Edencash
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -59%
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont ...
Voir le deal
21.99 €

Les villages martyrs

2 participants

Aller en bas

Les villages martyrs Empty Les villages martyrs

Message  Kashima Ven 26 Déc 2008 - 9:55

En ce moment, sur France culture : documentaire, « 25 août 1944-25 août 2008 : Maillé ou les moissons du souvenir »
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/fabriquenew/

Les villages martyrs Ruinesvillagedebelleau3gx0


Ce qui est intéressant dans la comparaison de ces deux villages martyrs, c'est la manière différente de se comporter avec le passé: à Oradour, le village a été laissé tel quel, le nouveau construit à côté ; on a interdit pendant longtemps les bals, les clubs sportifs, en mémoire du massacre. A Maillé, au contraire, le passé a été rayé en reconstruisant le nouveau village par-dessus et en oubliant...
Voici, en quelques mots et d'après différentes sources, l'histoire de ces villages...

1 - Oradour-sur-Glane

Les villages martyrs Panneauagglopn1

L'histoire d'Oradour-sur-Glane m'a beaucoup marquée petite : nous avions visité ce village, j'avais peut-être huit ans... Je me souviens juste de la carcasse d'une voiture ancienne noire et de l'horrible impression qui m'avait saisie.

Peut-être celles-ci :

Les villages martyrs Oradournow03wm6 Les villages martyrs Oradournow08ss8

Résumé du massacre (d'après Site en mémoire d'Oradour)

10 juin 1944, c'est jour de distribution de tabac , la vision d'Oradour bascule dans l'effroi. C'est une belle journée de printemps qui s'annonce, les enfants retournent en classe et le déjeuner se termine doucement dans le restaurant Milord ou encore chez les particuliers. Il y a quatre jours que le débarquement en Normandie a eu lieu, les troupes de soldats allemands remontent sur le front. La résistance fait tout pour les retarder ou les en empêcher.

Depuis le débarquement, la Résistance amplifie ses actes contre la progression des Allemands et leur remontée vers la Normandie. Plusieurs incidents et la position de faiblesse des S.S. va motiver l'exécution d'un acte destiné à impressionner (et surprendre) la population et (peut-être) calmer l'ardeur des résistants. C'est une méthode que les S.S. ont eu l'habitude de pratiquer sur le front de Russie. Ainsi les Allemands choisissent un village sans passé avec le maquis ou la résistance, un lieu tranquille, pour se venger. Le choix est aussi fait en fonction de la taille du village et des capacités des S.S.

En début d'après-midi, les Waffen S.S. encerclent Oradour et rabattent vers le centre-bourg les personnes qui travaillent dans les champs. La population est rassemblée sur la place principale (le Champ de Foire) pour le prétexte d'un contrôle d'identité. Les hommes sont séparés des femmes et des enfants qui seront menés dans l'église.

Les hommes sont répartis en six groupes et menés dans les plus grandes remises ou granges d'Oradour où les allemands ont installé des mitrailleuses.

A 16 heures, et en quelques secondes les hommes sont abattus sans comprendre pourquoi. Certaines victimes recevront le coup de grâce. Les Allemands recouvrent les corps de matériaux combustibles et mettent le feu dans ces lieux de supplices ainsi qu'aux maisons. Seulement cinq hommes pourront sortir de la grange Laudy sans être abattus par les bourreaux.

A 17 heures, c'est malheureusement au tour des femmes et des enfants (400 personnes) réunis dans la petite église. Les Allemands déposent une caisse au milieu de la foule, au milieu de l'édifice. Il en dépasse un cordon qu'ils allument. Cette caisse destinée à asphyxier, explose et met en éclat les vitraux. L'asphyxie ne s'opère alors pas comme les allemands le prévoyaient. C'est alors qu'ils tirent sur les femmes et les enfants. (Aujourd'hui, on peut encore voir les impacts des balles sur les murs intérieurs de l'église). Une femme, Mme Rouffanche, parvient à s'enfuir par un vitrail. Elle est suivie par une autre femme et son bébé. Les cris du bébé alertant les Allemands, ces trois personnes sont mitraillées. Seule Mme Rouffanche, bien que blessée, survit en se cachant dans un rang de petits pois dans le jardin du presbytère.

Les villages martyrs Egliseecrouleds3

A 19 heures, le tramway venant de Limoges arrive sur Oradour. Les occupants sont emmenés dans une ferme proche. Ce n'est qu'en fin de soirée qu'il sont relâchés.

Le pillage et la destruction du village se poursuit en fin d'après-midi. Les personnes qui sont simplement blessées meurent brûlées vives.

Au lendemain, il n'existe plus que des pans de murs calcinés desquels s'échappent encore de la fumée. Oradour-sur-Glane est rayé de la carte avec ses habitants (328 constructions et 642 victimes). On ne compte que six survivants au massacre (personnes s'étant échappées des lieux de supplice) : 5 hommes et une femme. Quelques autres personnes échappent à la tragédie car elles sont absentes du bourg ou se sont cachées ou enfuies à l'arrivée des allemands par crainte.



2 - Maillé et l'oubli (Site sur Maillé)

En France, beaucoup se souviennent du terrible massacre et de la destruction d'Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944. Mais qui sait ce qui est arrivé au village de Maillé, en Indre et Loire, le 25 août 1944 ?

Ce jour là, tandis que Paris était libéré, Maillé était victime d'un massacre organisé et sans limite de la part de l'armée allemande en représailles d'actions de la résistance.

Ce massacre a coûté la vie à 124 habitants de Maillé, pour la plupart des femmes et des enfants.


Les villages martyrs Lecimetiereub7


Dans la matinée du vendredi 25 août 1944, des militaires allemands d'une division SS encerclaient le village et fusillaient toutes les personnes civiles qu'ils trouvaient au fur et à mesure de leur progression. Toute personne aperçue était traquée et assassinée. Ensuite, ils incendiaient les bâtiments.

Ce massacre a duré toute la matinée. Dans l'après-midi et jusque tard dans la soirée, l'artillerie bombardait le village, achevant de le détruire.

Le sous-lieutenant, Gustav SCHLUETER, commandant le gîte d'étape de Sainte-Maure, a été reconnu coupable du massacre de Maillé. Il a été condamné à mort par contumace en 1952 par le tribunal militaire de Bordeaux. N'ayant pu être retrouvé, il n'a pas été exécuté.

On ne connait pas le nom de la division SS qui a perpétré le massacre et la destruction de Maillé sous le ordres du sous-lieutenant SCHLUETER






Je vous engage à écouter cette émission très intéressante. Voici le témoignage de Mme Meunier, à l'épicerie-boulangerie (horrible):

"Vers 10 heures, trois Allemands sont entrés. Il ont tiré sur ma mère, sur ma grand-mère Justine TARTRE et sur moi-même. Je tenais mon petit garçon de 3 ans dans mes bras. Les balles m'atteignirent aux lèvres, mais mon petit Jean eut le bras gauche arraché et la jambe gauche affreusement mutilée. Je fis la morte en m'écroulant. Les soldats rechargèrent leur arme et ils tirèrent sur ma petite Annie, âgée de 5 ans. Elle fut tuée sur le coup. Puis ils sortirent. Je n'osais pas bouger ; à chaque instant, il passait des Allemands devant la devanture. Cependant, je parvins à quitter ma blouse et je couchais mon petit Jean sur elle. Il a crié au début, mais en perdant son sang, ses plaintes étaient de plus en plus faibles. Au bout d'une heure, d'autres Allemands vinrent auprès de nous. Jean était mort et moi je ne remuais plus, je retenais ma respiration. Ils ne me touchèrent pas. Ils brisèrent des vitrines à coup de crosse et ils empoignaient des pots de crème Tokalon qu'ils lançaient sur les autres vitrines en riant. Puis ils mirent le feu. Un quart d'heure après, je sortis et j'emmenai le cadavre de Jean. La fumée était très épaisse et je n'y voyais plus clair. Ma mère, blessée au côté par une balle explosive, sortit avec moi en se traînant. Je n'eus pas le courage d'aller chercher mon deuxième enfant ; il brûla. A 1 heure, mon mari et mon beau-père arrivèrent. Nous nous cachâmes le reste du jour."


Dernière édition par Kashima le Mar 30 Déc 2008 - 21:14, édité 1 fois
Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6540
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les villages martyrs Empty Re: Les villages martyrs

Message  chercheusedor Ven 26 Déc 2008 - 18:03

Ce qui est terrible c'est que l'on "s'habitue" aux commémorations.
Chaque année, la radio, la télévision nous donnent à écouter et à voir et au fur et à mesure, le temps qui passe, les événements qui s'éloignent mettent une certaine distance.

Mais quand je lis le témoignange de cette femme qui a vécu le l'horreur dans cette boulangerie, c'est comme si ça venait d'arriver.
chercheusedor
chercheusedor
L'antichambre

Nombre de messages : 173
Age : 59
Localisation : Paris, close to the fleuve.
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les villages martyrs Empty Sarkozy et Maillé

Message  Kashima Ven 26 Déc 2008 - 18:17

Pour ces villages, je trouve qu'on n'en parle pas beaucoup, justement, et que l'horreur gratuite est terrifiante.

Au passage, dans l'émission, on apprend que Sarkozy a prononcé un discours sur Maillé le 25 août dernier, contre l'oubli. On en écoute même un extrait :

Le président de la République a reconnu «la faute morale» commise par la France en ignorant si longtemps le massacre par l'armée du IIIe Reich de 124 habitants de ce village d'Indre-et-Loire le 25 août 1944.

L'hommage de la nation pour ne jamais oublier. Nicolas Sarkozy s'est rendu lundi à Maillé, en Indre-et-Loire, à l'occasion de la commémoration du massacre de 124 habitants par l'armée du IIIe Reich à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

«Je le dis en tant que président de la République, les morts de Maillé ont leur place dans la mémoire nationale», a-t-il déclaré sur la place du village, sous les yeux embués d'émotion des quelques dizaines de survivants rassemblés pour célébrer la mémoire de leurs proches assassinés. «J'ai voulu réparer une injustice», a expliqué le chef de l'Etat, qui venait d'inaugurer le musée consacré à la mémoire de ce massacre, dont les raisons restent mystérieuse et dont les auteurs n'ont pas été identifiés.«En ignorant si longtemps le drame de Maillé, en restant indifférente à la douleur des survivants, en laissant s'effacer de sa mémoire le souvenir des victimes, la France a commis une faute morale» a-t-il ajouté en parlant d'un «village martyr».

«C'est cette faute qu'au nom de la Nation toute entière, je suis venu reconnaître et réparer aujourd'hui», a ajouté le chef de l'Etat, devant une foule de plusieurs centaines de personnes, qui l'ont chaleureusement applaudi.

Nicolas Sarkozy a profité de cette courte cérémonie pour saluer le «sacrifice de nos dix jeunes soldats face à ces barbares moyenâgeux, terroristes, que nous combattons en Afghanistan» en faisant référence aux dix militaires tués la semaine dernière après une embuscade des talibans à l'est de Kaboul.

Le président est revenu sur le déroulement de cette journée du 25 août 1944, jour de la Libération de Paris. 60 à 80 soldats allemands avaient tué par balles ou arme blanche un quart des 500 habitants de Maillé, dont 42 femmes et 44 enfants, avant de bombarder le village. La veille, un accrochage entre un petit groupe de résistants et des soldats de la Wehrmacht avait eu lieu au nord du village, situé sur un axe ferroviaire stratégique.

Le président de la République était accompagné des secrétaires d'Etat Jean-Marie Bockel (Défense et Anciens combattants), et Hervé Novelli (PME). Rappelons que ce dernier est également président de la communauté de communes de Richelieu et élu d'une circonscription d'Indre-et-Loire dont fait partie Maillé.



Source : le Figaro
Kashima
Kashima
Faux-monnayeur

Nombre de messages : 6540
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les villages martyrs Empty Re: Les villages martyrs

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum