Robert le Diable et les nonnes damnées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Robert le Diable et les nonnes damnées

Message  Kashima le Ven 17 Fév 2012 - 15:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le sujet est emprunté à une légende médiévale, dont le héros est Robert le Diable, fruit de l’union de Satan et d’une mortelle. La plus ancienne version connue remonte au XIIIe siècle et le roman fut ensuite diffusé en France par la Bibliothèque bleue et de nombreuses éditions populaires qui multiplient les variantes de l’histoire.

Robert le Diable est le dixième opéra de Giacomo Meyerbeer, et son premier composé pour l’Opéra de Paris. Le livret, qualifié par G. Kobbé de « grotesque et absurde », et que seule la musique de Meyerbeer aurait sauvé du désastre, est d’Eugène Scribe et Germain Delavigne, qui ont adapté la légende médiévale de Robert le Diable.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


A Palerme, au début du XIVe siècle, Robert, duc de Normandie, est tombé amoureux d’Isabelle, la fille du roi de Sicile. Le père du jeune homme, un démon des Enfers dévoré par l’amour paternel, a pris les traits d’un chevalier mystérieux prénommé Bertram. Il tente de convaincre Robert de vendre son âme au diable et réussit à empêcher son fils de participer à un tournoi dont l’enjeu n’est autre que la main d’Isabelle. Il lui conseille d’utiliser la magie pour parvenir à ses fins : lors d’une bacchanale avec des nonnes damnées, Robert s’empare d’un rameau magique. Isabelle parvient cependant à convaincre Robert de briser le talisman et Bertram est englouti dans les profondeurs des Enfers, après avoir échoué à faire signer à son fils le pacte infernal. Robert finit par épouser Isabelle.


Décor reproduit en maquette au Musée du Costume de Moulins pour l'exposition "L'envers du décor". C'est le moment où Robert va réveiller les nonnes... C'est un décor de Cicéri :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


   Nonnes, qui reposez sous cette froide pierre,
               M’entendez-vous ?
   Pour une heure quittez votre lit funéraire,
               Relevez-vous ?
   Ne craignez plus d’une sainte immortelle,
           Le terrible courroux !
   Roi des enfers, c’est moi qui vous appelle,
           Moi, damné comme vous !
   Nonnes, qui reposez sous cette froide pierre
               M’entendez-vous ?
   Pour une heure quittez votre lit funéraire,
               Relevez-vous !


Scribe a adapté la légende médiévale en y introduisant des traits du romantisme noir des romans gothiques qui rencontraient un grand succès en France depuis la fin du XVIIIe siècle. Le thème de la tentation satanique renvoie directement à Faust.


Source des textes en italique : Wikipedia

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Scène VII de l'opéra :



  BERTRAM, aux nonnes qui l’entourent.

   Jadis filles du ciel, aujourd’hui de l’enfer ;
       Écoutez mes ordres suprêmes !
   Voici venir vers vous un chevalier que j’aime…
       Il doit cueillir ce rameau vert ;
   Mais si sa main hésite et trompe mon attente,
           Par vos charmes qu’il soit séduit ;
   Forcez-le d’accomplir sa promesse imprudente,
   En lui cachant l’abîme où ma main le conduit.

(Toutes les nonnes, par un salut, donnent leur assentiment à la demande de Bertram, qui se retire. Aussitôt l’instinct des passions revient à ces corps naguère inanimés. Les jeunes filles, après s’être reconnues, se témoignent le contentement de se revoir. Héléna, la supérieure, les invite à profiter des instans, et à se livrer au plaisir. Cet ordre aussitôt est exécuté. Les nonnes tirent des tombeaux les objets de leurs passions profanes ; des amphores, des coupes, des dés sont retrouvés. Quelques-unes font des offrandes à une idole, tandis que d’autres arrachent leurs longues robes et se parent la tête de couronnes de cyprès pour se livrer à la danse avec plus de légèreté. Bientôt elles n’écoutent plus que l’attrait du plaisir, et la danse devient une bacchanale ardente. — La ritournelle annonçant l’arrivée de Robert interrompt les jeux ; toutes les nonnes se dérobent à sa vue, en se cachant derrière la colonnade et les tombeaux.)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Évocation des nonnes



   ROBERT avance en hésitant.

   Voici le lieu témoin d’un terrible mystère !
   Avançons… mais j’éprouve une secrète horreur :
   Ces cloîtres, ces tombeaux font naître dans mon cœur
               Un trouble involontaire.
   J’aperçois ce rameau, talisman redouté,
           Qui doit me donner en partage
       Et la puissance et l’immortalité.
   Quel trouble ! vain effroi ! Grand Dieu ! dans cette image,
   De ma mère en courroux, oui, j’ai revu les traits !
   Ah ! c’en est fait, fuyons, je ne pourrais jamais…

(Au moment où Robert veut sortir, il se trouve entouré de tontes les nonnes ; une d’elles lui présente une coupe, mais il la refuse. Héléna, qui s’en aperçoit, s’approche de lui, et par ses poses gracieuses cherche à le séduire. Robert la contemple, avec admiration ; bientôt il ne peut résister, et accepte la coupe offerte par sa main. Héléna, voyant qu’elle a réussi, l’entraîne vers le tombeau de sainte Rosalie ; toutes les nonnes, croyant que Robert va détacher le rameau, se félicitent de leur triomphe ; mais le chevalier recule avec effroi. — Héléna cherche de nouveau, par ses charmes, à exciter les passions de Robert. D’autres jeunes filles lui présentent des dés ; au premier moment, il est tenté de se mêler à leurs jeux ; mais bientôt il s’éloigne avec répugnance. Héléna, qui ne cesse de l’observer, le ramène en dansant autour de lui avec grâce. Robert, subjugué par tant de charmes, oublie toutes ses craintes ; elle le conduit insensiblement près du tombeau de sainte Rosalie, et se laisse ravir un baiser, en lui indiquant du doigt le rameau qu’il doit cueillir. Robert, enivré d’amour, saisit le talisman ; alors toutes les nonnes forment autour de lui une chaîne désordonnée. Il se fraie un chemin au milieu d’elles, en agitant le rameau. Bientôt la vie qui les animaient s’éteint par degrés, et chacune d’elles vient retomber auprès de son tombeau ; un démon qui sort de chaque tombe s’assure de sa proie. En ce moment on entend au milieu des cloîtres un chœur infernal.)

   LE CHŒUR.

           Il est à nous.
           Accourez tous ;
           Spectres, démons,
           Nous triomphons.



Pour lire le texte de l'opéra en entier : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le texte du Moyen-Âge a une intrigue plus fouillée et plus proche du roman de chevalerie :



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

CNCS Rétrospective 2014

Message  Kashima le Lun 3 Mar 2014 - 20:18

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Robert le Diable et les nonnes damnées

Message  Villepinte le Mar 4 Mar 2014 - 14:10

Je n'ai jamais écouté Robert le Diable, je ne connais de l'opéra que cette anecdote  contée par Heine lors d’une de ses chroniques envoyées à la gazette d’Augsburg en janvier 1838 où deux commis voyageurs disputaient à table pour savoir qui était le plus grand maître de Rossini ou de Meyerbeer. Alors que le premier attribuait à l’Italien l’absolue supériorité, l’autre faisait opposition, non avec des paroles, mais « en fredonnant les plus belles mélodies de Robert le Diable. » Le premier peinant à trouver une répartie se mit à fredonner à son tour des passages du Barbier de Séville et ils continuèrent ainsi pendant le repas. Heine conclut « au lieu d’un échange assourdissant de phrases insignifiantes, ils nous donnèrent la musique de table la plus exquise, et à la fin, je dus convenir qu’il fallait ou ne pas disputer du tout de la musique, ou bien le faire de cette façon toute réaliste. »

Maintenant, j'ai envie de l'écouter.
Merci !

Villepinte

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 30/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Robert le Diable et les nonnes damnées

Message  Kashima le Mar 4 Mar 2014 - 22:24

J attends suggestions...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Robert le diable

Message  Kashima le Mer 5 Mar 2014 - 11:10

On voudrait des extraits!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Robert le Diable et les nonnes damnées

Message  Villepinte le Mar 11 Mar 2014 - 19:59

je m'y mets !

Villepinte

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 30/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Robert le Diable et les nonnes damnées

Message  Kashima le Mer 12 Mar 2014 - 20:03

Faudrait p't'être!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Robert le Diable et les nonnes damnées

Message  Villepinte le Jeu 13 Mar 2014 - 12:52

Impatiente !

Villepinte

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 30/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Robert le Diable et les nonnes damnées

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum