Edencash
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-33%
Le deal à ne pas rater :
Pokémon Diamant Etincelant ou Perle Scintillante + Pin’s + Guide ...
29.99 € 44.99 €
Voir le deal

L'Amour monstre

Aller en bas

L'Amour monstre Empty L'Amour monstre

Message  Kashima Ven 27 Aoû 2010 - 18:12

L'Amour monstre 548797c5d5017b42a0eb2d55df0210.L._SL500_AA300_

« Une nuit que j’étais à me morfondre
Dans quelque pub anglais du cœur de Londres
Parcourant l’Amour monstre de Pauwels
Me vint une vision dans l’eau de Seltz »

Est-il connu autrement que par ce couplet de Gainsbourg ? Écrit en 1954, L’Amour monstre est l’ouvrage du journaliste et écrivain français, né en Belgique le 2 août 1920 et mort le 28 janvier 1997, Louis Pauwels. Parmi ses autres romans figurent ceux-ci, que je n’ai pas encore lus :

L'Amour monstre 575855580451240_L

Brigitte Bardot conseilla ce livre à Gainsbourg, lui disant :
« Lis ca ! Tu pourrais le méditer, c'est un ouvrage tout à fait pour toi ! Il est écrit à coups de fouet : ca claque à chaque page ! »

Je voulais sentir ces coups donnés par Pauwels… Les deux premières pages du livre nous résument l’histoire de la femme d’un marchand de coqs, qui le trompe et se repent. Tout est déjà bien qui finit bien, et à la troisième page : « Si c’était vrai ! Moi, ma vie est un vrai roman. On s’aimait, elle ne m’aime plus ». Le narrateur nous raconte comment sa femme Victoire s’est éprise du médecin du village, Antoine Billet. Les premières pages sont drôles, d’un humour grinçant. C'est vrai, la langue claque, la haine, l'amour et l'ironie dans quelques mots sortis de la bouche du mari bafoué :
« Elle dormait déjà, une cuisse hors du lit, découverte jusqu’au nombril. Eh ! prends froid, salope !... » (15)

En se confiant à une amie de longue date, Bouchette, bien que « les aveux de notre faiblesse ne reviennent pas vers nous en baume, mais en venin » (17), il apprend que le médecin est un peu « biscornu », et cela le rassure : pourquoi ne pas trouver dans l’autre la cause de l’infidélité de sa femme, rejeter la faute sur un étranger ? Le lecteur ne le sait pas encore, il ne restera pas en compagnie des pensées du marchand de coqs très longtemps et le roman va prendre très vite une autre tournure que celle du vaudeville… Une tournure... biscornue.

L'Amour monstre 199878l_3bd72c3bd47d4d7fa6759527b8107a95

Madame de Demalnoux, une veuve, se plaint de sa fille Madeleine qui, pour elle, a toujours été une mauvaise fille : « elle voyait, en élevant sa fille avec un écœurement et un effroi grandissants, avec l’inquiétude de n’avoir pas un cœur assez maternel, qu’il y a une certaine race de femmes sur le monde, peu nombreuses mais vivaces, qui fixent le soleil et se nourrissent de rêves qui soulèvent le cœur de toutes les autres femmes » (30) Vivaces, comme de mauvaises herbes ? Qui fixent le soleil ? On croit voir la jalousie et l’envie d’une femme aigrie dans ces mots. Mais on reviendra de son erreur…
Antoine Billet, le médecin, passe pour un séducteur invétéré : Victoire, la femme du premier narrateur, est folle de lui, et il y a justement Madeleine avec qui il a une liaison, Madeleine rentrée au couvent suite à cette histoire d’amour. Pourquoi ? Antoine, le médecin, est un suppôt de Satan ! Voilà ce qui se dit au village. Le bouc émissaire est trouvé, la machine populaire en marche pour abattre la bête.
Mais nous, lecteurs, nous savons qu’Antoine est amoureux fou de Madeleine qui, sans raison, l’a quitté. Amoureux d’une femme monstrueuse, fatale… Victime de l’amour monstre :
« J’ai vécu dans un monde qui ne ressemblait pas à celui-ci, j’ai eu les clés et ce n’est plus vivre que savoir qu’on vit en exil… » (131)
Antoine est possédé, mais pas par le diable qu’on suppose.

L’Amour monstre est un roman déroutant : on sent régner une atmosphère à la Mauriac parfois, quand il s’agit de chair et de religion. Texte à part et troublant, très bien écrit, qui n’a pas la place qu’il devrait dans la littérature, il vaut bien d’autres livres érigés en chefs-d’œuvre.
La chute sentimentale et morale du médecin montre que l’amour d’une femme est le plus sûr moyen de rencontrer le malin.

Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6540
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum