Maisons du Diable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maisons du Diable

Message  Kashima le Mar 29 Déc 2015 - 10:55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


On connaît [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], roman où le diable invoqué par les voisins s'empare de l'enfant de la femme enceinte. La Maison au bord du monde de William H. Hodgson commence en promettant une belle histoire effrayante : deux amis décident d'aller passer quelques semaine de vacances dans un endroit isolé, au milieu d'une vallée. Les habitants n'ont pas l'air très causants. Un jour, une rivière dont ils suivent la trace les mène au bord d'un gouffre étrange. Dans les ruines d'une maison, à côté, ils trouvent un manuscrit, et là commence véritablement l'histoire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Autant le dire tout de suite, la mise en abyme ne sert à rien : ne pas s'attendre à un retour spectaculaire sur l'histoire de ses deux amis (comme je l'ai fait, trouvant que le manuscrit durait bien longtemps). On lit le témoignage quasiment jusqu'au bout, et celui-ci est très intéressant, bizarre, mais pas au-delà de la moitié du livre : l'homme qui l'a écrit habite une vieille maison qui se trouve non loin d'un grand puits. Il vit avec sa soeur et son chien Pepper. Des phénomènes étranges se passent : il a des visions effrayantes (anneau de feu, paysages interstellaires...) et des créatures à face porcine tentent de l'attaquer et d'entrer dans la maison. Cette partie du livre fait espérer des révélations surprenantes. On a envie de savoir ce que le diable veut à cet homme, ce qui se cache sous sa maison dont une lourde trappe de chêne ouvre sur le vide... Et puis, le récit bascule : dans de (trop) longs chapitres, on a la description de l'accélération du temps. C'est interminable, ces soleils qui se lèvent et se couchent, et en un paragraphe (voire un seul chapitre, à la limite), on aurait compris. J'ai décroché, même quand le retour à la réalité s'est opéré car, malheureusement, on reste sur sa faim.

De plus, ce n'est pas très bien écrit (peut-être mal traduit?) : des répétitions, des expressions un peu lourdes comme celle-ci : "Je cessai d'être distrait pour devenir attentif".
La couverture, l'histoire, la caution lovecraftienne sur la quatrième de couverture présageaient un bon roman... Je suis déçue.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum