L'Amour triste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Amour triste

Message  Kashima le Sam 15 Avr 2017 - 8:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Cela commence dans une maison de campagne : Julien est seul au jardin ; Hélène fait la sieste. Il s'interroge sur ses sentiments et ne sait plus si, après quelques années de mariage, il l'aime encore. Ils viennent d'avoir un deuxième enfant. Mais c'est l'ennui, déjà, l'usure.

"Satisfait, bêtement, il regardait un caillou par terre et se disait : “Qu'y a-t-il de commun entre cette femme et moi ?"

De son côté, Hélène se dit la même chose : elle ne supporte pas cette vie dont elle avait pourtant rêvé et qu'elle trouve banale.
Ils ne savent plus se parler, ruminent leur amour qui se transforme ou s'éteint.

"On s'engage, se dit-il avec mélancolie, sans savoir ce que l'on fait. Si l'on pouvait à l'avance mesurer le poids des paroles inutiles, faire le compte des heures perdues, des piétinements, de ces moments de sécheresse où l'être se consume terriblement à la recherche d'une source introuvable, jamais on ne partirait."

Le roman raconte l'incapacité à se retrouver. Même si j'ai bien aimé l'écriture au début, j'ai trouvé l'ensemble assez ennuyeux. C'est vrai qu'il s'agit de ressassement, mais on a du mal à s'attacher ou à s'identifier à ces deux jeunes bourgeois insatisfaits. Ils se trouvent même tentés, chacun de leur côté, par le jardinier et la femme de celui-ci (c'est dire, regarder des gens grossiers...!)

"On n'a pas le droit d'être fidèle pour rien, pour la seule gloire de la fidélité."

La troisième partie est aussi longue que la pluie dont elle porte le nom, et le happy end (si on peut l'appeler comme cela puisque Hélène tente de se suicider) ne va pas dans le sens du roman (Julien, tout à coup, revient et se rend compte qu'il l’aime...Bof.) On est entre le roman à la Pierre-Jean Jouve et le roman à l'eau de rose, c'est très étrange... Il y a un côté précieux qui contraste avec un certain vide. Je m'y suis un peu ennuyée, mais je ne peux pas dire que j'ai détesté non plus (j'avais envie, a priori, d'aimer ce livre!) Ce qui m'a sans doute gênée aussi, c'est le côté très conformiste de ce roman, trop hétéro et dans les normes pour réussir à être universel.


avatar
Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6381
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum