Le dernier crâne de M. de Sade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le dernier crâne de M. de Sade

Message  Kashima le Lun 27 Aoû 2012 - 16:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le marquis de Sade vit ses derniers jours à la prison de Charenton. Il a plus de soixante-dix ans, mais se livre encore à la débauche dans le fond de sa cellule, comme le constate le médecin qui l'examine et ceux qui entendent ses râles.
Il crache sur la religion, fait jurer à des gens de confiance qu'il ne sera pas autopsié et que sa dépouille ne sera pas ornée d'une croix : il exècre tant l’Église! Souvent, une aura de soufre se dégage de lui.
A sa mort, comme le cimetière de Charenton est remanié, ses ossements sont déterrés, et son crâne, au mystérieux pouvoir, va circuler de main en main, réservant un étrange destin à tous ceux qui le possèderont.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le livre est d'une écriture poétique, avec un souffle, un rythme, comme peut en donner cette illustration :

“L’anus bée, ourlé comme un bijou fruité, couleur de braise, de framboise des bois, un rouge rosé sur l’ombre où il voudrait inviter. Le docteur Doucet s’interroge. Stupeur et admiration. Qu’a fait le marquis, que fait-il encore, pour arriver à ce trou étrange? Qui favorise ce vice? Quels monstrueux objets polis ou subtilement contournés perforent cette chair extasiée et rougeoyante? Cette lascivité porcine, râlante, grognante, ce tas de viande qui halète et se pâme sous le boutoir. Et tout cela qui sert d’enveloppe, de support corporel déchu, à l’esprit le plus aigu et le plus libre de son siècle.”

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], auteur suisse mort il y a trois ans, raconte aussi ce goût qu'a l'homme pour les reliques :

“C’est parce que l’homme est seul qu’il a si terriblement besoin de symboles. D’un crâne, d’amulettes, d’objets de conjuration. La conscience vertigineuse de la fin de l’être dans la mort. A chaque instant, la ruine. Peut-être faudrait-il regarder la passion d’un crâne, et singulièrement d’un crâne hanté, comme une manifestation désespérée d’amour de soi, et du monde déjà perdu.”

Le narrateur possèdera le crâne en 2009... Étrangement, c'est cette année-là que disparaîtra brutalement l'auteur... Derniers mots de son dernier roman :
«Wie sind wir wandermüde – ist dies etwa der Tod? Comme nous sommes las d’errer! Serait-ce déjà la mort?»

De quoi nourrir un mythe.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum