Haneke et la glaciation émotionnelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre Haneke?

33% 33% 
[ 1 ]
33% 33% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
33% 33% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3

Haneke et la glaciation émotionnelle

Message  Kashima le Dim 4 Jan 2009 - 8:19

Mon premier film de Michael Haneke fut éprouvant :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Nous étions deux dans la salle de cinéma, j'avais peur que l'homme derrière moi ne me poignarde, pour l'anecdote...

Funny Games (1998) est le film qui m'a le plus effrayée dans ma vie (si j'excepte un vieux film allemand dont je n'ai jamais retrouvé la trace et que j'avais vu plus jeune, Traümen ou quelque chose comme ça), au point que je n'ai jamais osé le revoir. Pourtant, il me fascine par son efficacité.
Ce qui me terrifie, ce doit être l'intrusion et la légèreté de ces deux garçons qui font le mal pour le mal. J'ai rarement ce genre de réaction face à un film, je me sens comme "rôdée".
Je le reverrai d'abord par le biais de Funny games US, puisque le réalisateur a refait son film dix ans plus tard pour les Américains.


J'ai reçu à Noël ce coffret d'Haneke :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'ai regardé hier 71 fragments d'une chronologie du hasard (1995), 71 scènes, me semble-t-il, mises bout à bout, reliant des personnes qui ne se rencontreront qu'à la fin dans le drame : un jeune Roumain d'une dizaine d'années qui a fui son pays et a gagné clandestinement l'Autriche, un vieux père délaissé par sa fille employée de banque, un étudiant...
Le drame arrive par hasard : un jeune homme fait le plein d'essence. Il va à la banque en face retirer du liquide au distributeur qui ne marche plus. La banque est bondée. Il s'affole car il ne veut pas bloquer la station-service et veut payer, c'est quelqu'un d'honnête. Il se permet de passer devant les gens et de demander au guichetier s'il peut le dépanner rapidement, lui expliquant son cas, mais l'homme ne veut rien entendre. Les gens dans la file d'attente s'énervent, un homme frappe le garçon. Il retourne dans sa voiture, se fait insulter par des personnes qui attendent derrière lui, mais comment faire? C'est sur cet acharnement du hasard que les choses vont basculer.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Certaines scènes sont volontairement longues, voire lassantes, comme cesminutes qui n'en finissent pas d'un jeune homme qui s'entraîne seul au tennis de table. Au spectateur de faire le sens dans la première demi-heure du film.
Tout cela est ponctué par les informations télévisées qui bombardent la population de la violence internationale : Sarajevo, Hezbollah, Somalie... Le fait divers, cas de violence privée, se retrouvera noyée dans le flot de violence publique...

Ce film fait partie de la trilogie de La glaciation émotionnelle avec Benny's video et Le Septième continent que je n'ai pas encore vu. J'aurais pu regarder depuis longtemps Benny's video, mais a priori, j'ai peur, comme pour Funny games.


Dernière édition par Kashima le Lun 29 Aoû 2011 - 13:46, édité 2 fois

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Benny's video

Message  Kashima le Dim 8 Fév 2009 - 17:43

Sorti en 1992, ce film parle d'un jeune garçon d'une famille bourgeoise qui passe son temps cloîtré dans sa chambre, à regarder des vidéos.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le film s'ouvre sur la mort d'un cochon qui reçoit la balle d'un pistolet d'abattage dans la tête. Benny aime se repasser cette scène au ralenti, scène qui a eu lieu en famille dans une ferme louée pour l'occasion.

Il remarque une fille de son âge qui reste devant la vitrine du loueur de vidéos à regarder des films. Ils rentrent ensemble chez lui. Il lui montre la vidéo du cochon. Ni l'un ni l'autre n'en semblent émus.
Benny sort le pistolet d'abattage qu'il a volé au fermier, met une balle dedans, le met dans la main de la fille et le pointe sur son ventre. Il lui dit qu'elle n'aura pas le courage de tirer. Elle lui met dans les mains à son tour, mais lui tire.
La fille crie. Il voudra la faire taire en tirant deux balles de plus, la dernière lui étant fatale.

Ce film illustre bien le titre de la "glaciation émotionnelle" car Benny ne montre aucune émotion, aucun regret. Il essuie le sang, se déshabille, téléphone à un ami tandis que le cadavre gît à terre.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Quand ses parents rentrent de week-end, nous sommes au cœur de la glaciation! La réaction du père est de protéger le fils et de faire disparaître le corps.
Le spectateur n'assiste pas à cela, il part en Égypte avec Benny et sa mère pendant que le père fait le sale travaille.

Si le geste de Benny et son absence d'émotion sont inexplicables, la réaction des parents l'est encore plus. A aucun moment on ne s'interroge sur qui est cette fille, si elle a une famille. Elle n'est que la victime d'une bêtise d'adolescent.

Premier rôle d'Arno Frisch, qu'on retrouvera six ans plus tard dans le terrifiant Funny games, du même réalisateur.



Dernière édition par Kashima le Lun 29 Aoû 2011 - 13:48, édité 2 fois

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le Ruban blanc

Message  Kashima le Mar 26 Mai 2009 - 17:24

La Palme d'or pour un grand cinéaste... :danse:

Le Ruban blanc :

Un village protestant de l'Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale (1913/1914). L'histoire d'enfants et d'adolescents d'une chorale dirigée par l'instituteur du village et celle de leurs familles : le baron, le régisseur du domaine, le pasteur, le médecin, la sage-femme, les paysans... D'étranges accidents surviennent et prennent peu à peu le caractère d'un rituel punitif. Qui se cache derrière tout cela ?
(Allociné)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sortie le 21 octobre!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Haneke et la glaciation émotionnelle

Message  Kashima le Dim 25 Oct 2009 - 14:51

Si Solène pouvait nous en parler...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Funny Games US

Message  Kashima le Sam 9 Jan 2010 - 19:16

Le remake de Funny Games par Michael Haneke lui-même n'apporte rien de plus au film d'origine. Je trouve les acteurs plus empruntés, plus modelés à l'américaine et, malgré son talent d'actrice, le jeu de Naomi Watts n'est pas assez dans la retenue qu'avait l'actrice de la première version.
La scène la plus angoissante, dans cette version, est pour moi celle où l'enfant se fait poursuivre et tente d'échapper au psychopathe...
C'est un copier-coller pour satisfaire l'Américain, incapable de regarder un film autrichien, peut-être?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le ruban blanc

Message  Kashima le Sam 24 Déc 2011 - 9:40

Je ne suis pas parvenue à me laisser atteindre vraiment par la lourdeur supposée.
J'attendais plus ou autre chose, peut-être.
En tout cas, si les enfants deviendront ce qu'ils sont destinés à devenir durant les deux guerres, les adultes, par leur hypocrisie religieuse et leur moralisme, les y auront bien aidés. Les mains ont été nouées pour ne pas toucher sa propre chair, une fille de 17 ans se fait "percer les oreilles" une nuit par son père médecin, adultère et sans doute meurtrier, les coups de verge pleuvent sur les fesses des enfants du pasteur, pour un retard. Les enfants apprennent le mal où l'excès de rigueur voulait leur montrer le bien.
C'est un film sur lequel on peut réfléchir, après. Il gagnerait sans doute à être revu, avec quelques clés :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

1 Le choix du noir et blanc

Le noir et blanc, explique-t-il, « donne une certaine distanciation » -et en plus, c'est un style qu'il adore. Au passage il critique la colorisation des archives d'époque, comme ce fut récemment le cas pour la série « Apocalypse » de France 2. (Ecouter le son)

2
Le protestantisme

Cette religion dominante dans le nord de l'Allemagne fournit la toîle de fond de ce film. Hanecke révèle au passage qu'il a voulu devenir pasteur lorsqu'il avait 14 ans...

Il attribue à la « rigueur du protestantisme » l'obéissance derrière laquelle se sont retranchés les nazis jugés après la guerre, et même l'extrémisme des dirigeants du groupe Baader-Meinhof dans les années 70. (écoutez le son)

3
Le fascisme

Certes, les enfants de ce film qui se déroule à la veille de la Première Guerre mondiale deviendront les adultes au moment de la montée du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale. Mais qu'on ne s'y méprenne pas, prévient Haneke, il ne s'agit pas d'un film sur le fascisme allemand, mais sur les sources du totalitarisme, notion beaucoup plus universelle.


La palme d'or a fait couler beaucoup d'encre. A vous, aujourd'hui, de donner votre avis, selon la formule habituelle de notre Bande du ciné.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Amour

Message  Kashima le Dim 4 Nov 2012 - 19:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un des premiers plans du film, après que le titre Amour est apparu, est une salle de théâtre que nous voyons, installés dans nos fauteuils, comme si nous étions les spectateurs du public devant nous qui attend le début du spectacle : à gauche de l'écran, nous apercevons pour la première fois Georges et Anne, un couple d'octogénaires. La musique commence : c'est du piano. Après le concert, tous deux rentrent chez eux, dans leur appartement, et Anne ne veut pas d'un dernier verre. Leur couple est rodé, on sent dès le début l'osmose qui s'est installée durant un grand nombre d'années.
Au petit-déjeuner, tout va basculer : Anne a une absence. C'est le début... de la fin.

Nous avons face à nous deux belles personnes âgées que nous ne pouvons pas nous empêcher de voir jeunes, même si Haneke se garde bien de ce genre de retours en arrière : on n'aura pas de flash-backs, très peu d'allusions à ce qu'ils furent. C'est beaucoup plus subtil... D'abord, le spectateur a en tête l'Emmanuelle Riva d'Hiroshima mon amour, nue sur son lit avec son amant japonais, ainsi que le jeune acteur de la Nouvelle Vague : cela suffit. Ensuite, le piano est là, la musique qui les unissait aussi : Anne était professeur de piano, et un de ses élèves est devenu un musicien à succès. Le temps a passé...Les seules images de la jeunesse sont feuilletées un jour dans un album, mais cela ne dure pas, c'est une pièce du puzzle glacial de Haneke.
Il y a aussi l'étreinte, qui fut sans doute amoureuse, qui l'est toujours mais qui a tellement changé de forme : appuie-ton genou contre le mien pour que je puisse m'asseoir sur le fauteuil. Anne va, petit à petit, tomber dans la déchéance, sous l'oeil attentionné de son époux qui ne la quittera jamais.

C'est oppressant. Jamais le réalisateur n'utilise les gros ressorts pour nous faire pleurer à sanglots, mais les sanglots restent coincés à l'intérieur. Qui ne se projette pas, en tant que fille, époux, compagne, peu importe? Georges perd son amour, sous ses yeux, la soigne dans un dévouement total : c'est sa femme. Et même si elle a mouillé le lit, même si elle crie "Mal, mal, mal" sans fin, il vient lui tenir la main, la retenir à la vie en lui parlant comme elle est. Pas à une malade gâteuse qu'on abandonne, mais à l'amour de sa vie.

Un grand film : une belle palme d'or... Le double César, en mai, pour Trintignant et Riva!


Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Haneke et la glaciation émotionnelle

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum