Belle du Seigneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Belle du Seigneur

Message  Invité le Sam 20 Nov 2010 - 23:26

Du livre au film: (Kashima, je ne retrouve pas la rubrique. Tu peux déplacer?)
"Belle du Seigneur est un roman de l'écrivain suisse francophone Albert Cohen publié en 1968.
Troisième volet d'une tétralogie qui commence avec Solal (1930) et Mangeclous (1938), ce roman a reçu le Grand prix du roman de l'Académie française. L'auteur y entrecroise et superpose les voix des personnages et dans les cent six chapitres se mêlent la passion et la drôlerie, le désespoir et les exaltations du cœur. Le roman raconte en effet l’amour fou d’Ariane et de Solal, mais aussi d'une certaine façon l'amour de Cohen pour la langue française et pour l’écriture".

Belle du Seigneur est considéré comme l'un des très grands romans de langue française du XXe siècle, qualifié de « chef d'œuvre absolu » (Joseph Kessel), « comme une culture en produit une douzaine par siècle » François Nourissier



"Belle du Seigneur, un choc à l'époque, et je ne partais avec aucune idée en bien ou en mal, juste celle que j'allais lire un classique. L'histoire, les caractères, la structure, et surtout cette langue... Le livre incomparable, jusque là, dévoré." Kashima



"Le jeune réalisateur Glenio Bonder essaye depuis 2005 d'adapter le roman d'amour le plus lu au siècle dernier. Albert Cohen de son vivant avait toujours refusé de voir son oeuvre au cinéma, mais il semblerait que les négociations avec la famille de l'auteur aient trouvé une issue positive. Le rôle titre était initialement prévu pour Ludivine Sagnier, mais ce sera Natalia Vodianova qui incarnera la beauté fragile et forte d'Ariane, au côté de Jonathan Rhys Meyer en Solal."



"Jamais ils ne rendront la folie de Solal, sa beauté." Kashima



Solal, qui doit une grande partie de son ascension sociale à son charme, souhaite être aimé pour autre chose que son physique : « Honte de devoir leur amour à ma beauté, mon écœurante beauté qui fait battre les paupières de chères, ma méprisable beauté dont elles me cassent les oreilles depuis mes seize ans. Elles seront bien attrapées lorsque je serai vieux et la goutte au nez...». Mais lui qui déteste voir les femmes soupeser ses avantages physiques, "sa viande", n'a qu'une seule vraie amitié avec une femme, une naine difforme. Ce n'est pas le moindre paradoxe du personnage que de vouloir être aimé pour son esprit, et non pas pour son physique ou pour n'être attiré physiquement que par les belles femmes. Le donjuanisme et la misogynie de Solal explosent dans une conversation téléphonique qu'il à avec Deume, en présence d'Ariane qu'il s'apprête à séduire: « Outre son mépris des femmes qui se laissent séduire, il clame la solitude de Don Juan son désir de séduire pour oublier la peur de la mort »



S'adressant à Ariane, il dit: « Elle est tellement persuadée que ce qui compte pour elle, c'est la culture, la distinction des sentiments, [...], l'amour de la nature, et caetera. Mais idiote ne vois-tu pas que toutes ces noblesses sont le signe d'appartenance à la classe des puissants et que c'est la raison profonde, secrète et inconnue de toi, pour quoi tu y attaches un tel prix. [...] Des réflexions sur Bach ou sur Kafka sont des mots de passe indicateurs de cette appartenance. Il a dit qu'il aime Kafka. Alors, l'idiote est ravie. Elle croit que c'est parce qu'il est bien intellectuellement. En vérité, c'est parce qu'il est bien socialement. [...] Et la distinction , qu'est ce sinon le vocabulaire et les manières en usage dans la classe des puissants...». Kafka, très en vogue dans les milieux intellectuels des années trente, semble être la bête noire de Cohen: il fait dire à son héroïne :« on a compris Monsieur Kafka vous êtes un génie mais pour l'amour du ciel n'en jetez plus trente pages de votre génie suffisent pour qu'on se rendre compte de votre génie barbant personne l'ose l'avouer c'est le règne de la terreur [...]



"Après le mannequinat et le stylisme, c’est au cinéma que Natalia Vodianova souhaite laisser une trace....L'ancienne reine des défilés, d'à peine 28 ans, multiplie les projets depuis sa retraite officielle des podiums. Après sa dernière collection de lingerie pour Etam spécial Russie, on l'a tout de même vue au défilé Cavalli lors de la Fashion Week londonienne Elle avait déjà participé au casting du blockbuster Le Choc Des Titans, dans lequel elle incarnait Méduse. Avec ce nouveau projet, elle trouve une opportunité en or de faire briller son talent d'actrice.
Le mannequin opère une reconversion zéro défaut. Une vraie belle du Seigneur..."








Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Belle du Seigneur

Message  Nicole le Dim 21 Nov 2010 - 15:24

I love you Ca me donne très envie de le lire ! Merci Anja !

bisou x 1001.
Nicole.

Nicole
Les limbes

Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 05/10/2010

http://nicole.garreau.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belle du Seigneur

Message  Kashima le Dim 21 Nov 2010 - 20:44

Merci beaucoup pour cette présentation, Anja. Je suis heureuse que tu reviennes avec le plus beau des romans.
J'ai lu ce livre il y a plus de dix, je n'ai jamais rien lu depuis qui l'égale. Dévoré, comme tu le cites... et dans la foulée, Solal, Mangeclous, Les Valeureux... Je n'ose pas tout lire, j'essaie d'en garder un peu, de Cohen. Je me suis acheté la Pléiade de son oeuvre pour tout avoir sous la main, et c'est difficile à dire, j'ai très envie de tout lire, de tout connaître, tout en voulant en garder en réserve, pour le plaisir de la découverte. Je prends le risque de repousser le plaisir, comme une épicurienne qui redoute d'abuser d'un plaisir présent qui se transformerait après en souffrance ou frustration.

Sa langue est unique.
Que dire de mes sensations à la lecture de ce livre? Un coup de foudre, une lecture passionnée, un attachement, une identification, une compréhension de/à tous les personnages.
Solal est un homme incroyable, le plus beau des hommes. Il est obsédé par sa beauté tout en la rejetant, il plaît et voudrait plaire autrement, il parle de ses dents, de ces petits os blancs qu'il perdra et qui le rendront hideux un jour, il devrait être détestable mais qui ne serait pas amoureux de Solal? Le personnage de roman par excellence. Je comprends pourquoi Cohen ne voulait pas que soit adapté ce chef d'oeuvre inadaptable. Rien qu'à voir les images du film, on se croirait dans une comédie romantique. Solal n'est pas ce jeune homme souriant, il est dur, il est détestablement beau et arrogant.
Romanesque, époustouflant, incarné et si désincarné, ce livre! La beauté, la mort, la passion fatale, c'est un roman de l'impossible, jamais un seul acteur ne pourra être habité par le souffle de Cohen.
Je veux croire à l'application de ce réalisateur, mais j'ai des doutes sur le résultat, malgré toute la bonne volonté du monde. Comment faire ressentir l'insaisissable? Les mots de Cohen sont le corps des personnages, ce livre est un rêve, une folie.
Ariane dans son bain, Solal en mendiant, la diplomatie, la haute société de Genève, l'antisémitisme qui rôde, l'amour fou... Autant d'images et de sensations que je n'éprouverai plus jamais, je crois que j'ai lu le Livre.


Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belle du Seigneur

Message  Kashima le Dim 21 Nov 2010 - 20:49

Anja a écrit:Du livre au film: (Kashima, je ne retrouve pas la rubrique. Tu peux déplacer?)


Si tu veux, on le laisse là, il mérite un sujet à lui tout seul. Ou dans littérature?

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belle du Seigneur

Message  Kashima le Dim 21 Nov 2010 - 20:51

Solal est échevelé, brun de peau, ses boucles sont noires, il a le visage carré, viril et lisse, il a la beauté grecque.
Ariane est blonde, fière, d'une très grande classe ; elle est un peu folle.

Un peu de ça, dans le type. Je l'ai en tête, mais je ne le trouverai jamais.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ariane, il y a mieux que Natalia, elle n'a pas cette supériorité aristocratique... Anja?

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belle du Seigneur

Message  Invité le Mar 30 Nov 2010 - 12:12

Kashima, comme tu sais, je n'ai jamais lu Cohen mais ce que j'ai lu sur "Belle du Seigneur" et ce que tu dis, me donne fort envie de le lire.
Moi non plus, je ne trouve pas que Natalia Vodianova corresponde au rôle d'Ariane. Mais il n'y aucune actrice qui me vienne à l'esprit pour l'interpréter. Deneuve dans ses jeunes années, peut-être....
Il en est de même pour l'acteur, jouant Solal.
Par contre, je ne trouve pas du tout beau, l'homme que tu présentes ici et qui selon toi, se rapprocherait de la beauté de Solal.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Belle du Seigneur

Message  Kashima le Mar 30 Nov 2010 - 18:18

L'homme que j'ai mis ci-dessus est loin d'être Solal. Je crois que personne ne pourrait l'incarner, peut-être pourrait-il s'en rapprocher, mais lui ressembler sera impossible...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Belle du Seigneur

Message  Kashima le Mer 15 Mai 2013 - 16:07

Sortie le 19 juin...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Albert Cohen"Belle du seigneur"à toutes les Belles de....

Message  Melquiades le Dim 14 Fév 2016 - 17:38

"(..)soir de destin,elle m'est apparue,noble parmi les ignobles apparue,redoutable de beauté,elle et moi et nul autre
en la cohue des réussisseurs et des avides d'importance.
Un amour horrible,un amour vrai et désintéressé,l'abject amour de la puissance,l'adoration femelle de la force,une vénération animale.
Dites,tous ces futurs cadavres dans les rues,sur les trottoirs,si pressés,si occupés et qui ne savent pas que la terre où ils seront enfouis
existe,les attend.Futurs cadavres,ils plaisantent ou s'indignent ou se vantent.Rieuses condamnées à mort,toutes ces femmes qui exhibent
leurs mamelles autant qu'elles peuvent,les portent en avant,sottement fières de leurs gourdes laitières.Futurs cadavres et pourtant méchants
en leur court temps de vie,et ils aiment écrire Mort aux Juifs sur les murs.Aller à travers le monde et parler aux hommes?
Les convaincre d'avoir pitié les uns des autres,les bourrer de leur mort prochaine?Rien à faire,ils aiment être méchants.
La malédiction des canines.Depuis deux mille ans,des haines,des médisances,des cabales,des intrigues,des guerres.
Quelles armes auront-ils inventées dans trente ans?Ces singes savants finiront par s'entre-tuer tous et l'espèce humaine mourra de méchanceté.
Donc se consoler par l'amour d'une femme.Mais se faire aimer est si facile,si déshonorant.Toujours la même vieille stratégie et les mêmes misérables causes
la viande et le social.(..)

Un après-midi,elle enfila une robe de toile(..)Dans la pénombre succulente,elle déboutonna sa robe jusqu'à mi-corps,en agitant les pans
comme des ailes et déambula,se racontant qu'elle était la Victoire de Samothrace.
Oh spéculer c'est un mot qui a une tête indécente grossière espèce de Haggard va te faire spéculer
la statue du sphinx femelle(..)je m'arrêtais pour regarder cette lionne assise à tête et buste de femme elle avait des seins lourds qui me troublaient
je devais avoir treize ans j'y pensais la nuit dans mon lit.
Quelle sorcière me rendra mes hymnes noirs pour que j'ose revoir l'ancienne aimée et ne plus l'aimer?Mais il n'y a pas de sorcière
et la jeunesse ne revient pas.Ah,c'est à mourir de sourire.(..)je réclame les hymnes noirs qui couronnaient ma tête."

Merci à Céline qui demeure l'astre de mes lectures.Passion de la suivre.

Melquiades

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 12/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belle du Seigneur

Message  Kashima le Dim 14 Fév 2016 - 19:26

Quels passages! Et tout le livre est comme ça. Ravie que cela vous plaise.
Je vole les hymnes noirs.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Belle du Seigneur/Le diable au corps.

Message  Melquiades le Jeu 25 Fév 2016 - 15:20

"Oui,beau à vomir.(..)les muscles,souples serpents entre-lacés.Toute cette beauté au cimetière plus tard,un peu verte ici,un peu jaune là,toute
seule dans une boîte disjointe par l'humidité.(..)En finir avec le gang humain,toujours prêt à haïr, à médire?

c'est encore pire quand une cigarette s'éteint je la garde éteinte dans ma bouche ça fait ouvrier électricien(..)les cinémas elle les
appelait des cabarets de l'eau chaude vite les étoiles c'est les yeux des anciens morts chaque fois qu'il y a quelqu'un qui claque son regard monte là-haut
et ça fait une étoile de plus.(..)

Et surtout je reste sous-bouffon général pour ne pas devenir un pauvre,avec une âme de pauvre.La misère avilit.
Le pauvre devient laid et prend l'autobus,se lave moins,sent la transpiration,compte ses sous,perd sa seigneurie et ne peut plus sincèrement mépriser.
On ne méprise bien que ce que l'on possède et domine.Goethe méprisait mieux que Rousseau.

Affreux,cet attrait de la cruauté,promesse de force.Qui est cruel est sexuellement doué,capable de faire souffrir,mais aussi de donner certaines joies
pense le tréfonds.Un seigneur quelque peu infernal les attire,un sourire dangereux les trouble.Elles adorent l'air démoniaque.Le diable leur est charmant.
Affreux,ce prestige du méchant.Bref,on souffre,c'est intéressant.
Jeunes gens,vous aux crinières échevelées et aux dents parfaites,divertissez-vous sur la rive où toujours l'on s'aime à jamais,où jamais l'on ne s'aime toujours,rive où les amants rient et sont immortels,élus sur un enthousiaste quadrige,enivrez-vous pendant qu'il est temps et soyez heureux comme furent Ariane et Solal,mais ayez pitié des vieux,des vieux que vous serez bientôt,goutte au nez et mains tremblantes,mains aux grosses veines durcies
mains tachées de roux,triste rousseur des feuilles mortes.Que cette nuit d'août est belle..

Elle dévala l'escalier,s'aperçut qu'elle tenait un slip rose à la main,courut le fourrer dans la bibliothèque,derrière le Spinoza.

(..)monstrueuse et sublime invention cet être nouveau et parfois repoussant car ce sont ses débuts maladroits et il sera mal venu et raté
et hypocrite pendant des milliers d'années cet être difforme et merveilleux aux yeux divins ce monstre non animal et non naturel qui est l'homme
et qui est notre héroïque fabrication en vérité c'est notre héroïsme désespéré que de ne vouloir pas être ce que nous sommes et c'est-à-dire
des bêtes soumises aux règles de la nature que de vouloir être ce que nous ne sommes pas et c'est-à-dire des hommes et tout cela pour rien car il n'y
a rien qui nous y oblige car il n'y a rien car l'univers n'est pas gouverné et ne recèle nul sens que son existence stupide sous l'oeil morne du néant
(..)Ô mon amour de moi en moi sans cesse enclose et sans cesse de moi sortie et contemplée et de nouveau pliée et en mon coeur enfermée et gardée."
Albert Cohen.

"Cent torches éclairaient soudain la folle,comme,après la lumière douce des rampes,le magnésium éclate pour photographier une nouvelle étoile
plus que le pittoresque,me frappait la poésie des choses.(..)La liberté me devint vite une drogue.A force de vivre dans les mêmes idées,de ne voir qu'une chose,si on la veut avec ardeur,on ne remarque plus le crime de ses désirs.On ne peut à la fois choisir le lit et coucher dedans.
Ma sauvagerie d'enfant retrouvait le vieux sens des tatouages"Oui,mords-moi,marque-moi,je voudrais que tout le monde sache."J'aurais voulu pouvoir embrasser ses seins.Je n'osais pas lui demander,pensant qu'elle saurait les offrir elle-même,comme ses lèvres.Au bout de quelques jours,l'habitude d'avoir ses lèvres étant venue,je n'envisageai pas d'autre délice.
Ce qui chagrine,ce n'est pas de quitter la vie,mais de quitter ce qui lui donne un sens.Lorsqu'un amour est notre vie,quelle différence y a-t-il entre vivre ensemble ou mourir ensemble.Je savais trop le trésor de ce qu'on exprime jamais à ceux qu'on aime.
Je souhaitais d'être vite assez fort pour me passer d'amour et,ainsi,n'avoir à sacrifier aucun de mes désirs.J'ignorais que servitude pour servitude,il vaut mieux être asservi par son coeur que l'esclave de ses sens."
Raymond Radiguet"Le diable au corps"

Melquiades

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 12/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belle du Seigneur

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum