Christine Orban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Christine Orban

Message  Kashima le Sam 19 Déc 2009 - 10:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Christine Orban est un écrivain que je lis épisodiquement depuis plusieurs années. Je l'ai vue pour la première fois à Brive il y a longtemps : cette femme a un charme fou.
J'ai donc lu comme premier livre d'elle, que je m'étais fait dédicacer, L'Âme soeur où elle relate son enfance au Maroc et la mort de sa soeur chérie.
Je me souviens d'avoir lu aussi La mélancolie du dimanche, l'histoire de cette femme qui retrouve par hasard une lettre d'il y a dix ans, d'un homme qu'elle a aimé passionnément, lettre qu'elle n'a jamais ouverte. Un livre où elle réservait déjà une belle place à la description de l'attente et à celle de la passion.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dans Deux fois par semaine, elle raconte ses visites régulières chez le psy.

J'ai dû lire aussi J'étais l'origine du monde, mais je ne m'en souviens pas.
Ses livres sont agréables à lire. Le défaut, pour moi, c'est qu'ils ne me restent pas en mémoire. Ils me laissent juste l'image d'une femme passionnément amoureuse des hommes, d'un type d'homme (le séducteur, fort, installé dans une bonne vie sociale, l'homme mûr, un peu comme son Olivier, l'éditeur avec qui elle partage sa vie).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dans L'Attente, Anna (mais on ne voit que Christine à travers ce "je") est monteuse. Un soir qu'elle rentre auprès de son mari, la pluie la force à s'abriter dans un bar. Perchée sur un tabouret, elle sirote un jus d'orange, et elle se rend compte qu'un homme la dévisage. Elle sent le désir s'emparer d'elle, elle l'imagine : il sera un homme qui aime les femmes, qui a un physique d'Italien du Sud... Elle ne le regardera pourtant pas. Seulement, au moment où elle sait qu'il va partir, elle court derrière lui : rêve ou réalité? Il lui prend le visage, la regarde sans lui dire un mot.

A partir de là commence la terrible attente : Anna revient chaque soir dans ce bar, espérant le revoir :

"Je ne pouvais rien attendre de cet homme, à part l'attente, ce moment intense et dangereux, où l'imagination tisse sa toile, tendue, serrée, prête à capturer des victimes comme moi." (p 40)

Elle s'éloigne de son mari Laurent qui l'aime, pour son monde imaginaire, ce secret à cause duquel elle "était devenue une absente" (p 45), car "on peut chasser une mouche, mais pas une pensée." (p 48). Elle s'enferme dans cette espérance d'un homme dont elle ne sait rien, prête à renoncer à ce qu'elle a pour ce songe :

"L'arrachement d'un futur imaginé et non vécu m'importait davantage que la ruine d'un passé heureux construit avec un homme qui avait partagé mes nuits."
(p 119)

On attend avec Anna qu'il revienne dans ce bar, qu'il réapparaisse pour la troisième fois (la deuxième, il l'a embrassée).

J'aime passer un moment, de temps en temps, avec ses livres : je déplore juste qu'elle ne me laisse que l'impression d'être un auteur très hétérosexuel et qu'il ne ressorte pas davantage d'ambiguïté de ses livres. C'est le mâle, le mâle, le mâle, la femme fragile et amoureuse, soumise à la bête qui se cache sous le médecin, le psy ou l'avocat.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Fringues

Message  Kashima le Dim 25 Avr 2010 - 12:10

J'ai réessayé Fringues, je ne peux pas... Les aventures vestimentaires de Darling me passent par-dessus.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

N'oublie pas d'être heureuse

Message  Kashima le Ven 23 Déc 2011 - 11:50

Abandonné aussi N'oublie pas d'être heureuse après en avoir lu la moitié. Je n'ai pas réussi à m'y intéresser malgré ma bonne volonté.

Maria-Lila vit avec sa mère à Fédala, au Maroc. Elle sait qu'elle ne vivra pas là toute sa vie et elle suivra un jour Fifi, la cousine de sa mère, à Paris.
Deux parties : l'enfance à Fédala et l'arrivée à la capitale. Je n'ai pas terminé la première, à peine commencé la deuxième, ne parvenant pas à ressentir cette histoire et à m'intéresser aux personnages qui semblent un peu autobiographiques.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Christine Orban

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:11


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum