Le Moine de Lewis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Moine de Lewis

Message  Kashima le Jeu 2 Oct 2008 - 10:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Un roman comme je les aime ! Depuis au moins quinze ans, ce livre attendait d'être lu. Déjà en première, j'avais été attirée par ce titre.

Roman gothique du XIXème siècle, tous les ingrédients sont réunis : des moines, des religieuses, des caveaux, des histoires d'amour, des rebondissements, des récits enchâssés, de l'humour – chose plutôt étonnante dans un roman noir.

Au début, Antonia et sa tante Léonella assistent à une messe durant laquelle a lieu le prêche d'un moine de trente ans extrêmement révéré. Elles font la connaissance de deux chevaliers, Don Lorenzo et Don Christoval qui apprennent qu'Antonia, âgée de quinze ans, et venue avec sa mère à Madrid pour demander au fils de son beau-père de lui attribuer une pension. Sa mère, jeune, s'était enfuie avec le fils du marquis et, à sa mort, elle s'est retrouvée sans ressource. A partir de cette histoire de départ, les personnages se multiplient et s'entrecroisent, avec comme pivot du roman le moine Ambrosio, être saint et pur qui peu à peu va sombrer dans la luxure…

Le style fait d'euphémisme est un régal. On devine à travers les lignes les pires atrocités qui sont commises. Par exemple, quand le moine décide de violer Antonia, ceci est écrit avec ces quelques mots :

"Sans faire attention aux pleurs, aux cris, aux prières, il se rendit peu à eu maître d'elle, et ne quitta sa proie que lorsqu'il eut consommé son forfait et le déshonneur d'Antonia. "

Il ne manque pas de fantômes, d'apparition. L'épisode de la « nonne sanglante » est un chef d'œuvre de gothisme ! Et les détails répugnants pour le lecteur ne sont pas absents non plus : Agnès, la sœur enceinte de Lorenzo, a été emprisonnée par l'abbesse du couvent et est condamnée à périr dans les caveaux petit à petit. Elle accouche dans les ténèbres des tombes, l'enfant meurt vite, mais elle persiste à vouloir le garder près d'elle jusqu'à sa fin :

« Quoique épuisée, défaillante, harassée, je tremblais de céder au sommeil ; car il était toujours interrompu par quelque affreux insecte qui venait ramper sur moi : tantôt je sentais le crapaud hideux, tout gonflé des vapeurs empoisonnées du cachot, qui traînait sur ma poitrine son ventre dégoûtant ; tantôt j'étais éveillée en sursaut par un froid lézard qui laissait une trace gluante sur ma figure, et s'embarrassait dans les tresses de es cheveux. (…) Souvent à mon réveil j'ai trouvé mes doigts entourés de longs vers engendrés dans la chair corrompue de mon enfant. »


Antonin Artaud a traduit ce livre, je n'en ai pas lu sa traduction. Mais c'est le seul roman qui ait trouvé grâce aux yeux des surréalistes.

Écrit par un jeune homme de vingt ans, c'est un classique rempli de poésie, de noirceur et d'amour.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Dominik Moll, Le Moine

Message  Kashima le Sam 3 Déc 2011 - 14:35

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Difficile d'adapter au cinéma un tel livre, enchevêtré de plusieurs histoires, à l'ambiance noire et au style foisonnant.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] s'y est risqué et s'en est bien sorti, en en faisant un film centré sur le personnage du moine, Ambrosio, parce qu'il ne pouvait pas développer tout ce qui se passait autour. Les descentes dans la crypte, par exemple, ne servent ici qu'à servir Ambrosio, elles ne servent pas à l'atmosphère.
Ah, pour en être moine, on n'en est pas moins homme : Ambrosio se laisse séduire par une incarnation de Satan, Valerio, novice tentateur et masqué :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Par cette brèche s'immisce en lui d'autres désirs, dont celui de la belle Antonia. C'est pourtant un homme qu'on révère, dont on admire la foi et la droiture. Mais, comme il nous est dit au début comme à la fin du film : Satan n'a de pouvoir que celui qu'on lui donne.

A la lecture, je voyais les lieux plus humides, plus sombres. Là, nous sommes dans la sierra espagnole, au milieu de nulle part, et on ne peut pas imaginer que le réalisateur n'ait pas été influencé par Jodorowski, vu la symbolique des rêves et les images :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'ambiance est plus lente, plus froide, encore gothique mais moins lourde. Le réalisateur mise plutôt sur la psychologie.

On n'est pas étonné que [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ait aussi réalisé des films étranges, mystérieux, comme Lemming ou Harry, un ami qui vous veut du bien...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum