et chronologie de l'histoire) et on peut même dire qu'il forme un tout avec ce film puisqu'il raconte comment Philippe Chevalier (nom on ne peut plus équin pour un boucher chevalin) a tout perdu en une seconde de folie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'est le même ton, la même photographie. Tout commence par des images très dures d'un cheval abattu pour la boucherie, qui se vide de son sang.
On retrouve la même mise en scène, la même apparition des "messages à caractère informatif", la même atmosphère...

DivShare File - Carne__G_-_viande_de_cheval.avi

On peut aussi bien le voir avant qu'après Seul contre tous : les mêmes acteurs, en plus jeunes, qu'on a plaisir (le mot semble presque inapproprié...) à retrouver.

DivShare File - Carne__G__-_procréation.avi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Enter the void

Message  Kashima le Lun 29 Oct 2012 - 17:42

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un three of life en bien plus space...
Il faut d'abord entrer dans le film et, pour cela, quand on a compris le principe, on se laisse transporter au gré du voyage d'une âme.
Oscar vit à Tokyo, en dealant, il se drogue, jusqu'au jour où il est vendu par un de ses clients/dealers, par pure vengeance. Il tente d'échapper à la police japonaise, s'enferme dans les toilettes pour se débarrasser de la drogue, mais les policiers n'hésitent pas à tirer : il s'effondre. A partir de là, l'âme d'Oscar a bien du mal à partir pour de bon...
Dès le début du film, il est question du livre tibétain de la mort et de la réincarnation... L'âme visite le passé, le présent, le futur. La mort, ce grand trip...

DivShare File - enter_the_void_-_incarnation.avi

Gaspar Noé aborde les thème de la vies et de la mort, de la procréation, de la création, qui semblent l'obséder.

DivShare File - enter_the_void_-_avortement.avi

C'est filmé comme on plane, les lumières tokyoïtes clignotent de toutes les couleurs dans la nuit. Des plans improbables, des gros plans dans lesquels on s'engouffre : un film à voir sur grand écran, en ne pensant à rien d'autre.


Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaspar Noé, seul contre tous

Message  Kashima le Lun 29 Oct 2012 - 17:42

Au passage, ce clip des Frères Misère est de lui :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaspar Noé, seul contre tous

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum