Auteurs japonais

Aller en bas

Auteurs japonais

Message  Kashima le Lun 10 Aoû 2009 - 10:43


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


D’avoir vu le film m’a donné envie de lire le livre de cet auteur japonais.

Un homme, passionné par les cincidèles (sorte de mouches) dont il fait la collection et dont il voudrait découvrir une espèce, part pendant ses trois jours de congé dans un désert. Un vieil homme lui propose de lui trouver un lieu où dormir pour la nuit. L’homme accepte : il se retrouve prisonnier d’un trou où vit une veuve d’une trentaine d’années : impossible d’en sortir…

Le livre se compose en grande partie des pensées du narrateur, ce professeur séquestré pour mener une vie absurde qui consiste à déblayer le sable pour que le trou ne se trouve pas recouvert. En regardant les stries que fait le sable à ses pieds, par exemple, ces images lui viennent :
« Et s’il se faisait que ces vagues fussent des vagues de sons, (…) quel genre de musique pourrait-il en sortir ? Qui sait, peut-être un chant tout pareil à celui que se mettrait à chanter un être humain si… Si quoi ? Si on lui enfonçait des pincettes dans les narines pour lui boucher les deux oreilles avec les caillots de sang qui lui tomberaient du nez… Si, une à une, on lui cassait les dents à coups de marteau pour lui en enfoncer les éclats dans l’urètre… Si on lui coupait au bistouri les deux lèvres de sa vulve pour lui recoudre aux paupières… » (186)

Son intelligence se laisse gagner par ces idées surréalistes : la chaleur, le manque d’eau, l’impossibilité d’une issue le poussent à penser sans cesse.
P 187, cette chanson :
« J’ai pour le cafard un billet,
Un aller sans Retour, wouh, wouh.. »


Parfois, il se laisse aller à coucher avec la femme des sables qui semble aimer cela et rechercher ce contact. Une image, encore, frappante, de l’après-coït :
« Entre les chairs du coquillage, sa verge demeurait fanée. » (169)
Avec elle, il retrouve la vitalité d’un désir brut. Chez lui, avec celle qu’il appelle « l’autre », sa femme, il ne pouvait pas arriver à faire l’amour sans un préservatif, il se sentait impuissant, comme une « blennorragique mental », comme elle le disait.

Dans le trou où il vit, la maison est envahie par le sable qu’il faut déblayer. Celui-ci est humide, entraîne pourriture et mauvaises odeurs. A propos de celles-ci, l’homme se dit (207) :
« Entre autres choses, qu’il n’est pour un chacun rien dont le goût soit plus exquis que le goût de la cire crasseuse qu’il a dans ses propres oreilles, et que ça passait même en saveur le meilleur fromage d’origine. »

Le sable, l’objet de toutes les réflexions et de tous les maux. Dans ses rêves à demi-éveillés, l’homme s’imagine que les villageois pourraient vivre dans des tonneaux qui rouleraient sur le sable et qui permettraient d’éviter le déblaiement.
Tentatives d’évasion, résignation, illuminations… Mais l’échec est là, dès les premières pages :
« En plein mois d’août, un beau jour, il advint qu’un homme s’évanouit sans laisser de traces. (…) Et c’est ainsi que, nul n’ayant saisi la véritable chaîne, les choses restant en l’état et sept années ayant passé, - par application de l’article trente du Code Civil, le décès fut, en fin de compte, enregistré. »
Ce n’est pas un livre à suspens : les jeux sont faits, le lecteur le sait, l’homme ne le sait pas, et son espoir en est d’autant plus dérisoire.

Le film de Teshigahara me semble une très bonne adaptation, le noir et blanc rendant encore plus la pesanteur et l’absurdité de cet emprisonnement sans fin.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Kashima le Sam 6 Déc 2014 - 16:30, édité 2 fois
avatar
Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6430
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

La femme des sables

Message  Invité le Lun 16 Aoû 2010 - 20:00

Ta présentation m'avait donné envie de lire le livre. En 2 mois, j'ai lu un peu plus de la moitié...Je ne pouvais pas continuer...quel ennui!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auteurs japonais

Message  Kashima le Lun 16 Aoû 2010 - 20:04

Tu n'as pas aimé?
J'ai un goût particulier pour ce film et ce livre (vu dans un ordre, d'ailleurs, que je ne privilégie pas) : intrigant, ce film... Monologue intérieur du héros prenant, dans le livre...
As-tu vu le film?
avatar
Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6430
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Auteurs japonais

Message  Invité le Lun 16 Aoû 2010 - 20:22

Non, le livre ne m'a pas du tout donné envie de voir le film...je ne suis pas arrivée à lire plus de 2 ou 3 pages à la suite car le sommeil me prenait à chaque fois. Contre mes insomnies, excellent!
Donc, à recommander aux insomniaques!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auteurs japonais

Message  Kashima le Lun 16 Aoû 2010 - 20:32

:ptdr:
Je suis au moins ravie d'avoir trouvé un antidote! Wink
avatar
Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6430
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Monologues sur le plaisir, la lassitude et la mort

Message  Kashima le Mer 18 Aoû 2010 - 11:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Voici, en vrac, les citations que j'ai retenues de ma lecture de la trilogie de Murakami, conseillée par Enigma. Je n’ai lu que deux volets, Thanatos m’attend toujours.
Celles-ci sont extraites du premier volume, Ecstasy.

L’histoire, d’abord :
« Et toi, tu sais pourquoi Van Gogh s'est taillé une oreille ? " C'est par cette énigme que Miyashita, le je fragile de l'histoire, va se laisser entraîner dans un autre jeu - qui lui sera fatal - de relations sadomasochistes. Aspiré malgré lui par la recherche vertigineuse du plaisir et des drogues, il ira en un crescendo terrifiant jusqu'au point de non-retour. Ecstasy est le premier volume de la trilogie intitulée par l'auteur Monologues sur le plaisir, la lassitude et la mort. » (Présentation de l’éditeur)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ryu Murakami (que je ne risque plus de confondre avec son homonyme!)

Miyashita est un homme ordinaire qui va croiser sur sa route une femme troublante et destructrice, Keiko.

Rencontre avec Kataoka Keiko :

Voici simplement les phrases qui peuvent laisser ressentir les changements qui s’opèrent dans cet homme ordinaire :

Quelle sorte d’image avez-vous du sadomasochisme ? (107)
Ce monde restera inaccessible aux gens démunis. (…) Je comprenais déjà très bien les mécanismes de la montée du désir. (…) Il y a autant de différence entre les hommes et les femmes qu’entre un ver de terre et l’infini du cosmos. (108)
Je ressentis brusquement le désir de me prosterner devant elle. (113)
Le sadique est un individu qui ne peut vivre que dans un monde mathématisé. (127)
Kataoka Keiko m’avait envoûté. (129)
Me voir était insupportable car une image est un reflet objectif par définition. (205)
C’était le germe du masochisme et je compris qu’il serait doux de devenir esclave. Ma soumission ne pouvait, en définitive, qu’être volontaire. (207)

Plus tard, Miyashita rencontre Yazaki, l’homme clé de la trilogie, qui dans ce premier volume est devenu un SDF. Cet homme avait autrefois une relation intense et sado-masochiste avec Keiko et l’autre femme qui fera son apparition plus loin, Reiko ("Elles étaient génétiquement différentes" (sur Keiko et Reiko) (328))
Pourquoi est-il devenu clochard est la question que se pose le lecteur : parce que Keiko l’a humilié jusqu’à ce qu’il perde toute estime de lui-même ? Parce que la drogue l’a conduit ici ? Mais le lecteur fait fausse route…

2ème rencontre, avec le SDF Yazaki :

Sans honte, point d’érotisme. (245)
Dans le supplice de la jalousie, quiconque finit par se considérer comme une merde. (246)
Les gens se méprennent souvent sur le sadisme. Il ne s’agit pas de prendre son pied en tourmentant une femme. C’est un effeuillage, comme on ôte un à un tous les vêtements qui nous recouvrent, c’est aider la femme à surmonter sa pudeur, sa honte, c’est l’encourager jusqu’au moment où elle abandonnera sa honte. (255)

Enfin, passionnément pris dans cette histoire, ce triangle amoureux (Yazaki, Keiko, Reiko), Miyashita se rend à Paris pour rencontrer Reiko :

J’avais simplement été submergé par cette histoire et anéanti par sa personnalité. Je n’étais plus qu’une simple marionnette. Je voulais que Kataoka Keiko me domine, il n’y avait que ce désir de soumission que je comprenais clairement. (340)

Nos réactions sont la clé de tout. Car les réactions que nous pouvons avoir dans une situation donnée nous résument entièrement. (367) (Yazaki par la bouche de Reiko)


Ecstasy est un livre troublant qui donne accès à un monde qui m'est inconnu.
Dans le même temps, j'ai vu Tokyo decadence (conseillé par Enigma), réalisé par l'auteur de la trilogie, un film étrange...
Cette scène, que tu m'avais postée, Enigma, et qui m'avait donné envie de voir le film :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Kashima le Dim 27 Fév 2011 - 8:35, édité 1 fois
avatar
Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6430
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Ryu Murakami

Message  Invité le Mer 18 Aoû 2010 - 20:52

Je suis ravie que tu présentes l'un de mes auteurs japonais préférés!
En effet, comme tu dis, Ryu Murakami, rien à voir avec son homonyme Haruki Murakami, qui lui est bien plus "classique" mais qui m'ennuie.
Ta présentation est concise mais précise.
Je comprends fort bien que ses écrits puissent troubler et déranger. Murakami est considéré au Japon comme l'enfant terrible, le rebelle, le Maître à penser de la nouvelle génération. Et Ectasy est, je pense le plus puissant ou le plus violemment sexué de la trilogie.
J'ai lu cette trilogie en une semaine. J'ai été conquise, dès le début mais aussi troublée, tout comme toi.
Même si je connais bien le Japon et la culture japonaise, cet auteur m'était inconnu. Je ne connaissais donc rien de lui, n'avais aucun con-texte biographique pour me guider dans les méandres de cette trilogie: 3 protagonistes, 3 visages,3 volets de la folie, de la recherche et de l'absolu. Cependant, j'ai vite ressenti que l'auteur savait de quoi il parlait, que ses écrits n'étaient pas purement fictifs et qu'il avait dû côtoyer le monde de la drogue et celui du sado-masochisme. Je ne m'étais pas trompée...

Son con-texte pourrait permettre de mieux appréhender cette oeuvre.

Quelques indications biographiques:

Murakami est originaire de Sasebo, ville se trouvant au Sud-ouest du Japon, non loin de Nagasaki.
Ses premières grandes passions furent la musique et le cinéma. Cependant ce sont les Beaux-Arts, plus précisément le design qu'il étudiera à Tokyo mais abandonnera avant l'obtention de son diplôme.
A 20 ans, il quitte la tranquilité de Sasebo pour Tokyo, où commence peu à peu sa déchéance avec l'expérimentation de toutes sortes de drogues.
En 1976, il écrit son premier livre Bleu presque transparent, autobiographie romancée qui devient vite un Best seller. Osant montrer une autre face du Japon de sa jeunesse, il évoque la drogue et le sexe sans tabou, ce qui lui vaut d'être reconnu par le public comme l'archétype du rebelle.
Pourtant ce livre sera élevé au rang de chef d'oeuvre, gagnera 2 grands prix littéraires dont Akutagawa, l'équivalent du Goncourt.

N'oubliant pas sa passion pour le cinéma, il transpose certains de ses livres à l'écran. Il déclare à ce sujet: "J'aurais voulu filmer mes idées n'importe comment, quitte à ne respecter aucune règle cinématographique et déclarer " Je m'en fous du cinéma".
Quant à sa passion pour la musique, il l'a réalisée d'une certaine facon, par procuration puisqu'il vit entre temps entre le Japon et les USA et a épousé une célébre musicienne et anime un show télévisé.

Pour en revenir à cette trilogie, je commencerai par 2 phrases que tu cites et qui sont, selon moi, cruciales.
Sans honte point d'érotisme et Les gens se méprennent souvent sur le sadisme. Il ne s’agit pas de prendre son pied en tourmentant une femme. C’est un effeuillage, comme on ôte un à un tous les vêtements qui nous recouvrent, c’est aider la femme à surmonter sa pudeur, sa honte, c’est l’encourager jusqu’au moment où elle abandonnera sa honte
J'ai souligné "honte" car la "honte" est un sentiment typiquement japonais car comme l'a démontré Ruth Benedict dans son étude classique intitulée Le sabre et le chrysanthème, le Japon a une culture fondée sur la honte plutôt que sur la culpabilité comme en Occident.



En outre, la culture japonaise est très marquée par l'érotisme et le BDSM. Cette citation sur le sadisme est si vraie et si belle! Le sadisme comme "effeuillage" et "abandon de la honte". Les Occidentaux ont repris, par exemple le bondage ( shibari ou kinbaku en japonais) qui est d'origine japonais sans sa dimension esthétique/ artistique. Cet aspect mériterait d'´être développé...peut-être, je le ferai par la suite. Pour l'instant, je me contente de présenter cette vidéo, qui a mon avis, résume bien, l'art du "kinbaku".