Ô sacro-saint corps humain!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ô sacro-saint corps humain!

Message  Kashima le Mer 20 Juil 2011 - 9:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ô sacro-saint corps humain !
Le peuple français s’offusque : quelle honte, quel sacrilège ! Un chien a osé manger le cadavre de son maître, il a goûté au sang humain, ô sang sacré de mon semblable!
Enfermé quinze jours sans nourriture, la bête s’est nourrie de la seule chair qu’il pouvait trouver autour de lui, que ce soit une charogne humaine ou de bête, je ne vois pas la différence car je ne place pas l’être humain au-dessus des autres espèces.

Ces personnes qui s’offusquent ne savent-elles pas que le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] est une pratique en cas de famine ? Soyez enfermé, la faim au ventre, durant plusieurs jours, vous le mangeriez, votre morceau de cadavre, humain ou pas.

Petit rappel, tout de même :

- Union soviétique : plusieurs cas d'anthropophagie touchant des villages ou des régions entières ont été rapportés durant les périodes les plus noires de l' Union soviétique. Selon un rapport de la Sécurité d'État, en 1922, " la famine atteint des proportions terribles. Les paysans ont mangé tout ce qui pouvait servir de nourriture, chats, chiens. À l'heure actuelle, ils sont en train de déterrer les morts pour les manger."

- les soldats japonais commirent lors de la Seconde Guerre mondiale des actes de cannibalisme à l'encontre des prisonniers alliés et des populations civiles des territoires occupés. Dans certains cas, ces actes étaient motivés par la famine.

Et voici un fait plus récent qui sera peut-être plus parlant : « Reclus à plus de 600 mètres sous terre, les 33 mineurs miraculés du Chili ont failli être poussés au suicide par l'épuisement et au cannibalisme par la faim. (…) «Ils m'ont dit qu'ils avaient une scie et une casserole prêtes», confirme-t-il à propos de cette tentation du cannibalisme. Heureusement, au 17e jour, les sauveteurs sont parvenus à leur faire passer de la nourriture. »

Ce qu’est prêt à faire un être humain affamé, avec sa conscience d’homme, sur son semblable, on le reprocherait à un animal famélique ? Quel sacrilège, de manger un cadavre ? Est-ce parce que c’est celui de ce qu’on appelle son « maître »?

Quant à la croyance populaire suivante : un chien qui a goûté au sang humain y regoûtera, elle est ridicule, qu’on me dise d’où elle sort si ce n’est du folklore campagnard et des superstitions rurales… Du sang, c’est du sang. Bien malin celui qui fera la différence si je lui propose des fioles de sang de lapin, de chien ou d’homme. A la limite, on reconnaîtrait du sang de navet.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le fait divers récent du bull-terrier qui a croqué le visage d’une fillette nous est livré de façon ignoble : un chien a mangé son maître et défigure une petite fille qui voulait lui faire un bisou. Cela pourra passer pour un délit de faciès, mais vu les images qu’on nous a montrées et les prénoms mentionnés ("Johnny, c'est son maître", l'action se situe dans le Pas-de-Calais, dans des milieux défavorisés, ça me rappelle les pitbulls en HLM de banlieue, et pas les bichons du XVIe), ne seraient-ils pas un peu « cas sociaux », les nouveaux maîtres de ce chien ? N’auraient-ils pas dû être éduqués avant d’adopter un chien de cette catégorie – je dirais même un chien tout court ? Quel empressement à rejeter la faute sur la société protectrice des animaux, et sur la bête en particulier, à crier comme argument que ce chien aurait dû être piqué… Piqué pour avoir mangé un mort tout en étant affamé ? On n’euthanasie pas des criminels pour pire que ça.
Cette façon de faire va bien avec notre époque, c'est toujours la faute des autres, pas la sienne : "Ben nous, on savait pas son passé à ce chien." Mais quel passé? Un traumatisme, celui d'avoir été enfermé sans nourriture avec un maître mort? Imaginez un enfant enfermé quinze jours avec le cadavre de son père, on aurait pleuré dans les chaumières, on aurait dit : "Oh! ce petit a eu la présence d'esprit de manger ce qu'il a trouvé." C'eût été un héros, paré de son auréole humaine.

Nos morts sont donc sacrés, le corps humain est un objet d’adoration intouchable. L’homme se rassure comme il peut sur sa mortalité et son rang de future pourriture.
Je dis officiellement à ma chienne que, si nous nous retrouvons bloquées dans un endroit et que je viens à mourir, elle a le feu vert pour me bouffer jusqu’à la moelle.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'homme est-il un animal?

Message  Kashima le Mar 9 Aoû 2011 - 11:02

Émission à écouter :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum