Le porno lesbien, une affaire de femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le porno lesbien, une affaire de femmes

Message  Johnny le Sam 21 Fév 2009 - 18:07

J'ai trouvé cet article sur le site de Tétu (indiqué sur le forum TLW Study au sujet de la nouvelle formule du journal) :

Les lesbiennes et la pornographie. Voilà un sujet brûlant qui continue de passionner les filles, et de les diviser. Leur avis sur la question ne souffre aucune tiédeur: certaines adorent, et peuvent même devenir de vraies obsédées, beaucoup d’autres détestent. Mais les films de lesbiennes réalisés par des lesbiennes pourraient changer la donne.

Beaucoup de lesbiennes ne sont pas excitées par les images de leur sexualité «nue», elles ont besoin d’un scénario ou d’une rêverie pour enrober leurs pulsions. Elles ne trouvent pas d’intérêt à voir sur écran ce qu’elles préfèrent vivre dans leur chambre à coucher. «Même si ce genre de films peut avoir un effet excitant, ce n’est pas comme ça que j’envisage ma sexualité, explique Za, une Nantaise de 33 ans. Je préfère le contact et le réel plutôt que de voir ça sur un écran. Je suis mille fois plus excitée par la respiration d’une partenaire réelle que par un film porno, qui n’est pour moi que le reflet d’une excitation purement mécanique, et qui, en tant que tel, n’a pas grand intérêt.» Aux pornos, elle préfère ses «fantasmes» et autres «délires intellectuels» sur lesquels elle peut se laisser aller librement. Peut-être une façon d’échapper au fait que les lesbiennes ont toujours été hyper présentes dans l’imaginaire sexuel hétéro masculin, en rejetant en bloc le porno, assimilé à une «pratique sexuelle», pour une sexualité plus soft. «Je préfère un film érotique plutôt qu’un porno. Je suis plus attirée par ce qui est suggéré que par ce qui est présenté crûment», poursuit Za.

Excitée par les pornos gays ou hétéros

Pour d’autres, qui préfèrent également l’érotisme lesbien à la pornographie, il est plus facile de se réfugier dans l’univers du porno gay, où elles peuvent projeter ce qu’elles veulent sur deux garçons qui baisent ensemble. Anne, Parisienne de 30 ans, est beaucoup plus excitée par les pornos gays ou hétéros, car pour elle «la vue d’un pénis dans un cadre uniquement porno» est excitante. «En revanche, poursuit-elle, je suis beaucoup plus émoustillée par une scène érotique lesbienne du genre de celles vues dans L Word, que par n’importe quelle scène de baise hétéro dans un film non porno. C’est sans doute là que se joue la différence entre le fantasme et l’identification.» Avoir un pénis –ou lui substituer un sex toy– et vivre les scènes de séduction ou de sexe vues dans les films sont des fantasmes partagés par beaucoup de filles. Ainsi, la rédactrice en chef d’une revue lesbienne étrangère est, elle aussi, davantage excitée par les pornos gays. Mais elle souhaite rester anonyme, car ce n’est pas politiquement correct pour une lesbienne de dire que la vue d’un sexe d’homme, hors contexte, peut être excitante. Pourtant, certaines adorent s’imaginer baiser une autre fille avec un pénis, vivre une sexualité de gay à l’intérieur d’un corps de fille.

Pour d’autres, la pornographie est un élément essentiel à leur épanouissement sexuel. C’est le cas de la journaliste Tatiana Potard, une des rédactrices de notre premier dossier sur le porno lesbien (Têtu n°99). Elle assume son envie de cul et en a même tiré un livre, Sex Addict (éditions KTM). «Ce que j’attends d’un porno, lesbien ou pas, dit-elle, c’est qu’il m’excite physiquement ou intellectuellement, qu’il éveille quelque chose sur le plan du fantasme ou sur le plan physique. Je n’ai pas honte de dire que je regarde des pornos hétéros, gays et lesbiens depuis je suis adolescente. Et je ne regarde pas ce genre de films pour me retrouver à travers ces images. Une sexualité évolue tout au long d’une vie. Et la mienne n’est pas figée.» L’«érotisme gnangnan [la] fait profondément chier», et elle préfère nettement «une scène bien filmée, avec des nanas bandantes, et un fond de bonne musique rock». Ce qu’elle trouve dans une nouvelle génération de pornos identifiés comme queer et pas seulement lesbiens, type One Night Stand, d’Émilie Jouvet, en France, ou les films de Pink and White. Ce studio de San Francisco a produit Crash Pad, qui est devenu une web-série, et In Search of The Wild Kingdom, très rythmé, cru, chaud, où le sexe ne s’embarrasse pas de manières, et où les lesbiennes semblent s’affranchir de leur culpabilité face au hard.

Envie d'une véritable culture cul


Sandrine, elle, attend avec impatience l’ouverture «de backrooms lesbiennes avec diffusion de pornos en boucle». Son amie, Marie, sur la même longueur d’onde, a longtemps «envié» la véritable culture du cul développée par les gays: leurs pornos, leurs saunas, leurs backrooms. Elle est comblée depuis qu’elle a découvert «les films Erocktavision de Dana Dane, avec exactement les filles très féminines qui (l)’excitent». Dans la catégorie sado-masochisme lesbien, actrices très féminines et esthétique léchée, les films de Maria Beatty s'imposent comme des classiques du porno lesbien. Ses films les plus connus: The Black Glove, The Elegant Spanking, Ladies of The Nights sont des plongées dans l'intériorité de la réalisatrice avant d'être des expériences érotiques, où la musique et bien sûr, la photographie et le cadrage sont prédominants. La réalisatrice américaine construit depuis plus de 15 ans une oeuvre qui dépasse par sa cinématographie et sa recherche esthétique les codes rigides et répétitifs du porno comme genre. Ses derniers films de Skateboard Kink Freak, Post Apocalyptic Cow Girls (voir photo) et Strap On Motel sont plus crus, le sexe y est plus génital moins ritualisé, les bandes originales sont très rythmées, et les actrices toujours aussi excitantes.


La pornographie lesbienne encore balbutiante ne peut avoir que de beaux jours devant elle en France car, si l’on en croit Laura Merrit, sexologue berlinoise et directrice d’un service d’escort girls uniquement pour les femmes, «c’est très français de préférer l’érotisme à la pornographie, mais cela est peut- être lié au fait que la France est encore un pays patriarcal, et les filles sont radicales sur des sujets comme la prostitution et le sexe car elles ont peu de liberté pour les envisager comme elles le veulent. Aussi, la pornographie est le dernier bastion à conquérir pour les femmes et les lesbiennes», ajoute-t-elle. Beaucoup de salive et de cyprine à venir…

source

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le porno lesbien, une affaire de femmes

Message  Kashima le Dim 22 Fév 2009 - 20:29

Merci pour cet article. Un vieux débat, mais toujours d'actualité.
J'ai pu constater les réactions "négatives" des filles à Cineffable lors de la projection.
Je répondrai demain de façon plus approfondie...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le porno lesbien, une affaire de femmes

Message  Johnny le Dim 22 Fév 2009 - 21:24

Je me demande comment elles auraient accueilli Shôjo Sect (dont l'auteur est cependant un homme) si les OAV avaient été présentés au festival...

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le porno lesbien, une affaire de femmes

Message  Kashima le Mer 25 Fév 2009 - 14:26

Johnny a écrit:Beaucoup de lesbiennes ne sont pas excitées par les images de leur sexualité «nue», elles ont besoin d’un scénario ou d’une rêverie pour enrober leurs pulsions. Elles ne trouvent pas d’intérêt à voir sur écran ce qu’elles préfèrent vivre dans leur chambre à coucher.

Peut-on vivre de la pornographie? Ce qui est sur l'écran a sans doute peu à voir avec ce qui est vécu sinon, on risque d'être déçu...
Loin de m'abreuver de ce genre de film, qu'on a d'ailleurs peu l'occasion de voir, je pense que ce que je vois sur l'écran me happe, me "fascine", si je peux dire, comme je serais "fascinée" par un film d'horreur. J'aime le côté : ce n'est pas possible, pas réalisable, dans ces deux genres de films!

Johnny a écrit:Aux pornos, elle préfère ses «fantasmes» et autres «délires intellectuels» sur lesquels elle peut se laisser aller librement.

Ouais... Où pêche-t-elle ses fantasmes, et qu'appelle-t-elle fantasme, la fille qui témoigne? Son imagination s'abreuve forcément de quelque chose, cinématographique, littéraire, ou autre.

Johnny a écrit:«Je préfère un film érotique plutôt qu’un porno. Je suis plus attirée par ce qui est suggéré que par ce qui est présenté crûment», poursuit Za.

Le film érotique est connoté série B qu'on diffusait autrefois à 23h sur M6. Bof... Qu'est-ce qu'un film érotique digne de ce nom?

Johnny a écrit:elle préfère nettement «une scène bien filmée, avec des nanas bandantes

Le problème, c'est que les filles ne sont jamais "bandantes" : je n'en ai jamais vu une seule qui aurait pu me plaire, beurk, que ce soit dans le X hétéro ou lez. Elles sont particulièrement laides, même. Elle pourrait juste plaire dans un délire masochiste tellement elles sont anti-désirables.

Johnny a écrit:Sandrine, elle, attend avec impatience l’ouverture «de backrooms lesbiennes avec diffusion de pornos en boucle».

Je ne suis pas contre que cela existe, mais si c'est pour coucher avec n'importe qui, très peu pour moi (baaaaaaaah! Le smaladies!) Pour moi, le sexe pour le sexe, je ne crois pas que je peux, il me faut un minimum désirer la personne, et c'est rare...


Johnny a écrit:Aussi, la pornographie est le dernier bastion à conquérir pour les femmes et les lesbiennes», ajoute-t-elle.

Oui, comme la cigarette et toutes les choses nocives, réservées longtemps aux hommes. Vive le progrès... A quand la conquête du poil?


Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le porno lesbien, une affaire de femmes

Message  Johnny le Mer 25 Fév 2009 - 21:56

[quote="Kashima"]
Johnny a écrit:

Johnny a écrit:«Je préfère un film érotique plutôt qu’un porno. Je suis plus attirée par ce qui est suggéré que par ce qui est présenté crûment», poursuit Za.

Le film érotique est connoté série B qu'on diffusait autrefois à 23h sur M6. Bof... Qu'est-ce qu'un film érotique digne de ce nom?
Le seul film érotique que j'ai vu datait de 1976... Et j'avais pas le son sur mon ordinateur portable ! Un flop (c'était il y a trois ans, ça s'appelait "Les demoiselles du pensionnat") !

Kashima a écrit:[justify]
Johnny a écrit:elle préfère nettement «une scène bien filmée, avec des nanas bandantes

Le problème, c'est que les filles ne sont jamais "bandantes" : je n'en ai jamais vu une seule qui aurait pu me plaire, beurk, que ce soit dans le X hétéro ou lez. Elles sont particulièrement laides, même. Elle pourrait juste plaire dans un délire masochiste tellement elles sont anti-désirables.
Celles de Shôjo Sect, bien qu'animées, le sont (vu toutes les images que tu publies, je vois que tu es d'accord avec moi !) !


Kashima a écrit:[justify]
Johnny a écrit:Aussi, la pornographie est le dernier bastion à conquérir pour les femmes et les lesbiennes», ajoute-t-elle.

Oui, comme la cigarette et toutes les choses nocives, réservées longtemps aux hommes. Vive le progrès... A quand la conquête du poil?

Perso, je préfère les filles sans poils ! Et qui ne fument pas !

Johnny
Les Hérétiques

Nombre de messages : 1018
Age : 32
Localisation : Anglet
Date d'inscription : 05/10/2008

http://www.sharemangas.com/index.php?app=blog&module=display

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le porno lesbien, une affaire de femmes

Message  Kashima le Jeu 26 Fév 2009 - 10:12

Idem! pas de poils et pas de cigarettes! Smile

Je n'ai pas encore eu le temps de regarder le manga, je me le réserve... Hi hi...

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Strap on motel

Message  Kashima le Jeu 26 Fév 2009 - 10:39

«Strap On Motel» de Maria Beatty, hot et sensuel

Ou l'avènement d'un nouveau genre: le film porno romantique, signé Maria Beatty, reine des films SM et fétichistes lesbiens.


Une autoroute de L.A. sombre et moite. Les motels et les bars à filles se succèdent au fil des pas de London, jeune strip-teaseuse aux faux airs d’Angelina Jolie dans Foxfire (1996). La jolie brunette se remémore alors une folle nuit de sexe passée dans les bras de Dylan, blonde peroxydée et sauvage, dans un de ces motels routiers glauques. Les flash-backs torrides s’enchaînent, au rythme de chants religieux du Moyen-Age (il fallait oser), sans un mot des actrices, tout au plus des gémissements électrisants. Après The Black Glove et les lesbiennes fétichistes du sextoy, les adeptes du skateboard dans Skateboard Kink Freak et le bondage avec Silken Sleeves, Maria Beatty, reine incontestée des films SM et fétichistes, revient avec un film plus «soft», mais toujours aussi esthétique et maîtrisée.
Tout le talent de la réalisatrice (sans doute la plus grande réaliste américaine de pornos lesbiens) réside dans le fait de capturer l’alchimie et le désir palpable entre ses actrices charismatiques. Pas de mièvrerie entre filles, mais pas de brutalité non plus. Un film cohérent, adouci cette fois par une narration feutrée. Sensuel, animal, hypnotique…


(Tetu.com)

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le porno lesbien, une affaire de femmes

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:57


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum