Les calculatrices

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les calculatrices

Message  Kashima le Sam 30 Aoû 2014 - 20:55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dans ces deux livres, les femmes se ressemblent étrangement : elles sont bien plus jeunes que leur amant, elles sont imprévisibles, elles paraissent aimer et disparaissent, elles embrassent fougueusement et s'en vont, puis reviennent.
La première, Laetitia, est aimée du narrateur dans Amour noir : elle a vingt ans, elle fait des spectacles pornographiques et elle est à l'opposé du monde d'Eric, qui écrit des scénarios et évolue dans le milieu du cinéma. Elle est très belle, mais à part ce charme et cet attrait sexuel, on se demande ce qui rend fou le narrateur qui vit une passion dévorante avec elle, d'autant plus qu'elle semble jouer avec lui et l'utiliser. Dans Amour noir, Dominique Noguez raconte les ravages de la passion, la souffrance des ruptures impossibles, l'amour qu'on croit réciproque, qui ne l'est pas, qui l'est... l'instabilité.


“Ou bien, c’est la beauté, autant dire la foudre : on n’attendait rien, on a été happé au passage.”

“Les amours déchirées, les amitiés rompues poursuivent longtemps une vie posthume, comme, selon la légende, les ongles ou les cheveux sur les cadavres.”

“La vengeance m’a toujours paru un sentiment bas, archaïque et indigne. Le seul affect réparateur que je m’autorisais était cette rêverie de justice immanente qui hante les amoureux éconduits.”


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jean-Paul Enthoven raconte aussi comment il aime Aurore, une jeune femme qui peut embrasser avec folie pour, l'instant d'après, se montrer d'une froideur atroce. Lui est riche, amoureux ; elle fait des photos de mode. Tout est très parisien... Alors qu'ils sont en Italie et qu'ils passent une soirée de rêve où Aurore parle même d'avenir, au réveil, elle est partie avec ses valises : disparue...

“L’amour (…) est vraiment un sentiment truqué. On ne peut rien miser sur lui. Ni sur les êtres qui le déclenchent. Ni sur les tourments que l’on devra, plus tard, à leur malfaisance.”

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum