L'art de l'empaillement

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Seriez-vous prêt(e) à faire empailler :

11% 11% 
[ 1 ]
11% 11% 
[ 1 ]
11% 11% 
[ 1 ]
22% 22% 
[ 2 ]
22% 22% 
[ 2 ]
22% 22% 
[ 2 ]
 
Total des votes : 9

Re: L'art de l'empaillement

Message  interseXion le Mer 11 Aoû 2010 - 14:57

oh!mauvaise MAJ...mais j'assume mon chauvinisme! :honteux:

interseXion
L'antichambre

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de l'empaillement

Message  Invité le Mer 11 Aoû 2010 - 17:40

J'avais lu "L'art de l'empalement" (MDR...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Petit dragon

Message  Kashima le Mer 11 Aoû 2010 - 21:28

Je te dirige donc vers un sujet sur Dracula!

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Randan : balade au milieu des ruines et des animaux empaillés

Message  Kashima le Ven 13 Aoû 2010 - 11:45

Adélaïde s'offre un château

La princesse Adélaïde, soeur du roi Louis-Philippe (monarchie de juillet, 1830-1848) reçoit de l'argent en héritage et décide de s'acheter un château : il sera à bonne distance de Paris, au cas où des troubles éclateraient et qu'elle serait contrainte de s'éloigner de la Cour. Ce château date du XVIème siècle et se trouve à Randan.
Ayant beaucoup souffert de l'exil en Angleterre, elle préfère avoir sous la main une demeure qui la protègera.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Adélaïde et son frère Louis-Philippe

Elle fait restaurer, améliorer le château par un grand architecte de l'époque, qui a travaillé à Versailles : Fontaine.

Le parc est immense : plus de 100 hectares qu’elle fait aménager en jardin anglais. On peut voir un beau cèdre du Liban, un imposant séquoia de 150 ans qui se dresse à côté de la chapelle néo-classique :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dans cette chapelle, Adélaïde est représentée dans la nef, sur un cénotaphe, entourée de ses deux frères. Qu’on ne s’attende pas à y trouver leur dépouille, le cénotaphe n’est ni un sarcophage, ni un mausolée : du grec κενοτάϕιον: kenos « vide » et taphos « tombe », c’est un monument élevé à la mémoire d’une personne.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les verrières, et non vitraux, représentent deux vertus : Spes et Fides, l’Espérance et la Foi, sans la Charité qui était incarnée en personne par la princesse Adélaïde.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une curiosité : un tableau est fixé au plafond, da,s son cadre, et c’est à partir de lui qu’on étaient faits les trompe-l’œil autour.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'incendie de 1925

Du château, que reste-t-il ? Une façade en ruine car le bâtiment fut ravagé en 1925 par un incendie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dans un article du journal La Montagne, daté du 28 juillet 1925, on pouvait lire :
« Et maintenant que le château de Randan n'est plus qu'un amas informe de ruines où achèvent de se consumer lentement toutes les merveilles qui y furent entassées, vestiges des temps passés et histoire de tout un peuple un problème délicat se pose: qu'adviendra-t-il de cette historique demeure ? Que vont en faire les propriétaires actuels que rien ne retient en ce lieu, qui n'y ont aucune attache familiale, aucun souvenir ? Entreprendront-ils la reconstruction de cette merveille, de ce joyau de l'art français ? C'est douteux et presque impossible. Laisseront-ils le château dans l'état actuel ? C'est assez improbable. Et alors, à quel usage sera destinée cette antique demeure ? »

Le château appartient alors à la veuve de Ferdinand d’Orléans, duc de Montpensier (dont je reparlerai plus loin à propos de la taxidermie), une Espagnole, Maria Isabel Gonzalez de Olaneta y Ibarreta, Marquise de Valdeterrazo. Ce que je voulais savoir, ce sont les causes de cet incendie ! La guide disait sans cesse : incendie accidentel, incendie accidentel, mais des accidents peuvent avoir plusieurs origines. L’hypothèse que veulent répandre les conservateurs est celle d’une lampe à pétrole qui aurait incendié le salon et aurait provoqué ce feu d’une semaine. Or, la Comtesse de Paris, héritière des lieux, avait fait installer l’électricité. J’ai glané des informations un peu partout. Il est dit que :

- Ce pouvait être un « accident de fumeuses », la veuve de Ferdinand faisant un séjour à Randan et fumant avec ses amies ;
- On dit aussi que la duchesse de Montpensier n’aimait pas cette demeure et qu’elle y aurait mis le feu (de cette hypothèse, aucun mot au domaine !)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Voilà ce qu’on trouve, qui résume les hypothèses que je viens d’énumérer :

« L’énigme est digne d’un roman d’Agatha Christie. S’agit-il d’un acte de malveillance, attribué à un domestique congédié ? La duchesse a rapporté aux enquêteurs qu’elle avait entendu des bruits de pas, une première fois, vers 22h00, dans la cour d’honneur, puis une seconde fois avant de se mettre au lit.
Une escroquerie à l’assurance ? Improbable : celle-ci était caduque depuis le décès du duc, faute de paiement des primes.
Un court-circuit ? Impossible car, même si le château était équipé d’un générateur d’électricité en cours de rénovation, les batteries étaient hors service depuis plusieurs années, faute d’entretien. L’éclairage était donc assuré par des lampes à pétrole, sans doute à l’origine du sinistre.
C’est la meilleure explication : il s’agirait d’un accident !
Mais pour les Randannais, tout accable la duchesse. Qu’elle ait commandité l’incendie (jamais prouvé) ou contribué au risque d’incendie en ne prenant pas soin du domaine, elle faisait un coupable idéal pour les gens de l’époque. Les journaux l’interpellent alors :
« Allons Mme la Duchesse de Montpensier, jetez un regard en arrière et dictez vos actes futurs en pensant au passé. Mme la Comtesse de Paris, dont tous les Randannais ont gardé le souvenir, n’avait-elle pas stipulé dans son testament, en laissant cette propriété princière à son fils, le duc de Montpensier, que ce château ne sorte pas de la famille d’Orléans ? Alors, Mme la duchesse de Montpensier, ne croyez-vous pas qu’il serait juste de respecter les volontés de cette morte ? »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Va pour la lampe à pétrole, mais le sujet est vite évincé quand on l’aborde au domaine. Aucune intention, de la part des rénovateurs, de laisser planer le mystère autour de cette belle ruine… Pourtant, quand on cherche des informations sur ce château, Google nous entraîne sur la piste de la maison hantée

« Ni le conservateur actuel, originaire de Randan, ni l’ancien gardien ne me rapportent d’histoires de fantômes sur Randan. Pourtant, certaines anecdotes nourrissent l’imagination. Une toile du peintre Alphonse Osbert, exposée au château avant l’incendie et conservée de nos jours en lieux sûrs, représente une figure féminine, entourée dans un halo surnaturel, et tenant le château entre ses mains. Commandée à la fin du 19ème siècle par la Comtesse de Paris, le tableau s’intitule "La muse de Randan pleurant le départ de la princesse". On connaît le goût de l’artiste pour ses personnages mythologiques et ses messages symboliques. Mais, faut-il y voir l’évocation d’un drame, souvent à l’origine d’une hantise ? »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La visite du domaine

La Comtesse de Paris ne voulait pas voir ce château sortir de la famille… Mais en 1999, les Duarte, famille aristocratique proche de la famille royale espagnole, décide de vendre aux enchères le domaine et les collections : on sort les meubles, les animaux empaillés dans les allées, et tout devait partir en morceaux : la vente s’élévait à 12 millions de francs. Heureusement, le Ministère de la Culture, la Mairie de Randan, la Région se sont mobilisés pour racheter tout cela et, désormais, le Château est passé dans le domaine public, ce qui permet des travaux de rénovation.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le château avant l'incendie

Pour l’instant, que peut-on visiter ?

On ne peut pas pénétrer dans l’enceinte du château, mais on peut voir sa belle silhouette abîmée derrière les grilles rouillées. La végétation a envahi les ruines, et il est pour l’instant impossible de l’ôter car le château risquerait de s’écrouler : ces mauvaises herbes sont aussi son soutien.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Cour d’honneur, devant le château, n’a plus en son centre le beau parterre fleuri : c’est un carré d’herbe. Les briquettes rouges et noires sont la matière de la demeure… On peut encore voir les niches, sur la façade, rappel de l’architecture antique, mais qui n’accueillaient pas de statues : elles étaient là pour donner de la profondeur à la façade et faire un jeu d’ombre et lumière.

La chapelle en pierre blanche est visitable (voir ci-dessus).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une terrasse-toit conduit du château à la chapelle : on ne peut y monter mais dessous se trouve un long corridor qu’on emprunte et qui conduit aux cuisines : énormes broches, rôtisserie ingénieuse dont les broches tournaient seules grâce à un système d’hélice, piano central qui ne répandait pas de fumée, four à pain, potager (où l’on fait cuire le potage), voilà ce qu’on peut voir.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le corridor

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les broches

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La rôtisserie

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le piano central

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le four à pain et le potager


L’orange était le symbole de la puissance d’une famille : il y avait énormément d’orangers dans le domaine royal, et, pour cela, un bâtiment appelé l’Orangerie permettait de faire pousser ces arbres : de l’extérieur, on voit le grand bâtiment où poussaient les arbustes, ainsi que deux grandes serres qui donnaient aussi des fraises pour Noël.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Ferdinand d'Orléans : le goût de la chasse et de la taxidermie
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dans les cuisines, au bout du corridor, deux immenses défenses d’éléphant accueillent le visiteur et l’invitent à connaître l’histoire de Ferdinand d’Orléans, descendant de Louis-Philippe, qui n’aura pas dépassé les 40 ans (1884 – 1924) parce qu’il était morphinomane. Passionné de chasse depuis ses cinq ans, âge où il aurait tué son premier sanglier, il a parcouru le monde et ramené plus de 400 animaux qu’il a fait empailler par le meilleur taxidermiste de l’époque, Rowland Ward.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Détail de la défense d'éléphant


Derrière des vitres entourées de bambous se jouent des scènes naturelles. C’est ce qu’on appelle des dioramas (système de présentation par mise en situation ou mise en scène d'un modèle d'exposition le faisant apparaître dans son environnement habituel).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dans cette vitrine, deux tapirs.


Les animaux sont répartis par continents : on peut voir des chats sauvages, des jaguars, des guépards, des gibons, des dodos, une vache des mers, des oiseaux de toutes sortes, des aigles, des vautours, un grand corbeau noir, des poissons, des serpents gigantesques, des couleuvres, des sangliers, des taureaux, des cerfs… Je n’énumérerai pas les 420 espèces représentées.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Diorama d'un aigle chassant un agneau (scène peu réaliste car la proie serait trop lourde, et ce type d'aigle mange surtout des animaux marins)

Le clou du spectacle est le tigre qu’on a isolé dans une pièce noire pour conserver ses couleurs. L’histoire veut que, dans la savane, Ferdinand se soit retrouvé face à face avec le félin en train de dévorer sa proie, et qu’il aurait tiré au moment où il allait lui bondir dessus.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les animaux n’étaient pas envoyés tels quels au taxidermiste : la peau était ôtée, traitée et envoyée par bateau à l’artiste (car c’est un travail d’artiste que j’ai vu : les impressions, les gestes, les mouvements ont été rendus à ces animaux tués à la chasse). Le plus bel animal, selon moi, est ce grand condor qui se dresse seul derrière une vitrine, avec sa crête qui rappelle un sexe féminin, sa collerette blanche se jamais viciée par le sang des repas de ce charognard… Sa poitrine est déplumée car la nature ne voulait pas qu’il soit toujours taché de sang. Majestueux oiseau noir qui trône derrière la vitre et qui regarde l’horizon (photos interdites, malheureusement).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J’ajouterai enfin que ces animaux ont tous pu être conservés (sauf un paon, je crois, dont les plumes avaient été dévorées par les insectes). Ils ont été restaurés, les vitrines traitées à l’anti-insectes afin qu’on puisse les admirer pour l’éternité… Je suis contre la chasse, mais je dois dire que la taxidermie est un honneur fait aux morts, une possibilité de vie figée, mais infinie.


Dernière édition par Kashima le Mar 30 Aoû 2016 - 8:04, édité 1 fois

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Photos Randan

Message  Kashima le Sam 14 Aoû 2010 - 10:13

Quelques photos en supplément, par un plus malin que moi : Ezéchiel.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] (Le Condor) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] (Dodos) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] (l'Albatros)

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de l'empaillement

Message  Invité le Sam 14 Aoû 2010 - 10:34

Très joli reportage! Merci!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de l'empaillement

Message  Kashima le Sam 14 Aoû 2010 - 10:56

Smile
C'était un moment passionnant.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de l'empaillement

Message  interseXion le Sam 14 Aoû 2010 - 11:03

C'est un petit filou cet Ezéchiel!
Comme le dit si bien Verbatim:"très joli reportage"!

interseXion
L'antichambre

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de l'empaillement

Message  Kashima le Sam 14 Aoû 2010 - 11:13

Il n'a peur de rien! Nous sommes des timorées, à côté.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de l'empaillement

Message  interseXion le Sam 14 Aoû 2010 - 11:35

Crânerie! spermato

interseXion
L'antichambre

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Taxidermies ratées

Message  Kashima le Dim 31 Juil 2011 - 14:36

Voilà ce que ça donne de ces pauvres bêtes, quand le taxidermiste n'est pas doué... C'est plus triste qu'autre chose, de les avoir immortalisées ainsi.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Animalement vôtre

Message  Kashima le Sam 15 Sep 2012 - 17:50

Voir l'exposition [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de l'empaillement

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum