Futurisme : le code de Perelà, l'homme de fumée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Futurisme : le code de Perelà, l'homme de fumée

Message  Kashima le Ven 11 Mar 2011 - 19:08

Qu'est-ce que Le Code de Perelà?
Un roman de l'Italien Aldo Palazzeschi (1911), composé de plusieurs parties (dont "L'Utérus noir") qui raconte ceci :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"L’histoire est fort simple, et son caractère métaphorique. Perelà vient de nulle part. Il a trente-trois ans, et a été engendré par trois mères, Pena, Rete et Lama. Ainsi est-il une métaphore du Christ et de la Trinité, bien que Palazzeschi, devenu fort dévot, s’en soit défendu à la fin de sa vie. Perelà a la particularité d’être fumée, autre métaphore, comme le montrera la mise en scène de Peter Mußbach. Il arrive dans une cité au milieu de nulle part qui a la réputation d’assassiner ses rois. Perelà sera l’objet d’une admiration si éperdue de la part du peuple, que ce dernier, roi et reine en tête, va lui confier la rédaction du code, métaphore des lois régulant tout groupe humain. Il est si extraordinaire qu’un vieux valet tente de l’imiter en s’immolant par le feu après avoir appris que le corps de Perelà est le fruit d’une carbonisation. La société se retourne alors contre son héros, qu’elle condamne à la prison à vie. Victime des fantasmes que son apparence suscite, Perelà, qui a traversé l’opéra en se demandant ce qu’il faisait là, remonte au ciel et s’évapore. Les rapports de cette histoire avec la spiritualité sont évidents, mais ce qui m’a fasciné ce sont ses nombreux degrés de lecture. Du caractère bouffe jusqu’à la métaphysique, il m’était possible de traiter différentes questions, spiritualité de la partition, juxtaposition de moments comiques quasi felliniens, intermèdes particulièrement tragiques." Pascal Dusapin, crateur de l'opéra à partir du roman

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Aldo Palazzeschi (né le 2 février 1885 à Florence - mort le 17 août 1974 à Rome) est le pseudonyme de Aldo Giurlani, poète et romancier italien. Aldo Palazzeschi s’enthousiasme d'abord pour le futurisme en 1909 aux côtés de Filippo Marinetti, il s’en détourne par indépendance d'esprit, et compose durant sa longue vie une œuvre faite d'imagination, de fantaisie et d'humour. Son adhésion au futurisme dure jusqu'en 1914.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On peut lire le roman en ligne (le début) : Le Code de Perelà


Le roman a été créé sur scène en 2003 par Pascal Dusapin :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Voir ici pour les costumes et d'autres informations :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'utérus noir

Message  Kashima le Sam 30 Avr 2011 - 20:27

Tout commence par cette dédicace :

Je dédie affectueusement ce livre au public! Ce public qui nous couvre de sifflets, de fruits et de légumes, nous, nous le couvrirons de délicieuses œuvres d'art.

Les premiers mots scandés sont des noms : Pena! Rete! Lama! Pe... Re... La... (Peine! Rets! Lame!)
Ce sera ce nom que sera donné à l'homme qui est "descendu de là-haut", Perelà, l'homme de fumée. La cour est curieuse de cet homme né au-dessus du feu d'une cheminée, engendré à trente ans par trois vieilles femmes, Pena, Rete, Lama... Il est sorti d'un utérus noir.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Quand cet homme de fumée arrive à la cour, toutes sortes d'individus défilent pour se présenter à lui : le peintre qui veut faire son chef-d'œuvre en peignant le portrait de Perelà, les photographes, le médecin, l'archevêque, le banquier, le poète... Celui qu'on annonce comme le philosophe s'en défend! Il n'est pas un philosophe, juste une mauvaise langue :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Selon lui, l'homme est l'inventeur de la poussière.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les dialogues de cette première scène, premier chapitre, m'ont fait penser d'emblée à Tête d'or de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Perelà est mystérieux. Je ne sais pas s'il détrônera le Roi, mais celui-ci lui demande, à la fin de cette première partie, de rédiger le nouveau Code.
Poétique, absurde, entre théâtre, poésie, roman... Perelà est convié à boire le thé par les dames de la Cour...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le Thé et Dieu

Message  Kashima le Lun 2 Mai 2011 - 19:26

Perelà est convié à boire le thé avec les dames de la cour. C'est l'occasion pour chacune d'elles de raconter ses rapports avec l'amour, le sexe.

Il y a la duchesse Zoé qui se refuse à tous sauf à son mari, car
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image].

“Ne pas accorder à l’homme qui meurt pour nous de pouvoir au moins mourir avec notre baiser sur les lèvres!”

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Elle raconte l'histoire des crapauds qu'elle enflammait et qu'elle laissait sauter de plus en plus haut, belle métaphore pour sa façon d'embraser les cœurs sans les éteindre.
Il y a la femme pudique, aux mille voiles ; celle à qui le mari ne parvient pas à ôter sa virginité ; celle qui est très précoce, qui ne rencontre aucun homme pour la satisfaire et qui, le jour voulu, se retrouve écœurée par l'étreinte ; celle qui revisite le mythe de l'androgyne et n'a jamais pu aimer faute de retrouver son cœur :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et puis, il y a aussi celle qui prend pour image les savarins pour dire qu'elle n'a jamais trouvé homme à sa taille :

"La nature, que tout le monde chante comme un modèle de perfection, n'est pas moins manuelle que le pâtissier qui fabrique les savarins, et les hommes, qui sont censés tous se ressembler, présentent en fait les plus étranges variantes. Eh bien, ce savarin qu'un rayon de lumière a bien du mal à pénétrer...c'est moi."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ce défilé de femmes est très savoureux!
Encore une fois, on est dans un mélange de théâtre, de poésie, de conversation...

Quand Perelà rend visite à la Reine, un écho ponctue toutes leurs phrases : "Dieu". Il s'avère que c'est le perroquet de la Reine qui ne cesse d'utiliser ce mot.
Celle-ci joue aux cartes avec lui et lui raconte que les Reines à l'épée transpercent leur Roi et se retrouvent exclues du royaume. Au fond du parc royal, elles errent, l'épée encore à la main. Belle armée de fantômes...
"Elles haïssent la Reine sans épée, elles aiment leurs souvenirs, elles traînent l'épée qui a transpercé le cœur de leur Roi."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Hors sujet mais pas trop

Message  Nicole le Lun 2 Mai 2011 - 20:25

Je ne sais plus si j'ai ou non déjà mis cette vidéo quelque part...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

bisou x 1001.
Nicole.

Nicole
Les limbes

Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 05/10/2010

http://nicole.garreau.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Futurisme : le code de Perelà, l'homme de fumée

Message  Kashima le Lun 2 Mai 2011 - 20:48

Non, jamais.
Grand texte...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Sur le mythe revisité

Message  Kashima le Mer 4 Mai 2011 - 8:22

"Alors songez, songez comme il est effroyablement difficile de rencontrer cette personne, dans notre courte vie. Ce qui est vrai c'est que ce cœur désormais inutile nous le portons tous en nous, ce morceau de chose molle qui dans notre sein se transforme chaque jour davantage en une vilaine éponge de plus en plus imbibée de larmes."
La Marquise Oliva Di Bellonda

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Dieu est le néant des hommes

Message  Kashima le Mer 4 Mai 2011 - 10:17

Sur Dieu et le néant, sur la condition de mortel des hommes et la façon qu'ils ont de nier la mort, voici le discours tenu à Perelà à Villa rose, un asile de fous :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dans cette demeure, il y a un fou : "Il est fou pour être fou, le nec plus ultra de cette maladie.
"Les gens qui n'ont pas la chance d'être enfermés dans une maison de fous sont prompts à l'étonnement : une mouche qui vole leur fait pousser des ah! eh! ih! oh! uh! (...) On a dû vous dire que je suis un fou volontaire... le fou dilettante, n'est-ce pas?... que je suis le fou le plus fou de tous les fous! (...) Je vis par la seule imagination, qui me permet d'être tout!"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le code de Perelà

Message  Kashima le Ven 6 Mai 2011 - 13:51

Pour résumer, c'est un roman qui n'en a pas vraiment la forme et qui ne devrait pas être aussi méconnu car il est très riche, plein de poésie. C'est une sorte de parabole lisible dans plusieurs sens.

Perelà, fils de trois sorcières ou vieilles vierges, est adulé dans la ville où il arrive. Il ne délivre aucun message, mais on le traite comme un messie par sa nature extra-humaine : c'est un homme de fumée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tout le monde veut le rencontrer, se mettre à son service : il écrira le Code de la ville.
Un serviteur de 70 ans, Alloro, est totalement fasciné par Perelà. Il l'admire tellement qu'un jour, on le retrouve calciné : il s'est suicidé en s'attachant au-dessus d'un bûcher, espérant devenir lui aussi un homme de fumée. C'est le renversement. L'adoration de tous, qui était déjà insensée, se transforme en une haine farouche tout aussi infondée contre celui qu'elle voit désormais comme un assassin. On veut la "peau" de Perelà!
Lui qui n'a fait que parler de sa légèreté, qui n'est entré dans aucun jeu, ni de l'amour, ni de l'admiration, voit son indifférence prise dans le mauvais sens. Un être différent des autres fait ressortir les élans bestiaux de la masse. Il est la fumée, l'être éthéré quand elle est engluée dans la terre et les instincts de l'homme. L'idole et le condamné ont des destins qui se ressemblent.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alloro
Cette phrase, à elle seule, pourrait résumer le livre :
"Ce peuple qui dans ses violentes manifestations de masse ne connaît pas de juste milieu et se jette, avec une facilité irraisonnée, injustifiée, soit dans la voie de l'adoration, soit ans celle de la haine : pour d'infimes raisons, tout aussi insaisissables dans un cas que dans l'autre."

Les signes d'admiration se transforment vite en crachats, on brûle celui qu'on adorait. Les dernières pages du livre laissent à penser que l'adoration pourra encore succéder à la haine...
La seule qui restera fidèle à Perelà, c'est Oliva, la femme qui revisitait le mythe de l'androgyne avec son cœur.

On peut y voir des références au Christ, car Perelà arrive de nulle part, à 33 ans. Il est, ne cherche pas à convertir, et sa nature attire les hommes à lui. Comme le Christ, il devra escalader une colline (le Calleio, son Golgotha), et il disparaîtra de la prison qui était comme son tombeau. Il reste passif, il subit autant l'adoration que la haine du peuple. Il ne comprend pas, cependant. Le chapitre intitulé "Pourquoi" peut aussi faire penser à l'épisode du Mont des Oliviers, où Jésus parle à son Père et tente d'accepter sa mort prochaine.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Procès de Perelà est un grand moment : ceux qui défilaient dans les premiers chapitres (archevêque, peintre, poète, philosophe, femmes...) pour avoir ses faveurs, tous témoignent contre lui et le disent coupable. Dans des petits dialogues qui se succèdent, chacun livre de son caractère par le châtiment qu'il propose ou les charges qu'ils retiennent contre lui :

- Le Poète Isidoro Scopino.
- Avez-vous été en rapport avec l'accusé?
- Oui.
- Que pensez-vous de lui?
- C'est un vaniteux miteux.
- Croyez-vous qu'il ait usé de maléfices, etc.
- De procédés d'archifou.
- Le jugez-vous responsable de la mort d'Alloro?
- Il en est l'auteur.
- Croyez-vous qu'il aurait continué sa propagande, etc.
- Avec des collaborateurs.
- Qu'en feriez-vous?
- Je le livrerais aux critiques littéraires.


Ce qui est amusant, c'est de lire ce dialogue parmi les autres car les témoins répondent, pour la plupart, par oui ou par non, et le poète veut en faire plus, avec des mots moins communs. Tout comme le philosophe, il est raillé par l'auteur.
On remarquera que Perelà est accusé de faire de la propagande, lui qui venait sans intention particulière dans cette ville où l'on a décidé d'en faire un messie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dans Le Code de Perelà, il est question aussi de la vanité du pouvoir, de son arbitraire. Les rois ne sont pas élus, mais ce sont les hommes les plus riches du royaume qui peuvent prétendre au trône. On s'arrange avec les lois, les codes quand ils ne plaisent pas, car le jour où l'ivrogne Iba vient apporter des richesses qui le font nouveau roi, on le couvre d'excréments le jour de son couronnement et on s'en débarrasse dans une prison, pour toujours.

La masse semble régner, et quand elle parle, c'est pour étaler des lieux communs contrés par les faits.
Par exemple, elle déplore qu'on construise une prison à part pour Perelà, elle désapprouve que sa condition soit particulière, le luxe de ce cachot qu'on va lui fabriquer (quels échos actuels, c'est donc la nature de l'homme...):

"Ce serait un comble si pour chaque canaille on devait construire une villa dans un endroit riant, bien choisi!"

... sauf que Palazzeschi a l'habileté de la parataxe car, sans transition, sans commentaires, il fait suivre ces mots :

"En un peu plus de deux jours le réduit fut prêt, construit avec les pierres mêmes du Calleio. Une cellule d'environ deux mètres sur deux, enfoncée dans le sol à trois mètres de profondeur : un horrible puits de ténèbres."

Quand le peuple parle, c'est pour préjuger dans la haine de l'autre. Dans cette royauté, c'est aussi cette masse qui décide, le roi ne peut régner contre elle dont on ignore ce qui fait ses passions.

Pour voir la représentation sur scène des personnages par Pascal Dusapin (costumes d'Andrea Schmidt-Futterer), c'est [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Futurisme : le code de Perelà, l'homme de fumée

Message  Nicole le Mar 10 Mai 2011 - 14:12

Kashima a écrit:
"Alors songez, songez comme il est effroyablement difficile de rencontrer cette personne, dans notre courte vie. Ce qui est vrai c'est que ce cœur désormais inutile nous le portons tous en nous, ce morceau de chose molle qui dans notre sein se transforme chaque jour davantage en une vilaine éponge de plus en plus imbibée de larmes."
Neutral Je me suis permise une petite interprétation extrapolation vidéo...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

bisou x 1001.
Nicole.

P.-S. Ne vous fiez pas aux apparences hein ; il y a du son, un peu, quelque part...

Nicole
Les limbes

Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 05/10/2010

http://nicole.garreau.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Futurisme : le code de Perelà, l'homme de fumée

Message  Kashima le Mar 10 Mai 2011 - 14:21

Très bonne idée! Je passais par ici pour te suggérer de le poster! Smile

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Futurisme : le code de Perelà, l'homme de fumée

Message  Kashima le Lun 3 Mar 2014 - 20:12

Quelques costumes (rétrospective [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]2014) :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Futurisme : le code de Perelà, l'homme de fumée

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:20


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum