Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Sam 6 Déc 2008 - 19:15

Venceslas se jeta donc sur Kentaro, afin de lui faire comprendre définitivement qu'il avait pris un risque. Mais, alors qu'il allait lui donner un coup de poing, Venceslas vit les yeux de Kentaro briller anormalement. Il s'en étonna naturellement, mais tâcha de ne pas en tenir compte et de le frapper coûte que coûte. Soudain, alors qu'il avait à peine serré son poing, le chevalier du Paon sentit qu'il était bloqué. Il jeta alors un coup d'oeil en face de lui et dut se rendre à l'évidence; c'était bien Kentaro qui avait paré le coup. Paraissant abasourdi, Venceslas demanda:

"Kentaro?...Que...comment as-tu pu réaliser ce prodige?"

Pour toute réponse, Kentaro déplaça ses poings, de sorte à atteindre son mentor. Surpris, Venceslas parvint, grâce à sa vitesse d'exécution supérieure, à parer les coups de son disciple, mais ce dernier lui donnait bien du mal. En effet, tout en bloquant les attaques du petit garçon, Venceslas se rendit compte peu à peu que les coups de son élève ne ressemblaient pas à des coups de poings, mais à des coups de griffes. Aussi le chevalier d'argent pensa-t-il:

"C'est insensé! J'ai...J'ai carrément l'impression de ne pas me battre contre un être humain, mais contre un animal...Contre un animal félin, comme le Lynx!"

Malgré sa surprise, Venceslas ne relâcha pas sa concentration. Au contraire, plus Kentaro tentait de donner des coups, plus le chevalier du Paon s'obstinait à ne pas lâcher prise. De plus, il savait que Kentaro avait moins d'expérience que lui, et que son agressivité inconsciente finirait par s'arrêter d'elle-même. Et effectivement, au bout de deux minutes, la lueur qui brillait dans les yeux de Kentaro disparut subitement et le petit garçon sembla devenir moins agressif d'un seul coup. Profitant alors de son avantage, Venceslas frappa son disciple d'un fort coup de poing dans le ventre. Kentaro, qui venait à peine de reprendre ses esprits, poussa un hurlement de douleur quand il reçut le coup de son mentor et s'écroula au sol. Venceslas recula de trois pas et attendit que son élève se remît de ses émotions. Quand ce fut le cas, vingt secondes plus tard, Kentaro se releva lentement et dit, d'un air penaud:

"Maître...Je m'incline...Vous aviez raison, je n'aurais pas dû vous laisser attaquer, vous avez su profiter de votre avantage à deux reprises et..."

Venceslas l'interrompit aussitôt:

"Non, Kentaro...Cette fois-ci, tu t'en es mieux tiré...Pendant deux minutes, tu m'as donné du fil à retordre...autant que si j'avais eu à affronter l'un des redoutables félins de cette région."

"Quoi?! Que voulez-vous dire, maître?"demanda Kentaro.

Le chevalier du Paon répondit en souriant:

"Pendant ces deux minutes, tu t'es battu comme un lion...ou plutôt, comme un lynx. Tes yeux scintillaient étrangement, tu semblais voir à la perfection la moindre de mes attaques, même si elles étaient à la vitesse du son, et tu semblais vouloir m'administrer des coups de griffes, plutôt que des coups de poings...Kentaro, je...j'ai bien du mal à me l'avouer, mais je dois me rendre à l'évidence; l'espace de deux minutes, tu semblais être devenu aussi redoutable que le Lynx de la constellation, comme si son esprit avait fusionné avec toi!"

Kentaro resta bouche bée devant les explications du chevalier d'argent. Lui, un petit Japonais réservé, était devenu pendant deux minutes aussi redoutable qu'un félin carnivore des montagnes! A l'instar de Venceslas, il avait bien du mal à se rendre à l'évidence, et pourtant, son mentor avait l'air d'être on ne peut plus sérieux. Finalement, Kentaro demanda au chevalier du Paon:

"Alors, maître, désormais, suis-je...suis-je digne d'être un chevalier sacré?"

Venceslas sourit:

"Oh, que non! Tu es encore bien loin de l'être! Je te l'ai dit, Kentaro, tu en as encore pour quatre ans avant de pouvoir espérer revêtir cette armure! Bon nombre d'épreuves t'attendent encore, tu n'es pas au bout de tes surprises! De plus, si tu as pu me mettre en difficulté durant deux minutes, il n'en reste pas moins que tu n'étais pas toi-même durant ce court laps de temps...Je veux dire que tu t'es battu comme le Lynx de la constellation, mais sans t'en rendre compte! Utiliser cette technique de combat ne sert à rien si on ne la maîtrise pas à la perfection, Kentaro! Sur le plan de l'esprit, tu as encore beaucoup de progrès à faire, crois-moi sur parole! Bon, reprenons l'entraînement."

Durant le restant de la journée, Venceslas et Kentaro continuèrent à s'entraîner au combat, sans qu'il y eût toutefois un progrès significatif de la part du petit garçon. Venceslas lui donna également quelques cours de physique et de biologie, et lui imposa d'escalader à mains nues un pan de montagne qui devait mesurer six à sept cents mètres. Au bout du compte, Kentaro revint plus épuisé que jamais dans la maison de pierre et, après un dîner rapide, s'écroula sur son lit de fortune et s'endormit sans problèmes. Quant à Venceslas, il était resté dehors, regardant le soleil qui se couchait sur la Mongolie, et paraissait songeur:

"Plus que quatre ans pour Kentaro...En dépit de ses indéniables progrès, le chemin qu'il doit encore arpenter reste long...Si sa force physique s'est nettement améliorée, il doit encore lui rester les deux tiers du chemin qui le mènera au titre de chevalier sacré...Mais cela ne dépend que de lui..."

Après ces pensées, Venceslas s'assit en tailleur et médita pendant six heures d'affilée, sans jamais s'interrompre.

Au même moment, dans la vallée du Gange, en Inde

Sous un arbre isolé, un homme méditait depuis plusieurs heures déjà. Il prenait la position du Lotus, la position de la sagesse. Il avait de longs cheveux blonds qui lui tombaient dans le dos, il avait une bonne vue, mais ses yeux étaient fermés en permanence. Il portait une large toge blanche comme seul vêtement. Il semblait vivre comme l'un de ces ascètes qui parcouraient l'Inde sans aucun bien matériel. L'homme ne semblait pas avoir conscience du monde qui l'entourait, comme s'il s'était envolé pour un nouvel ailleurs. Et ce fut probablement à cause de cette situation qu'un tigre qui se trouvait à quelques mètres de lui s'approcha, l'air menaçant. Le redoutable félin regarda l'homme à la toge en poussant quelques grognements furieux, comme s'il voulait l'avertir qu'il l'avait choisi pour être sa victime, son futur repas. Quand le tigre ne fut plus qu'à deux mètres de l'homme à la toge, il poussa un hurlement effroyable, qui aurait fait trembler, paniquer n'importe quel être humain. Pourtant, l'homme à la toge ne bougea pas. Au contraire, il poursuivit sa méditation avec ferveur, comme si ce tigre n'existait pas, n'avait jamais existé. Le félin, furieux de voir que sa cible osait le mépriser, sortit ses griffes et bondit sur l'homme à la toge, crocs et griffes en avant. Ce fut alors qu'un phénomène surprenant survint. Un halo de lumière éblouissant vint recouvrir l'homme à la toge et repoussa violemment le tigre, comme s'il avait été frappé par une force d'essence divine. Le tigre resta inconscient pendant dix secondes, puis se remit sur ses pattes et regarda l'homme à la toge, qui était toujours entouré par cette lumière presque divine. Le félin se mit à trembler sur ses pattes, à couiner une ou deux fois, puis il se décida à reculer lentement, sans cesser de trembler pour autant, puis repartit d'où il était venu, complètement apeuré.
L'homme à la toge se dit à lui-même:

"Qu'il est regrettable que ce tigre soit venu déranger ma méditation...Quoi qu'il en soit, je sens que Venceslas a quelques difficultés avec son disciple...Peut-être que ce jeune Japonais aurait besoin de certains de mes bons conseils...Je pars et je m'en vais requérir l'autorisation du Sanctuaire."

Aussitôt, le halo de lumière qui entourait l'homme se dissipa instantanément. Puis, le mystérieux adepte de la méditation se mit debout et, en un millième de seconde, disparut du paysage.


Deux jours plus tard, dans la région du fleuve Onon, en Mongolie

"Allez, Kentaro! Relève-toi! L'entraînement continue!"

Malgré les ordres de son maître, Kentaro eut toutes les difficultés du monde à se relever. Il n'avait en effet pas totalement récupéré de l'entraînement de la veille, qui s'était partagé entre une longue marche de quatre heures et des combats à répétition. Aussi, quand le petit garçon parvint à se remettre sur ses jambes, il sentit néanmoins qu'il avait le plus grand mal à se tenir debout. Faisant fi des faiblesses de son élève, Venceslas lui dit d'une voix plus forte que d'ordinaire:

"Kentaro, dépêche-toi d'attaquer! Si tu n'arrives pas à maîtriser les techniques de combat des chevaliers sacrés, jamais tu n'auras l'armure! Allez!"

Tentant d'oublier sa douleur, Kentaro serra les poings et se jeta sur son maître en criant. Le chevalier du Paon, bien peu inquiété par la vitesse de déplacement de son disciple, n'eut aucun mal à esquiver son attaque. Dans la foulée, il administra un bon coup de poing à Kentaro, ce qui le fit saigner légèrement de la lèvre inférieure. A bout de souffle, le nez dans la poussière, il eut à peine la force de murmurer:

"Pitié, maître...Pitié..."

L'air mécontent, Venceslas s'avança vers son disciple, le prit par le col et lui administra un coup de poing dans le ventre en guise de réponse. Alors que Kentaro n'était pas encore complètement au tapis, le chevalier d'argent dit à son disciple:

"Kentaro, dans un combat, le mot pitié n'existe pas! Les émissaires du Mal n'ont pas pour habitude de prendre des gants avec leurs ennemis, il ne faut donc pas en prendre avec eux non plus! Je te l'ai dit au tout début de ton arrivée en Mongolie; face au Mal, tu devras te montrer sans haine, mais aussi, et surtout, sans pitié! Allez, relève-toi!"

Kentaro avait été terrassé par les paroles très dures de son mentor. Il n'osait pas relever la tête, car les larmes lui montaient aux yeux, et il aurait préféré mourir plutôt que de pleurer en face d'un homme pour lequel il avait la plus grande estime, en dépit de sa sévérité. Venceslas soupira:

"C'est navrant...Kentaro a un potentiel immense en lui et il n'arrive toujours pas à le maîtriser! Pourtant, je suis sûr qu'il peut le faire..."

Le chevalier du Paon leva alors les yeux au ciel et pensa:

"Athéna...Cette tâche de mentor était-elle trop lourde à porter pour moi?"

Soudainement, une lumière éblouissante vint illuminer le paysage monotone et sombre de la région du fleuve Onon. Cette lumière brillait tellement qu'elle vint tirer Kentaro de la torpeur dans laquelle son désespoir l'avait plongé. Il leva lentement la tête, oubliant ses yeux rougis par les larmes, mais ne put voir que la lumière qui l'entourait. Parallèlement, il sentit une cosmo-énergie très puissante, mille fois plus puissante que celle de son mentor, bien que ce dernier n'eût jamais révélé son vrai potentiel. Le jeune Japonais songea:

"Que...Quelle est cette cosmo-énergie? Elle...Elle est inhabituelle, même maître Venceslas en est très loin...Comme...Comme si c'était la cosmo-énergie de Dieu!"

De son côté, Venceslas n'avait pas bougé depuis l'apparition de la lumière fantastique. Il ne put que se dire:

"Im...Impossible...Comment se fait-il qu'il...qu'il vienne ici?"

Ce fut alors que la lumière implosa brusquement, sous les yeux ébahis de Kentaro et de son mentor, pour mieux dévoiler son origine. Il s'agissait de l'homme mystérieux qui, deux jours, auparavant, méditait sous un arbre, dans la vallée du Gange. Mais il ne portait plus sa toge blanche. A la place, il portait une armure dorée, voire une armure en or pur qui couvrait tout son corps, une armure qui se caractérisait notamment par une double protection des épaules, dont certaines ressemblaient à des ailes pliées, et un casque à deux ailes et quatre branches. Il avança vers Venceslas sans ouvrir les yeux. Le chevalier du Paon resta immobile pendant cinq secondes, puis s'agenouilla devant l'homme à l'armure d'or, qui dit en souriant:

"Très bien, Venceslas...Je vois que tu me portes toujours le respect qui m'est dû!"

Il jeta ensuite un coup d'oeil à Kentaro, qui était impressionné par le charisme de l'homme à l'armure d'or, et lui dit:

"C'est donc toi qui suis les enseignements de Venceslas depuis maintenant deux ans, n'est-ce pas?"

Kentaro balbutia, tant il n'arrivait pas à se débarrasser de la forte impression qui l'habitait désormais:

"Oui...Oui...Je...Je m'appelle Kentaro, je...je viens du Japon..."

"Tu es bien plus résistant que ton apparence ne le laisse penser! dit l'homme en souriant. Pourtant, Venceslas ne ménage pas sa peine pour faire de toi un chevalier sacré au service de la déesse Athéna!"

"Qui...Qui êtes-vous?"demanda Kentaro, toujours aussi intimidé.

L'étranger répondit simplement:

"Mon nom est Shaka!"

"Shaka?"lâcha Kentaro.

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Sam 6 Déc 2008 - 19:15

A ce moment précis, l'homme du nom de Shaka jeta un coup d'oeil à Venceslas, qui était toujours agenouillé devant lui, puis lui dit:

"Cela suffit, Venceslas! Tu peux te relever!"

Le chevalier du Paon se releva lentement, puis se tourna vers Kentaro en lui disant:

"Kentaro, je vois que tu as fait connaissance avec mon propre mentor!"

Kentaro ouvrit grand la bouche:

"Votre...Votre propre mentor, maître? Vous voulez dire que c'est ce Shaka qui vous a permis de devenir un chevalier sacré?"

"C'est exact, jeune Kentaro, répondit Shaka en personne. Je suis Shaka, chevalier d'or de la constellation de la Vierge! Pendant quatre ans, j'ai eu Venceslas sous ma tutelle!"

Kentaro ne put dire un seul mot, tant il avait du mal à assimiler ces nouvelles. Ce fut Venceslas qui se chargea de tout lui expliquer:

"Pendant deux ans, j'ai suivi, avec d'autres enfants, les enseignements de l'ancien chevalier du Paon, Nersaki. Il fut malheureusement emporté par une forte fièvre, alors que je n'avais que huit ans. Pour poursuivre son entraînement, le Grand Pope a donc désigné un jeune chevalier d'or, Shaka de la Vierge. Bien qu'il n'eût que dix ans à l'époque, il avait toutefois un grand potentiel, si grand que l'on disait de lui qu'il était l'être le plus proche de Dieu!"

"L'être le plus proche de Dieu?!"dit Kentaro, qui avait du mal à croire les propos de son propre maître.

"C'est la vérité, Kentaro. Pendant les quatre ans que j'ai passés sous sa tutelle, sans pour autant dénigrer mon premier maître, j'ai appris bien plus de choses et j'ai progressé dix fois plus rapidement que durant mes deux premières années d'entraînement!"

Kentaro balbutia:

"Maître, vous...vous voulez dire que Shaka de la Vierge est plus fort que vous?"

Venceslas sourit:

"Bien sûr, mille fois plus fort que moi!"

Kentaro regarda de nouveau Shaka, qui n'avait pas bougé d'un pouce, et, sans bien s'en rendre compte, tomba à genoux devant lui. Le chevalier de la Vierge resta impassible devant cette marque de respect de la part du petit garçon. Venceslas demanda au chevalier d'or:

"Maître, dites-moi...Qu'êtes-vous venu faire ici?"

Shaka se retourna vers le chevalier du Paon et lui répondit de manière presque distante, comme s'il faisait mine de ne pas le voir:

"Venceslas, pendant quatre ans, tu as suivi mes enseignements, quand j'ai dû prendre le relais de feu Nersaki, ton prédecesseur! Et les trois quarts de ces ensignements ont été consacrés à la méditation, au développement de tes pouvoirs mentaux et psychiques, afin que la force de ton esprit égale celle de ton corps, qu'elle puisse même le surpasser! C'est ainsi que tu as fait fi des brimades de tes camarades asiatiques, qui voyaient d'un mauvais oeil un Slave venir les concurrencer sur leur propre terrain, et que tu as pu les surpasser tous! Tu as alors mérité l'armure d'argent du Paon, ainsi que le droit d'entraîner celui ou ceux qui prétendraient à l'armure de bronze se trouvant dans cette région!"

Après ce long intermède, Shaka resta muet durant cinq secondes, puis s'adressa de nouveau à Venceslas:

"Venceslas, alors que je méditais dans la vallée du Gange, j'ai senti que tu doutais de tes capacités à entraîner ce jeune Japonais! Venceslas, aurais-tu déjà oublié mes enseignements?"

Le chevalier de la Vierge avait parlé calmement, mais Venceslas, en écoutant les reproches de son maître, ne put s'empêcher de trembler comme une feuille. Il balbutia:

"Vos...Vos enseignements, maître?"

"Oui, Venceslas, reprit Shaka. Tu doutes de tes capacités à entraîner les prétendants au titre de chevalier sacré, je le sens au fond de toi! Or, tu le sais, je t'avais dit que, grâce au soutien de Bouddha, j'avais banni tout doute de mon esprit! Et je t'avais incité à en faire de même, grâce à la concentration et la méditation! Venceslas, mes enseignements auraient-ils été inutiles?"

Venceslas ne sut quoi répondre. Ne s'en souciant guère, Shaka poursuivit:

"En percevant l'embarras dans lequel tu te trouvais, Venceslas, je me suis rendu au Sanctuaire, où j'ai demandé audience au Grand Pope! Ce dernier m'a accordé le droit de venir en Mongolie, afin que le jeune Kentaro trouve en lui la force de surmonter les obstacles et de devenir chevalier sacré! D'ailleurs, le Grand Pope en personne m'a confié que tu avais beaucoup d'avenir, jeune Kentaro!" dit le chevalier de la Vierge en se tournant vers le petit garçon.

Kentaro, toujours subjugué par le charisme de Shaka, ne put dire un seul mot. Ce dernier se retourna alors vers son disciple et lui dit:

"Venceslas, ma tâche est terminée. Je m'en vais retourner dans la vallée du Gange, afin de poursuivre ma recherche d'un nouvel ailleurs."

N'y comprenant soudainement plus rien, Venceslas interpella son maître, qui venait de lui tourner le dos:

"Attendez, maître! Vous...Vous repartez comme ça, sans avoir prodigué le moindre conseil à Kentaro?"

Shaka répondit, sans s'arrêter, ni se retourner:

"Venceslas, si tu poursuis son entraînement, tu verras immédiatement que cela n'était pas nécessaire...A bientôt ou adieu, mon ami, le destin en décidera ultérieurement..."

Et brusquement, dans un éclair aveuglant, Shaka de la Vierge disparut de façon incompréhensible pour un simple mortel. L'éclair qui avait entouré le chevalier d'or illumina durant trois secondes le paysage, puis s'estompa totalement. Venceslas resta immobile pendant une dizaine de secondes, tout en pensant:

"In...Incroyable...Pourquoi maître Shaka a-t-il disparu aussi vite qu'il était apparu? Je n'ai pas du tout compris le sens de sa visite..."

Le chevalier du Paon fut alors sorti de sa distraction par un appel de son disciple:

"Maître Venceslas! S'il vous plaît, reprenons l'entraînement, moi, je suis prêt!"

Intrigué, Venceslas lâcha:

"Kentaro? Tu...Tu es sûr que ça va?"

"Oui, maître! répondit Kentaro en souriant. Je suis prêt à reprendre l'entraînement au combat, je vais beaucoup mieux qu'avant!"

De plus en plus surpris, Venceslas regarda Kentaro droit dans les yeux. Effectivement, le petit garçon semblait plus sûr de lui, avec un regard bien plus confiant que d'habitude, il semblait vouloir poursuivre le combat à tout prix, malgré les coups qu'il avait reçus. Face à ce changement brutal, Venceslas se mit à penser:

"Je n'y comprends plus rien...Il y a encore cinq minutes, Kentaro semblait prêt à abandonner notre combat et...et là, il semble plus déterminé que jamais...Non...Serait-ce la seule présence de Shaka qui lui a donné cet élan soudain?"

Toutefois, Venceslas se ressaisit rapidement. Il n'avait pas oublié les reproches à peine voilés du chevalier de la Vierge et souhaitait réparer ses erreurs. Il cria aussitôt à Kentaro:

"Kentaro! Prépare-toi au combat!"

Kentaro se jeta alors sur son maître, qui se prépara à riposter. Mais ce n'était plus le Kentaro qui s'était battu contre lui auparavant. Ce Kentaro avait changé, il semblait être devenu plus serein, comme s'il s'était non seulement concentré sur sa force brute, mais aussi sur celle de son esprit, ce qui intrigua particulièrement Venceslas:

"C'est incompréhensible...Ce n'est plus le même Kentaro! Comment un tel miracle a-t-il pu avoir lieu?"

Le chevalier d'argent n'eut néanmoins guère plus de temps pour les interrogations; Kentaro fonçait sur lui, poings en avant. Venceslas tenta alors de les parer, mais le jeune Japonais répliqua de plus belle, plus combatif que jamais. Venceslas eut le sentiment qu'il était dans la même situation que l'avant-veille, lorsque Kentaro avait inconsciemment fusionné avec l'esprit du Lynx. Cependant, il y avait désormais une différence flagrante; Kentaro paraissait désormais conscient de cet état de fait, comme en témoignait son esprit combatif, comme celui du Lynx face à sa proie. Venceslas ne s'y trompait pas; il était fortement concentré sur les moindres faits et gestes de son disciple et s'interdisait de baisser sa garde, malgré le fil à retordre que lui donnait Kentaro. Ce fut alors que le miracle survint; à un moment, Kentaro sembla augmenter sa vitesse d'exécution de manière presque anormale. Ce n'était pas encore la vitesse du son, la vitesse normale des chevaliers de bronze, mais elle était bien plus rapide que celle qu'il avait d'ordinaire. Venceslas, qui se battait largement en deçà de ses capacités, fut surpris par ce phénomène et sentit même que Kentaro surpassait sa vitesse d'entraînement. Il tenta de réagir, mais sentit subitement une violente douleur au ventre, comme s'il avait été frappé de plusieurs coups de griffes. A bout de souffle, le chevalier du Paon tomba à terre. Se rendant compte de l'état de son maître, Kentaro ne put s'empêcher d'accourir auprès de lui:

"Maître Venceslas! Maître Venceslas! Vous allez bien?"

En fait, Kentaro n'avait guère de raisons de s'inquiéter; trois secondes plus tard, le chevalier d'argent se remit sur ses deux pieds. Il portait quelques traces de coups sur son ventre, mais il ne risquait absolument rien. Devant l'air effaré de son jeune apprenti, Venceslas dit simplement:

"Kentaro, c'est...c'est très bien. L'entraînement est fini pour aujourd'hui, tu peux aller te reposer."

Kentaro sourit et courut immédiatement vers la maison de pierre de son maître. Celui-ci resta immobile pendant un bon bout de temps, encore surpris par le changement radical qui s'était opéré chez son disciple, qui était apparu plus déterminé que jamais, et était même parvenu à le mettre en difficulté et à lui porter un coup. Et tout cela s'était produit juste après le départ de Shaka de la Vierge, l'homme le plus proche de Dieu. Refusant d'y voir le simple fait du hasard, Venceslas songea, le sourire aux lèvres:

"Maître Shaka...Merci encore."

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Sam 6 Déc 2008 - 19:16

Lorsque le soir survint, après le repas, Venceslas s'en alla méditer dehors, afin d'apaiser son corps et son esprit, et de les préparer pour l'entraînement de demain, car il sentait que Kentaro progressait au fil du temps, et que la venue de Shaka ne ferait qu'accélérer ses progrès. Bien qu'il fût perdu dans sa méditation, le chevalier d'argent put penser néanmoins:

"Lors de mon entraînement avec Shaka, j'avais pris connaissance de la rumeur qui prétendait que mon maître serait la réincarnation de Bouddha...En dépit de ses immenses pouvoirs, je n'ai jamais pu croire totalement cette rumeur, étant persuadé que l'on ne vivait qu'une fois...Pourtant, après ce qui s'est passé avec Kentaro aujourd'hui, je me demande si tout cela n'était pas vrai, en fin de compte..."

Tout à coup, Venceslas sentit que quelqu'un s'approchait de lui. Il bondit sur ses deux pieds, mais se rendit ensuite compte qu'il n'avait pas à s'inquiéter:

"Ah, c'était toi, Kentaro!"

En même temps, Venceslas était étonné, car il n'avait pas su reconnaître la cosmo-énergie de son élève, fût-elle faible, dans l'immédiat. Aussi lui dit-il:

"Je ne suis décidément pas au bout de mes surprises, Kentaro...Normalement, j'aurais dû sentir immédiatement ton cosmos, mais ça n'a pas été le cas..."

Kentaro sourit:

"Maître...je crois que je commence à mieux maîtriser la force de mon esprit, et même à prendre conscience qu'elle l'emporte sur ma force physique! Lors de mes premiers jours d'entraînement, quand vous m'emmeniez faire de longues marches, je n'arrivais pas à comprendre comment vous pouviez en revenir à peine épuisé! Et aujourd'hui, j'ai fini par comprendre; c'était parce que votre esprit vous disait que vous n'étiez pas fatigué! Alors que moi, je me fiais trop aux sensations de mon corps! Je crois que, à partir de maintenant, je vais essayer de mieux contrôler ma force mentale, afin de maîtriser mon cosmos à la perfection!"

Venceslas sourit:

"Je suis heureux que tu aies enfin compris, Kentaro...Dis-moi, serait-ce la présence de Shaka qui t'a mené sur la bonne voie?"

Kentaro répondit, en hésitant un peu:

"Euh...Oui, enfin, je crois...Tout ce dont je suis sûr, maître, c'est que j'ai été frappé par le charisme que dégageait cet homme...On dirait que...que sans prononcer le moindre mot, il m'a transmis une partie de son savoir, pour que je reprenne confiance en moi et que je reste sur la voie qui mène au titre de chevalier sacré!"

Venceslas dit alors en souriant:

"Je comprends ta réaction, Kentaro...Moi-même, je dois en grande partie d'être devenu chevalier grâce aux enseignements de Shaka! Bien qu'il ait été plus loquace avec moi, dans le fond, les conséquences de sa présence ont été aussi bénéfiques pour moi que pour toi! Du moins, je l'espère, car le chemin que tu as pris pour devenir chevalier sacré est encore long..."

Le chevalier du Paon marqua une courte pause, avant de reprendre:

"Kentaro, je pense que tu devrais aller te coucher, tu as besoin de repos..."

"Oui, mais...maître, avant de partir, j'ai quelques questions à vous poser..."

"Je t'écoute, Kentaro."

"Lors de mon arrivée ici, vous m'aviez dit que vous étiez un chevalier d'argent. Au cours de mon entraînement, vous m'aviez dit que j'étais destiné à devenir chevalier de bronze. Et aujourd'hui, j'ai fait connaissance avec un chevalier d'or, qui m'a aussi parlé du Grand Pope du Sanctuaire...Pouvez-vous m'en dire plus à leur sujet?"

Venceslas répondit:

"Sans aucun problème, Kentaro. Il existe autant de chevaliers sacrés que de constellations. Les chevaliers de bronze sont les plus nombreux au sein de la chevalerie d'Athéna, mais ils sont également les plus faibles. Un chevalier de bronze peut porter un coup aussi rapide que le son, soit mach 1. Cela dit, ils sont mille fois plus forts que de simples mortels. Les chevaliers d'argent représentent la catégorie intermédiaire de la chevalerie d'Athéna, leur vitesse d'exécution varie de mach 2 à mach 5. Sans fausse modestie, je suis capable de porter des coups d'une vitesse mach 5, soit la vitesse maximale des chevaliers d'argent. Enfin, il reste les chevaliers d'or, qui sont au nombre de douze. Ils sont protégés par les douze constellations les plus proches du soleil, les constellations du Zodiaque: le Bélier, le Taureau, les Gémeaux, le Cancer, le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion, le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau et les Poissons. Leur force est incommensurable, seule la déesse Athéna les surpasse. Ils peuvent faire sept fois et demie le tour de la Terre en une seule seconde. Ils peuvent parcourir 300 000 kilomètres en une seule seconde. En d'autres termes, les chevaliers d'or ont une vitesse d'exécution égale à celle de la lumière."

Kentaro laissa alors échapper un cri de surprise:

"Quoi?! La vitesse de la lumière? Vous voulez donc dire que votre mentor, Shaka de la Vierge, peut se déplacer à la vitesse de la lumière?"

"C'est exact, Kentaro. Cela lui a d'ailleurs servi pour se rendre au Sanctuaire et voir le Grand Pope."

"Justement, maître, poursuivit Kentaro, qui est ce Grand Pope dont Shaka de la Vierge a parlé?"

Venceslas répondit:

"Le Grand Pope n'est nul autre que le représentant d'Athéna sur Terre. Il réside au Sanctuaire de la déesse à Athènes, en Grèce. Sa fonction principale est d'assister Athéna, mais dans la réalité, il est le chef de tous les chevaliers sacrés. Il est l'autorité suprême à laquelle tous les chevaliers, moi y compris, doivent obéir aveuglément."

Intrigué par les paroles de son maître, Kentaro lui demanda:

"Mais, maître...si le Grand Pope est aussi puissant que vous le dites, n'y a-t-il pas un risque qu'il en profite un jour pour prendre le contrôle de la Terre grâce aux chevaliers sacrés?"

Venceslas sourit:

"Il n'y a aucun risque pour que cela arrive, Kentaro. Pour la simple et bonne raison que le Grand Pope est toujours doté d'un corps, d'un esprit et d'un coeur purs. Car depuis la nuit des temps, le Grand Pope choisit lui-même son successeur parmi les douze chevaliers d'or. Quand le Grand Pope demandera à te voir, Kentaro, tu devras répondre à sa requête sans aucune réserve."

Kentaro dit alors, les lèvres tremblantes:

"Pour...Pourtant, maître, on...on m'a dit que...que si je venais à gagner l'amure sacrée, je devrais repartir au Japon avec elle..."

"Kentaro, répliqua Venceslas, je viens de te le dire; tu ne te rendras au Sanctuaire que si telle est la volonté du Grand Pope. Pour l'instant, repose-toi, tu en as grand besoin."

"J'ai compris. Bonne nuit, maître."

Soucieux de ne pas être trop familier avec son disciple, Venceslas ne répondit pas et se contenta de laisser Kentaro partir se coucher. Il était loin de se douter que ses dernières paroles avaient semé le trouble dans l'esprit du jeune Japonais:

"Alors le devoir d'un chevalier d'Athéna est de servir le Grand Pope, représentant de la déesse sur Terre? Je l'ignorais complètement! Et moi qui me destinais à revenir servilement au Japon, pour satisfaire les caprices d'un père odieux et de Saori, cette sale garce!"

Cinq minutes plus tard, Kentaro se coucha sur son lit de paille et se mit à réfléchir:

"L'on m'a dit que, si je gagnais l'amure, je devrais revenir au Japon avec elle...Mais au fond, à qui dois-je le plus? A Mitsumasa Kido ou à maître Venceslas? Dans le fond, pourquoi devrais-je servir les quatre volontés de cette ordure qui n'est mon père que par le sang? Sans parler de cette sale peste qu'est sa petite-fille...Maître Venceslas s'est souvent montré dur avec moi, mais il l'a toujours fait pour mon bien...De plus, sans jamais vouloir le montrer, il a témoigné bien plus d'affection à mon égard, il a eu un comportement plus digne d'un père que ce magnat égoïste! Et puis, le premier devoir d'un chevalier d'Athéna n'est-il pas de servir sa déesse avant tout?"

Cinq secondes plus tard, la réponse tomba comme une évidence:

"Oui, le premier devoir d'un chevalier sacré, c'est servir la déesse Athéna! J'ai enfin trouvé la raison pour laquelle je m'entraîne depuis deux ans: servir la justice! Si je gagne l'armure sacrée, je partirai au Sanctuaire pour me mettre au service de ma cause!"

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Kashima le Lun 29 Déc 2008 - 15:12

Johnny a écrit:


"Venceslas, pendant quatre ans, tu as suivi mes enseignements, quand j'ai dû prendre le relais de feu Nersaki, ton prédecesseur! Et les trois quarts de ces ensignements ont été consacrés à la méditation, au développement de tes pouvoirs mentaux et psychiques, afin que la force de ton esprit égale celle de ton corps, qu'elle puisse même le surpasser! C'est ainsi que tu as fait fi des brimades de tes camarades asiatiques, qui voyaient d'un mauvais oeil un Slave venir les concurrencer sur leur propre terrain, et que tu as pu les surpasser tous! Tu as alors mérité l'armure d'argent du Paon, ainsi que le droit d'entraîner celui ou ceux qui prétendraient à l'armure de bronze se trouvant dans cette région!"

Juste deux petites coquilles...
On a le bronze, l'argent et l'or réunis!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Lun 29 Déc 2008 - 17:29

Kashima a écrit:
On a le bronze, l'argent et l'or réunis!
Soit la hiérarchie des armures de la chevalerie d'Athéna !^^

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Kashima le Lun 29 Déc 2008 - 17:33

On devient or quand l'un des douze meurt?

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Lun 29 Déc 2008 - 17:38

Non, il y a un remplaçant. Rien n'est précisé s'il peut être recruté chez les chevaliers de bronze ou d'argent, mais je considère qu'il n'y a pas de montée en grade, tout dépend de la cosmo-énergie du chevalier.

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Kashima le Lun 29 Déc 2008 - 19:02

Ah, d'accord. Pas de promo chez les chevaliers!
Si on est bronze, on le reste toute notre vie alors... Et c'est détecté jeune, cette cosmo-énergie? Kentaro, par exemple, est voué à être de bronze?

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Lun 29 Déc 2008 - 19:22

Kashima a écrit:
Si on est bronze, on le reste toute notre vie alors... Et c'est détecté jeune, cette cosmo-énergie? Kentaro, par exemple, est voué à être de bronze?
Oui. Plus globalement, les enfants de Mitsumasa Kido sont partis s'entraîner pour devenir chevaliers de bronze.

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Mar 30 Déc 2008 - 19:12

Chapitre 5: Un rival pour l'armure sacrée



Six mois plus tard

Non loin des berges du fleuve Onon, Kentaro prenait la position du Lotus, tout en s'efforçant de faire le vide dans son esprit. Depuis que sa force mentale avait commencé à se développer, notamment grâce au soutien de Shaka de la Vierge, Venceslas avait jugé bon de lui imposer toute une kyrielle d'exercices destinés à renforcer son potentiel. Le jeune Japonais progressait lentement, mais sûrement. A ce moment précis, une aura dorée l'entourait, tandis qu'il tâchait d'atteindre la plénitude de la sagesse, ce qui laissa Venceslas songeur:

"Très impressionnant...Depuis que maître Shaka est venu ici, Kentaro semble avoir pris beaucoup plus confiance en lui...Et j'ai aussi l'impression qu'il a commencé à saisir le but de son entraînement...Oui, je pense qu'il a désormais une raison personnelle pour devenir chevalier sacré, mais j'ignore quelle est cette raison, il semble vouloir me la cacher, je ne sais pas pourquoi..."

Deux minutes plus tard, alors que Kentaro méditait toujours, Venceslas l'interpella par télépathie:

"Kentaro!"

"Oui, maître?"

"Tu as suffisamment médité pour aujourd'hui, à présent, nous allons passer aux techniques de combat!"


L'aura dorée qui entourait Kentaro se dissipa soudainement, puis le jeune Japonais se leva d'un bond et vint rejoindre son maître, qui ne se trouvait qu'à dix mètres de lui. Venceslas lui dit:

"Kentaro, depuis six mois, tu as fait beaucoup de progrès, aussi bien au combat que dans l'exercice de ta force mentale. Certes, je pense que maître Shaka n'y a pas été étranger, mais tu y as aussi beaucoup contribué par toi-même. Aussi, je pense désormais pouvoir commencer à t'enseigner les nombreux pouvoirs du Lynx!"

"Qu'entendez-vous par là, maître?"demanda Kentaro.

"La région du fleuve Onon, répondit le chevalier d'argent, abrite l'armure de bronze de la constellation du Lynx, un animal félin redoutable, aussi bien par ses techniques d'attaque que par sa vue extrêmement perçante. Pour acquérir une telle vue, égale à celle de douze hommes normaux, il faut avoir une force spirituelle cent fois supérieure à la norme! Voilà pourquoi j'ai attendu que la tienne se développe avant de te faire passer à ce stade de l'entraînement, Kentaro! A présent, passons aux choses sérieuses!"

Venceslas se plaça alors à trois mètres d'un arbre, sous les yeux de son disciple, puis lui dit:

"Kentaro, grâce à mon cosmos, je vais débiter cet arbre en très fines tranches, des tranches dont le nombre est particulièrement difficile à calculer à l'oeil nu! Avec l'aide de ton cosmos, Kentaro, tu devras percevoir la moindre de ces tranches, et me dire combien il y en avait exactement! Attention, Kentaro, concentre-toi bien!"

Le chevalier du Paon ferma aussitôt les yeux et commença à concentrer son cosmos entre ses mains. En une dizaine de secondes, sous les yeux ébahis de Kentaro, le cosmos de son mentor grandit à une vitesse prodigieuse, jusqu'à ce qu'une boule de couleur bleue apparût entre les mains de Venceslas, qui cria aussitôt:

"OHM!"

Alors, la boule d'énergie partit des mains de Venceslas et vint percuter violemment l'arbre qui se trouvait en face de lui. Le résultat ne se fit pas attendre; l'arbre vola en d'indénombrables morceaux, contraignant même le chevalier d'argent à se protéger le visage de ses propres mains. De son côté, Kentaro était impressionné par le phénomène crée par son mentor, mais il s'efforçait néanmoins de se concentrer autant qu'il le pouvait. Ce qui n'était pas chose aisée, car il arrivait que certains copeaux d'arbre se déplaçaient dans sa direction, lui éraflant parfois le visage. Cependant, depuis qu'il avait commencé à maîtriser sa force mentale, la douleur lui était devenue un peu plus supportable. Soudain, de manière inexpliquable rationnellement, les yeux de Kentaro se mirent à scintiller étrangement et ils se fixèrent sur le tourbillon de copeaux qu'avait déclenché Venceslas, sans jamais le perdre de vue. Ce phénomène dura une trentaine de secondes, puis s'estompa subitement, au même moment où le tourbillon de copeaux de bois cessa. Venceslas, intrigué, demanda alors à son disciple:

"Alors, dis-moi, Kentaro, combien de copeaux de bois as-tu comptés?"

Kentaro réfléchit deux à trois secondes, puis répondit:

"Il...Il y en avait deux millions...trois cent quarante-cinq mille...vingt et un copeaux de bois. Du moins, c'est ce que je crois, maître."répondit le jeune Japonais d'une voix à moitié assurée.

Venceslas laissa le silence s'établir entre son apprenti et lui pendant cinq secondes, puis répondit:

"Ce n'est pas tout à fait exact, Kentaro...Il y avait exactement deux millions trois cent quarante-cinq mille quarante-six copeaux de bois! Autrement dit, vingt cinq copeaux de bois t'ont échappé, bien que tu aies reçu, l'espace de trente secondes, le soutien de l'esprit du Lynx!"

Kentaro serra alors son poing droit, visiblement frustré de n'avoir pu réussir l'épreuve de son maître. Ce dernier lui dit:

"Tu n'as pas à t'en vouloir, Kentaro! Ta marge d'erreur était très faible! Ce n'est pas mal pour une première fois!"

"Peut...Peut-être que vous avez raison, maître...En tout cas, je tâcherai de faire mieux la prochaine fois!"

"C'est le but de la manoeuvre, Kentaro, sourit Venceslas. Bon, maintenant reprenons l'entraînement!"


Le soir venu, tandis que Kentaro venait à peine de se coucher, Venceslas était resté dehors pour méditer, prenant la position du Lotus, position qu'il avait prise bien souvent lors de son entraînement pour obtenir l'armure d'argent du Paon. Il ne pensait à rien, il avait fait le vide dans son esprit, afin d'évacuer tout ce qu'il avait ressenti aujourd'hui en tant que mentor. Ce fut alors qu'une voix tenta de communiquer avec lui par télépathie:

"Venceslas? M'entends-tu, Venceslas?"

Le chevalier du Paon n'eut aucun mal à reconnaître son lointain interlocuteur:

"Maître Shaka? Que me voulez-vous?"

"Venceslas, je voulais juste te dire qu'à partir de demain, le jeune Kentaro aura un camarade d'entraînement, et toi, un nouveau disciple! Je ne t'en dirai pas plus sur ce jeune garçon, si ce n'est qu'il vient de Mongolie! A partir de maintenant, tu devras gérer deux apprentis, Venceslas, montre-toi à la hauteur de ta tâche!"


Venceslas fut très étonné par les paroles de son mentor. C'était en effet Shaka qui lui avait fait savoir qu'il devrait entraîner un jeune Japonais pour l'obtention de l'armure du Lynx, ce qui l'avait poussé à se rendre lui-même au Japon. Aussi, le chevalier d'argent répliqua:

"Mais, maître Shaka, cela fait déjà deux ans et demi que Kentaro suit mon enseignement, mon nouveau disciple risque d'être fort handicapé!"

"Il n'en sera rien, Venceslas, je peux te l'assurer. L'on ne peut rien dire sur celui qui portera l'amure de bronze du Lynx dans quelques années! Je t'ai dit ce que j'avais à dire, Venceslas, au revoir ou adieu..."


A ce moment précis, le chevalier du Paon ne sentit plus la lointaine présence de son mentor. Il se releva aussitôt et songea:

"Deux disciples à gérer...Il ne faut pas que je doute de ma tâche, je n'en ai pas le droit!"

Préférant affronter cette nouvelle épreuve le lendemain, Venceslas décida de rentrer dans la maison de pierre et de dormir plus longtemps qu'il n'en avait l'habitude.


Le lendemain, pour la première fois depuis qu'il était arrivé en Mongolie, Kentaro se leva plus tôt que son maître. Après avoir lui-même pris son petit déjeuner, il se décida à sortir, pour faire quelques exercices de méditation en attendant Venceslas. Mais lorsqu'il ouvrit la porte de la maison, il resta cloué sur le seuil.
En effet, devant lui, il y avait un jeune garçon qui devait avoir le même âge que le jeune Japonais. Bien que les traits de son visage laissaient penser qu'il était né sur le continent asiatique, pour autant, il ne venait sûrement pas du Japon. Il portait des vêtements de couleur indigo, avait des cheveux aussi longs que ceux de Kentaro étaient courts, qui lui tombaient dans le dos et qui cachaient en partie son visage. Malgré cela, Kentaro put voir le sourire assuré que le jeune garçon affichait. Un silence s'établit entre les deux jeunes durant vingt secondes, jusqu'à ce que le garçon inconnu finît par lâcher, d'un ton quelque peu agressif:

"C'est bien ici qu'habite Venceslas du Paon?"

Interloqué, Kentaro ne put répondre pendant quelques secondes, ce qui ne ravit pas son vis-à-vis:

"T'es sourd ou quoi? Je t'ai demandé si c'était là que vivait Venceslas, le chevalier du Paon, t'as pas compris?"

Kentaro répondit en balbutiant:

"Oui...Oui, c'est ici, en...en effet...Mais il dort pour le moment..."

"Très bien, répondit le jeune inconnu, je vais donc l'attendre dehors!"

Alors que le nouveau venu allait sortir, Kentaro se hasarda à lui demander:

"Dis-moi...comment t'appelles-tu?"

Le jeune inconnu se retourna en un éclair et rétorqua:

"Ça te regarde pas! Je suis ici pour voir Venceslas du Paon, et c'est seulement à lui que je le dirai!"

"Tu es donc celui dont maître Shaka m'a brièvement parlé, c'est bien ça?"

Les deux garçons se retournèrent aussitôt et aperçurent Venceslas, qui venait de s'habiller. Saisissant l'occasion, Kentaro lui demanda:

"Maître, dites...dites-moi, qui est ce garçon?"

Venceslas répondit en souriant:

"Il s'agit du jeune garçon qui sera désormais ton camarade d'entraînement, Kentaro! Maître Shaka m'en a brièvement parlé hier soir, par télépathie. A partir d'aujourd'hui, vous vous entraînerez tous les deux, jusqu'à l'épreuve finale, qui déterminera lequel d'entre vous est le plus digne de porter l'armure sacrée!"

A ces mots, Kentaro commença à s'inquiéter en son for intérieur. Il allait donc désormais devoir travailler plus dur, car il aurait un concurrent pour l'obtention de l'armure sacrée. Ce qui lui fit poser bon nombre de questions:

"Un concurrent pour l'armure sacrée? Que...Qu'est-ce que ça veut dire? Ne serais-je donc pas destiné à devenir le porteur de l'armure du Lynx? Vais-je être à la hauteur de mon tout nouveau rival? Pourtant, j'ai...j'ai réalisé que je m'entraînais pour pouvoir défendre la justice, alors...pourquoi?"

Ignorant les états d'âme de Kentaro, Venceslas demanda à son nouvel apprenti:

"Dis-moi, comment t'appelles-tu?"

Le jeune garçon répondit:

"Je me nomme Temuchin, je suis natif de ce pays! J'ai été abandonné par mes parents quand j'avais trois mois et je suis arrivé dans un orphelinat, où je suis resté durant huit ans, jusqu'à ce qu'un émissaire du Sanctuaire d'Athènes soit venu me trouver, pour me dire que je pouvais devenir chevalier sacré! Voilà tout ce que j'avais à vous dire, maître!"

"Très bien, Temuchin...Je te présente Kentaro, il a le même âge que toi et il est venu du Japon pour gagner l'armure sacrée, comme toi! A partir de maintenant, vous serez frères d'armes et vous vous entraînerez tous les deux sous ma tutelle! Suivez-moi maintenant."dit alors Venceslas.

Kentaro et Temuchin obéirent alors et marchèrent vers la forêt en compagnie de leur maître. Chemin faisant, Temuchin adressa à Kentaro plusieurs regards bien peu sympathiques à son égard. Kentaro fit l'effort de ne pas en tenir compte, mais ne put s'empêcher de penser:

"Ce garçon m'apparait sûr de lui et peu sympathique...J'ai donc intérêt à lui montrer ce que je vaux!"

Après cinq minutes de marche, Venceslas et ses deux disciples arrivèrent en face d'un rocher. Le chevalier du Paon se tourna alors vers son nouvel apprenti et lui dit:

"Temuchin, bien que tu sois à peine arrivé ici, il te faudra maîtriser rapidement les techniques rudimentaires des chevaliers sacrés! Temuchin, peux-tu briser ce rocher?"

"Sans problème, maître!"répondit Temuchin avec un sourire arrogant.

Kentaro fut profondément agacé par l'assurance éhontée de son camarade d'entraînement. Il pensa dès lors:

"Ce Temuchin est bien trop sûr de lui! Enfin, de toute façon, j'aimerais bien voir sa tête quand il va se casser le poing sur le rocher!"

De son côté, Temuchin était en train de concentrer toute sa force dans son poing droit. Sa mine se crispait, il serrait les dents, comme pour montrer qu'il était prêt à démolir le rocher qui se trouvait en face de lui, ce qui laissa de marbre Venceslas. Finalement, après dix à quinze secondes de concentration, Temuchin s'élança:

"Yaaah!!!"

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Mar 30 Déc 2008 - 19:18

Le coup de poing partit droit devant le rocher, entra en contact avec lui et le résultat fut instantané; le rocher fut pulvérisé en mille morceaux, sous les yeux ébahis de Kentaro et de Venceslas, qui lui dit:

"Temuchin, c'est...c'est magnifique ce que tu as fait là...Comment as-tu pu réussir du premier coup?"

Temuchin répondit d'un ton assuré:

"Un jeu d'enfant, maître! N'importe quel aspirant au titre de chevalier sacré peut faire ça!"

Venceslas fut quelque peu gêné par l'assurance de son nouveau disciple. Il s'efforça toutefois de ne pas le montrer et se contenta de dire:

"Bon, hem...Très bien. Venez avec moi, vous deux, je ne vais pas vous conduire bien loin..."

Les deux apprentis du chevaliers du Paon hochèrent la tête et suivirent leur mentor. Toutefois, durant la marche, Kentaro ne put s'empêcher d'être profondément troublé par le coup d'éclat de Temuchin:

"C'est...C'est incroyable...Il a réussi du premier coup à briser un rocher, alors qu'il m'a bien fallu deux ans pour y parvenir! Je...Je me sens bête, d'un seul coup! Serais-je indigne de porter une armure sacrée?"

Le jeune Japonais n'eut toutefois pas plus de temps pour se poser des questions; Venceslas venait en effet de leur signaler, à lui et à Temuchin, qu'ils devaient s'arrêter. Le chevalier du Paon leur dit aussitôt:

"Grâce à la puissance de mon cosmos, je vais pulvériser cet arbre en tranches minuscules! En concentrant votre cosmos, vous devrez me dire combien il y avait exactement de tranches! Reculez de quelques pas, cela pourrait être dangereux pour vous!"

Après que ses deux disciples lui eurent obéi, Venceslas ferma les yeux, se concentra pendant une vingtaine de secondes, jusqu'à ce qu'un cosmos de couleur bleue apparût entre ses mains. Il cria aussitôt:

"OHM!"

Le résultat ne se fit pas attendre; lorsque l'énergie bleue entra en contact avec l'arbre, elle le pulvérisa en d'indénombrables tranches, du moins, pour les yeux d'un simple mortel, car un chevalier sacré était capable de percevoir combien il y en avait. Pendant trente secondes, Venceslas tourna le dos à ses disciples, de sorte qu'il ne les vît pas concentrer leurs cosmos pour faire apparaître une étrange lueur dans leurs yeux. Après ce laps de temps, le chevalier d'argent se retourna rapidement et leur demanda:

"Dites-moi; combien y avait-il de copeaux de bois?"

Les deux garçons répondirent, l'air confiant:

"Trois millions six cent quatre-vingt quatorze mille quatre cent trente-huit copeaux, maître." dit Kentaro.

"Trois millions six cent quatre-vingt quinze mille quatre cent soixante-dix copeaux, maître." dit Temuchin.

Venceslas resta muet l'espace de cinq secondes, puis livra le verdict:

"Il y avait exactement trois millions six cent quatre-vingt quinze mille quatre cent soixante-douze copeaux. Kentaro, ta marge d'erreur est plus importante qu'hier, dit le chevalier du Paon en fronçant les sourcils. En revanche, Temuchin, je suis très agréablement surpris par ta réponse; seuls deux copeaux de bois t'ont échappé!"

Temuchin se mit à sourire de plaisir, ce qui exaspéra profondément Kentaro, qui avait l'impression de revoir ce lèche-cul de Jabu à ses côtés:

"Grrr...Et le voilà qui fait le fier à présent! Il m'énerve, mais il m'énerve!...En même temps, je dois reconnaître qu'il est sacrément doué..."

C'était bien cela qui inquiétait le jeune Japonais; l'insolente réussite de son tout nouveau camarade. Lui en avait bavé pendant plus de deux ans pour pouvoir espérer gagner l'armure sacrée, et voilà qu'un jeune garçon prenait un malin plaisir à vouloir ruiner ses espoirs. Ignorant tout des états d'âme de son premier disciple, Venceslas dit:

"Temuchin, c'est la première journée que tu passes ici, dans la région du fleuve Onon! Toi qui es natif de Mongolie, tu sais que tu seras soumis à des températures très rigoureuses, notamment pendant l'hiver! Pour cette première journée, je vais surtout me consacrer à la théorie...Mais le lendemain, et tous les jours qui suivront, toi et Kentaro passerez le plus clair de votre temps à vous entraîner au combat, contre moi, mais aussi entre vous deux! En attendant, allez chercher votre propre repas!"

Tandis que Kentaro cheminait vers le fleuve Onon, où il espérait prendre du poisson, il ne put s'empêcher de penser:

"Je...Je vais donc devoir me battre contre Temuchin? Eh bien, ça promet! Et dire que je ne suis pas du tout sûr d'être prêt pour demain..."

De son côté, à l'inverse, Temuchin ne pouvait s'empêcher d'afficher un sourire insolent, en même temps qu'il pensait:

"Hé, hé, hé...Voilà une première journée d'entraînement qui commence bien! Demain, je vais montrer à ce Kentaro de quoi je suis capable!"

Le lendemain, comme prévu, Venceslas amena ses deux élèves dans une plaine déserte. Là, il leur dit:

"Il s'agit d'un combat amical, afin que je mesure votre potentiel! Cependant, il y aura encore beaucoup de combats de ce genre dans les années à venir! Le vainqueur de ce premier combat ne sera pas forcément celui qui finira pas remporter l'armure sacrée!"

Kentaro poussa un bref soupir de soulagement; il conservait encore ses chances.

"Allez, dit Venceslas, que le combat commence!"

Kentaro fut le premier à attaquer. Il se jeta sur Temuchin, poings et pieds en avant, mais à sa grande surprise, le jeune Mongol n'eut aucune difficulté à éviter les coups de son partenaire d'entraînement. Temuchin se mit à éclater de rire:

"Ha! Ha! Ha! Pauvre imbécile, ce n'est pas ça qui va m'effrayer! Prends ça!"

Et, avant que Kentaro n'ait pu dire un mot, Temuchin lui administra cinq ou six coups de poings au visage et au ventre. Le jeune Mongol se battait brillamment pour son âge, et Kentaro l'apprenait à ses dépens; au bout de trente secondes, il finit par se retrouver au tapis, sous le regard impassible de Venceslas et sous les yeux satisfaits de Temuchin, qui ne put s'empêcher de le narguer:

"Eh bien, Kentaro, tu abandonnes déjà? ça ne m'étonne pas, quelqu'un d'aussi fragile que toi ne peut venir à bout de moi!"

Piqué au vif, Kentaro répliqua:

"Attends un peu, Temuchin, tu vas voir ce que tu vas voir!"

Un peu trop sûr de lui, Temuchin ne put esquiver le coup de poing au ventre que lui administra Kentaro. Commençant à reprendre confiance en lui, le jeune Japonais envoya alors à son adversaire un coup de poing, puis un coup de pied au visage. Malgré les coups qu'il avait reçus, Temuchin ne tomba pas à terre, ce qui n'était pas pour réjouir Kentaro:

"Impossible! Temuchin, comment peux-tu rester debout malgré les coups que je t'ai portés?"

Temuchin répondit, d'un air arrogant:

"En quoi ça te regarde?"

Et, sans crier gare, Temuchin riposta physiquement en envoyant à Kentaro une volée de coups de poings qui finirent par le mettre au tapis. Le jeune Japonais resta inconscient pendant une dizaine de secondes, mais finit par être réveillé par la voix de son mentor:

"Kentaro, tu ne t'es pas relevé après dix secondes...Temuchin est donc vainqueur de ce combat!"

Kentaro, à la fois blessé physiquement et dans son orgueil, mit quinze secondes avant de pouvoir se remettre sur ses jambes. Il détourna la tête, afin de ne pas voir le sourire insolent de Temuchin, mais ne put échapper à l'analyse du combat par Venceslas:

"La victoire de Temuchin est logique. Logique, car jamais il n'a douté de lui, au contraire, il a affiché tout au long du combat une foi inébranlable en lui! En revanche,
Kentaro a parfois douté, l'espace de quelques secondes. Néanmoins, ces quelques secondes lui ont coûté la victoire...Kentaro, tu as intérêt à avoir plus confiance en toi si tu veux pouvoir renverser la vapeur!"

Kentaro ne répondit pas. Bien qu'il fût pertinemment conscient que cette défaite ne signifiait pas pour autant qu'il ne pourrait pas devenir chevalier sacré, il ne pouvait s'empêcher d'être frappé par le potentiel remarquable de Temuchin:

"Incroyable...En seulement quelques minutes, il m'a envoyé au tapis! Temuchin est donc bien un concurrent redoutable pour l'obtention de l'armure sacrée, j'ai intérêt à me concentrer sur l'entraînement et à progresser pour pouvoir devenir chevalier!"


Le soir venu, Kentaro vit Temuchin s'installer sur le lit de fortune que Venceslas avait installé récemment dans la maison de pierre. Saisissant l'occasion, Kentaro demanda à son camarade d'entraînement:

"Dis-moi, Temuchin...comment fais-tu pour être aussi doué?"

Temuchin répondit avec un grand sourire:

"Tu aimerais bien savoir, n'est-ce pas? Ce n'est qu'une question de bonne étoile!"

Intrigué, Kentaro lui demanda:

"Qu'entends-tu par là?"

"C'est très simple...Connais-tu le personnage historique dont je porte le prénom?"

"Non!"

"Temuchin était aussi le vrai prénom du premier grand Khan de Mongolie, Gengis Khan! Le fait de porter son prénom me porte sûrement chance!"

Temuchin resta silencieux durant cinq secondes, puis dit à Kentaro:

"Kentaro, Gengis Khan fut le premier Mongol qui sortit la Mongolie du néant dans lequel elle était plongée depuis toujours! Il a su réunir la plupart des tribus mongoles, quand celles-ci n'étaient pas massacrées, il a montré sa force en Chine, en Perse et en Russie, et a même fait connaître à une partie de l'Europe centrale sa toute-puissance! Porter le nom d'un conquérant comme lui ne peut que me gonfler de fierté! Et j'ai bien l'intention de suivre son exemple pour pouvoir devenir chevalier sacré!"

L'air perplexe, Kentaro répliqua:

"Temuchin, je ne te comprends pas...Pourquoi vouloir suivre l'exemple de cet homme qui a massacré des innocents, semé la terreur dans une grande partie du continent eurasiatique? Gengis Khan était peut-être un grand conquérant, mais il ne possédait aucune des valeurs propres aux chevaliers d'Athéna!"

Temuchin secoua la tête:

"C'est vraiment dommage que tu raisonnes de cette manière-là, Kentaro...Gengis Khan n'était peut-être pas un ange, mais il a néanmoins réalisé de grandes choses! Il a unifié la Mongolie, qui était jusqu'alors en proie à l'anarchie, divisée entre tribus belliqueuses! De plus, tous les pays qu'il a soumis à sa botte n'étaient pas non plus dirigés par des saints! J'irai même encore plus loin; en renversant les tyrans qui contrôlaient ces pays-là ou en les soumettant à sa volonté, il a montré que c'était lui qui était dans le vrai! Sa force a servi d'exemple, grâce à elle, l'harmonie a régné tant que Gengis et ses descendants contrôlaient ces contrées!"

Au fur et à mesure que Temuchin parlait, Kentaro se montrait de plus en plus incompréhensif:

"Je...Je ne te comprends pas du tout...Pour toi, seule la force peut montrer qui a raison et qui a tort? Est-ce là la logique des chevaliers d'Athéna, Temuchin?"

Inébranlable, Temuchin répondit:

"Qui sait? J'ai entendu parler des combats que la déesse Athéna a menés dans le passé, que ce soit contre Arès, les Titans ou Poséidon! A chaque fois, les deux camps prétendaient vouloir parler au nom du Bien! Athéna prétendait défendre l'humanité car elle le méritait, Arès voulait un monde dominé par les puissants, les meilleurs, les Titans voulaient restaurer l'ère pure créée par Cronos, et Poséidon voulait par l'eau purifier la Terre d'une humanité qu'il considérait comme corrompue! Les choses ne sont pas si simples, Kentaro! Ne va pas tomber dans un stupide manichéisme qui consisterait à dire qu'Athéna représente le Bien et les autres dieux sont les incarnations du Mal! Non, Kentaro! Le Bien et le Mal sont des notions instables, relatives! Ils ne dépendent que d'une seule chose; le rapport de forces! Athéna ne représente le Bien que parce qu'elle s'est à chaque fois imposée contre ses adversaires! Elle n'a jamais été au départ l'incarnation du Bien, ce sont ses nombreuses victoires qui lui ont offert ce titre!"

Kentaro n'était toujours pas convaincu:

"Temuchin, si vraiment, pour toi, Athéna ne doit son titre de garante du Bien qu'à sa puissance, pourquoi tiens-tu à devenir l'un de ses chevaliers?"

Le jeune Mongol répondit:

"Pour asseoir sa suprématie, tout simplement! En devenant chevalier d'Athéna, je renforcerai la puissance de sa chevalerie, et il sera bel et bien démontré qu'elle est la représentante véritable de la justice! Bon, Kentaro, je suis fatigué, laisse-moi dormir! Bonne nuit!"

"Bonne nuit, Temuchin."répondit timidement Kentaro.

Juste avant de s'endormir, Temuchin songea:

"C'est navrant de voir à quel point Kentaro est naïf...On voit bien qu'il n'a pas vécu dans l'orphelinat dans lequel j'ai passé toute ma courte vie! C'était un univers impitoyable, les pensionnaires ne s'y faisaient pas de cadeau! Très tôt, je l'ai appris; je devais me battre, notamment grâce à mes poings et mes pieds, pour me faire respecter! A chaque fois que je prenais des coups, je me relevais! A chaque fois que je donnais des coups, je m'arrangeais pour ne pas en encaisser! Et au final, je suis devenu le pensionnaire le plus fort et le plus respecté de tout l'orphelinat! Je suis convaincu d'avoir raison; seule la force permet de faire la différence entre le Bien et le Mal! Et c'est pour ça que je vais m'entraîner dur! Pour montrer à Kentaro et à maître Venceslas que je suis le seul à mériter l'armure sacrée!"

De son côté, Kentaro ne dormait pas non plus; il était trop occupé à méditer les paroles de Temuchin. Mais le jeune Mongol ne l'avait pas convaincu:

"Temuchi se trompe! Jamais maître Venceslas ne m'a dit que la justice était déterminée par la seule force! Jamais il ne l'a laissé entendre, pas plus que je ne l'ai perçu lorsque j'ai rencontré Shaka de la Vierge! Temuchin se trompe...Il me semblait déjà arrogant, à présent, je le trouve profondément antipathique! Non, vraiment, je ne l'aime pas!"

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Mar 30 Déc 2008 - 19:23

Un an plus tard

Venceslas méditait non loin du fleuve Onon. Il avait laissé ses deux disciples partir dans les montagnes pour qu'ils gagnent en force et en endurance et il savait qu'il leur faudrait plusieurs heures avant de revenir. Il en profita pour faire le point sur les douze mois qui s'étaient écoulés auparavant:

"Cela fait un an que Temuchin suit mon entraînement...Et je dois dire qu'il me surprend...Son potentiel est supérieur à celui que j'estimais lors de notre première rencontre.
Il est parvenu très rapidement à faire brûler sa cosmo-énergie, bien qu'elle soit encore un peu faible, et sa vue est de plus en plus perçante, comme celle du Lynx! Et lors de l'entraînement au combat, à chaque fois, il a vaincu Kentaro, ce qui m'a amené à espacer ces entraînements-là, pour ne pas désavantager mon premier disciple...Temuchin est vraiment remarquable, et pourtant...Pourtant, je suis vraiment loin d'être satisfait de lui en ce qui concerne son caractère. Il ne manque pas d'audace, mais...mais ses talents semblent avoir décuplé en même temps que son ego...Je crains que cela ne lui soit fatal à long terme..."


Le chevalier du Paon marqua ensuite une pause de dix secondes dans ses réflexions, puis les reprit, au sujet de Kentaro cette fois-ci:

"En ce qui concerne Kentaro, il a progressé dans une certaine mesure, mais...Mais j'ai l'impression que la présence de Temuchin le handicape, ils n'ont pas l'air de bien s'entendre. De plus, je sens qu'un complexe d'infériorité s'est développé chez lui, l'empêchant d'exploiter totalement son potentiel, c'est assez ennuyeux, car Kentaro, depuis son arrivée, a toujours eu du mérite..."

Venceslas s'interrompit dans ses réflexions une fois de plus; il sentait qu'un cosmos familier venait auprès de lui. Il se leva lentement, se retourna et reconnut immédiatement celui qui venait à sa rencontre:

"Temuchin? Tu as donc passé l'épreuve que je t'avais imposée?"

Temuchin répondit avec un grand sourire:

"Exactement, maître! C'était un jeu d'enfant! Le climat était rude, les températures étaient en dessous de -20°C, mais j'ai pu m'en sortir sans aucun problème!"

"Dis-moi, Temuchin, demanda Venceslas, sais-tu ce qu'est devenu Kentaro?"

Temuchin fut un peu vexé que Venceslas lui demandât des nouvelles de son premier disciple. Toutefois, il n'en montra rien et se borna à répondre:

"Aucune idée! Peut-être qu'il est mort! Dans ce cas-là, ça ne me concernerait plus! Simplement, je resterais le seul en lice et je pourrais alors remporter l'armure sacrée!"

Venceslas se chargea aussitôt de refroidir les ardeurs de Temuchin:

"Détrompe-toi, Temuchin! Si Kentaro venait à mourir, tu serais seul en lice, en effet, mais cela ne te donnerait pas l'armure sacrée pour autant!"

"Comment ça?"fit le jeune Mongol.

"Temuchin, il te reste beaucoup d'épreuves à franchir...et je ne parle pas seulement d'épreuves sur le plan physique."

Temuchin n'eut néanmoins guère plus de temps pour demander des précisions au chevalier d'argent; il sentit à cet instant précis que quelqu'un de familier venait dans sa direction. Il se retourna et reconnut Kentaro...qui était dans un piteux état. Le jeune Japonais avait en effet les bras et les genoux écorchés, il tenait à peine sur ses jambes et avait probablement enduré des températures terribles pour le corps humain, car sa peau avait pris une teinte bleutée. Il regarda Temuchin et Venceslas durant quelques secondes, puis s'effondra au sol. Venceslas resta de marbre, se contentant de penser:

"Apparemment, Kentaro n'a pas supporté le froid glacial des montagnes, ce qui explique l'état d'hypothermie dans lequel il se trouve...Pourtant, lors de l'épreuve finale, il aura à affronter de bien plus terribles conditions! Aussi, s'il veut s'en sortir, il devra le faire par lui-même!"

De son côté, Kentaro gisait au sol, très affaibli. Il ne restait en lui qu'une petite lueur de vie, mais celle-ci pouvait s'éteindre à tout moment. Cette lueur de vie lui permettait malgré tout de penser:

"Quelle sensation horrible...J'ai dû non seulement affronter des montagnes escarpées, des vents violents, une température insoutenable, mais...mais en plus, il faut que je supporte Temuchin, dont l'état de santé est remarquable! Qu'est-ce que ça...ça veut dire? Serais-je donc indigne de devenir chevalier d'Athéna? L'armure sacrée reviendrait-elle de droit à Temuchin?"

Ces questions résonnèrent dans son esprit durant dix secondes, jusqu'à ce que le jeune Japonais finisse par se ressaisir:

"Non! Tout...Tout n'est pas encore perdu! Je dois me souvenir de ce que m'a dit Temuchin, il y a un an de cela...Ce qu'il m'avait dit, c'était...c'était une insulte aux valeurs de la chevalerie d'Athéna! Je ne peux pas le laisser prendre le dessus, j'ai juré de devenir chevalier pour défendre la justice, celle qui est immuable, et je tiendrai parole, je suivrai les traces de maître Venceslas!"

Aussitôt, une lueur dorée vint recouvrir le corps meurtri de Kentaro, à la grande surprise de Venceslas et de Temuchin. Dix secondes après, le jeune Japonais se releva lentement, malgré ses blessures, une lueur dorée brillait également dans ses yeux, ce qui ébranla pour le moins le chevalier du Paon:

"Une fois de plus, Kentaro a accompli des miracles...Il a beau être en plus mauvais état que Temuchin, il est néanmoins parvenu à remonter la pente et à se relever de nouveau...J'ai l'impression que je l'ai sous-estimé...En fin de compte, peut-être qu'il pourra rivaliser avec Temuchin..."

Temuchin, qui était parvenu à entendre les propos de son mentor, protesta vigoureusement:

"C'est impossible, maître! Si Kentaro a pu s'en sortir, ce n'est que grâce à sa chance et à rien d'autre! Et je vais vous en donner la preuve, si vous le permettez!"

Intrigué, le chevalier d'argent demanda au jeune Mongol:

"Temuchin, que veux-tu?"

"Maître, je vous le demande; laissez-moi affronter Kentaro en combat amical, afin que je vous prouve ce dont je suis capable!"

"Mais..."

Ce fut alors que Venceslas entendit la voix de son premier disciple par télépathie:

"Maître, s'il vous plaît, donnez-lui en la permission! J'accepte le défi de Temuchin!"

Le chevalier d'argent hésita pendant quelques secondes, mais finit par céder:

"Bon, d'accord...Temuchin, tu peux affronter Kentaro!"

Le jeune Mongol sourit d'aise et lâcha:

"Parfait! Kentaro, prépare-toi! Je suis impatient de voir ce que tu as dans le ventre!"

Kentaro hocha la tête, puis regarda fixement Temuchin. Le jeune Mongol concentrait sa cosmo-énergie intensément, comme lors d'un vrai combat. Kentaro se décida alors à en faire de même. Dix à quinze secondes plus tard, deux jeunes garçons étaient face à face, tous deux recouverts par un halo de lumière dorée, ce qui ne manqua pas de surprendre Venceslas:

"Plus les choses avancent, et plus je suis surpris...Mes deux disciples auraient donc un tel potentiel? Et surtout...Kentaro me surprend de nouveau; il y a encore une minute, il était à moitié mort, et là, il est prêt à attaquer, toutes griffes dehors, comme le Lynx fondant sur sa proie...Mais?"

Le chevalier du Paon n'était pas au bout de ses surprises; il venait de voir que, du côté de Kentaro comme du côté de Temuchin, un animal félin était apparu et semblait protéger chacun des jeunes garçons. Ce fut alors que Kentaro attaqua le premier:

"Par les Griffes du Lynx!"

Et Temuchin de répliquer:

"Par les Griffes du Lynx!"

Sous le regard stupéfait de Venceslas, ses deux jeunes disciples se jetèrent l'un sur l'autres, toutes griffes dehors, avec une lueur dans les yeux. Il y eut un flash, puis Venceslas constata le résultat; Kentaro serrait les dents, pour ne pas hurler; il avait été touché par l'attaque de Temuchin et son sang coulait sur le sol. Ses blessures n'étaient pas bien graves, car la technique des Griffes du Lynx n'était pas encore au point, mais elle n'en était pas moins douloureuse. Finalement, au bout de dix secondes, Kentaro s'écroula au sol et perdit connaissance.

Quant à Temuchin, il était indemne et affichait un grand sourire; il avait pu esquiver tous les coups de son camarade d'entraînement. L'air serein, il se dirigea vers Venceslas et lui dit:

"Alors, qu'en pensez-vous, maître? Kentaro a relevé mon défi, mais n'est pas parvenu à me battre! Finalement, je pense que vous avez compris qui méritait de porter l'armure du Lynx, non?"

Le chevalier du Paon répliqua immédiatement:

"Tu te trompes, Temuchin...Tu te trompes totalement. L'identité du futur porteur est encore plus incertaine qu'auparavant..."

Interloqué par la réponse du chevalier d'argent, Temuchin lui demanda:

"Quoi?! C'est impossible, maître, je ne comprends pas ce que vous voulez dire!"

"Attends quelques secondes, Temuchin, et tu comprendras très facilement..."

Le jeune Mongol regarda Venceslas avec un air ahuri, durant quelques secondes, puis sentit une vive douleur dans son corps. Il le regarda rapidement et vit avec effroi que du sang s'échappait de ses quatre membres et de sa poitrine. Il y avait également des traces de griffes, à partir desquelles le sang s'écoulait. Temuchin finit par comprendre:

"C'est...C'est impossible! Alors...Kentaro aurait réussi à...à me toucher et...et je subirais en ce moment même le contrecoup de son attaque?"

Venceslas ne répondit pas et s'en retourna vers la maison de pierre, oubliant Temuchin, qui finit par perdre conscience à son tour, sans que ses jours ne soient pour autant en danger. Quant à Venceslas, tout en marchant, il songeait:

"Leurs progrès dépassent vraiment toutes mes attentes...La lutte pour l'armure sacrée risque d'être serrée dans les trente mois à venir..."

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Kashima le Mar 30 Déc 2008 - 21:08

J'l'aime pas, ce Temuchin! lol

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Jeu 1 Jan 2009 - 12:19

Chapitre 6: Ultimes épreuves



Deux ans plus tard

Dans une plaine mongole, deux jeunes garçons, âgés de onze ou douze ans, se battaient sans pitié, sous l'oeil attentif d'un adolescent de dix-sept ou de dix-huit ans, qui restait silencieux et ne s'interposait pas dans ce combat, puisqu'il l'avait lui-même imposé. L'un des jeunes garçons semblait venir du pays du Soleil Levant d'après ses traits. Il pensait tout en luttant:

"Cela fait trois ans que je m'entraîne avec Temuchin et que je m'efforce de rester à son niveau! Son esprit est plus combattif et plus agressif que le mien, il maîtrise mieux que moi les techniques sacrées du Lynx! C'est frustrant! Pourtant, la première fois que j'ai utilisé les Griffes du Lynx, je suis parvenu à le toucher, mais après, j'ai eu de plus en plus de mal, quand je n'y parvenais carrément pas! Comme si son agressivité avait payé! Je dois le dépasser!"

Et, joignant les paroles aux actes, Kentaro cria:

"Par les Griffes du Lynx!"

Une volée de coups, exactement 85 coups à la seconde, se dirigea vers Temuchin. Le jeune Mongol sourit, puis sauta en l'air et évita avec une aisance remarquable tous les coups de son camarade d'entraînement, qui enragea:

"Grrr...J'ai encore échoué! ça va donc durer encore longtemps?"

Temuchin répondit avec un sourire goguenard:

"Tant que tu t'obstineras inutilement à vouloir me dépasser, Kentaro, je crois que ça n'est pas prêt de finir! A mon tour, maintenant!"

Temuchin leva ses bras en l'air, recroquevilla ses doigts, comme s'ils étaient des griffes acérées et cria:

"Par les Griffes du Lynx!"

Kentaro vit alors se diriger vers lui autant de coups à la seconde qu'il en avait tentés d'administrer à Temuchin. Il s'arc-bouta au sol, tendit ses mains pour parer le coup du jeune Mongol, mais cet effort fut vain; les coups se mirent à pleuvoir sur le visage et sur le corps de Kentaro qui, rapidement dépassé, finit par relâcher prise et se retrouva au tapis en quelques instants. Temuchin lâcha d'un air ravi:

"Et encore une victoire à mon actif! Maître, dit Temuchin en se tournant vers Venceslas du Paon, cela fait un an que je me bats contre Kentaro et, à l'exception d'un match nul, je l'ai battu chaque fois! Pourquoi lui permettez-vous de continuer à s'entraîner? Ne pensez-vous pas qu'il serait plus sage de lui faire entendre raison? Moi, je n'y parviens pas!"

Venceslas répondit en fronçant les sourcils:

"Temuchin...sache que le fait de battre Kentaro en permanence ne suffit pas à dire que tu es digne de l'armure du Lynx...La seule force brute ne suffit pas pour devenir chevalier sacré, il en existe une autre, cachée au fond de soi, qu'il faut pouvoir maîtriser pour porter une armure. Ton cosmos est puissant pour un jeune de ton âge, plus puissant que celui de Kentaro, mais...Je t'en ai assez dit, Temuchin...Continue à t'entraîner, moi, je dois méditer...Cela vaut aussi pour toi, Kentaro." dit le chevalier d'argent en se tournant vers son premier disciple vers la fin de sa phrase.

Venceslas s'éclipsa alors dans la brume qui commençait à recouvrir la plaine et disparut sans laisser de traces. Obéissant aux consignes de son mentor, Temuchin s'en alla vers la forêt pour y exercer la force de ses poings. Mais au fond de lui, il ne pouvait s'empêcher de ruminer les paroles du chevalier d'argent:

"J'ai du mal à comprendre l'obstination de maître Venceslas! Pourquoi ne veut-il pas reconnaître que, de ses deux disciples, je suis le plus disposé à porter l'armure sacrée? Cela fait trois ans que je suis son entraînement, sans compter mon entraînement personnel à l'orphelinat, et cela fait également trois ans que je dois cohabiter avec Kentaro! Et depuis trois ans, les faits sont là: jamais Kentaro n'est parvenu à me dépasser! Dans ces conditions, pourquoi ne le congédie-t-il pas? Par pitié? Je suis le plus fort des deux, par conséquent, je suis le seul habilité à faire en sorte que la paix et l'harmonie règnent sur le monde! C'est vraiment navrant que maître Venceslas ne veuille pas voir la vérité en face! Vraiment navrant!"

Ravalant son dépit, Temuchin s'enfonça dans la forêt, afin de pouvoir se défouler sur des arbres. Quant à Kentaro, il s'était assis après sa défaite et s'était mis à penser:

"Et encore une défaite! J'en ai marre! Pourtant, la volonté ne me manque pas, je sais pourquoi je veux devenir chevalier sacré; pour servir une conception de la justice bien plus noble que celle que défend Temuchin! Rien que pour ça, je n'ai pas le droit d'abandonner! En plus, si maître Venceslas ne m'a pas congédié au bout d'un an, malgré mes multiples échecs, ça veut dire que j'ai encore une chance de gagner l'armure du Lynx!"

Il marqua une pause de cinq secondes, le temps de réfléchir un peu à ce qu'il venait de penser, puis finit par soupirer:

"Pfff...d'un autre côté, c'est bien de savoir que j'ai une petite chance de gagner l'armure, mais bon, il faudrait que je le démontre! Et pour ça, il faudrait que je commence par vaincre Temuchin lors d'un combat d'entraînement! Et ça, c'est pas donné!"

Le jeune Japonais soupira deux fois de plus, puis se décida à se relever et partir dans la forêt pour poursuivre son entraînement quotidien.


Le siège de la fondation Graad, au Japon

Une jeune fille aux cheveux mauves, âgée d'environ douze ou treize ans, vêtue d'une longue robe blanche, sirotait un thé à la menthe, quand elle entendit deux coups à la porte.

"Entrez!"dit-elle.

La porte s'ouvrit, laissant apparaître un homme de grande taille et d'un bon gabarit, le visage marqué par une calvitie précoce. Il était vêtu d'un costume qui indiquait qu'il était probablement le serviteur de la jeune demoiselle. Il déposa le journal qu'il avait à la main sur un fauteuil, ce dont profita la jeune fille pour s'adresser à lui:

"Tatsumi, as-tu quelques nouvelles des cent jeunes garçons envoyés aux quatre coins du monde par grand-père, il y a cinq ans et demi?"

Tatsumi secoua la tête:

"Non, aucune, mademoiselle...Cela dit, personnellement, je pense qu'il ne devrait pas y en avoir plus d'une dizaine qui reviendront vivants...Reste à savoir lesquels..."

La jeune fille ajouta, tout en buvant son thé:

"Cela n'est pas très important...Ce qui compte, c'est que le grand tournoi ait lieu dans six mois...Grand-père aurait tant voulu le voir naître personnellement, mais malheureusement, la mort est venue l'emporter..."

Le silence régna dans la pièce pendant dix secondes, puis la jeune fille, qui n'était autre que Saori Kido, poursuivit:

"Depuis que grand-père est mort, il me semble que ma vie a pris une toute autre tournure...Je n'oublierai jamais ses dernières paroles, qui furent longues et bouleversantes..."

"Je vous comprends, mademoiselle, dit Tatsumi d'une voix basse. J'étais avec vous, près de son lit de mort, et il m'a semblé que j'assistais aux dernières heures d'un homme qui cachait bon nombre de secrets..."

Il y eut un nouveau silence de dix secondes, puis Saori reprit la parole:

"Tatsumi...tout bien réfléchi, ne serait-ce que pour marquer une certaine attention envers la mémoire de grand-père, j'aimerais savoir quelles sont les armures qui reviendront au Japon..."

Le serviteur dévoué des Kido fronça légèrement les sourcils:

"Mademoiselle Saori, je comprends vos sentiments, mais il me semble très difficile de faire en sorte que votre souhait soit satisfait. La Terre est vaste...en dépit des importants moyens financiers de la fondation, cela risque d'être long et fastidieux, et..."

"Tatsumi!"lâcha Saori en haussant le ton.

"Mademoiselle?..."

"Cela a de la valeur à mes yeux, poursuivit la jeune fille. Je veux donc que les six prochains mois soient consacrés non seulement à la préparation du Tournoi Intergalactique, mais aussi à l'identification des armures sacrées qui reviendront au Japon! Dans six mois, pendant quelques jours, je veux que des émissaires soient dépêchés dans les lieux d'entraînement, et me rapportent les informations que j'exige! Me suis-je bien faite comprendre, Tatsumi?"

Saori avait terminé sa phrase en se retournant vers son serviteur et en le regardant d'un air ferme. Tatsumi, qui avait beaucoup trop de respect pour sa maîtresse pour pouvoir contrarier le moindre de ses désirs, inclina la tête et répondit:

"J'ai compris, mademoiselle. Je m'en vais de ce pas consulter les endroits où ont été envoyés les cent orphelins et je vais tout mettre en oeuvre pour que votre volonté soit satisfaite."

Saori sourit:

"J'en suis enchantée, Tatsumi. Tu peux disposer, à présent."

Tatsumi salua sa maîtresse en inclinant la tête, puis quitta la pièce d'un pas lent. Saori reprit alors la tasse de thé qu'elle avait posée durant quelques instants et en but le contenu restant.

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Jeu 1 Jan 2009 - 12:22

Six mois plus tard

Comme il le faisait souvent, Venceslas avait pris la position du Lotus, non loin du fleuve Onon, faisant abstraction du vent rigoureux qui l'entourait et de la pluie qui avait commencé à tomber. Mais cette fois-ci, contrairement à ses habitudes, il ne méditait pas pour faire le vide dans son esprit. Cette fois-ci, il méditait pour faire le bilan des six années qu'il avait passées en tant que mentor, d'abord avec Kentaro seul, puis avec le jeune Japonais accompagné de Temuchin. Six ans s'étaient passés et l'entraînement touchait à sa fin. Il y avait dix minutes, il avait fait savoir à ses deux disciples par télépathie qu'ils devaient venir le rejoindre près du fleuve Onon, car il avait quelque chose de très important à leur dire. Sachant que ses disciples en avaient encore pour longtemps avant de le retrouver, il en avait profité pour méditer. Il se livrait donc en ce moment même au bilan de ces six ans en Mongolie:

"Ces six années passées en Mongolie sont passées à la vitesse de la lumière, bien que je ne la maîtrise pas personnellement!...J'avais douze ans quand j'ai commencé à entraîner Kentaro, quatorze et demi quand Temuchin est devenu mon apprenti, à présent, j'en ai quasiment dix-huit, et j'ai l'impression d'avoir mûri à une vitesse incroyable, comme si j'avais en fait passé dix années dans cette région! J'ai comme l'impression que cette tâche de mentor entrait dans la continuité de mon entraînement de chevalier sacré, comme si j'étais encore un peu juste pour revêtir l'armure du Paon, armure que je n'ai d'ailleurs porté qu'une seule fois, quand je l'ai gagnée sous la férule de maître Shaka!...En ce qui concerne mes deux apprentis, l'opinion que j'ai d'eux n'a guère varié au fil des ans...Sur le plan physique, Temuchin est bien plus robuste que Kentaro, mais son ego surdimensionné l'empêche de maîtriser un élément essentiel pour pouvoir prétendre au titre de chevalier sacré! Quant à Kentaro, bien que maîtrisant assez bien sa force mentale, il a des défaillances dans sa force brute, et surtout, il lui manque encore un minimum de confiance, ce qui est pourtant essentiel! Ce qui se passera aujourd'hui risque donc d'être fort intéressant..."

Venceslas se releva ensuite, puis se retourna et regarda vers l'horizon, guettant l'arrivée de ses deux disciples. Il n'eut pas bien à attendre bien longtemps; trois minutes plus tard, Temuchin arrivait le premier, toujours aussi sûr de lui, avec un grand sourire aux lèvres. Vingt secondes après, il fut rejoint par Kentaro, qui semblait préoccupé. Ne tenant pas compte des états d'âme divergents de ses deux disciples, Venceslas les laissa venir à lui jusqu'à ce qu'il n'y eût plus que deux mètres entre le mentor et ses apprentis. Le chevalier d'argent dit alors ce qu'il avait à dire:

"Ecoutez-moi bien, Kentaro et Temuchin. Cela fait longtemps que vous vous entraînez sous ma direction. Cela fait exactement six années pour Kentaro et trois ans et demi pour Temuchin. Cependant, Temuchin, tu n'as aucun retard sur Kentaro et, sur bien des points, tu es même largement en avance sur lui."

Temuchin ne put s'empêcher d'afficher un grand sourire en entendant les paroles de son maître, au grand dam de Kentaro.

"Pour être clair, poursuivit Venceslas, c'est comme si vous vous étiez entraînés en même temps, sur la même période. Vous êtes deux, mais seul l'un d'entre vous pourra porter l'armure sacrée du Lynx, qui se trouve en haut de la Montagne Damnée!"

"La Montagne Damnée? Qu'est-ce donc?"demanda Kentaro, intrigué par ce surnom peu rassurant.

"C'est là où le loup bleu, l'ancêtre de tous les Mongols selon la légende, a consommé une liaison coupable avec un léopard femelle du désert de Gobi! Et de cette liaison sont nés une kyrielle de lynxs redoutables et cruels, condamnés par les dieux à ne pouvoir s'accoupler qu'entre frères et soeurs, ou entre cousins, dans le meilleur des cas! Ces lynxs incarnent l'animalité dans ce qu'elle a de plus déplorable! Si un mortel parvient à grimper la Montagne Damnée, jamais il n'en redescend, car les lynxs maudits par les dieux le dévorent sans états d'âme! Pourtant, c'est leur repaire qui abrite l'armure de bronze du Lynx, celle pour laquelle toi et Temuchin concourez!"

Bien peu rassuré par l'histoire de Venceslas, Kentaro lui demanda:

"Vous...Vous voulez dire, maître, que nous devrons tous les deux escalader la Montagne Damnée pour nous battre contre des lynxs cruels, afin de gagner l'armure sacrée?"

Venceslas secoua la tête:

"Non, pas tous les deux, comme tu dis...Temuchin, Kentaro, vous allez d'abord devoir vous battre tous les deux, afin de déterminer lequel est celui qui mérite de grimper la Montagne Damnée!"

Temuchin pensa alors:

"Hé, hé, hé...Parfait, parfait! C'est une excellente occasion pour montrer à maître Venceslas que je suis le seul à pouvoir porter cette armure!"

Venceslas recula de quelques pas, puis dit d'une voix forte:

"Temuchin, Kentaro, le combat commence à partir de maintenant! Allez, et que le meilleur gagne!"


Le chevalier du Paon prit alors la position du Lotus et ferma les yeux, n''utilisant que son sixième sens pour suivre le combat de ses deux apprentis. Ceux-ci venaient de se jeter l'un sur l'autre, pieds en avant:

"Yaaah!"

"Yaaah!"

Un bruit fort et sec à la fois se fit entendre. Kentaro avait encaissé un violent coup de pied de la part de Temuchin et avait été envoyé au tapis, face contre terre. Il n'eut guère le temps de penser à quoi que ce fût, car le jeune Mongol le prit par les cheveux, le releva lentement, puis lui administra trois ou quatre coups de poings au visage avant de le laisser tomber au sol. Il ne put alors s'empêcher de narguer son partenaire d'entraînement:

"Ha! Ha! Ha! Ha! Tu es lamentable, Kentaro! Pourquoi n'as-tu jamais abandonné l'entraînement? Tu aurais dû pourtant comprendre ceci depuis le début; c'est moi et moi seul qui mérite de porter l'armure de bronze du Lynx! Ta force physique est pitoyable, tu n'as rien dans les muscles! Je vais te faire voir la vérité en face une bonne fois pour toute!"

Tout en finissant de parler, Temuchin avait saisi Kentaro au collet. Il lui envoya alors un violent coup de poing au visage. Le jeune Japonais se retrouva au tapis une fois de plus. Il était dans un piteux état; il saignait du nez et de la lèvre inférieure, ses pommettes commençaient à gonfler et son oeil droit était poché. Mal en point, il pensa, complètement abattu:

"Je...Je n'en peux plus! J'en...J'en ai marre! Au fond, Temuchin avait raison, j'aurais mieux fait d'abandonner et de revenir au Japon sans l'armure! Après tout, mieux vaut ça que satisfaire les volontés d'un père indigne!"

Se rendant compte du profond désespoir de son rival, Temuchin sourit de bon coeur et dit:

"Je pense que tu as enfin compris, Kentaro! Un faible comme toi ne mérite pas de porter une protection vouée à défendre la justice! C'est aux plus puissants que revient cet honneur! Je m'en vais te tourner le dos, Kentaro, et je vais dire à maître Venceslas que le combat est déjà terminé!"

Temuchin se dirigea ensuite vers Venceslas, qui n''était qu'à trois mètres du lieu de combat, et lui dit, d'un ton emphatique:

"Maître Venceslas, je suis prêt à subir l'ultime épreuve! Le combat entre Kentaro et moi est terminé! J'ai gagné!"

Venceslas répondit d'un ton calme, dans la seconde qui suivit:

"En es-tu bien certain, Temuchin?"

Surpris par la réponse de Venceslas, Temuchin se retourna vivement et laissa échapper un cri de stupeur:

"Quoi?!"

Kentaro se tenait en effet devant lui, blessé, mais avec un regard déterminé. Il avança lentement dans la direction de son adversaire, malgré ses jambes qui tremblaient. Frappé par ce retournement de situation, Temuchin lâcha:

"Kentaro, aurais-tu perdu la tête? Tu as pourtant bien vu que j'étais le plus fort! A ce titre, je mérite de défendre la justice!..."

"Tais-toi, Temuchin! hurla Kentaro d'un ton qui fit frissonner le jeune Mongol. Je ne te laisserai pas gagner l'armure! Je me souviens de ce que tu m'avais dit au sujet de Gengis Khan, il y a plusieurs années de cela! Tes paroles étaient indignes de quelqu'un qui prétendait vouloir défendre la justice! Temuchin, la justice ne change pas avec les rapports de force! La justice reste la justice, quelque soit l'époque et la situation!"

A bout de nerfs, Temuchin répliqua:

"Tu commences à m'énerver, Kentaro! Tu es bien trop naïf pour comprendre quoi que ce soit aux notions de Bien et de Mal! Mais je vais me charger de te les faire comprendre par la force!...Par les Griffes du Lynx!"

Sans que Kentaro ait eu le temps de réagir, de nombreux coups, exactement 85 coups à la seconde, vinrent le frapper au visage et au corps. Submergé par les coups de Temuchin, le jeune Japonais finit par s'effondrer au sol. Le jeune Mongol sourit brièvement, puis se tourna vers Venceslas:

"Alors, maître Venceslas, qu'en pensez-vous? Ne croyez-vous pas que le combat est terminé, cette fois-ci?"

Le chevalier du Paon ne répondit pas verbalement, mais se contenta de secouer la tête. Etonné par la réaction de son mentor, Temuchin s'apprêtait à lui demander plus de précisions à ce sujet, quand il sentit une montée soudaine de cosmo-énergie. Il se retourna vivement et s'aperçut qu'il n'était pas au bout de ses surprises:

"Comment?! Mais...Mais c'est impossible!"

Kentaro s'était de nouveau relevé, mais avec un regard plus ferme qu'avant et entouré par une cosmo-énergie bien plus intense que celle qu'il déployait normalement. De plus, cette cosmo-énergie égalait presque celle de Temuchin, qui se mit à balbutier:

"Je...Je dois être en plein...plein délire! La...La puissance de Kentaro rattrape la mienne! Pour...Pourquoi?"

"Temuchin, répondit Kentaro, tu devrais te rendre à l'évidence, la victoire va t'échapper! Au cours de mon entraînement, j'ai découvert pourquoi je voulais devenir chevalier sacré: pour défendre la justice! La vraie justice, pas cette justice de pacotille qui ne serait que le luxe des plus puissants! Tu ne mérites pas de porter l'armure du Lynx, Temuchin, et je vais immédiatement te le prouver!"

"Dans tes rêves, Kentaro! protesta Temuchin. Par les Griffes du Lynx!"

Kentaro riposta instantanément:

"Par les Griffes du Lynx!"

Les attaques partirent à la même vitesse d'un côté comme de l'autre, soit 85 coups à la seconde. Quelques instants après, Temuchin regarda Kentaro et eut une nouvelle surprise; le jeune Japonais n'avait aucune blessure supplémentaire. Temuchin lâcha, l'air affolé:

"Comment? Comment as-tu réalisé ce prodige?"

Kentaro sourit, puis répondit à son rival:

"Temuchin, il n'y a pas bien longtemps, tu m'as déjà envoyé cette attaque, et à la même vitesse en plus! Une même attaque ne marche qu'une seule fois sur le même adversaire! Tu ne peux plus compter sur les Griffes du Lynx! Abandonne le combat, Temuchin, tu as perdu!"

"Jamais de la vie! protesta violemment Temuchin. Tu ferais mieux d'arrêter de vouloir m'impressionner, Kentaro; tu es peut-être parvenu à éviter tous mes coups, mais tu as été incapable de me toucher!"

Kentaro ferma les yeux, puis dit en secouant la tête:

"Tu crois donc vraiment ça...C'est navrant..."

"De quoi parles-tu? Mais!..."

Trois ou quatre traces de griffes venaient d'apparaître sur le corps de Temuchin, faisant couler son sang. Le jeune Mongol hurla de douleur. Kentaro dit alors à son rival:

"Tu as été imprudent, Temuchin...Tu as concentré toute ton attention sur ton attaque, mais tu as omis de te protéger. Dommage pour toi..."

Temuchin répliqua, malgré sa douleur:

"Grrr...Arrête de me narguer, Kentaro, je vais te faire payer ton insolence!"

Aussitôt, Kentaro concentra son cosmos, tendit ses bras en avant, puis hurla:

"Par la Morsure du Lynx!"

Sans avoir eu le temps de réagir, Temuchin sentit une violente douleur aux jambes et aux bras, comme si des lynxs l'avaient mordu aux membres. Il hurla à la mort pendant cinq secondes, avant de se retrouver au tapis. Il se releva sept secondes plus tard en pensant:

"Grrr...C'est insensé...Kentaro maîtrise donc une autre technique de combat!? Je suis meurtri non seulement dans ma chair, mais en plus dans mon orgueil! Ce...Ce sale gosse ne mérite pas de gagner l'armure sacrée, je dois lui mettre ça dans la tête!"

Quand Temuchin fut tout à fait debout, il s'adressa à Kentaro en ces termes:

"Kentaro, j'en ai plus qu'assez de te voir me malmener de la sorte! Je vais te montrer ce que je sais faire!..."

Kentaro répliqua:

"Temuchin, renonce à tes projets, cela pourrait te coûter cher!"

Le jeune Japonais venait de concentrer sa cosmo-énergie une fois de plus, atteignant des sommets qu'il n'avait pas envisagés alors. Temuchin tâcha de ne pas se laisser intimider et dit:

"Tu as perdu, Kentaro! Prends ça! Yaaah!"

Temuchin se jeta alors sur son adversaire, poings et pieds en avant, ce qui fit soupirer Kentaro:

"Je t'avais prévenu, Temuchin, tant pis pour toi...Par le Piège des Félins du Nord!"

Alors, au grand dam de Temuchin, une centaine de coups portés à la vitesse du son vinrent à sa rencontre et le frappèrent violemment. Le jeune Mongol hurla encore plus fort que les fois précédentes, car il sentait non seulement qu'il se faisait à la fois mordre et griffer, mais qu'il était également paralysé par la simple volonté de Kentaro, dont les yeux brillaient étrangement. Le supplice de Temuchin dura dix secondes, puis le rival de Kentaro finit par se retrouver au tapis et y resta durant plus de dix secondes. Venceslas, qui avait suivi le combat grâce à son sixième sens, se releva et dit:

"Le combat est terminé. Kentaro, tu as gagné."

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Jeu 1 Jan 2009 - 12:25

En entendant les paroles de son maître, Kentaro ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux, tant il avait encore du mal à réaliser. Il avait gagné! Il avait remporté l'ultime combat contre Temuchin, alors que ce dernier l'avait dominé durant leurs longues années d'entraînement. Mais cette fois-ci, la chance avait été du côté de Kentaro. Il allait pouvoir affronter l'ultime épreuve, afin de remporter l'armure sacrée. Il se dirigea vers Venceslas en souriant et lui dit:

"Maître...Je...J'ai encore du mal à croire ce qui vient de se passer...Durant toutes ces années, j'ai perdu à chaque fois que je me suis battu contre Temuchin, et là...là, je suis parvenu à le vaincre...Je n'arrive pas encore à réaliser ce que je viens de faire..."

Venceslas répondit à son disciple:

"Cela n'a rien d'étonnant pourtant, Kentaro...A plusieurs reprises, lors de ton combat, tu as toi-même livré la réponse de l'énigme..."

"Comment ça?"

"C'est injuste!!!"

Alors que Venceslas allait répondre à Kentaro, il entendit ce cri de protestation derrière lui. Le chevalier du Paon se retourna lentement et vit Temuchin, qui venait de se relever. Le jeune Mongol était couvert de plaies de la tête aux orteils et paraissait furieux. Il s'avança vers son mentor en lui disant:

"C'est injuste! Maître, ce combat était une supercherie! Je ne devais pas perdre face à Kentaro, c'était moi qui devais gagner!"

Venceslas demanda à son disciple d'une voix très calme:

"Peut-on savoir ce qui te fait dire ça, Temuchin?"

Enervé, Temuchin répondit:

"Chaque fois que j'ai affronté ce faible, j'ai gagné! Il en aurait dû être de même pour aujourd'hui! J'irai même plus loin; j'aurais dû avoir d'office le droit de passer l'ultime épreuve! Pourquoi, maître? Pourquoi?"

"Temuchin, répondit Venceslas d'un air toujours paisible, ce combat était déterminé à déceler la vraie force qui se trouve en vous!"

"Comment ça, maître? rétorqua Temuchin. Ne me dites pas de bêtises, ne me dites pas que Kentaro est plus fort que moi, je ne vous croirai pas!"

Sans se démonter, Venceslas répliqua:

"Temuchin, tu es plus fort que Kentaro du point de vue de la force brute. Mais celle-ci ne suffit pas, jamais tu n'as appris à maîtriser ton ego, ce qui est la clé essentielle pour entrer en harmonie avec son cosmos! A l'inverse, Kentaro, qui souffrait d'un manque de confiance en lui, a fini par trouver cette clé au cours de votre affrontement. Car Kentaro s'est rattaché à la raison pour laquelle il veut devenir chevalier sacré; servir Athéna et défendre la justice! C'est pour ça qu'il a gagné, Temuchin!"

Au fur et à mesure que Venceslas livrait ses explications, Temuchin sentait que la colère montait de plus en plus en lui. Aussi répliqua-t-il:

"Et alors, maître? Moi aussi, je veux devenir chevalier pour défendre la justice! Et seuls les plus forts méritent cet honneur, ce sont les forts et les puissants qui représentent la justice, car eux seuls ont les capacités pour pouvoir la sauvegarder!"

A ces mots, Venceslas répondit calmement, mais en fronçant les sourcils:

"Temuchin, tu te trompes sur toute la ligne. Jamais la justice n'a été déterminée par la force. La justice, la vraie et la seule, est immuable. Celui qui détient la force ne détient pas nécessairement la justice, mais celui qui détient le sens de la justice peut avoir la force avec lui. Quelqu'un qui, comme toi, Temuchin, a une vision aussi cynique de la justice, est indigne de devenir chevalier sacré et de porter une armure. Voilà pourquoi tu as perdu aujourd'hui."

En entendant les paroles de son propre maître, Temuchin devint fou de rage, comme il ne l'avait jamais été auparavant depuis qu'il était arrivé dans la région du fleuve Onon. Il regarda le chevalier d'argent avec des yeux de feu et hurla dans sa direction:

"Espèce d'ordure! Vous...Vous allez me payer ce que vous venez de me dire! Je vais vous tuer!"

Venceslas répondit calmement:

"Eh bien, tue-moi donc, si ça peut te soulager..."

De son côté, Kentaro était pétrifié par la colère subite de Temuchin. Il aurait voulu intervenir, mais il avait été déjà touché par le jeune Mongol lors de leur combat et devait songer à se reposer un peu, en attendant l'épreuve de la Montagne Damnée. Profitant de la passivité de son vainqueur, Temuchin se jeta sur leur propre maître en criant:

"Vous allez mourir, maître! Par les Griffes du Lynx!"

Venceslas, l'air stoïque, ne fut pas alarmé le moins du monde par la rébellion de son disciple. Très détendu, il bougea lentement ses poings et, sous les yeux médusés de Kentaro, ses deux poings semblèrent se multiplier par 500 000, devenant un million de poings. Temuchin encaissa tous les coups en une fraction de seconde, et se retrouva au sol, l'air bien plus mal en point qu'à l'issue de son combat contre Kentaro. Le chevalier du Paon dit alors d'un ton calme:

"J'ai utilisé l'Attaque du Million de Mains à la simple vitesse du son, et tu n'as même pas été capable de l'esquiver. Ton échec, Temuchin, vient de me donner raison; tu ne méritais pas de devenir chevalier sacré. Tu devrais me remercier; si j'avais utilisé mon attaque à son véritable potentiel, tu serais parti dans l'autre monde. Je n'ai plus de temps à perdre avec toi...Suis-moi, Kentaro."dit-il à son premier disciple vers la fin de sa phrase.

Encore quelque peu ébranlé par tout ce qui venait de se passer sous ses yeux, Kentaro finit néanmoins par obéir à son mentor et le suivit. A un moment, il voulut se retourner vers Temuchin, mais le chevalier du Paon l'en empêcha par télépathie:

"Ne te retourne pas, Kentaro. Il n'en vaut pas la peine."


Obéissant à son maître, Kentaro ne se retourna pas, laissant Temuchin inconscient. Au fond de lui, le jeune Japonais était satisfait de ne plus avoir à supporter ce camarade qu'il n'aimait pas, à cause de son arrogance éhontée. A présent, il ne lui restait plus qu'une seule épreuve à franchir, et il deviendrait chevalier sacré de la déesse Athéna. Kentaro et Venceslas marchèrent sans se parler pendant presque dix minutes, jusqu'à ce qu'ils arrivèrent au pied d'une montagne escarpée, soumise à des vents violents et à une pluie battante. Venceslas s'arrêta de marcher et fit les présentations à son disciple:

"Kentaro, je te présente la Montagne Damnée! En haut de cette montagne se trouve l'armure de bronze du Lynx, mais celle-ci est gardée par les descendants des amours maudites du loup bleu et du léopard femelle des neiges. Ces créatures ont non seulement des crocs tranchants et des griffes acérées, mais possèdent également cinq sens particulièrement aiguisés. De plus, il n'est pas facile d'arriver en haut de cette Montagne, car elle est soumise en automne et en hiver à des pluies torrentielles et des bourrasques, et l'été est la saison de la sécheresse et du soleil de plomb! Le printemps ne connait pas ces phénomènes critiques, mais la montagne reste particulièrement escarpée et les risques d'éboulement sont fréquents! Voilà le programme qui t'attend, Kentaro! Es-tu toujours décidé à affronter cette ultime épreuve?"

Kentaro haussa les épaules, puis répondit:

"Je le suis toujours, maître! J'ai souffert pendant ces six années, j'ai dû lutter pour dépasser mes limites, je me suis battu sans trêve et sans repos, et j'ai réussi à entrer dans la dernière ligne droite! Je ne peux pas abandonner maintenant! Je suis prêt à relever le défi, maître!"

Alors, sous le regard stupéfait de Kentaro, Venceslas leva l'index et le majeur de sa main droite en l'air et dit:

"Alors soit..."

Et, dans la seconde qui suivit, Kentaro poussa un cri aigu de douleur. Il lui sembla que deux poignards avaient perforés ses yeux et les avaient déchirés. Il passa ses mains sur son visage et sentit qu'elles étaient ensanglantées. De plus, il se rendit compte qu'il était comme plongé dans le noir. Kentaro finit par se rendre à l'évidence; Venceslas, son propre maître, lui avait froidement crevé les yeux. Le jeune Japonais se mit à gémir:

"Pourquoi, maître? Pourquoi?"

Le chevalier du Paon répondit froidement:

"Kentaro, avec ta vue normale, tu ne réussiras jamais l'épreuve de la Montagne Damnée. Il est donc nécessaire de repartir de zéro pour que tu conserves une petite chance de gagner l'armure sacrée. Maintenant que tu as perdu la vue, tu n'as que deux solutions; soit escalader la Montagne Sacrée et tâcher d'en revenir avec l'armure, soit errer à jamais dans la Mongolie et vivre de la charité des autres. A toi de décider."

Kentaro fut stupéfait par le changement qui s'était opéré autour de Venceslas. Son maître, qui lui avait semblé bien meilleur que son propre père au cours de ces six années d'entraînement, était subitement devenu un monstre froid, qui n'avait pas hésité à le priver de la vue. Paraissant peu attentif à l'égard des états d'âme de son disciple, Venceslas poursuivit:

"Kentaro, les créatures qui hantent la Montagne Damnée possèdent individuellement la vue de dix hommes normaux. Et un mois après le début de ton entraînement, je t'avais dit que tu devrais posséder la vue de douze hommes normaux. A présent, tu es aveugle, mais tu possèdes une petite chance d'acquérir cette vue exceptionnelle, et je suis très sérieux. Alors, qu'as-tu décidé?"

Kentaro, toujours plongé dans le noir, réfléchit brièvement, puis répondit en soupirant:

"Maître, je...je me suis décidé! Je relève le défi!"

Venceslas sourit:

"Je n'en attendais pas moins de toi, Kentaro. Je m'en vais, et je verrai bien si tu es capable de surmonter cette ultime épreuve...A bientôt ou adieu, mon ami, le destin en décidera..."


Le chevalier du Paon tourna le dos à son disciple et s'en alla vers un endroit que lui seul connaissait. Kentaro, toujours aveugle, soupira, puis songea:

"Je ne dois pas me laisser abattre! Je suis entré dans la dernière ligne droite, je ne peux plus faire marche arrière. J'ai perdu la vue, mais pas l'esprit! Maître Venceslas m'avait dit un jour que celui qui avait perdu un sens pouvait néanmoins développer ceux qui lui restaient! Je dois en faire de même pour m'en sortir!"

Kentaro se concentra l'espace de quelques secondes, puis commença à réaliser que les quatre sens qui lui restaient se développaient petit à petit. Son sens du toucher devenait plus affiné, son odorat était bien plus sensible, son ouïe plus fine et son goût plus réceptif. Le jeune Japonais avança alors lentement durant une minute, jusqu'à ce qu'il sentît qu'il touchait quelque chose de dur qui l'empêchait d'avancer. Il palpa l'obstacle durant quelques secondes, puis réalisa qu'il se trouvait en face du début de la Montagne Damnée. Autrement dit, les difficultés commençaient pour lui à partir de cet instant. Les mains tremblantes, Kentaro essaya de s'aggriper aux parois de la montagne, mais échoua à trois reprises. Il soupira, puis se dit de nouveau:

"Non, je ne peux abandonner! Je veux devenir chevalier sacré pour pouvoir défendre la justice et j'y parviendrai! Allez!"

La mine crispée, Kentaro leva la tête, fit un bond et parvint, tant bien que mal à saisir des encoches où il pouvait se tenir. Le jeune Japonais, après s'être rendu compte qu'il avait quitté le sol, poussa un soupir de soulagement et pensa:

"Je suis parvenu à m'accrocher à la montagne! A présent, je dois me fier aux quatre sens qui me restent pour parvenir au sommet!"

Ce qui ne rendait pas la tâche aisée, c'était que, outre que Kentaro fût privé de la vue, il devait en plus affronter des bourrasques de vent qui pouvaient lui faire perdre l'équilibre à tout moment et subir des pluies torrentielles qui lui tombaient sur le corps, comme s'il se faisait mitrailler par des jets d'eau. Malgré ces contraintes climatiques, Kentaro refusa d'abandonner, serra les dents malgré sa douleur, et avança lentement, en raison de son handicap. A plusieurs reprises, il sentit quelque chose craquer au-dessus de lui. A chaque fois, il se cambra vers l'avant, juste au moment où des éboulements se produisaient au-dessus de sa tête, manquant de l'écraser de peu. Et à chaque fois, ce fut une belle frayeur pour le jeune Japonais, qui sentait qu'il commençait à avoir des sueurs froides, tant il n'avait jamais eu autant peur qu'aujourd'hui. Il se mit à trembler de nouveau:

"C'est...C'est terrible! J'ai l'impression de vivre l'enfer sur Terre comme jamais depuis que je suis arrivé en Mongolie! Argh! C'est seulement maintenant que je comprends l'avertissement de Tatsumi! Dans le fond, je ne suis pas mieux loti qu'Ikki qui est allé sur l'Île de la Mort, ou Shun, qui est parti sur l'Ile d'Andromède! Nous étions tous destinés à connaître l'enfer! Argh!"

Surmontant tant bien que mal sa douleur, Kentaro poussa un profond soupir et agrippa de nouvelles parois qui pouvaient servir d'appuis à ses mains. Quand il y fut parvenu, il haleta un court moment, puis se décida à reprendre l'ascension de la Montagne Damnée. Après une nouvelle escalade de trois minutes, où il eut à subir les mêmes terribles conditions qu'au début, Kentaro sentit soudainement quelque chose de plus plat sous sa main. Intrigué, il murmura:

"C'est...Cela me semble bien moins escarpé que tout ce qui se trouve en-dessous de moi! Serais-je...Serais-je déjà arrivé au sommet?"

Encouragé par cette hypothèse, il s'appuya de toutes ses forces sur ses quatre membres et escalada les parois de façon plus dynamique qu'auparavant. Dix secondes plus tard, Kentaro se hissa sur ce qui semblait être une plate-forme et y rampa mollement, car il commençait à être gagné par la fatigue.Il avait grimpé une cinquantaine de mètres, la Montagne Damnée en faisant bien dix-huit cents, mais les conditions climatiques et sa cécité ne rendaient pas la tâche aisée. Après vingt secondes passées au sol, Kentaro se décida à se mettre sur ses deux pieds et avança prudemment, se guidant avec ses deux mains. Toutefois, très rapidement, il sentit de nouveau quelque chose de dur et de rugueux. Il poussa un profond soupir:

"Pfff...Je ne suis donc pas arrivé au sommet, il va encore falloir que je grimpe! Bon, ben tant pis!"

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Jeu 1 Jan 2009 - 12:32

Kentaro se hissa avec ses deux mains et décolla de la plate-forme sur laquelle il se trouvait depuis une minute. Mais cette fois-ci, il n'avait plus le même élan qu'au début de son ascension. Il se sentait mal; la sueur de son visage mêlée au froid rigoureux de la montagne pouvait lui faire attraper du mal. De plus, il commençait à sentir qu'il n'avait pas totalement récupéré de son combat contre Temuchin, il se sentait de plus en plus fatigué, ses jambes et ses bras tremblaient nerveusement, et la violence du vent pouvait à tout moment lui faire lâcher prise. Une idée à laquelle Kentaro refusait de se résoudre:

"Je ne dois pas abandonner maintenant! J'ai...J'ai juré de gagner l'armure sacrée pour défendre la justice et je le ferai!"

Après avoir pris sa respiration, Kentaro se décida à reprendre l'ascension de la Montagne Damnée. Mais, alors qu'il avait posé sa main tremblante sur l'une des parois de la montagne, il sentit que les parois sur lesquelles ses jambes se raccrochaient commençaient à glisser sous l'action du vent et de la pluie. Kentaro commença alors à paniquer:

"Non! ça...ça glisse! Je...Je vais tomber! Et...Et il ne faut pas que je lâche prise! Ah!"

A ce moment-là, les pieds de Kentaro venaient de glisser de la paroi et flottaient dangereusement dans le vide. Le jeune Japonais, de sa main restée libre, prit alors appui sur une autre encoche de la montagne, mais n'était pas tiré d'affaire pour autant; il subissait encore les conditions climatiques difficiles de la région du fleuve Onon et la fatigue due à son affrontement avec Temuchin et à son escalade. Ses mains se mirent à trembler de plus en plus, ce qui n'était pas pour le rassurer:

"Non! Je...Je ne peux pas tomber, je dois continuer et...et gagner l'armure sacrée!"

Tout à coup, Kentaro perçut un léger bruit au-dessus de sa tête. Dans la foulée, il sentit que ses mains glissaient dangereusement des endroits où elles s'étaient aggripées. Kentaro se mit à bouger ses jambes de plus belle, pris de panique:

"Non! C'est pas vrai! Je vais tomber!"

Le drame arriva. Comme possédé par la panique, Kentaro finit par lâcher prise et tomba dans le vide en poussant un cri de terreur En fait, il ne tomba qu'une dizaine de mètres plus bas, sur la plate-forme sur laquelle il avait échoué quelques instants plus tôt, mais la chute fut rude. Il tomba sur le dos, laissant échapper un filet de sang de sa bouche. Il éprouva également une douleur aigüe au dos durant dix secondes, puis cette souffrance commença à s'estomper lentement, mais sûrement. Alors Kentaro se mit à penser:

"C'est étrange...Je n'avais jamais connu une telle sensation...J'ai l'impression de m'envoler dans le ciel, de perdre tous mes sens...Je ne ressens plus la douleur...Serais-je en train de mourir, de m'envoler vers un monde meilleur? Oui, c'est sûrement ça...Au fond, peut-être est-ce mieux ainsi...Peut-être vaut-il mieux que je meure maintenant, pour ne plus connaître la souffrance...Adieu, maître Venceslas...Pardonnez ma faiblesse, je ne deviendrai pas chevalier sacré...Adieu..."

Kentato ferma les yeux et sombra dans l'inconscience durant cinq secondes...jusqu'à ce qu'il entendît une voix dans sa tête:

"Kentaro! Kentaro! Veux-tu donc réduire à néant ces six années d'effort?"

Intrigué, Kentaro pensa, malgré la torpeur dans laquelle il se trouvait:

"Cette voix...Ce n'est pas celle de maître Venceslas...Il me semble pourtant l'avoir entendue une fois...Elle m'avait marqué profondément...Mais...Mais alors cette voix, ce serait celle de..."

L'inconnu répondit:

"Tu as mis un certain temps pour t'en rendre compte, Kentaro

"Shaka de la Vierge?"

"C'est exact, jeune Kentaro! Je me trouve dans la vallée du Gange, mais je suis attentivement ton parcours! Tu ne peux abandonner maintenant, tu l'as dit toi-même; tu es entré dans la dernière ligne droite de ton entraînement! Alors, reprends-toi et réussis l'ultime épreuve!"

"Mais, Shaka, je suis au bout du rouleau! Je n'ai plus de forces et en plus, maître Venceslas m'a crevé les yeux sans m'en expliquer la raison! Je n'en peux plus, Shaka!"

"Tu m'attristes, jeune Kentaro, répliqua Shaka. Où est le Kentaro prometteur que j'avais vu, il y a de cela quatre ans? Aurais-tu déjà oublié ma leçon?"

"Votre leçon?"demanda Kentaro.

"Tu faisais peine à voir, après ton combat d'entraînement contre Venceslas, juste avant ma venue en Mongolie. Et après mon départ, tu n'étais plus le même! T'en souviens-tu, Kentaro?"

Le jeune Japonais, malgré son état, mit peu de temps à comprendre les paroles de Shaka:

"Oui...C'est le...le cosmos! En harmonisant mon corps et mon cosmos, j'ai pu faire des progrès et mettre maître Venceslas en difficulté! Et là, c'est pareil! Je me suis trop focalisé sur la santé de mon corps, voilà pourquoi je n'y arrivais pas! Il...Il faut que je ne fasse qu'un avec mon cosmos et alors je pourrai reprendre mon ascension!"

Il y eut un court silence, puis Shaka reprit:

"C'est excellent, Kentaro. Je suis ravi de voir que je n'avais finalement pas besoin de me mêler de cette affaire..."

"Non, Shaka, répliqua Kentaro, il faut que je vous remercie, sans vous, je n'aurais pas trouvé pourquoi j'avais du mal...Mais pourquoi avez-vous fait ça, Shaka?"

"Ce n'est pas par pitié envers toi, car je n'en ai aucune pour les faibles dont tu n'es pas, ni pour Venceslas...C'est pour Athéna que j'ai fait ça! Le Grand Pope, représentant de la déesse Athéna sur Terre, pense que tu es plein d'avenir, Kentaro; tu seras sûrement l'un des serviteurs les plus dévoués d'Athéna, je te l'avais dit, d'ailleurs! J'en ai assez dit, Kentaro, à bientôt ou adieu, le destin en décidera..."

Aussitôt, Kentaro ne sentit plus la présence de la cosmo-énergie de Shaka. Il resta immobile pendant cinq secondes, puis pensa:

"Shaka a raison! Je ne dois pas perdre courage, je suis sûr que je pourrai devenir l'un des meilleurs serviteurs d'Athéna! Je dois reprendre les choses en main!"

Un halo lumineux vint alors recouvrir le corps de Kentaro; sa cosmo-énergie, encore vacillante peu de temps auparavant, renaissait petit à petit. Kentaro bougea un bras, puis l'autre, puis ses deux jambes recouvrirent leur mobilité à leur tour. Le jeune Japonais se mit à crier:

"Que s'enflamme mon cosmos!"


En un éclair, Kentaro rebondit sur ses deux pieds. Bien que toujours aveugle, il était déterminé à réussir, plus que jamais. Sans aucune hésitation, il agrippa un pan de rocher avec sa main droite, un autre avec sa main gauche, et décolla du sol. Toujours illuminé par un halo flamboyant, Kentaro commença à reprendre l'ascension de la Montagne Damnée. Mais cette fois-ci, il la faisait à un rythme plus accéléré, sans hésitation; il avait réussi à faire abstraction de son handicap et ne se focalisait plus que sur l'union de ses capacités physiques et de sa cosmo-énergie. Il ne ressentait plus la douleur, ou si peu, le vent, la pluie, le froid, toutes ces dures conditions climatiques paraissaient désormais glisser sur lui comme l'eau glisse sur les plumes d'un canard. Malgré sa cécité et la longueur de l'ascension, Kentaro arborait un grand sourire; il progressait dans la dernière ligne droite de son entraînement. Ses pensées étaient bien plus joyeuses qu'aparavant:

"Si je parviens à devenir chevalier sacré, je ne devrai pas seulement remercier maître Venceslas, mais aussi Shaka de la Vierge! Sa sagesse m'a été d'un grand secours, je comprends maintenant pourquoi on le considère comme étant l'homme le plus proche de Dieu! Maître Venceslas, Shaka, je ne vous décevrai pas! Allez!"

Et Kentaro de reprendre avec encore plus d'entrain son ascension vers la Montagne Damnée. L'escalade dura encore entre trente et quarante minutes, puis le jeune garçon parvint enfin à son but: la Montagne Damnée. Le paysage qui entourait l'aspirant chevalier sacré était des plus sinistres; le sommet de la Montagne Damnée n'était couvert par aucune végétation, seuls quelques arbres à peine feuillus avaient survécu aux conditions climatiques rigoureuses de cet endroit. Le vent soufflait encore plus violemment que sur l'ensemble de la montagne, la pluie tombait à verse. Cependant, Kentaro, guidé par son cosmos, était parvenu à faire abstraction de ce qui l'entourait, pour ne se concentrer que sur son seul objectif; la grotte qui abritait l'armure de bronze du Lynx. En dépit de sa cécité, il sut rapidement la localiser: en face de lui.

"Je le sens...Juste en face de moi, je ressens une certaine humidité et une certaine obscurité! C'est très certainement l'entrée de la grotte où se trouve l'armure sacrée! Allons-y!"

Le sourire aux lèvres, Kentaro avança à petits pas vers l'entrée de la grotte. Dix secondes plus tard, il sentit une humidité plus forte et entendit des gouttes d'eau qui tombaient d'en haut. Comme ces gouttes étaient beaucoup moins fréquentes que la pluie qui tombait, Kentaro en déduisit qu'il était sur la bonne piste. Toujours à petits pas, il s'enfonça dans l'obscurité et pénétra dans la grotte pour de bon. Durant une minute, il ne se passa rien de spécial, Kentaro n'entendait rien d'autre que les gouttes d'eau qui tombaient du plafond. L'absence d'obstacles le fit sourire de plus belle; malgré toutes les difficultés qu'il avait affrontées pendant six ans, il touchait au but; il allait remporter l'armure sacrée.

Tout à coup, Kentaro sentit qu'il marchait sur quelque chose de dur et sec. Ce qui l'intrigua beaucoup:

"Qu'est-ce que c'est que cette chose? Et dire que je n'y vois plus rien...Bon, d'un autre côté, je dois être plongé dans l'obscurité, alors ça ne change rien au problème!...Cela dit, je devrais peut-être essayer de deviner ce que c'est..."

Kentaro se baissa lentement, prit l'objet qu'il avait touché dans ses mains, le palpa à plusieurs reprises, mais dut se rendre compte à l'évidence:

"Je n'arrive strictement pas à trouver ce dont il peut bien s'agir! C'est rageant! D'un côté, je sais que je ne devrais pas perdre de temps dans cette grotte, de l'autre, je ne peux m'empêcher de me poser des questions sur cet objet! ça me tracasse, et je n'y peux rien!"

Dans son dépit, Kentaro tapa du poing...sur un objet qui était aussi dur et sec que le précédent, mais plus volumineux. Le jeune garçon le prit alors dans sa main gauche, le palpa quelques secondes...et cette fois-ci, il ne mit pas bien longtemps à trouver de quoi il s'agissait:

"Quoi?! Mais...Mais ça me semble être un...un crâne humain?!"

Kentaro acheva sa phrase dans un cri de surprise, qui résonna sur les parois de la grotte. Commençant à s'alarmer, Kentaro reprit le premier objet, le palpa plus consciencieusement, et il trouva cette fois-ci la nature de l'objet; c'était un os. Un os certainement humain. De plus en plus inquiet, Kentaro rebondit sur ses deux pieds et lâcha:

"Alors, je...je me serais heurté à un squelette humain, ou plutôt à ce qu'il en reste! Eh bien, je ne suis pas sorti de l'auberge!"


Soudain, un grognement se fit entendre. Puis deux. Puis trois, et bientôt une bonne dizaine. Le coeur de Kentaro se mit à battre la chamade. Il commença à se rappeler de ce que lui avait dit Venceslas sur les habitants de cette grotte. C'étaient les descendants des amours criminelles du loup bleu, l'ancêtre des Mongols. Kentaro se mit à trembler sur ses jambes malgré lui, et il y avait de quoi. En face de lui, derrière lui et sur ses côtés, une dizaine de lynxs l'encerclait. C'étaient des lynxs à l'aspect terrifiant, aux yeux jaunes injectés de sang, aux crocs pointus, aux babines humidifiées par la salive et aux griffes acérées. Leur pelage était beige, ils étaient un peu plus grands que des lynxs ordinaires. Kentaro ne put évidemment pas les voir, mais il pouvait néanmoins percevoir la terreur que ces créatures inspiraient. Elles semblaient regarder le jeune garçon avec un sourire sadique, comme si elles se réjouissaient à l'avance d'en faire leur dîner. Kentaro ne pouvait que se dire:

"Eh bien, me voilà dans de beaux draps! Même si j'ai perdu la vue, je peux sentir l'aspect effrayant de ces lynxs! Et dire qu'il faut que je les terrasse tous..."

Tentant de joindre les gestes aux pensées, Kentaro avança, l'air hésitant, vers le lynx qui était en face de lui. Il avança son poing tremblant afin de pouvoir frapper son vis-à-vis, mais il n'en eut malheureusement pas l'occasion; l'un des lynxs qui se trouvaient sur ses côtés profita de l'occasion pour se jeter sur lui et le mordre férocement au bras. Kentaro poussa un cri de douleur aigu qui sembla raviver l'instinct bestial de la horde de lynxs. Deux d'entre eux se précipitèrent sur le jeune Japonais et le mordirent au mollet. Le sang jaillit des plaies de Kentaro qui, semblant à bout de forces, tomba à genoux. Les félins féroces ne lui laissèrent aucun répit; deux d'entre eux lui portèrent des coups de griffes au visage et au torse, un autre le mordit à l'épaule, un autre le griffa au flanc gauche. Kentaro laissa échapper du sang de sa bouche, ce qui réjouit amplement les lynxs, puisque trois d'entre eux se précipitèrent sur la flaque de sang et la léchèrent avec délice. Le jeune garçon porta sa main droite à sa poitrine et réalisa qu'il avait de plus en plus de mal à respirer. Et ce ne furent pas les nouvelles attaques des lynxs qui arrangèrent les choses; deux d'entre eux le mordirent aux genoux, un autre le griffa au flanc droit, qui était intact jusque là. A bout de souffle, Kentaro tomba sur le dos, sans conscience. Depuis le début de cette journée, il avait vécu bon nombre de péripéties: son combat contre Temuchin, Venceslas qui l'avait privé de la vue, sa périlleuse ascension de la Montagne Damnée, sa chute, l'intervention feutrée de Shaka de la Vierge, sa remontée réussie...et maintenant, ce combat contre une horde de lynxs voraces, dont on pouvait deviner le sadisme dans leurs yeux avides. Cette fois-ci, Kentaro semblait bien perdu. Son propre cosmos ne suffirait pas à renverser la situation face à ces bêtes féroces, gardiennes redoutables de l'armure sacrée. Plus grave, le jeune garçon commençait à délirer, à trembler tout le long de son corps, ce qui eut pour effet immédiat d'attirer la horde de lynxs qui se mit à rôder autour de l'aspirant chevalier, qui se mit à balbutier:

"Cette...Cette fois-ci, c'est...c'est terminé...Mes...Mes forces m'abandonnent...Je...Je vais finir en plat de résistance pour bêtes sauvages! Quelle honte!..."

Kentaro s'interrompit brutalement de parler; il venait de sentir que l'un des félins voraces avait bondi dans sa direction, griffes dirigées droit sur sa gorge. Désormais, cela ne faisait plus aucun doute: il était perdu.

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Jeu 1 Jan 2009 - 12:36

Mais, alors que le lynx allait planter ses griffes dans la gorge du jeune garçon, une foudroyante cosmo-énergie surgit de l'endroit où Kentaro se trouvait, et envoya brutalement le carnivore contre les parois de la grotte. Kentaro, à moitié conscient, fut stupéfait par l'émergence de cette cosmo-énergie, dont l'essence n'était sûrement pas humaine:

"D'où...D'où vient cette cosmo-énergie? Elle...Elle est si pure, si douce, remplie de chaleur et de sérénité...Ce...Ce n'est certainement pas celle de maître Venceslas, et encore moins celle de Shaka de la Vierge! Elle est nettement plus puissante que leurs deux cosmos réunis!"

Quant aux lynxs, depuis l'apparition de cette étrange cosmo-énergie, ils étaient devenus brutalement moins agressifs; ils s'étaient mis à trembler sur leurs pattes, à couiner parfois, et même à reculer avec crainte, tant l'intensité de ce mystérieux cosmos les paralysait. De son côté, Kentaro continuait à penser tout haut:

"Je...Je me sens comme transporté par cette cosmo-énergie, si pure, si rassurante...Comme si son émissaire voulait me soutenir, me redonner confiance!...Oui, je ne dois pas décevoir ce mystérieux bienfaiteur, je...je vais révéler ma véritable puissance, celle que je n'arrivais pas encore à maîtriser!"

Kentaro poussa alors un cri perçant, qui fit trembler la horde féline de plus belle. La cosmo-énergie miraculeuse disparut subitement, sans aucune explication...mais elle laissa place à celle de Kentaro. Le cosmos du jeune garçon se mit à rayonner intensément, à un niveau bien plus important que celui atteint lors du combat contre Temuchin. Kentaro se leva lentement, les yeux toujours clos. Puis, ses paupières se levèrent lentement, laissant apparaître des éclairs brillants, qui suscitèrent même la peur chez la horde de lynxs. Les éclairs occulaires brillèrent pendant une dizaine de secondes, puis se dissipèrent...et laissèrent place aux yeux de Kentaro. Le jeune garçon cligna des yeux deux fois de suite, puis dut se rendre à l'évidence; il avait recouvré la vue, en dépit de sa surprise:

"Je...Je peux voir de nouveau? Mais...Mais comment est-ce possible? A moins que..."

Il ne mit que quelques secondes avant de comprendre; grâce au rapide soutien de la mystérieuse cosmo-énergie, il avait trouvé la force de dépasser ses limites et était parvenu à maîtriser sa véritable puissance, ce qui avait eu des conséquences bénéfiques pour sa vue. Des conséquences très bénéfiques, comme Kentaro s'en rendit lui-même compte:

"C'est incroyable...Non seulement j'ai retrouvé la vue, mais en plus, j'ai l'impression de voir nettement mieux qu'avant! Comme...Comme si j'avais la vue de douze hommes normaux, comme maître Venceslas me l'avait dit!"

Kentaro cessa alors de s'extasier et contempla la horde de lynxs. Elle ne bougeait plus, elle semblait même avoir peur, probablement à cause des multiples événements qui s'étaient déroulés dans la grotte. Kentaro sourit pour narguer les bêtes sauvages qui avaient failli le tuer. L'une d'entre elles n'apprécia nullement l'assurance du jeune garçon; elle se jeta sur lui, toutes griffes dehors...mais fut envoyée au tapis dans la seconde qui suivit par Kentaro en personne:

"C'est magnifique, dit tout haut le jeune garçon. Le lynx avait à peine sauté que déjà je pouvais percevoir le moindre de ses mouvements! Je peux donc voir bien plus que ce que je pouvais voir avant! C'est...C'est merveilleux, ça me pousse même à augmenter ma cosmo-énergie!"

Sur ce, Kentaro s'appuya sur ses jambes et fit croître sa cosmo-énergie de plus belle. Un halo lumineux jaillit de son corps et vint le recouvrir de la tête aux pieds, ce qui fit reculer les lynxs, de plus en plus craintifs. Kentaro pensa:

"C'est fantastique! Jamais je n'avais pensé que je pouvais être aussi puissant! Pour me débarrasser des lynxs, je vais faire appel à toute cette force!"

Le cosmos de Kentaro se mit à rayonner de plus belle, faisant de nouveau trembler sur leurs pattes la horde de lynxs, tandis que le jeune garçon pensait:

"J'ai trouvé comment les battre! J'ai enfin réussi à ne faire qu'un avec l'esprit de la constellation du Lynx, qui me prête sa force! Je vais enfin pouvoir devenir chevalier sacré!"

Ce fut alors que les lynxs, après avoir connu la peur, se décidèrent à reprendre leur chasse, et tous se jetèrent simultanément sur Kentaro. Le jeune aspirant chevalier n'hésita pas; il fit briller son cosmos une dernière seconde, puis se mit à hurler:

"Par la Horde des Lynxs Célestes!"

Une horde de lynxs lumineux partit alors des mains de Kentaro et se dirigea vers les hôtes de la Montagne Damnée à la vitesse du son. Le résultat ne se fit pas attendre longtemps; tous les lynxs furent touchés et se mirent à hurler à la mort, avant de retomber sur le sol de la grotte. Ils agonisèrent durant quelques secondes dans leur sang, puis tous rendirent leur dernier souffle, sans exception. Kentaro posa un genou à terre, haleta durant quelques courtes secondes, puis le halo qui l'entourait se dissipa; il ne courait plus aucun danger. Le jeune garçon dit en haletant:

"J'ai...J'ai réussi! Grâce au soutien de cette mystérieuse cosmo-énergie, mais aussi grâce à mes propres ressources, j'ai abattu tous les lynxs vivant en haut de la Montagne Damnée! A...A présent, plus rien ne peut m'arrêter!"

Kentaro haleta encore quelques secondes, puis leva les yeux...et ce fut un choc dans son coeur. A seulement trois mètres devant lui, il y avait une urne métallique, ayant la forme d'une boite parallélépipédique, sur laquelle se trouvait une sculpture ressemblant fortement...à une tête de lynx. Après quelques secondes de surprise, le coeur de Kentaro se mit à battre la chamade et le jeune garçon à bégayer:

"C'est...C'est...l'armure du...du...du Lynx! J'ai...J'ai...réussi, j'y...j'y suis...par...parvenu! Je suis un...un chevalier....chevalier sacré!"

Le sourire aux lèvres, Kentaro avança d'un pas rapide, jusqu'à ce qu'il se trouvât à seulement cinq centimètres de l'armure. Il regarda l'urne un court moment, puis trouva une poignée qui y était reliée:

"Cette poignée...Je suis sûr que si je la tire, l'armure du Lynx apparaîtra devant moi!"

Le coeur bondissant, le sourire indéfectible, Kentaro tira prestement la poignée droit devant lui. L'une s'ouvrit alors dans un grand flot de lumière, à la grande satisfaction de Kentaro:

"Ça y est! J'ai réussi!..."

"Par les Griffes du Lynx!"


Totalement surpris, Kentaro ne put rien faire d'autre que d'encaisser le coup et se retrouva projeté contre les parois de la grotte, avant de retomber non loin des cadavres des lynxs de la Montagne Damnée. Une voix familière se mit à ricaner:

"Ha! Ha! Ha! Merci beaucoup d'avoir fait le sale boulot à ma place, Kentaro! Grâce à toi, j'aurai eu l'armure du Lynx sans problèmes!"

L'agresseur sortit de l'ombre d'où il se trouvait depuis quelques instants. Kentaro lâcha, stupéfait:

"Temuchin?!"

"En personne, Kentaro!"

"Comment...Comment as-tu fait pour grimper en haut de la Montagne Damnée?"

"Un jeu d'enfant! Après avoir encaissé l'attaque de Venceslas, je suis resté au tapis durant quelques minutes, puis je suis parti escalader la Montagne Damnée en seulement vingt minutes! Tu vois bien que l'armure du Lynx me revient de droit!"

Soudainement, le flot de lumière qui se trouvait derrière Temuchin et Kentaro se dissipa, et les deux rivaux virent enfin ce pour quoi ils s'étaient battus pendant plusieurs années. Une étrange maquette de bronze, de couleur beige, qui semblait représenter un lynx prêt à attaquer se trouvait devant eux. C'était la fameuse armure de bronze du Lynx, armure jalousement gardée depuis plus de deux siècles par la horde de félins vivant sur la Montagne Damnée. Temuchin sourit:

"Voilà enfin l'armure du Lynx! Je vais enfin pouvoir réaliser mon rêve! Ha! Ha! Ha! Ha!"

Tout à coup, une partie de l'armure, qui correspondait à la patte droite avant du Lynx, se détacha du reste et se dirigea rapidement vers Temuchin, qui se mit à rire de bon coeur:

"Ha! Ha! Ha! J'avais bien raison, Kentaro! C'est à moi que cette armure revient; elle a reconnu son vrai propriétaire! Ha! Ha! Ha!..."

Le dernier "ha" fut un "ha" de douleur. Sans aucune explication, la patte droite du Lynx était venue percuter violemment le visage de Temuchin, aussi violemment qu'un coup de griffes. Sonné par le choc, Temuchin tomba à terre. Le jeune Mongol se reprit néanmoins très vite, se retourna vers Kentato...et eut une nouvelle surprise.

En effet, Kentaro souriait et portait à son bras droit la partie de l'armure qui avait subitement agressé Temuchin. Ce dernier demanda à son rival:

"Qu'est-ce que ça veut dire, Kentaro?"

Kentaro répondit en souriant:

"Tu l'as dit toi-même, Temuchin; l'armure du Lynx a reconnu son vrai propriétaire!"


Et dans la seconde qui suivit, un flot de lumière jaillit de l'armure du Lynx, qui se sépara en plusieurs morceaux, et tous vinrent recouvrir le corps de Kentaro; jambières, protections des genoux, ceinture, protections de la poitrine, protections des avant-bras, épaulettes et diadème. Sous les yeux médusés de Temuchin, un Lynx majestueux apparut derrière Kentaro, qui se mit à crier:

"Kentaro, l'orphelin japonais, est mort! Désormais, je suis Kentaro, chevalier de bronze de la constellation du Lynx!"

Incrédule, Temuchin balbutia:

"C'est...C'est impossible...Un...Un faible comme toi ne peut porter cette armure!"

Kentaro soupira:

"Pff...C'est navrant de voir que tu continues à nier l'évidence, Temuchin! Maître Venceslas te l'a pourtant dit; quelqu'un qui a une vision cynique de la justice est indigne de porter une armure sacrée! Je me bats pour la vraie justice, Temuchin, voilà pourquoi j'ai mérité de porter cette armure!"

Temuchin se releva lentement, regarda fixement son ancien camarade d'entraînement, et lui dit en tendant son index dans sa direction:

"Tu représentes peut-être la justice, Kentaro, mais tu n'as aucune connaissance de la notion de loyauté! La preuve, tu es prêt à te battre contre moi avec ton armure, alors que je n'ai aucune protection!"

Kentaro soupira, puis concentra ses muscles et retira l'armure du Lynx, qui se reforma en totem. Temuchin sourit, puis dit:

"Pauvre imbécile! A présent que tu n'as plus ton armure, Kentaro, je vais pouvoir te tuer! Yaaah!"

"Par les Griffes du Lynx!"

Temuchin avait à peine bondi sur Kentaro que déjà les Griffes du Lynx étaient rentrées dans son corps. Il hurla à la mort, puis fut envoyé contre les parois de la grotte. Le corps ensanglanté, il eut à peine la force de relever la tête pour entendre Kentaro lui dire:

"Quand vas-tu finir par comprendre, Temuchin? Que je porte mon armure ou non ne changera rien au résultat de ce combat! Tu ne peux rien faire contre moi, Temuchin, et pour cause; ton fond est trop mauvais, tu ne peux prétendre vouloir défendre la justice! Dans ces conditions, au nom de la justice, la vraie justice, je vais devoir te tuer!"

Temuchin se mit à paniquer en entendant les paroles de Kentaro. Il se mit à l'implorer:

"Non! Pitié, Kentaro! Je t'en supplie, épargne-moi!"

Il ne se passa rien pendant trois secondes, un bref laps de temps durant lequel Temuchin crut que Kentaro allait finalement lui laisser la vie sauve. Toutefois, le chevalier du Lynx finit par concentrer brutalement sa cosmo-énergie, regarda fixement son ancien rival et cria:

"Par la Horde des Lynxs Célestes!"

Alors, sous les yeux horrifiés de Temuchin, une horde de lynxs lumineux partit vers lui à mach 1, soit la vitesse d'exécution des chevaliers de bronze. Le jeune Mongol avança ses mains pour tenter de parer les coups de Kentaro, mais ce fut en vain; les lynxs traversèrent son corps, le griffant, le mordant sauvagement, faisant cracher du sang à Temuchin, qui, au bout de vingt secondes de souffrance, finit par retomber sur le sol de la grotte, baignant dans son sang. Son corps fut pris de convulsions durant quelques secondes, puis du sang s'échappa de sa bouche et il rendit son dernier souffle. Le rival de Kentaro du Lynx n'était plus de ce monde. Kentaro s'avança lentement vers le corps de son ancien camarade d'entraînement et dit:

"Temuchin, maître Venceslas m'avait dit, lors de ma première année d'entraînement, que si j'étais face à l'un des représentants du Mal, je devrais le tuer de sang-froid, impitoyablement. Tu prétendais vouloir défendre la justice, Temuchin, mais ton cynisme et ton arrogance ont fait de toi quelqu'un de foncièrement mauvais. Je t'ai donc ôté la vie, car c'était tout ce que tu méritais. Cependant, bien que je ne t'aie jamais porté dans mon coeur, je me comporterai comme un chevalier sacré digne de ce nom en t'offrant une sépulture décente."

Kentaro concentra alors un flux d'énergie dans son poing droit, puis perfora le sol de la grotte d'un seul coup, y creusant un grand trou. Il prit ensuite le corps de Temuchin dans ses bras, le déposa au fond du trou creusé puis, grâce à son seul cosmos, recouvrit le trou. Il dessina sur la terre le nom de Temuchin, s'agenouilla devant la tombe de son rival, puis ferma les yeux et songea:

"Temuchin, si jamais tu venais à renaître, j'espère que tu seras alors un défenseur de la vraie justice, celle que je vais défendre au nom de la déesse Athéna!"

Des larmes avaient coulé le long des joues de Kentaro, sans qu'il s'en rendît bien compte. Le jeune chevalier du Lynx se leva ensuite, rangea son armure dans son urne, la mit sur ses épaules et quitta la grotte d'une allure rapide. Il redescendit ensuite la Montagne Damnée bien plus rapidement qu'il ne l'avait escaladée, car sa vue était bien meilleure et, surtout, sa confiance en soi bien plus grande. Aussi, un quart d'heure seulement après avoir entamé la redescente de la montagne, il arriva en face de Venceslas, qui était en pleine méditation. Kentaro cria à son mentor:

"Maître Venceslas! Maître Venceslas! J'ai réussi! J'ai gagné l'armure du Lynx!"

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Jeu 1 Jan 2009 - 12:36

Venceslas ouvrit les yeux, puis sourit en voyant son disciple avec l'urne du Lynx sur le dos. Il se releva promptement et lui dit:

"Kentaro, je te félicite. Tu n'as pas déçu les espoirs que j'avais placés en toi depuis le début."

Kentaro répliqua:

"Maître...Vous savez, je dois aussi un peu ma réussite à d'autres personnes...Alors que j'étais désespéré lors de mon ascension, Shaka de la Vierge est venu me remonter le moral par télépathie, puis, alors que j'allais succomber aux coups des lynxs de la Montagne Damnée, un cosmos inconnu, mais doux et chaleureux, est venu me prêter main forte et m'a aidé à dépasser mes limites!"

Venceslas sourit, puis dit:

"Détrompe-toi, Kentaro...Juste après que tu sois entré dans l'épreuve, j'ai vu 29 étoiles scintiller au-dessus de toi...et elles brillent toujours, d'ailleurs...Regarde..."

Intrigué, Kentaro leva les yeux au ciel et vit une bonne vingtaine d'étoiles qui représentaient un animal félin. Le jeune chevalier de bronze lâcha:

"Cette constellation, c'est...c'est celle du Lynx!"

"Exactement, Kentaro, sourit Venceslas. Quand un chevalier est en difficulté, son étoile protectrice apparait pour que les dieux lui donnent la force qui lui fait défaut.
L'apparition de la constellation du Lynx au-dessus de toi, juste après le début de l'épreuve, était de bonne augure pour toi!"

Intrigué, Kentaro contempla la constellation qui le protégeait durant une dizaine de secondes. Soudain, il lâcha:

"Mais...Mais j'y pense! Maintenant, je m'en souviens! Un soir, depuis ma chambre de la fondation Graad, j'avais déjà vu cette constellation! Alors cela voulait dire que..."

"...oui, Kentaro, poursuivit Venceslas, depuis ton enfance, tu étais destiné à devenir chevalier sacré! Tu as suivi ton destin, guidé par ton étoile protectrice!"

Kentaro sourit à son maître. Il était sur un petit nuage; après six années de difficultés, il était parvenu à atteindre son objectif. Il fut cependant ramené sur Terre par une question du chevalier du Paon:

"Dis-moi, Kentaro, maintenant que tu es devenu un chevalier sacré, je suppose que tu vas rentrer au Japon, comme la fondation où tu vivais te l'a demandé, n'est-ce pas?"

Kentaro répondit instantanément:

"Absolument pas, maître. Au cours de mon entraînement, j'ai réalisé pourquoi je voulais l'armure: pour servir la déesse Athéna et défendre la justice! Et je sais que ce n'est pas en rentrant au Japon que je pourrai le faire! Aussi, j'ai pris ma décision, maître; je vais me rendre en Grèce, au Sanctuaire d'Athéna, et je vais servir ma cause!"

Venceslas resta impassible durant cinq secondes, puis un grand sourire illumina le visage du chevalier d'argent, qui posa sa main sur l'épaule de son disciple et lui dit:

"Je suis ravi de t'entendre parler ainsi. Le Grand Pope ne s'était pas trompé; tu as certainement beaucoup d'avenir devant toi, Kentaro!"


Heureux, Kentaro allait répondre, quand lui et son maître entendirent un bruit très fort qui ressemblait à celui d'un hélicoptère sur le point d'atterrir. Ils regardèrent au-dessus d'eux et virent effectivement qu'un hélicoptère était sur le point de se poser dans le paysage. Le maître et son disciple reculèrent de quelques pas, puis observèrent l'appareil et devinèrent rapidement son origine:

"Cet hélicoptère vient du Japon, dit Venceslas. Je me demande ce que cet engin vient faire par ici..."

Kentaro et Venceslas n'eurent pas à attendre bien longtemps pour avoir des réponses à leurs interrogations. En effet, plus de vingt secondes après, l'hélicoptère se posa pour de bon, et un homme en costume-cravate et portant des lunettes noires en sortit. Les traits de son visage trahissaient ses origines nippones. Il fit quelques pas dans la direction des deux chevaliers et leur demanda:

"Excusez-moi, je suis un employé de la fondation Graad de Tokyo, je viens ici au nom de mademoiselle Saori Kido!"

"Quoi?!"lâcha Kentaro.

"Tu connais mademoiselle?"demanda l'homme en noir.

"Je connais trop bien cette garce! répondit violemment Kentaro. Son grand-père nous a envoyés, moi et 99 autres orphelins, aux quatre coins du globe!"

L'homme en noir jeta un coup d'oeil à Kentaro, puis aperçut l'urne qu'il portait sur le dos. Il se hasarda à demander au jeune chevalier du Lynx:

"Tu as gagné une armure?"

"Exact, je suis Kentaro de la constellation du Lynx!"

L'envoyé de la fondation Graad se frotta les mains, puis dit:

"Très bien! J'ai été envoyé par mademoiselle Kido pour voir ce qu'étaient devenus certains orphelins envoyés par son grand-père! Tu es le dernier et le seul sur ma liste à avoir remporté une armure, tu vas donc venir avec moi!"

Kentaro sourit, puis répondit:

"C'est hors de question!"

"Quoi?!"lâcha l'homme en noir.

"Je suis un chevalier sacré de la déesse Athéna, je ne suis pas un animal de cirque! Je n'obéis qu'à la déesse Athéna et à son représentant terrestre, le Grand Pope du Sanctuaire!"

Venceslas, qui était resté en retrait, sourit en entendant les paroles de Kentaro, pleines du sens du devoir propre aux chevaliers sacrés. En revanche, l'émissaire japonais, passablement contrarié, ne l'entendit pas de cette oreille:

"Attends un peu, petit, maintenant que je t'ai sous la main, je vais te ramener au Japon! Et tu vas y venir, de gré ou de force!"

"Dommage pour vous."dit Kentaro, qui posa son urne au sol pour être libre de ses mouvements. Il était prêt à administrer une bonne correction à l'homme en noir, quand Venceslas lui dit:

"Kentaro! Ne perds pas ton temps avec cet individu, je vais m'en occuper personnellement."

Et le chevalier du Paon de s'avancer vers l'homme en noir. Commençant à avoir peur, le chevalier du Lynx dit à son mentor:

"Maître! S'il vous plaît, ne le tuez pas, je ne lui veux pas de mal!"

Venceslas se retourna vers son disciple, puis le rassura en souriant:

"Ne t'en fais pas, Kentaro, ce ne sera pas nécessaire..."

Venceslas se retrouva donc en face de l'envoyé de la fondation Graad. Intrigué, l'homme demanda au chevalier d'argent, l'air furieux:

"Qu'est-ce que tu me veux, toi?"

Venceslas répondit d'un ton calme:

"Pourriez-vous ôter vos lunettes, s'il vous plaît?"

"Comment ça?"

"J'aime bien voir qui j'ai en face de moi..."

L'homme hésita durant quelques secondes, mais céda et ôta ses lunettes noires. Venceslas sourit et dit simplement:

"Merci beaucoup."


Soudain, une aura lumineuse vint entourer le chevalier du Paon en une seconde et illumina brutalement l'homme en noir. L'aura se dissipa dans la seconde qui suivit, et Venceslas contempla le visage de son vis-à-vis; il était complètement hébété, comme s'il avait été aveuglé par le flash d'un appareil photo. Le chevalier du Paon dit aussitôt:

"A présent, vous allez oublier presque tout de notre rencontre. Vous ne vous souviendrez ni de moi, ni de Kentaro, que ce soient nos visages ou nos noms. Vous vous rappellerez seulement que vous avez survolé la région du fleuve Onon et vous n'avez trouvé aucune âme qui y vive. Allez en paix et retournez au Japon dans votre appareil."

Aussitôt, l'homme en noir tourna les talons sans prononcer le moindre mot, rentra dans son hélicoptère et le fit décoller sans se poser la moindre question. Trente secondes plus tard, il avait disparu de la ligne d'horizon. Kentaro avait vu tout ça bouche bée. Quand l'hélicoptère fut parti pour de bon, il s'avança vers son mentor et lui demanda:

"Maître...qu'avez-vous fait?"

"Rien de spécial, répondit Venceslas, j'ai simplement utilisé mes pouvoirs mentaux pour ôter la mémoire de cet homme et m'arranger qu'il ne se souviendrait pas de nous! C'est une technique que Shaka de la Vierge m'a apprise."

Kentaro resta muet pendant cinq secondes, puis dit:

"Maître...Merci...Merci de m'avoir tiré d'affaire..."

Venceslas sourit:

"De rien, Kentaro, je l'ai fait pour Athéna et le Grand Pope! Bon, assez perdu de temps, maintenant, allons au Sanctuaire, je te présenterai personnellement au Grand Pope!"

Kentaro sourit, puis lâcha, enthousiaste:

"Allons-y, maître, je suis prêt!"

Kentaro prit alors l'urne de l'armure du Lynx et la mit sur son dos. Venceslas lui dit ensuite:

"Donne-moi la main, Kentaro, nous partons pour le Sanctuaire!"

Kentaro obtempéra et, dans la seconde qui suivit, les deux chevaliers sacrés avaient disparu du paysage.

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Kashima le Mar 10 Fév 2009 - 18:40

Jamais la justice n'a été déterminée par la force. La justice, la vraie et la seule, est immuable. Celui qui détient la force ne détient pas nécessairement la justice, mais celui qui détient le sens de la justice peut avoir la force avec lui.

J'aime bien ça.

Kentaro est chevalier!

(J'ai un petit doute sur le pluriel de "lynx"...)

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Mar 10 Fév 2009 - 19:01

Kashima a écrit:
Jamais la justice n'a été déterminée par la force. La justice, la vraie et la seule, est immuable. Celui qui détient la force ne détient pas nécessairement la justice, mais celui qui détient le sens de la justice peut avoir la force avec lui.

J'aime bien ça.
Je me suis inspiré d'un passage de Saint Seiya, où un personnage (le vieux maître des Cinq Pics, soit le chevalier de la Balance) contredisait le chevalier du Cancer, pour lequel celui qui possédait la force, possédait la justice (Temuchin avait la même vision de la justice que ce personnage).


Kashima a écrit:
(J'ai un petit doute sur le pluriel de "lynx"...)
C'est correct !


Chapitre 7: La vie au Sanctuaire



Venceslas s'étant déplacé à mach 5, lui et Kentaro arrivèrent au Sanctuaire en quelques minutes:

"Nous sommes arrivés, Kentaro, dit le chevalier du Paon. Regarde autour de toi."

Le chevalier du Lynx regarda le paysage qui se trouvait autour de lui et fut surpris par ce qu'il voyait devant lui. C'était un paysage qui semblait sortir de la Grèce Antique, avec ses temples bâtis dans le style dorique, son arène similaire à celle où les lutteurs s'affrontaient, et cette ambiance si particulière, qui semblait remonter aux temps mythologiques...Le Sanctuaire d'Athéna semblait être presque une survivance de l'époque antique au beau milieu des années 1980.

"Tu es surpris par ce que tu vois devant toi, n'est-ce pas? fit Venceslas en souriant. De nos jours, les environs de ce Sanctuaire ne sont plus qu'un lieu de villégiature pour tous les touristes étrangers. Bien peu sont ceux qui parviennent à découvrir les secrets que recèle ce lieu sacré...Bon, je ne suis pas ici pour te faire un cours d'histoire antique, mais bien pour te présenter au Grand Pope! Suis-moi!"


Kentaro sourit et suivit son maître d'un bon pas, tout excité à l'idée de rencontrer le chef des chevaliers d'Athéna, quand tout à coup, lui et Venceslas se retrouvèrent subitement encerclés par sept hommes portant le même uniforme et armés de lances. L'un d'entre eux lui dit:

"Que viens-tu faire ici, petit? Tu ne sais donc pas que tu es sur le territoire du Sanctuaire de la déesse Athéna? Seuls les chevaliers sacrés ont le droit de s'y trouver!"

Kentaro fut au début surpris par l'accueil glacial des gardes du Sanctuaire, mais finit par se reprendre et répondit:

"Justement! Je suis un chevalier sacré! Je suis Kentaro, chevalier de bronze du Lynx!"

A ces mots, les gardes se mirent à éclater de rire:

"Ha! Ha! Ha! Un Asiatique, chevalier sacré?! Non, mais tu te moques de nous, petit!"

L'un des gardes lâcha alors:

"Euh...remarquez, il se pourrait qu'il dise la vérité...Hier, un Japonais, du nom de Seiya, a gagné l'armure de Pégase! Alors, au fond..."

Kentaro, à bout de nerfs, répliqua:

"Ecoutez-moi! Je suis vraiment un chevalier sacré, j'ai gagné l'armure du Lynx sous la tutelle de Venceslas du Paon, présent à mes côtés! Alors, laissez-nous passer, ou vous verrez de quel bois je me chauffe!"

L'un des gardes s'avança vers Kentaro et lui dit:

"OK, petit...Montre-nous si tu es capable de maîtriser ton cosmos!"


Kentaro sourit, déposa par terre l'urne qu'il portait sur son dos, serra son poing droit, y concentra toute sa force et cria:

"Que s'enflamme mon cosmos!"

Le jeune chevalier frappa le sol de son poing...et y creusa en cinq secondes un cratère profond de plusieurs mètres. L'air ravi, il leva les yeux vers la horde de gardes intimidés et leur dit:

"Alors, vous êtes convaincus, maintenant? Ou faut-il que je m'exerce sur l'un d'entre vous pour être plus persuasif?"

Les gardes, tout tremblants, reculèrent précipitamment et l'un d'entre eux lâcha en balbutiant:

"Non...Ce...Ce ne sera...pas...pas la peine...Passez librement..."

Kentaro sourit, replaça l'urne de l'armure du Lynx sur son dos et reprit la route du palais du Grand Pope en compagnie de Venceslas. Chemin faisant, il souffla à son maître:

"Ces hommes-là me semblent bien antipathiques, maître...Le simple fait de voir un Asiatique être chevalier sacré suffit à les déranger!"

Venceslas répondit en soupirant:

"Ces hommes sont plus à plaindre qu'autre chose...De toute façon, ils n'ont même pas le millième de la force d'un chevalier de bronze, alors oublie-les!"

"Oui, vous avez raison, maître." sourit Kentaro.


Les deux chevaliers marchèrent encore quelques secondes, puis Venceslas dit à son disciple:

"Regarde, Kentaro...Dans deux heures, nous serons arrivés!"

"Quoi?!"

Devant le jeune chevalier, il y avait douze temples taillés dans le syle dorique. De nombreux escaliers séparaient deux temples en permanence. Venceslas donna quelques explications à son élève:

"Ce que tu vois devant toi, Kentaro, ce sont les douze maisons du Zodiaque. Chacune d'entre elle est gardée par un chevalier d'or, mais certaines d'entre elles sont vides pour le moment, leurs gardiens étant absents. Après ces douze maisons, il y a le palais du Grand Pope, et au-delà, le temple d'Athéna, où vit la déesse. Nul n'est autorisé à la voir, sauf le Grand Pope. Il va nous falloir traverser ces douze maisons pour arriver jusqu'au Grand Pope, il n'y a pas d'autre alternative. Suis-moi, Kentaro."

Kentaro hocha la tête et suivit son maître d'un bon pas. Ils arrivèrent dix minutes plus tard près de la première maison, celle du Bélier, qui était déserte. Venceslas se chargea de tout expliquer à son disciple:

"Cela fait environ treize ans que le chevalier du Bélier, Mû de Jamir, a quitté le Sanctuaire. J'ignore ce qu'il est devenu, mais il vivrait en ermite à la frontière de la Chine et de l'Inde et se consacrerait à la réparation des armures, une tradition qu'il a héritée de son peuple..."


Kentaro écouta religieusement les paroles de son maître, puis tous deux quittèrent la maison du Bélier. Ils marchèrent pendant dix minutes encore, puis atteignirent la maison suivante, celle du Taureau. Mais celle-ci n'était pas déserte, car à peine les deux chevaliers avaient posé le pied sur le sol de la maison qu'une voix forte se fit entendre:

"Quiconque entre dans cette maison ne pourra en sortir vivant!"

Les deux chevaliers s'arrêtèrent brusquement, puis un homme sortit de l'ombre. Cet homme avait une carrure impressionnante, il mesurait plus de deux mètres et portait une armure en or massif, avec un casque cornu et des épaulettes à pointes. Ses traits basanés indiquaient qu'il venait probablement d'Amérique Latine. L'homme se présenta:

"Je suis Aldébaran de la constellation du Taureau! Qui êtes-vous?"

Venceslas répondit en souriant:

"Tu n'auras pas à combattre, chevalier du Taureau...Je suis Venceslas, chevalier d'argent de la constellation du Paon, disciple de Shaka de la Vierge, et voici mon disciple, Kentaro, chevalier de bronze du Lynx!"

Aldébaran regarda attentivement les deux hommes, puis sourit:

"Hé, hé, hé...je vois que tu as bien changé, Venceslas, depuis la seule fois où tu es venu au Sanctuaire! Allez, passez, toi et ton disciple!"

"Merci beaucoup, chevalier du Taureau."

Venceslas et Kentaro passèrent donc ensemble la maison du Taureau. Voyant la mine effarée de son disciple, le chevalier d'argent lui dit:

"Aldébaran a une carrure de géant, mais au fond, c'est un bon vivant! Tu n'avais rien à craindre de lui!"


Kentaro sourit timidement en guise de réponse. Lui et son maître marchèrent dix minutes de plus, puis se retrouvèrent en face de la maison des Gémeaux. Venceslas confia à son élève:

"Cela fait treize ans que cette maison est vide."

"Pourquoi, maître?"demanda Kentaro.

"Le chevalier des Gémeaux a brutalement disparu sans laisser de traces. Nul ne sait ce qu'il est devenu. Allons-y."

Aussi, Kentaro et son mentor traversèrent la maison des Gémeaux en une minute seulement. Mais quand ils en ressortirent, Venceslas remarqua que son élève était devenu pâle.

"Kentaro, tu ne te sens pas bien?"demanda le chevalier du Paon.

Et Kentaro de répondre:

"Cette maison...j'ai senti une infinie tristesse dans cette maison...Comme s'il y avait l'ombre et la lumière réunies..."

Venceslas regarda brièvement son disciple, puis dit en haussant les épaules:

"Pas grave...Dirigeons-nous vers la prochaine maison, celle du Cancer."


Après dix minutes de marche, les deux chevaliers arrivèrent en face de la maison du Cancer. Venceslas dit:

"Je ne sens aucun cosmos...Apparemment, le chevalier du Cancer est absent. Ne perdons pas de temps."

Kentaro et Venceslas avancèrent donc dans la maison du Cancer, dont l'atmosphère était sombre, bien plus que dans la maison des Gémeaux. Tout à coup, Kentaro sursauta et poussa un cri de terreur.

"Que t'arrive-t-il, Kentaro?"

"Maî...Maître...regardez autour de vous..."

Venceslas leva les yeux et vit une foule de visages parcourus par la souffrance sur les murs, le plafond et le plancher de la maison du Cancer. Le chevalier d'argent soupira:

"Pfff...C'est l'oeuvre du chevalier du Cancer. Ce sont les visages de ses victimes, qui errent sans pouvoir trouver le repos éternel...Il dit que ce sont des trophées symbolisant sa toute-puissance. C'est d'un goût douteux..."

Intrigué par l'oeuvre de ce chevalier d'or, Kentaro se hasarda à demander à Venceslas:

"Maître...Comment s'appelle ce chevalier?"

Venceslas répondit:

"Tous les habitants du Sanctuaire ont oublié son vrai nom...On ne le connait plus que sous un seul surnom..."

Venceslas se pencha à l'oreille de son disciple et lui souffla le surnom du gardien de la quatrième maison du Zodiaque. Le simple fait d'entendre ce surnom glaça d'horreur le jeune chevalier de bronze. Venceslas dit alors:

"C'est un euphémisme que de dire que je ne porte pas ce chevalier dans mon coeur...Bon, assez perdu de temps, Kentaro..."

"Oui, approuva Kentaro, encore sous le choc. Ne...Ne nous attardons pas!"


Les deux chevaliers quittèrent la maison du Cancer avec précipitation, particulièrement Kentaro, qui avait été choqué par les décorations macabres du chevalier d'or qui vivait dans cette maison. Après dix minutes de marche, les deux chevaliers arrivèrent dans la maison du Lion. Celle-ci n'était pas déserte; Kentaro et Venceslas furent accueillis par un jeune homme d'une vingtaine d'années, qui ne portait pas son armure d'or, juste une protection basique. Il se présenta:

"Je suis Aiolia, chevalier d'or de la constellation du Lion. Qui êtes-vous?"

Ce fut Kentaro qui fit les présentations, sous le regard bienveillant de son mentor:

"Noble chevalier, je m'appelle Kentaro, je suis depuis peu chevalier de bronze de la constellation du Lynx. Je le dois à mon mentor, Venceslas, chevalier d'argent de la constellation du Paon."

En entendant ce nom, Aiolia se mit à sourire:

"Venceslas...Tu es bien le disciple de Shaka de la Vierge?"

"Exactement, chevalier, répondit le chevalier d'argent. J'étais venu une fois au Sanctuaire, il y a six ans de cela. J'y reviens pour présenter Kentaro au Grand Pope."

"Dans ce cas, dit Aiolia, je ne vais pas vous retarder plus longtemps. Vous pouvez passer."

"Merci, et à bientôt, chevalier du Lion."répondit Venceslas en souriant.

Alors que Kentaro allait pénétrer dans la maison du Lion, Aiolia lui adressa un sourire bienveillant, que le jeune chevalier du Lynx se hâta de rendre. Venceslas lâcha aussitôt:

"Je suis heureux de la réaction d'Aiolia. C'est un homme bien plus sensé que la plupart des gens qui vivent ici..."


Après une traversée rapide de la cinquième maison et une nouvelle montée des marches, les deux chevaliers arrivèrent dans la sixième maison, celle de la Vierge. Kentaro demanda à son maître:

"Maître...est-ce la demeure de Shaka de la Vierge?"

"Exactement, Kentaro, approuva Venceslas. J'ignore s'il s'y trouve..."

Tout à coup, Venceslas tomba nez à nez avec un garde, qui avait un balai à la main. Le chevalier du Paon lui demanda:

"Que fais-tu ici?"

"Le Grand Pope m'a donné l'ordre de faire un peu de ménage dans la demeure de la Vierge...Cela fait longtemps que son gardien n'y est plus."

"Shaka n'est donc pas ici?"

"Non, répondit le garde, le Grand Pope lui a confié une mission."

"Et de quelle mission s'agit-il?"

"Le Grand Pope a chargé le chevalier de la Vierge de se rendre sur l'Ile de la Mort, afin d'y éliminer Jango, le chef des Chevaliers Noirs."

"Je vois...Une bagatelle, en somme. Bon, ne nous retarde pas plus, je dois présenter Kentaro, mon disciple récemment promu chevalier de bronze, au Grand Pope."

Le garde obéit et s'écarta pour laisser passer les deux chevaliers. Kentaro posa une nouvelle question à son maître:

"Maître, qui sont ces Chevaliers Noirs dont le garde a parlé?"

"Ce sont des chevaliers dont le coeur est corrompu par le Mal. La déesse Athéna ayant renié leur existence, ils ont choisi de vendre leur âme au Malin. Mais leur puissance est dérisoire; face à maître Shaka, ils seront pareils à un singe dans la paume de Bouddha!"

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Mar 10 Fév 2009 - 19:02

Kentaro ne put s'empêcher de rire nerveusement en entendant la comparaison de son maître. Après une nouvelle montée des marches, ils arrivèrent dans la septième maison, celle de la Balance:

"Kentaro, cela fait plus de deux siècles que cette demeure est vide. Le chevalier de la Balance, qui a survécu avec le Grand Pope à la dernière Guerre sainte, est depuis installé près de la cascade des Cinq Pics, où Athéna lui a confié une mission capitale. Il est âgé de plus de deux cents ans, mais n'en est pas moins puissant; il est aussi fort que maître Shaka, si ce n'est plus!"

Kentaro leva les yeux au ciel en entendant les propos de son maître, puis tous deux quittèrent la maison de la Balance.


Ensuite, les deux chevaliers arrivèrent dans la huitième maison du Zodiaque. Son gardien était présent sur le seuil:

"Mon nom est Milo, je suis le chevalier d'or du Scorpion! Qui êtes-vous?"

Venceslas se chargea de faire les présentations:

"Chevalier du Scorpion, je suis venu en Grèce, il y a six années de cela. Je suis Venceslas, chevalier d'argent de la constellation du Paon..."

"Ah oui, je me rappelle de toi, fit Milo. Tu t'es entraîné la plupart du temps sous la conduite de Shaka de la Vierge, c'est bien cela?"

"En effet, chevalier. J'ai à mon tour entraîné un jeune Japonais ici présent, du nom de Kentaro, qui a récemment obtenu l'armure du Lynx."

"Très bien, sourit Milo. Vous pouvez traverser ma maison."


Dix minutes plus tard, Kentaro et Venceslas arrivèrent dans la maison du Sagittaire. Ils y marchèrent durant quelques secondes, quand Kentaro demanda à son mentor:

"Maître, le chevalier du Sagittaire est-il absent?"

Venceslas répondit d'un ton sombre:

"Non, Kentaro...Il est mort depuis treize ans."

Surpris par la réponse de son maître, Kentaro insista:

"Que...Que voulez-vous dire?"

Venceslas prit sa respiration et répondit:

"Il y a treize ans, le chevalier du Sagittaire, qui se nommait Aiolos, a commis un crime imprescriptible...Il a trahi le Sanctuaire."

"Comment ça?"

"Il a tenté d'assassiner la déesse Athéna, qui s'était réincarnée récemment."

"Quoi?!"

Le cri de stupeur de Kentaro fut si fort qu'il résonna dans les parois de la maison du Sagittaire. Venceslas secoua la tête, puis poursuivit:

"Après avoir commis son forfait, il s'est enfui avec son armure. Il a finalement été rattrapé et tué par Shura du Capricorne, gardien de la dixième maison du Zodiaque, mais l'on n'a pas retrouvé son armure. Athéna seule sait où elle se trouve à présent."

Kentaro resta immobile pendant une dizaine de secondes, jusqu'à ce que son mentor lui dît:

"Je comprends ton désarroi, Kentaro...Lorsque le Grand Pope a appris la nouvelle aux chevaliers présents au Sanctuaire, ce fut un coup dur pour eux. En particulier pour Aiolia du Lion, qui n'est autre que le jeune frère d'Aiolos. Alors, tous ont juré de servir Athéna plus fidèlement que jamais. Bon, partons d'ici."


Kentaro hocha la tête et suivit son maître sans dire un mot. Mais il avait été autant choqué par l'histoire de Venceslas que lorsqu'il avait vu les décorations macabres de la maison du Cancer. Lorsqu'ils atteignirent la maison du Capricorne, Shura, qui avait immédiatement reconnu Venceslas, le laissa passer sans rien dire. Quant à Kentaro, il ne put s'empêcher de s'adresser au chevalier d'or en ces termes:

"Chevalier du Capricorne, je suis Kentaro du Lynx. Je tiens à vous féliciter personnellement pour avoir exécuté un chevalier qui avait trahi sa déesse, il y a treize ans!"

Shura ne répondit pas et, stoïque, laissa passer le jeune chevalier de bronze. Toutefois, dix secondes plus tard, un curieux sourire apparut sur le visage du gardien de la dixième maison du Zodiaque.


Une dizaine de minutes plus tard, Kentaro et son mentor parvinrent à la maison du Verseau. Son gardien s'y trouvait, mais les salua sans chaleur:

"Bonjour. Qui êtes-vous?"

"Kentaro du Lynx et Venceslas du Paon, nous venons voir le Grand Pope."

"Très bien. Passez."répondit le chevalier du Verseau sans lever les sourcils.

Lorsque Kentaro et Venceslas furent sur le point de sortir de la maison du Verseau, le chevalier du Lynx ne put s'empêcher de dire à son mentor:

"Quelle froideur! Il nous a à peine salués!"

"Camus du Verseau, expliqua Venceslas, n'est pas un chevalier qui montre aisément ses sentiments. Il s'est entraîné en Sibérie, près des glaciers éternels. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle le magicien de l'eau et de la glace!"


Lorsque les deux chevaliers parvinrent sur le seuil de la maison des Poissons, ils y virent son gardien qui se trouvait devant eux, une rose blanche à la main. Kentaro l'observa attentivement; jamais il n'avait vu quelqu'un d'aussi beau. Le chevalier des Poissons avait des cheveux d'un vert très brillant et des lèvres de la même couleur. Aussi, le chevalier du Lynx ne put se retenir de dire maladroitement:

"Bonjour...Bonjour, mademoiselle..."

Le chevalier d'or sourit:

"Je suis un homme, jeune chevalier! dit-il de sa douce voix. Je suis Aphrodite de la constellation des Poissons. L'on dit que ma beauté ne connait pas d'égale au sein de la chevalerie d'Athéna. Que viens-tu faire ici?"

Honteux de sa méprise, Kentaro répondit en rougissant:

"Je...Je viens voir le...le Grand Pope avec mon maître..."

"Alors je ne vous retiendrai pas plus longtemps. Passez."

Les deux chevaliers traversèrent alors rapidement la maison des Poissons, surtout Kentaro, tant il avait honte d'avoir pris le chevalier des Poissons pour une femme. Se rendant compte du désarroi de son apprenti, Venceslas lui souffla:

"Tu n'as pas à avoir honte, Kentaro. Moi aussi, je me suis fait avoir, il y a six ans!"

Kentaro poussa un soupir de soulagement, puis sortit enfin de la maison des Poissons avec son mentor.


Après dix minutes de montée, Kentaro et Venceslas parvinrent devant l'entrée du palais du Grand Pope, qui était gardée par deux soldats. L'un d'entre eux s'avança vers les deux chevaliers avec sa lance, puis leur demanda d'une voix forte:

"Qui êtes-vous et que venez-vous faire ici?"

Venceslas répondit calmement:

"Nous sommes deux chevaliers au service d'Athéna. Je suis venu demander une audience auprès du Grand Pope, afin de lui présenter mon jeune disciple, présent à mes côtés."

Le garde resta muet durant deux secondes, puis demanda au chevalier d'argent:

"Quel est votre nom?"

"Je suis Venceslas du Paon. Mon disciple est Kentaro du Lynx."

"Très bien, fit le garde. Attendez un instant ici, je vais prévenir le Grand Pope de votre arrivée."

Le garde partit alors dans la salle où se trouvait le Pope, en revint trente secondes plus tard et dit aux chevaliers:

"Vous pouvez entrer. Le Grand Pope vous attend."

Kentaro et Venceslas s'engagèrent donc dans le couloir qui menait à la salle du Grand Pope. Ils se retrouvèrent rapidement en face d'une porte massive, qui semblait close. Le chevalier du Paon dit à son disciple:

"Attends un instant, Kentaro, je vais me présenter en premier."

Venceslas frappa à la porte à trois reprises. Une voix forte lui répondit:

"Entrez!"

Venceslas ouvrit la porte, qui n'était pas close en dépit des apparences et pénétra dans la grande salle. Il y fit quelques pas, puis s'agenouilla et dit:

"Venceslas du Paon, pour vous servir, Grand Pope. Je voulais vous présenter mon disciple, récemment promu chevalier."

"Qu'il entre."


Après quelques secondes d'hésitation, Kentaro déposa au sol l'urne de son armure, entra dans la salle et vit le Grand Pope pour la première fois de son existence. C'était un homme de grande taille, qui portait une toge blanche et bleue et dont le cou était décoré par un rosaire doré. Son visage était intégralement couvert par un casque en or massif, au-dessus duquel il y avait un animal ailé. Kentaro regarda le Pope durant quelques secondes et fut frappé par le charisme du représentant terrestre de la déesse Athéna. Une aura d'essence quasiment divine se dégageait du corps de cet homme, dont l'on ne pouvait voir les traits du visage. Kentaro fit quelques pas de plus, puis s'agenouilla devant le Pope et se présenta:

"Kentaro du Lynx, pour vous servir, Grand Pope. J'ai récemment obtenu mon armure en Mongolie."

Le Grand Pope prit la parole à son tour:

"J'ai entendu parler de toi, Kentaro. Shaka, chevalier d'or de la constellation de la Vierge, était venu me trouver, il y a quatre ans, pour que je lui accorde la permission de venir t'apporter un soutien précieux. Tu es plein d'avenir, jeune Kentaro. Ta force physique et ta force mentale sont en parfaite harmonie. Bien que tu ne sois que chevalier de bronze et l'un des plus jeunes chevaliers sacrés, tu seras certainement l'un des meilleurs défenseurs de la déesse Athéna."

Kentaro se mit à sourire de plaisir en entendant les paroles élogieuses du Grand Pope. Ce fut alors que le chef des chevaliers sacrés lui signala:

"Toutefois...je dois te mettre en garde, Kentaro. Depuis les temps anciens, les chevaliers ont protégé Athéna et défendu la justice. L'armure du Lynx ne peut être portée que pour servir la justice, tu ne devras jamais t'en servir pour défendre des intérêts personnels. Si jamais tu ne suivais pas cette règle et que tu venais à ternir la splendeur de l'armure, alors surgiraient de la Terre entière tous les chevaliers sacrés pour t'exécuter. Ne l'oublie pas."

Kentaro répondit:

"Jamais je ne ferai une chose pareille. Je suis devenu chevalier sacré pour défendre la justice, je ne déshonorerai pas la déesse Athéna."

"J'en suis ravi, sourit le Grand Pope sous son casque d'or. Venceslas?"

"Oui, Grand Pope?"

"Venceslas, j'aimerais parler en tête-à-tête avec ton disciple. Pourrais-tu nous laisser seuls, s'il te plaît?"

"Comme vous voudrez, Grand Pope, répondit Venceslas. Je l'attendrai dans la maison de la Vierge."


Venceslas se releva sans lever les yeux vers son supérieur, puis quitta discrètement la salle du trône. Kentaro resta alors seul avec le Grand Pope, qui lui dit:

"Relève-toi, Kentaro."

Le chevalier du Lynx obéit et se retrouva en face du Pope, qui lui dit:

"Dis-moi, Kentaro, j'aimerais savoir...Qu'est-ce qui t'a amené à devenir chevalier?"

Kentaro répondit timidement:

"Voyez-vous, Grand Pope, je suis devenu chevalier sacré un peu par hasard. Orphelin de mère, abandonné par mon père, j'ai vécu pendant plusieurs années dans un orphelinat, puis dans une fondation japonaise, avec 99 autres orphelins. L'on nous a envoyés aux quatre coins du monde pour devenir chevaliers sacrés, sans nous demander notre avis, en nous précisant que nous devrions revenir au Japon avec l'armure remportée.

"Vraiment? Et pourquoi n'es-tu pas rentré dans ton pays natal?"

"Parce que ce n'est pas la destinée d'un chevalier sacré. Vous l'avez dit vous-même, Grand Pope, les chevaliers sont destinés à se battre pour la justice. Voilà pourquoi je suis venu au Sanctuaire; pour servir aveuglément la déesse Athéna et défendre la justice."

Le Grand Pope dit aussitôt:

"J'admire ta sagesse, Kentaro. Tu sais, bon nombre de chevaliers ont gagné leur armure étant très jeunes, ce qui peut leur faire tourner la tête, et même les pousser à quitter le droit chemin, tant ils sont aveuglés par le pouvoir qu'ils viennent d'acquérir. Mais toi, Kentaro, tu as beau être jeune, tu es pratiquement aussi mature qu'un chevalier d'or."

Kentaro sourit, et répondit, un peu gêné:

"Grand Pope...J'ignore si je suis aussi mature que vous le dites, mais en tout cas, les enseignements que j'ai reçus de maître Venceslas, et, à un degré moindre, de Shaka de la Vierge ont pu me forger un caractère robuste et ferme. Et pourtant, Athéna seule sait combien j'ai souffert en Mongolie."

"C'est la même chose pour tous les chevaliers présents ici, Kentaro. Tu n'es peut-être que chevalier de bronze, mais tu fais néanmoins partie du petit nombre qui a pu surmonter de terribles épreuves et gagner une armure sacrée. Et ça n'est pas rien, Kentaro, crois-moi sur parole."

"Grand Pope, répondit Kentaro, jamais je ne pourrais douter de votre parole."

Le Grand Pope resta impassible durant quelques secondes, puis lâcha:

"Tu iras loin, Kentaro, je te le prédis. A présent, tu peux disposer; je dois communier avec la déesse Athéna."

"Très bien. Au revoir, Grand Pope."

Kentaro salua son supérieur en inclinant la tête, puis quitta la grande salle sur la pointe des pieds, se préparant à rejoindre son maître dans la maison de la Vierge.

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Mar 10 Fév 2009 - 19:07

De son côté, le Grand Pope se retourna, puis commença à ouvrir le rideau rouge qui séparait son palais des marches menant au temple d'Athéna, quand il entendit une voix étrange:

"Ce n'est plus la peine de jouer la comédie, il est parti depuis un bon moment..."

Le Pope sursauta:

"Quoi?! Qui...Qui êtes-vous?"

"Tu as la mémoire courte, dit la voix d'un ton narquois. M'aurais-tu déjà oublié?"

Le Pope resta muet durant quelques secondes, puis balbutia:

"C'est...Non...C'est toi?"

"Très bien,[i] répondit [i]l'autre. Je me disais aussi que tu ne pouvais pas avoir oublié..."

"Oublié quoi?"

"Ne fais pas l'enfant...Souviens-toi, il y a treize ans..."

Le Grand Pope se prit la tête entre les mains, puis lâcha:

"Non!!! Ne me parle plus de ça!!! Je ne veux plus en entendre parler!!!"

"Ne t'en fais pas, je n'aurai pas la cruauté de remuer le couteau dans la plaie..."

"Après ce...ce qui s'est passé, tu m'as laissé en paix pendant toutes ces années...Pourquoi es-tu revenu?"

"Tout simplement parce que je ne suis jamais parti, avoua l'autre. J'ai simplement dormi d'un sommeil lourd pendant treize ans, attendant le moment propice pour me réveiller..."

"Et en quoi est-ce le moment propice?"demanda le Pope à son mystérieux interlocuteur.

"Depuis toutes ces années, la chevalerie d'Athéna s'est régénérée de façon grandiose. J'ai remarqué notamment ce jeune chevalier de bronze avec lequel tu parlais, il y a quelques minutes! Que c'est beau, la fougue de la jeunesse!" dit l'autre sur un ton ironique.

Le Grand Pope sembla s'emporter:

"Qu'est-ce que tu veux dire par là?"

"Tu le sauras bien assez tôt...Pour l'instant, profite du moment de répit que je t'accorde, hé, hé, hé..."

Le Grand Pope sentit subitement que l'autre avait cessé de se manifester. Il haussa les épaules et, curieusement, rebroussa chemin et se rassit sur son trône.


La Fondation Graad, au Japon

Dans son bureau, Tatsumi passait en revue les rapports des émissaires que la fondation Graad avait envoyé aux quatre coins du globe, afin d'en savoir plus sur les armures qui reviendraient au Japon. Comme le fidèle serviteur de la dynastie Kido l'avait pensé à plusieurs reprises, pour le moment, seules dix armures étaient comptabilisées:

"Voyons un peu le bilan...Normalement, les armures du Dragon, du Cygne, du Loup, de l'Hydre femelle, du Petit Lion, d'Andromède, de la Licorne, de Pégase, de l'Ours et du Phénix devraient revenir au Japon, et leurs porteurs concourir pour le Tournoi Intergalactique...Il reste néanmoins encore quelques cas à étudier, mais pour le moment, d'après nos émissaires, la trace de la plupart des orphelins a été perdue...Dieu seul sait ce qu'ils sont devenus..."

Tout à coup, l'on frappa deux fois à la porte. Tatsumi se leva brusquement, puis dit:

"Entrez!"

La porte s'ouvrit et un homme en costume noir apparut devant l'ancien 3ème dan de kendo. Il s'agissait de l'émissaire qui avait été envoyé en Mongolie, afin de voir si l'orphelin envoyé là-bas avait remporté une armure sacrée. Tatsumi sourit brièvement, puis demanda à l'employé de la fondation Graad:

"Alors, vous avez visité tous les lieux auxquels mademoiselle Kido vous avait affecté?"

L'homme en noir répondit rapidement:

"C'est exact, et je n'ai trouvé aucune trace des orphelins envoyés dans ces endroits."

"Vraiment? fit Tatsumi. Nous allons quand même passer en revue tous les lieux dans lesquels vous êtes allés."

La liste des endroits visités par l'homme en noir fut rapidement examinée, jusqu'au fleuve Onon:

"Vous êtes sûr de n'avoir rien trouvé là-bas?"demanda une nouvelle fois Tatsumi.

"J'en suis certain, monsieur Tokumaru, affirma l'homme en noir. Et j'irai même encore plus loin: je n'ai rapporté aucun souvenir de mon périple dans cette contrée, c'est vous dire si cela devait être monotone!"

Tatsumi se contenta de hocher la tête, puis dit:

"Bon...Très bien. Vous pouvez disposer."

L'homme en noir hocha la tête et s'éclipsa discrètement. Tatsumi revint à son bureau et songea:

"Cette fois-ci, le compte est définitif. Je vais de ce pas avertir mademoiselle Saori et lui faire part du nombre exact d'orphelins qui reviendront chevaliers sacrés."

Tout à coup, l'on frappa de nouveau à la porte. Intrigué, Tatsumi se leva une fois de plus, ouvrit la porte et lâcha:

"Mais?...C'est toi?"

"Exactement, Tatsumi, j'ai gagné mon armure, il y a quelques jours, et j'ai ensuite quitté l'Algérie pour revenir au Japon!"

Tatsumi resta brièvement muet, puis reprit:

"Parfait. Tu es le premier chevalier sacré qui est arrivé ici. Je vais te conduire à mademoiselle Saori."

"Merci beaucoup, Tatsumi, je serai ravi de revoir mademoiselle."

Tatsumi s'engagea alors dans le couloir qui menait vers le bureau personnel de Saori Kido, suivi du jeune chevalier qui portait sur le dos une urne sur laquelle l'on pouvait voir une tête de licorne.


Le lendemain, au Sanctuaire, en Grèce

Kentaro s'entraînait dans l'arène depuis l'aube. Galvanisé depuis hier par les paroles du Grand Pope, il s'était juré de travailler dur pour devenir plus fort et défendre jusqu'à la mort la déesse Athéna, lorsque le combat contre les forces du Mal surviendrait. Il était en pleine méditation, afin de perfectionner sa force mentale, sans laquelle ses attaques physiques seraient futiles, quand il sentit quelqu'un venir vers lui. Il bondit alors sur ses deux pieds...et se retrouva en face d'un garde du Sanctuaire.

"Que me veux-tu?"demanda le jeune chevalier de bronze.

Le garde répondit aussitôt:

"Chevalier du Lynx, le Grand Pope vous attend sur le seuil de la maison du Bélier."

"Pour quelle raison?"

"Je n'en sais rien, il vous le dira lui-même..."

Et le garde de partir comme il était venu.

"Il ne faisait que passer, songea Kentaro. Bon, ne perdons pas de temps."

En une vingtaine de secondes, le chevalier du Lynx retrouva le Grand Pope, qui avait traversé les douze maisons du Zodiaque et l'attendait depuis quelques minutes. Kentaro s'agenouilla aussitôt devant son supérieur et lui demanda:

"Que puis-je faire pour votre service?"

"Kentaro, je voudrais que tu m'accompagnes dans le village de Rodorio, ce matin..."

"Pour quelle raison?"

"Je dois me rendre dans un hospice pour les enfants pauvres. En tant que Grand Pope, je me dois de soulager les déshérités de la région, ma générosité ne faisant qu'exprimer celle de la déesse Athéna. Cependant, tu es le plus jeune de nos chevaliers sacrés, Kentaro, et j'aimerais que tu apportes un peu de bonheur aux enfants malheureux, d'autant plus que tu es orphelin, toi aussi."

Le visage de Kentaro s'illumina en un éclair, puis le jeune chevalier de bronze répondit:

"J'accepte avec plaisir, Grand Pope. En tant que chevalier sacré, je combats pour le Bien, et je ne serais que trop heureux de vous assister brièvement dans vos oeuvres."

Le Pope sourit sous son casque doré, puis répondit:

"Très bien, Kentaro. Partons donc tout de suite."


Kentaro suivit donc le Grand Pope jusqu'au village de Rodorio. Lorsqu'il y entra avec son supérieur, il fut frappé de voir la modestie du niveau de vie des villageois. S'en rendant compte, le Grand Pope lui dit:

"Près du Sanctuaire d'Athènes, il existe bon nombre de pauvres gens, qui peinent à gagner leur vie pour pouvoir manger à leur faim...Je n'ai pas le pouvoir de leur changer la vie, mais je peux au moins leur apporter un peu d'espoir...Nous y sommes."

En face du Pope et du chevalier du Lynx, il y avait un hospice qui accueillait bon nombre d'enfants pauvres, orphelins ou abandonnés par leurs parents. Le Grand Pope fut alors accueilli à bras ouverts par le gérant de l'établissement:

"Ah! Grand Pope, vous voilà enfin! J'ai parlé de vous hier aux enfants, et ils n'en peuvent plus de vous attendre!...Mais, dites-moi, qui est ce jeune garçon à vos côtés? Est-ce l'un de vos serviteurs?"

Le Grand Pope répondit:

"Pas tout à fait...Ce n'est pas l'un de mes domestiques, il fait partie de la chevalerie d'Athéna!"

Kentaro se présenta lui-même:

"Enchanté de faire votre connaissance, monsieur. Je suis Kentaro, chevalier de bronze de la constellation du Lynx. Le Grand Pope m'a demandé de l'accompagner dans sa visite aux enfants déshérités."

Le gérant resta impassible durant quelques secondes, mais finit par sourire:

"Très bien, chevalier...Vous pouvez suivre le Grand Pope. Allez!"

Kentaro sourit et pénétra dans l'établissement. Le Grand Pope le précédait d'un dizaine de mètres. Ce fut alors que l'on entendit des cris d'enfants:

"Grand Pope! Grand Pope! C'est le Grand Pope!"

Le Pope, qui souriait sous son casque, se baissa, et posa à plusieurs reprises sa main sur la tête d'une dizaine d'enfants, filles ou garçons. Kentaro était ravi par ce spectacle:

"Quel grand homme, songea-t-il. Je peux sentir l'amour qu'il donne à ces pauvres enfants..."

A un moment, le Grand Pope s'assit sur une souche d'arbre qui se trouvait dans la cour et permit à deux petits garçons de venir s'asseoir sur ses genoux. Le jeune chevalier du Lynx n'en fut que plus admiratif devant la générosité du représentant terrestre d'Athéna:

"C'est vraiment charmant...Cela me fait penser à un passage du Nouveau Testament, quand Jésus prend quelques enfants sur ses genoux et dit à ses disciples de prendre exemple sur eux..."


Tout à coup, Kentaro sentit une présence à côté de lui. Il jeta un coup d'oeil à sa gauche et vit une petite fille aux cheveux blonds, âgée de sept ou huit ans, lui demander:

"Chevalier, pouvez-vous me prendre dans vos bras?"

Un peu embarrassé, le rouge aux joues, Kentaro jeta un coup d'oeil au Grand Pope, qui hocha la tête. Aussi, le chevalier du Lynx se baissa et prit la petite fille dans ses bras. La jeune enfant se blottit contre lui et lui souffla à l'oreille:

"J'aime beaucoup les chevaliers d'Athéna...On nous a dit qu'ils étaient prêts à nous protéger, même au péril de leurs vies!"

Kentaro sourit, puis répondit:

"Et c'est la vérité, petite...Tu n'auras rien à craindre tant que les chevaliers sacrés d'Athéna vivront sur cette Terre!"

Avec la petite fille dans ses bras, Kentaro se dirigea ensuite vers le Grand Pope, qui avait toujours quelques enfants sur les genoux, et lui dit:

"Grand Pope...Je n'arrive toujours pas à réaliser...Je ne savais pas que les miséreux de Grèce avaient autant foi en vous et en la chevalerie d'Athéna!"

Le Pope répondit au chevalier du Lynx:

"Tu t'en rendras compte encore plus dans les mois à venir, Kentaro...Je ne t'en dis pas plus..."

Le Pope et Kentaro restèrent encore deux heures à l'intérieur de l'hospice, puis vint le moment de partir. Kentaro laissa la petite fille qu'il avait prise dans ses bras l'embrasser sur les joues, des baisers qu'il lui rendit volontiers, puis lui demanda:

"Petite...avant de partir, j'aimerais savoir...Comment t'appelles-tu?"

La petite fille répondit avec un grand sourire:

"Je m'appelle Lydia, chevalier."

Kentaro sourit, puis lui dit à son tour:

"Je suis Kentaro, chevalier de bronze du Lynx. J'espère que ta vie sera agréable, petite Lydia."

Puis, un peu à regret, Kentaro délaissa sa jeune amie et suivit le Grand Pope, qui donnait ses derniers conseils aux jeunes enfants:

"Obéissez aux responsables de l'hospice, travaillez bien pour réussir, et que Dieu soit toujours à vos côtés."

Le sourire aux lèvres, Kentaro pensa:

"Grand Pope...Vous avez redonné le sourire à tous ces pauvres enfants, l'espace de deux heures...Ces enfants vous aiment et vous respectent...Vous êtes merveilleux, Grand Pope...Vous êtes l'égal de Dieu!"

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Mar 10 Fév 2009 - 19:09

De retour au Sanctuaire, le Grand Pope dit à Kentaro:

"Kentaro...j'aimerais que tu me suives jusqu'à mon palais, je voudrais te parler..."

"A quel sujet, grand Pope?"demanda Kentaro.

"Rien de spécial...Je ne te retiendrai pas longtemps."

Kentaro hocha la tête, puis suivit le Grand Pope dans sa traversée des douze Maisons du Zodiaque. La traversée des quatre premières maisons se passa sans encombre, si ce ne fut que Kentaro préféra fermer les yeux dans la maison du Cancer, afin de ne pas voir les visages grimaçants qui se trouvaient sur les murs de cette maison. Lorsque la quatrième maison du Zodiaque fut derrière eux, Kentaro demanda au Pope:

"Grand Pope...où se trouve le chevalier du Cancer?"

"Il est en mission, actuellement, afin de débarrasser certaines régions méditérranéennes des criminels qui les tyrannisent. Après, il ne reviendra pas tout de suite, car je lui ai accordé un peu de repos...Ah! Nous arrivons dans la maison du Lion!"

Le gardien de la cinquième maison, Aiolia du Lion, était sur le seuil de son temple. Se souvenant de l'histoire du chevalier du Sagittaire, Kentaro souffla au Pope:

"Grand Pope, me permettez-vous de vous délaisser momentanément? J'aimerais m'entretenir avec le chevalier du Lion..."

Et le Pope de répondre:

"Je te l'accorde, Kentaro. Tu n'auras ensuite qu'à me rejoindre dans mon palais..."


Aussitôt, Kentaro se dépêcha d'aller rejoindre Aiolia et de le saluer:

"Bonjour, chevalier du Lion!"

"Bonjour, Kentaro! Que me veux-tu?"

Kentaro répondit en hésitant un peu:

"Chevalier du Lion, je...j'aimerais vous demander quelque chose..."

Aiolia l'interrompit:

"Ne te montre pas si cérémonieux avec moi, Kentaro; appelle-moi Aiolia et tutoie-moi! Bien, que veux-tu?"

Kentaro prit sa respiration, puis se lança:

"Eh bien, Aiolia...hier, lors de ma traversée des douze maisons, je suis parvenu à celle du Sagittaire..."

La seule évocation de cette maison suffit à assombrir le visage d'Aiolia. Malgré cela, Kentaro se décida à continuer de parler:

"Comme je le disais...lorsque je suis arrivé dans la maison du Sagittaire, maître Venceslas m'a parlé d'une histoire sinistre, qui eut lieu treize ans auparavant...Aiolia, est-il...est-il vrai que ton frère aîné a trahi le Sanctuaire?"

Aiolia resta sombre et muet durant une dizaine de secondes, puis se décida à rompre le silence:

"C'est la vérité, Kentaro...Lorsque je l'ai appris de la bouche des gardes et de certains chevaliers, j'ai été horriblement choqué par la faute de mon frère. Il avait été ma seule famille pendant toute mon existence, grâce à ses bons conseils, j'avais pu gagner l'armure du Lion très tôt...Après ça, je me suis juré de servir aveuglément Athéna et le Grand Pope...Pourquoi me demandes-tu ça, Kentaro?"

Soulagé que le chevalier du Lion ne se soit pas vexé, Kentaro répondit:

"Eh bien...comme toi, Aiolia, je me suis juré de défendre Athéna par tous les moyens, même au péril de ma vie...Alors, quand j'ai appris qu'un chevalier sacré, à plus forte raison un chevalier d'or, avait été capable de commettre un tel crime, ça...ça m'a bouleversé..."

Aiolia sourit timidement, puis posa une main sur l'épaule du chevalier du Lynx et lui dit:

"Kentaro, je comprends ta réaction. Mais tu n'es pas mon frère, tu n'as donc pas à t'inquiéter...Pendant de nombreuses années, j'ai souffert d'être considéré comme le frère d'un traître, mais j'ai fini par relever la tête...Toi, tu es jeune et plein d'avenir, le Grand Pope lui-même te l'a dit...Ne te tracasse pas à cause de la faute de mon frère et ne pense qu'à combattre pour la justice!"

"Oui, tu as raison. Merci beaucoup, Aiolia!"sourit Kentaro.

"C'était tout naturel, répondit le chevalier du Lion. Maintenant, je ne te retarde plus, le Grand Pope t'attend! Allez!"


Kentaro se hâta alors de rejoindre le chef des chevaliers d'Athéna dans son palais. Une heure plus tard, il y parvint. Le Grand Pope lui dit alors:

"Très bien, Kentaro...Nous allons pouvoir un peu parler...Parler de tes connaissances du passé..."

"Mes...Mes connaissances du passé? Vous voulez parler des 99 orphelins qui étaient avec moi, il y a six ans?"

"Exactement, Kentaro...J'ai l'impression que tu en sais bien plus que ce que tu as laissé entendre à leur sujet...Dis-moi, Kentaro...quels sont les véritables liens entre ces 99 orphelins et toi?"

Kentaro fut intrigué que le Pope lui posât une question aussi personnelle. Mais, sachant à qui il avait affaire, Kentaro ne se défila pas et répondit à son supérieur:

"Eh bien, Grand Pope...Nous vivions depuis plusieurs années dans un établissement appelé la fondation Graad et nous étions plus ou moins proches les uns des autres. Nous avions entre six et dix ans au moment de notre départ pour les quatre coins du monde. L'homme à l'origine de ces voyages était le créateur de la fondation Graad. Il s'agissait de Mitsumasa Kido, un ploutocrate japonais. Il nous avait destinés à devenir chevaliers sacrés..."

Le Grand Pope parut devenir brutalement soucieux. Il demanda alors à Kentaro:

"Et pour quelle raison? Je doute fort que c'était pour fournir une nouvelle armée de réserve pour la déesse Athéna..."

"Absolument pas, reconnut Kentaro. J'ai appris, en écoutant une conversation avec l'un de ses serviteurs, que ces orphelins devraient ensuite revenir au Japon et...et participer à un tournoi de lutte, organisé pour le seul profit de la fondation Graad, du moins, c'est ce que je pense..."

Le Grand Pope répondit, en haletant bizarrement:

"C'est...C'est évident...Ce tournoi ne...ne va avoir lieu que pour...pour amasser des...des millions!..."

Intrigué par les halètements à répétition du Pope, Kentaro lui demanda:

"Grand Pope, vous...vous ne vous sentez pas bien?"

"Ce n'est rien...En...En tout cas, Kentaro, tu...tu viens de me dire quelque...chose de très...très important...Je...Je vais prendre des...des mesures dans...dans les jours à...venir..."

Les halètements du Pope se faisaient de plus en plus nombreux. Kentaro s'en inquiéta:

"Grand Pope, vous êtes sûr que tout va bien?..."

"Kentaro, ne...ne t'occupe pas...pas de moi...Pars et...et ne t'occupe pas de moi! Je...Je te l'ordonne!"

N'osant discuter les ordres du représentant d'Athéna sur Terre, Kentaro hocha la tête et quitta la salle du Pope en courant. Toutefois, il ne put s'empêcher de penser:

"C'est bizarre...Lors de sa visite à l'hospice, le Grand Pope se portait comme un charme, et là, il s'est soudainement senti mal, comme s'il avait été frappé par une crise d'asthme! Et il m'a demandé de le laisser seul! Pourquoi?"

Kentaro se posa toutes ces questions pendant deux minutes encore, puis oublia le Grand Pope et se concentra sur la maison de la Vierge, que lui et Venceslas habitaient en raison de l'absence de Shaka.


Quelques jours plus tard

Rien de neuf ne s'était passé au Sanctuaire. Kentaro avait continué à s'entraîner, afin de se préparer à combattre le Mal. Il venait donner parfois quelques conseils aux jeunes apprentis qui étaient venus au Sanctuaire pour devenir des chevaliers sacrés. Il se fit rapidement aimer d'eux, en raison de sa bonté et de sa disponibilité. Il aimait à raconter les dures épreuves qu'il avait franchies en Mongolie, afin que les jeunes aspirants chevaliers ne perdent jamais espoir. Le Grand Pope avait quelquefois demandé à le voir, pour discuter avec lui, ce qui n'était pas pour déplaire au jeune chevalier, car le fait que le Pope fût attentif à un simple chevalier de bronze comptait beaucoup pour lui. Au final, Kentaro était parvenu à se faire apprécier de la plupart des habitants du Sanctuaire. Bien sûr, il y avait encore quelques gardes à l'esprit étroit, qui avaient du mal à admettre qu'un Asiatique puisse porter une armure sacrée, mais il n'y prenait pas garde. Bien plus encore, une femme chevalier que l'on disait quelque peu xénophobe, Shaina, chevalier d'argent du Serpentaire, ne lui avait jamais fait la moindre remarque sur ses origines, en partie parce qu'elle avait subi un échec contre un jeune Japonais qui avait gagné l'armure de Pégase plusieurs jours auparavant. Mais Kentaro ne s'en souciait guère.

Quelquefois, avec la permission du Grand Pope, il s'était rendu à l'hospice pour enfants de Rodorio, où il venait apporter un peu de réconfort à ces jeunes garçons et filles bien peu gâtés par le destin. Il avait également beaucoup de plaisir à retrouver Lydia, la petite fille qu'il avait prise dans ses bras lors de sa première visite. Un soir, il alla même, avec la bénédiction du gérant, se promener avec elle près de la mer. A un moment, ils s'étaient assis sur la plage et avaient commencé à regarder les étoiles. Kentaro dit alors à sa jeune amie:

"Lydia, sais-tu combien il y a de constellations dans notre galaxie?"

"Non, combien?"

"Il y en a exactement 88. Chaque chevalier est placé sous la protection de sa constellation, tout comme les autres humains sont protégés par leur étoile. En ce qui me concerne, je suis protégé par la constellation du Lynx depuis mon enfance. J'avais six ans quand je l'ai aperçue pour la première fois dans le ciel. Six ans plus tard, quand j'ai gagné mon armure, je l'ai vue de nouveau. C'est alors que maître Venceslas m'a expliqué que, à chaque fois qu'un chevalier était en danger, son étoile protectrice apparaissait pour les dieux lui prêtent main forte!"


Ce fut alors que la constellation du Lynx se manifesta de nouveau et illumina le chevalier du Lynx et sa protégée. Intriguée, cette dernière lui demanda:

"Kentaro, c'est...c'est la constellation du Lynx qui est au-dessus de nous?"

"Oui, approuva Kentaro. Je la reconnais parfaitement. Mais, rassure-toi, Lydia, cela ne veut pas dire que je suis en danger! C'est juste pour me porter bonheur; je suis devenu chevalier d'Athéna et, en ce moment, je suis avec ma seule amie! Que demander de plus?"

Lydia sourit, puis demanda:

"Kentaro, tu n'avais donc pas d'amis dans ton enfance?"

"Pas vraiment, non, reconnut le chevalier avec un sourire triste. J'étais plutôt renfermé sur moi-même, je n'ai guère connu ma mère et mon père nous avait abandonnés! Mais quand je suis arrivé en Mongolie, j'ai trouvé en Venceslas un mentor sévère, mais formidable, qui n'a jamais douté de moi, il a toujours eu un comportement bien plus paternel que mon propre géniteur!...Et puis, je t'ai trouvée, Lydia, et je suis heureux de voir l'affection que tu me portes."

Kentaro se pencha alors vers la petite fille et l'embrassa sur la joue. Lydia se mit à rougir, puis dit:

"Kentaro, j'aimerais te poser une question..."

"Je t'écoute, Lydia, vas-y..."

"Eh bien, tu m'avais dit que nous étions tous placés sous la protection d'une étoile...Pourtant, je...je n'ai pas l'impression que ça soit mon cas..."

"Et pour quelle raison, Lydia?"


La petite fille poussa un soupir avant de dire:

"Je n'ai jamais eu de chance dans la vie...Mes parents sont morts alors que je n'avais qu'un an, et j'ai passé le plus clair de mon temps dans cet hospice, sans avoir connu ma vraie famille...J'ai souffert pendant une bonne partie de ma vie, Kentaro, est-ce que je suis vraiment protégée par une étoile?"

Kentaro regarda attentivement la petite fille, puis lui dit:

"Tu sais, Lydia, nul ne peut savoir ce qui va lui arriver dans la vie. Mais une chose est sûre, jamais ta vie ne sera constituée uniquement de joie ou uniquement de douleur...Maître Venceslas m'a parlé de ça, un jour; il m'a dit que la seule chose qui soit vérifiée sur Terre, c'est l'instabilité des choses humaines. L'on connait tous des sentiments contradictoires dans nos vies; joie, peine, bonheur, malheur, rire, colère, amour et haine...C'est ce que l'on appelle l'incertitude. Je pourrais très bien me prendre en exemple; il y a six ans, je n'avais pas d'amis, j'étais sans famille, je ne savais pas où mon destin me mènerait...et aujourd'hui, tout a changé; je suis devenu défenseur de la justice, j'ai rencontré maître Venceslas, qui est presque un père pour moi, et j'ai même gagné une petite soeur!"

Lydia ouvrit grand la bouche:

"Une petite soeur?! Qui est-ce?"

Kentaro sourit:

"C'est une jolie petite fille qui a subi, elle aussi, l'instabilité des choses humaines. Elle a perdu ses parents à un an, mais aujourd'hui, elle a gagné un grand frère!"

Lydia regarda alors Kentaro et sourit jusqu'aux oreilles, le rouge aux joues. Le chevalier du Lynx la prit tendrement dans ses bras, lui caressa les cheveux, l'embrassa sur le front, et lui dit:

"Jamais je ne t'abandonnerai, Lydia. Tu pourras toujours compter sur moi, petite soeur..."

Lydia resta blottie dans les bras de Kentaro pendant cinq minutes, puis le chevalier du Lynx se décida enfin à la ramener à l'hospice. Après ça, il rentra au Sanctuaire, heureux d'avoir pu partager son bonheur avec celle qu'il considérait comme sa petite soeur.

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Johnny le Mar 10 Fév 2009 - 19:14

Le lendemain, Kentaro était en pleine méditation dans l'arène du Sanctuaire, quand un garde vint à sa rencontre:

"Chevalier du Lynx!"

Kentaro se releva rapidement et lui demanda:

"Qu'il y a-t-il?"

"Le Grand Pope demande à vous voir!"

"Rien de grave, j'espère?"

"Je n'en sais rien, chevalier, vous devriez le lui demander vous-même..."

Kentaro hocha la tête et se dirigea vers les marches qui menaient à la maison du Bélier et, à long terme, au palais du Grand Pope. Mais, alors qu'il venait d'atteindre la première maison du Zodiaque, il se retrouva nez-à-nez avec quelqu'un qu'il avait vu quelques jours auparavant; Camus, le chevalier d'or du Verseau. En dépit du caractère du chevalier, qu'il savait glacial, Kentaro le salua:

"Bonjour, chevalier du Verseau!"

"Bonjour."répondit Camus sans chaleur.

Ce fut alors que Kentaro remarqua que le chevalier d'or portait quelque chose dans sa main. Une enveloppe contenant probablement une lettre. Le chevalier du Lynx se hasarda à demander à Camus:

"Chevalier du Verseau, quelle est cette enveloppe?"

Camus répondit d'un ton monocorde:

"C'est le Grand Pope qui me l'a donnée. Je dois la faire remettre à mon disciple, le chevalier du Cygne, qui est resté en Sibérie. En quoi cela te concerne-t-il?"

Troublé par la fin de la réponse du chevalier d'or, Kentaro répondit:

"Je...Je voulais juste savoir...Bon, excusez-moi, je ne vais pas vous retenir plus longtemps, le Grand Pope m'attend. Au revoir, chevalier du Verseau!"

"Au revoir."répondit simplement Camus.

Après ça, le chevalier du Verseau poursuivit sa route sans accorder le moindre regard à Kentaro. Celui-ci haussa les épaules et traversa la maison du Bélier en pensant:

"Ce chevalier du Verseau est vraiment sympathique...Sympathique comme une porte de prison!"


Après avoir traversé les douze maisons en moins de deux heures, Kentaro entra dans la salle du Grand Pope. Lorsqu'il aperçut le représentant terrestre d'Athéna sur Terre, il s'agenouilla devant lui et lui présenta ses hommages:

"Kentaro du Lynx, pour vous servir, Grand Pope. Pourquoi m'avez-vous demandé?"

Et le Grand Pope de répondre:

"Relève-toi, Kentaro...Bien. Maintenant, parlons sérieusement. Tu sais que je t'avais demandé, quelques jours auparavant, des renseignements sur ton enfance au Japon?"

"C'est exact, Grand Pope."

"Vois-tu, Kentaro, à un moment, tu m'as parlé du fait que tes camarades, une fois devenus chevaliers sacrés, devaient revenir au Japon pour participer à un tournoi de lutte. Eh bien, j'en ai eu la confirmation hier, en raison de la forte médiatisation de ce tournoi à travers le monde."

Intrigué, Kentaro demanda à son supérieur:

"Grand Pope...quel rapport cela a-t-il avec moi?"

"Kentaro, te souviens-tu de ce que je t'ai dit au sujet de ton armure?"

"Oui, Grand Pope. Vous m'aviez dit que je ne devrais la porter que pour défendre la justice, jamais pour des intérêts personnels!"

"Exactement, Kentaro. Et je dois te dire que tes camarades d'enfance qui sont revenus au Japon ont bafoué les règles de la chevalerie d'Athéna, en s'exhibant dans une compétition médiatique."

"Grand Pope, demanda Kentaro, savez-vous quel est l'enjeu de ce spectacle?"

"Pas encore, non, mais ça ne saurait tarder. Quoi qu'il en soit, j'ai pris ma décision; les chevaliers de bronze qui combattront dans ce tournoi devront être punis de mort."


La décision du Grand Pope surprit Kentaro, car le chef des chevaliers sacrés lui en avait fait part de manière brutale. Se rendant compte du désarroi du chevalier du Lynx, le Pope lui demanda:

"Kentaro, trouves-tu quelque chose à redire à cette décision?"

Kentaro inclina la tête et répondit:

"Non, Grand Pope. Vous êtes le serviteur direct d'Athéna, je ne pourrais m'opposer à la moindre de vos décisions."

Le Pope sourit sous son casque:

"Tu as bien parlé, Kentaro...Je regrette franchement que tes camarades, pourtant plus âgés, n'aient pas autant de déontologie que toi! Bon, venons-en aux faits! J'ai appris que, sur les dix chevaliers de bronze, deux n'étaient pas encore arrivés au Japon. J'ai donc décidé de charger l'un d'entre eux, Hyoga de la constellation du Cygne, de se rendre au Japon, et d'y exécuter les chevaliers sacrés qui ont transgressé les lois de la chevalerie."

"Le chevalier du Cygne?"fit Kentaro, surpris.

"Le connais-tu?"

"Non, pas vraiment, mais...mais en me rendant à votre palais, j'ai vu le chevalier du Verseau, Camus, tenir dans sa main une lettre qu'il destinait à son disciple, le chevalier du Cygne."

"Tu étais donc en partie au courant de mes décisions, Kentaro. J'ai effectivement chargé Camus du Verseau de transmettre à son apprenti mes ordres. Je suis sûr qu'il les exécutera sans états d'âme!"

En entendant les propos du Grand Pope, Kentaro songea:

"Effectivement...S'il est aussi chaleureux que son maître, je ne donne pas cher de la peau des chevaliers qui sont rentrés au Japon!"

Puis, tout haut:

"Grand Pope, je ne comprends pas...Pourquoi m'avez-vous convoqué pour me parler de tout ça?"

Le Pope répondit:

"Kentaro, outre le fait d'avoir connu ces chevaliers de bronze durant ton enfance, je te trouve plein d'avenir. Tu n'as que douze ans, tu n'es qu'un chevalier de bronze, mais...mais au fond de toi, tu as la grandeur d'âme d'un chevalier d'or! Quelqu'un d'aussi déterminé à servir la justice que toi mérite mon respect, Kentaro! Je regrette franchement que tu ne sois pas chevalier d'or, sinon, je n'aurais aucune difficulté à choisir mon successeur!"


Kentaro ne put s'empêcher de rougir en écoutant les paroles de son supérieur. Il répondit modestement:

"Grand Pope, avec tout le respect que je vous dois, je pense que vous en faites un peu trop...Je ne suis qu'un chevalier de bronze, je suis loin d'être aussi puissant que mon maître Venceslas, chevalier du Paon, et encore moins que Shaka de la Vierge, l'homme le plus proche de Dieu!"

"Je pense vraiment ce que je dis, Kentaro, répondit le Grand Pope. Bien, je vais te laisser, mais...avant que tu ne partes, j'aimerais te parler de quelque chose qui te concerne personnellement."

"Et de quoi s'agit-il?"demanda Kentaro, étonné.

"C'est au sujet de cette petite fille que tu as rencontrée à l'hospice et que tu as revue ces derniers jours. Je suis sincèrement ravi de voir l'affection que vous vous portez tous les deux, comme entre un frère et sa soeur, car l'amour peut te faire réaliser des choses impensables, mais...Kentaro, je te le demande en personne: ne t'attache pas trop à cette enfant."

Intrigué, Kentaro demanda:

"Grand Pope...comment avez-vous pu savoir pour moi et Lydia?"

"Je suis le Grand Pope, représentant d'Athéna sur Terre, je peux lire dans ton coeur, Kentaro. Et ma bonté me pousse à te demander de ne pas trop t'attacher à cette petite fille. Dans plusieurs mois, le Mal va faire son retour sur Terre, 243 ans après sa dernière défaite! Lors de la dernière Guerre sainte, moi et le chevalier de la Balance, le vieux maître des Cinq Pics, fûmes les seuls survivants. Et lorsque le Mal reviendra, je crains qu'aucun chevalier sacré n'en réchappe cette fois-ci...Pas même toi, Kentaro, et je n'ose imaginer la douleur de ton amie si elle venait à te perdre. Comprends-tu mes paroles, Kentaro?"

Kentaro resta silencieux, pour mieux méditer les paroles du Grand Pope. Il savait bien qu'en tant que chevalier sacré, il devrait se battre contre le Mal tôt ou tard, même s'il devait laisser la vie, c'était pour ça que le chef des chevaliers sacrés lui avait donné ce conseil. Cependant, il finit par répondre:

"Grand Pope...je vais réfléchir à vos propos, mais je ne vous promets rien. J'aime beaucoup Lydia, elle est pour moi la petite soeur que je n'ai jamais eue avant...J'ai beau être chevalier sacré, je n'en reste pas moins un homme, capable de ressentir et d'aimer."

"Tu es d'une grande sagesse, Kentaro, je suis sûr que tu sauras prendre la bonne décision en fin de compte. Va, tu peux disposer."


Kentaro inclina sa tête vers le Grand Pope, puis se retourna et s'éloigna de son supérieur. Ce dernier allait donc se plonger dans une méditation intense, quand il entendit une voix comme venue de nulle part:

"Alors, comme ça, ce jeune chevalier s'est pris d'affection pour une petite orpheline? Comme c'est mignon!"

Le Grand Pope sursauta:

"Comment? C'est encore toi?"

"Exactement, répondit affirmativement l'autre. J'ai écouté ta conversation avec ce chevalier de bronze, et je dois dire que tu as été admirable!"

"Que veux-tu dire?"

"Ne fais pas comme si tu ne le savais pas. Je t'ai moi-même conseillé de le mettre en confiance, en vantant ses mérites, y compris jusqu'à l'excès!"

"Je pensais vraiment ce que je disais! manqua de s'emporter le Grand Pope. J'ai une profonde estime pour Kentaro, il me rappelle celui que je suis vraiment!"

En écoutant les propos du représentant terrestre d'Athéna, l'autre éclata d'un rire nerveux:

"Ha! Ha! Ha! En fin de compte, ta place n'est pas sur le trône du Pope, mais devant un écran de cinéma ou sur une scène de théâtre! Dis-moi, qui es-tu vraiment?"

"Je suis le Grand Pope, représentant d'Athéna sur Terre, je suis quasiment l'égal d'un dieu! Et d'ailleurs, il y a encore treize ans, c'était à ça que l'on me comparait!"

"Treize ans, ça fait loin...Et comment es-tu parvenu sur le trône du Pope?"sembla ironiser l'autre.

Le Pope devint soudainement silencieux, ce qui fit bien rire l'autre:

"Ha! Ha! Ha! Ha! Dans ces moments-là, tu préférerais être sourd plutôt que d'entendre ça! Et pourtant, tu ne devrais pas souhaiter une telle chose! Ecoute-moi bien; tu accomplis tes fonctions de Grand Pope à la perfection! Je pense encore à ce que tu as dit à ce chevalier tout à l'heure, c'était grandiose! Si je le pouvais, je sortirais de ta tête pour t'applaudir!"

Le Grand Pope resta muet durant cinq secondes, puis demanda à l'autre:

"Pourquoi m'avoir conseillé au sujet de ma conversation avec Kentaro?"

"C'est vraiment amusant de voir comment tu feins la naïveté, dit narquoisement l'autre."


Quant à Kentaro, il était resté sur le seuil de la salle du Pope, afin de réfléchir à ce que lui avait dit son supérieur. Il avait rapidement oublié les propos élogieux à son sujet pour mieux se concentrer sur les conseils du Grand Pope au sujet de Lydia. Kentaro avait beau savoir qu'il mettrait sa vie en jeu tôt ou tard, il ne pouvait se détacher de son affection pour la jeune orpheline. Il pensa alors:

"Si, comme me l'a dit le Grand Pope, l'amour peut permettre de tout faire, même des choses a priori impossibles, alors je pense utiliser mon amour pour Lydia à ces fins-là! Oui, je suis certain que je pourrai à la fois combiner mon devoir de chevalier sacré et mon amour pour celle qui est pour moi ma petite soeur!..."

Soudain, Kentaro fut interrompu dans ses pensées par un cri épouvantable. Un cri qui venait de la salle du Pope. Inquiet pour son supérieur, le chevalier du Lynx ouvrit la porte du palais en coup de vent et accourut vers le Grand Pope, qui était à genoux et se tordait la tête de douleur:

"Grand Pope?! Vous n'allez pas bien?"

Le Grand Pope répondit en haletant nerveusement:

"Kentaro...Ne...Ne t'occupe pas de moi et...et pars, ça...ça va passer!...Pars, Kentaro...je...je te l'ordonne!"

Ne voulant plus discuter, Kentaro salua le Pope, puis rebroussa chemin et se dirigea vers la maison de la Vierge à grandes enjambées. Lorsqu'il fut arrivé dans la sixième maison du Zodiaque, il s'assit en tailleur et se mit à réfléchir:

"C'est la deuxième fois en quelques jours que le Grand Pope a un malaise...Je trouve ça inquiétant...A chaque fois, il a l'air de souffrir énormément, et pourtant, il veut que je le laisse seul! Pourquoi?"

Pendant cinq minutes, cette question résonna dans sa tête, jusqu'à ce qu'il se souvînt de ce que lui avait dit le Pope à un moment donné:

"Mais oui, c'est vrai! Le Grand Pope m'a dit qu'il avait survécu à la dernière Guerre sainte, il y a 243 ans! Il est donc très âgé, c'est donc normal qu'il souffre parfois! Que je suis bête! Bon, n'y pensons plus!"

Joignant les actes aux paroles, Kentaro se mit alors à méditer durant plusieurs heures, afin de détendre son esprit encore occupé par son entretien avec le Grand Pope.

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11ème chevalier (fanfiction Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF))

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:27


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum