Stupeur et tremblements : 10 ans après - Les Myrtilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Stupeur et tremblements : 10 ans après - Les Myrtilles

Message  Kashima le Jeu 16 Juin 2011 - 12:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A l’occasion du 10ème anniversaire de la parution de Stupeur et tremblements, Le Livre de Poche propose une édition collector sous coffret du roman, accompagnée d’une nouvelle inédite d’Amélie Nothomb, Les Myrtilles, récit d’une promenade sur le Mont Asama.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Kashima le Sam 2 Juil 2011 - 17:17, édité 1 fois

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'Express

Message  Kashima le Lun 27 Juin 2011 - 20:13

Petit rappel :

Un coffret collector d'Amélie Nothomb vendu au profit du Japon

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Amélie Nothomb, le 6 juin 2010 à Saint-Jans-Cappel


PARIS - Les bénéfices des ventes d'un coffret contenant "Stupeur et tremblements", d'Amélie Nothomb, et une nouvelle inédite de la romancière, ainsi que ses droits d'auteurs, seront reversés à Médecins du Monde pour sa mission au Japon, a annoncé vendredi le Livre de Poche.

Après la catastrophe qui a frappé le Japon le 11 mars, Amélie Nothomb et Le Livre de Poche, en accord avec Albin Michel, ont souhaité associer la publication de l'édition du 10e anniversaire de "Stupeur et tremblements" à cette opération de solidarité, souligne l'éditeur dans un communiqué. Le coffret sera mis en vente le 22 juin au prix de 6,95 euros.

Ce roman, paru initialement chez Albin Michel, Grand Prix de l'Académie française en 1999 et adapté au cinéma en 2003 par Alain Corneau, est proposé dans un coffret original "japonisant", au découpage vertical original.

Il sera accompagné d'une nouvelle inédite de l'auteur, "Les Myrtilles", récit d'une promenade sur le Mont Asama-budô, illustrée de collages réalisés à partir de papiers japonais.
Par AFP

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Myrtilles

Message  Kashima le Jeu 30 Juin 2011 - 8:19

En attendant d'en dire plus sur cette nouvelle inédite, supplément à Stupeur et tremblements...

Il y a quelque chose de grisant à escalader un volcan en activité : on se dit qu’on pourrait être l’heureuse élue. C’est le charme de la roulette russe appliqué à la marche en montagne.

Les Myrtilles, Amélie Nothomb

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le mont Asama au Japon, myrtillofère

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stupeur et tremblements : 10 ans après - Les Myrtilles

Message  Nicole le Jeu 30 Juin 2011 - 10:16

Smile Toujours le sens de la formule, Amélie Nothomb !

bisou x 1001.
Nicole.

Nicole
Les limbes

Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 05/10/2010

http://nicole.garreau.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Les Myrtilles

Message  Kashima le Jeu 30 Juin 2011 - 10:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Amélie Nothomb se propose, avec Les Myrtilles, d’écrire un supplément à Stupeur et Tremblements, paru en 1992. A ceux qui croyaient que Ni d’Eve ni d’Adam était la suite de ses déboires dans l’entreprise japonaise, elle répond simplement que ce livre est simultané à son histoire avec Fubuki (et il ne faut pas l’avoir bien lue pour penser le contraire, car un moment, dans Stupeur, elle évoque le fait qu’elle rentre chez elle retrouver celui qui sera Rinri en 2007, le fiancé nippon.)

Depuis des années, Amélie Nothomb a entrepris son roman du Japon. Ce n’est pas l’œuvre totale qu’elle veut réaliser, mais sa pratique littéraire n’est pas celle qui consiste à bâtir une cathédrale proustienne : Amélie écrit par touches, et son œuvre se dessine, l’arbre déploie de multiples branches. Stupeurs et Tremblements, Biographie de la Faim, Métaphysique des Tubes, Ni d’Eve ni d’Adam, maintenant Les Myrtilles font partie de ce roman. Amélie est une pointilliste, et quand on regarde ses écrits avec du recul, on voit le tableau prendre forme :

« Mes livres, comme les voyages de Bougainville, autorisent les suppléments. »

Amélie Nothomb n’est pas Robert Musil, qu’elle cite d’ailleurs dans le début de sa nouvelle. Son Homme de Qualité, elle le construit au fur et à mesure, et comme le roman du Japon est aussi celui de l’enfance, du souvenir, de la nostalgie, il prendra forme avec la somme des parcelles.

Avant d’entamer son récit, Amélie revient sur son pacte autobiographique :

« Tout ce que j’écrirais serait vrai, mais je n’écrirais pas tout. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Elle jure de dire toute sa vérité, celle du fantasme enfantin, celle des souvenirs neigeux : la vérité de l’impalpable. Métaphysique des Tubes lui avait valu bien des questions : « Mais comment pouvez-vous vous souvenir de ce que vous pensiez entre 0 et 3 ans ? » Le lecteur doit jouer le jeu, accepter les règles du roman. Les plus grands naturalistes ont été les meilleurs menteurs.

Au début de la nouvelle, Amélie décide d’escalader le mont Asama parce que les myrtilles lui manquent depuis qu’elle est arrivée au Japon. Rinri lui dit qu’elle trouvera, sur cette montagne, « le raisin de l’Asama », c’est ainsi que les ermites appelaient autrefois les myrtilles.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Elle entreprend donc l’ascension de ce volcan en activité et se retrouve dans un paysage enneigé : seule, elle avance, jusqu’à ce qu’elle « (aperçoive » un phénomène qui la (scandalise) : la neige n’était plus vierge. Il y a donc quelqu’un d’autre sur les sommets :

« Qu’est-ce qui préparait le mieux la rencontre idéale que cette immensité ? »

Ce court récit illustré reprend les thèmes nothombiens : la neige, l’ascension, la rencontre dans la désolation, Eve, Adam… Il me rappelle Sans nom, cette nouvelle dans les steppes glaciales à la recherche de la dame des pensées.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Communiqué de presse livre de poche

Message  Kashima le Lun 8 Aoû 2011 - 15:56

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Tsuji Kaori (Fubuki)

Message  Invité le Lun 17 Oct 2011 - 20:42

Le personnage de Fubuki, la supérieure d'Amélie, est anormalement grande pour une Japonaise. Amélie Nothomb écrit dans son roman "elle était destinée à dominer le monde." Mais la taille des actrices japonaises ne dépassait pas 1,64m. Alain Corneau élargit donc ses recherches et fut amené à auditionner Kaori Tsuji, une mannequin vivant à Paris. Stupeur et tremblements est son premier film.



Pourquoi avoir choisi la mannequin Tsuji Kaori qui n'avait aucune expérience comme actrice pour interpréter le rôle de Fubuki?

Les motivations d'Alain Corneau:

Le roman d'Amélie Nothomb m'intéressait par son ton, son style, ses thèmes, et par le fait que l'histoire soit située au Japon. De tous les voyages que j'ai faits, le Japon est sans doute le plus extrême, bien plus que la Chine ou l'Inde. C'est le pays où le mystère de l'autre est le plus grand. (...) Et puis, j'avais une furieuse envie de personnages féminins. Enfin, le traitement du sujet permettait un film entièrement contrôlable, avec une équipe légère, sans lourde pression économique, ce qui me libérait entièrement pour tenter des formules peu habituelles, comme de tourner en japonais par exemple !

Interview Tsuji Kaori, Le 01/06/2003 par Sébastien CELIMON


Lors du visionnage du film Stupeur et tremblements d’Alain CORNAUD, il était impossible d’ignorer son immense silhouette et son visage parfait d’executive woman japonaise. TSUJI Kaori, 27 ans, incarne la très froide MORI Fubuki, supérieure directe et bourreau de l’héroïne. Il est difficile de croire qu’il s’agit de son premier rôle tant l’intensité de son jeu est saisissante. Rencontre avec une japonaise vivant en France et pleine de ressources.
AnimeLand : Depuis le 12 mars 2003 est sorti sur les écrans le film Stupeur et tremblements où vous jouez le personnage central MORI Fubuki. Quand a eu lieu le tournage ?
TSUJI Kaori : A Tokyo pendant une semaine pour les plans d'extérieur, puis à Paris, à la Défense, pendant 8 semaines. Le tournage a commencé en avril 2002.



A.L. : Comment avez-vous vécu cette expérience ?
T.K. : C'était très amusant, une très bonne expérience, vraiment. Tout le monde était très gentil avec moi sur le plateau.



A.L. : Tourner en japonais vous a semblé plus facile ?
T.K. : Oui, oui. C'était d'ailleurs plus facile de jouer en France qu'au Japon. J'aurai eu beaucoup de pressions au Japon. Je n'y suis pas connue et beaucoup de grandes actrices japonaises ont auditionné pour le film. Je me sens mieux en France. Je pense que c'était mieux pour moi ici, plus libérateur pour jouer. Au Japon, je suis trop grande. Il est difficile d'avoir un rôle pour une femme comme moi.



A.L. : Pourquoi dire que vous êtes trop grande ?
T.K. : Parce qu'en moyenne les japonaises sont bien plus petites. Si vous êtes grande au Japon, vous êtes cataloguée. Les hommes n'aiment toujours pas qu'une femme soit plus grande qu'eux. Une amie à moi, très grande aussi, a fait un téléfilm au Japon. Elle jouait la petite amie trop grande d'un garçon. Elle n'a plus eu de travail depuis. C'est difficile. Une femme d'1 mètre 70, c'est le maximum. Alors moi et mon mètre 78, c'est trop.



A.L. : Que pensez-vous de votre personnage dans le film ?
T.K. : Je pense que Fubuki a une personnalité très complexe. Je pense que sa froideur c'est son caractère dans son entreprise, mais pas dans sa vie privée. Pour autant, je ne crois pas qu'il aurait été bon de montrer ce coté là, sinon le film durerait trois heures !



A.L. : Quels retours avez-vous eu sur votre performance ?
T.K. : Je n'ai entendu que des choses positives, beaucoup d'encouragements de la part d'Alain CORNAUD et de Sylvie TESTUD. La première fois que je me suis vue dans une copie complète du film, j'ai eu très mal car il m'était impossible d'être objective. Je me suis trouvée très mauvaise. La seconde fois, j'ai eu l'impression que mon jeu était meilleur. Et qu'il était de mieux en mieux en allant vers la fin du film.



A.L. : Savez-vous si l'histoire de Stupeur et tremblements est imaginaire ou basée sur le réel ?
T.K. : Je ne suis pas sûre, mais j'ai entendu dire que l'histoire est vraie. Quelques éléments sont sûrement romancés. Amélie NOTHOMB a dit que c'est vrai, mais je ne sais pas jusqu'où. J'ai entendu dire que mon personnage était vraiment inspiré d'une très grande femme japonaise. Alain CORNAUD a demandé à rencontrer cette femme au Japon mais sa société a refusé.



A.L. : Si vous présentez le film au Japon, vous ne craignez pas de la voir arriver ?
T.K. : Oh, non, je la rencontrerai avec plaisir. Remarquez, ce pourrait être bientôt puisque le film devrait être présenté au festival de Yokohama en juin prochain.



A.L. : Les rapports tendus et conflictuels décrits dans le film, vous en avez des exemples dans votre entourage ?
T.K. : Oui. Ce n'est pas tant des affrontements entre femmes comme dans le film, mais aussi entre hommes. Il y a des choses comme ça. Une amie est entrée dans une entreprise japonaise et on ne lui a demandé que de faire le thé et les photocopies. Elle a changé de travail et s'est fait embaucher dans une entreprise étrangère où elle peut davantage agir. J'entends beaucoup parler de situations similaires à celle d'Amélie. Je ne sais pas si ça va jusqu'à la dégradation en Dame Pipi (sourire perplexe)... C'est vrai qu'il y a beaucoup de choses et de règles dans la société japonaise à respecter. Il est plus rapide de les enfreindre si on ne les connaît pas.



A.L. : Aviez-vous lu le roman originel d'Amélie NOTHOMB ?
T.K. : Oui. Mais je dois avouer, en japonais (rires) ! Par contre, je n'ai jamais rencontré Madame NOTHOMB.



A.L. : Est-ce que vous avez participé à d'autres films depuis Stupeur et tremblements ?
T.K. : Non. Mais j'ai pris l'aventure du film comme une expérience unique. Refaire du cinéma, ça m'intéresserait bien sûr. Mais c'est un métier très dur. Je me suis bien amusée.



A.L. : Connaissez vous le cinéma français ?
T.K. : Pour être sincère, je n'ai pas beaucoup vu de films récents, davantage de films anciens. Pour donner un nom, je dirai que j'aime beaucoup François OZON. J'ai beaucoup aimé Sous le Sable avec Charlotte RAMPLING. Je connais aussi un peu Olivier ASSAYAS.



A.L. : Vous connaissez mieux le cinéma japonais...
T.K. : Bien sûr, oui. Coté réalisateurs, je veux citer tout d'abord SABU. Il est mon préféré. J'aime beaucoup aussi KITANO qui a de plus en plus de succès après son prix à Venise. Il n'y a pas beaucoup de place dans les salles pour le cinéma japonais. Les gens vont voir les films américains. Le marché de la vidéo est plus dynamique et propice au cinéma japonais.



A.L. : En France, on adore les productions du studio Ghibli, et vous ?
T.K. : J'aime beaucoup Mon voisin Totoro. J'aime aussi énormément Le Voyage de Chihiro. Il y a un rapport particulier au Japon avec les films de MIYAZAKI. J'ai vu Laputa - Le château dans le ciel à dix ans à l'école ! C'est un cinéma avec lequel j'ai grandi. C'est très familial. MIYAZAKI habitait à coté de chez mes parents et un copain de mon père travaillait pour lui. Ma ville a servi de modèle dans Mimi o Sumaseba (1995).



A.L. : Vous lisez des mangas ?
T.K. : Oui, j'en ai beaucoup lus. J'aime beaucoup les travaux de MATSUMOTO Taiyo comme sa série Tekkonkinkurito (en France, Amer béton chez Tonkam). Kazu Mezu est très bien. J'aime beaucoup les 20th century boys. Je lis aussi tous les manga sur les histoires de comédiens avec des filles.



A.L. : Et la création française, vous connaissez ?
T.K. : Très peu. Mais je suis intéressée. Je connais Jean-David MORVAN. Il se trouve que mon mari travaille avec lui. Il s'appelle Nicolas NUMIRI et finit un album pour Glénat. De MORVAN, j'ai lu Sillage et j'aime bien. Pour ma part, j'écris des scénarios de manga dessiné par mon mari, pour le marché japonais. C'est l'histoire de quatre filles qui débarquent à Paris et qui vivent plein d'histoires amusantes. Je veux raconter mon expérience sur ma vie en France. Mais c'est pour plus tard !



A.L. : Comment êtes-vous arrivée en France ?
T.K. : Paris est la capitale mondiale de la Mode et j'étais mannequin. A Tokyo, j'ai été repérée dans la rue à la sortie de mon lycée par des chasseurs de tête. J'ai pris leur carte. Et puis un jour j'ai passé un casting car ils cherchaient une femme grande. Je me suis retrouvée entre Tokyo et Paris. J'ai commencé à 23 ans. J'ai défilé pour John GALLIANO, Christian DIOR, Hermès... J'ai aussi défilé pour Agnès B. et Jean-Charles de CASTELBAJAC...



A.L. : Quand vous étiez mannequin, avez-vous défilé au Japon ?
br> T.K. : Non, seulement en France ! Au Japon, mon visage est trop "japonais". Ils aiment un visage type Lolita. Je ne suis pas du tout connue comme mannequin au Japon. Les seules à me connaître étaient mes confrères. Ca fait trois ans que je suis en France de manière stable.



A.L. : Vous défilez encore ?


T.K. : Rarement. J'ai arrêté il y a un peu plus d'un an parce que j'en avais marre. Je suis allée dans une école pour apprendre le français, pour tenter d'avoir par exemple une licence de traductrice. Puis le film est arrivé. Après le tournage, j'ai pris quelques vacances et j'ai repris cette école il y a peu.



A.L. : Quel est votre objectif aujourd'hui ?
T.K. : Etre traductrice pour le moment. Il y a aussi des possibilités dans les échanges entre la France et le Japon, dans le marketing par exemple. J'ai un diplôme universitaire d'économie. Je suis ouverte à de nouveaux projets.



A.L. : Votre famille est toujours à Tokyo ?
T.K. : Oui. La distance, ce n'est pas facile, mais j'ai l'habitude. J'ai toujours envie de rentrer au pays...



A.L. : Pensez vous que vous resterez en France ?
T.K. : Je pense que je resterai encore deux ans à Paris puis je rentrerai à Tokyo. Avant je n'aimais pas beaucoup la France. Maintenant je l'aime davantage. Je commence à vivre en France. Je veux mieux comprendre le pays, sa langue, sa culture...



A.L. : Que n'aimiez vous pas en France ?
T.K. : Pour être honnête, j'avais du mal avec les gens. C'était très dur. Notamment parce que j'ai eu des problèmes avec mon agence de mannequins, qui a disparu maintenant. Il y a un truc qui me choque en France, c'est qu'il y a énormément de crottes de chien et ça me gène. Ca n'existe pas ça, à Tokyo. Je trouve que cette saleté, c'est très naze. J'avais un esprit un peu négatif, je me foutais de savoir parler français. Puis un jour j'ai décidé de l'apprendre et j'ai changé mon regard. J'aime beaucoup la France maintenant que... je comprends !



A.L. : Kaori-san, une dernière anecdote ?
T.K. : Eh bien, j'ai rencontré le public lors d'une projection du film Stupeur et tremblements et j'ai eu l'impression qu'il a été effrayé par l'image du Japon. Je veux leur dire "Non, venez, le Japon ce n'est pas ça !" (rires).






Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stupeur et tremblements : 10 ans après - Les Myrtilles

Message  Kashima le Lun 17 Oct 2011 - 20:59

Merci Anja!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stupeur et tremblements : 10 ans après - Les Myrtilles

Message  Invité le Lun 17 Oct 2011 - 21:06

La belle Tsuji Kaori est maintenant traductrice.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stupeur et tremblements : 10 ans après - Les Myrtilles

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum