Les Bêtes (Gascar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Bêtes (Gascar)

Message  Kashima le Sam 6 Juin 2015 - 19:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


J'avais eu l'idée de lire Les Bêtes de Pierre Gascar quand FOG l'avait mentionné dans son livre [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, si ce n'est à un roman. Mais Les Bêtes est un recueil de textes sur les animaux: le premier, Les Chevaux, ne m'a pas beaucoup intéressée (univers très masculin, ambiance de guerre) et je l'ai lu en diagonale. J'ai poursuivi avec La Vie écarlate, le seul que j'ai lu correctement : un jeune garçon est embauché par le boucher du village. On assiste à la mise à mort de veaux, d'agneaux, de moutons, en plein coeur du village, dans un hangar. Contre son gré, le garçon devient donc apprenti-boucher. On apprend beaucoup d'horreurs sur les animaux de boucherie, comment on enferme un jour dans le noir un veau qu'on force à boire des litres d'eau avant de le tuer le lendemain, afin de fournir du "veau blanc", une viande tendre. La préparation du veau est d'ailleurs horrible : le garçon, qu'on force à récurer le dessous des pattes, se retrouve avec une tête dans une cuvette, tête du veau qu'il avait contre lui la veille.
La Vie écarlate m'a plu par la tournure qu'il prend à la fin : le boucher est contraint, par de nouvelles lois, à ne plus tuer ses bêtes chez lui. L'abattoir devient le lieu officiel. Il résiste, ne veut pas, trouve toutes les ruses jusqu'à ce qu'enfin, il parte une nuit en pleine nature. Alors que le mouton, le veau et l'agneau vont être sacrifiés avec leurs pattes accrochées aux arbres, le jeune garçon s'enfuit car les branches, dans le vent, crient la plainte de tous les animaux sacrifiés. Le récit se termine ainsi :

"Mon Dieu!, mon Dieu, faites qu'on ne tue plus jamais les moutons."

Les autres récits, je ne les ai pas lus, juste parcourus, même si je me suis attardée davantage sur Gaston qui raconte comment les rats ont envahi la ville. Mais c'est une espèce qui semble nouvelle et l'un d'entre eux a reçu le prénom de Gaston. Tout le monde est terrorisé par leur présence.
Je m'attendais peut-être à quelque chose de plus engagé. On était dans un récit assez objectif, même si l'on perçoit, au creux de phrases, ce que peut penser l'auteur.

Je ne suis pas parvenue à être happée par cette lecture qui parle pourtant des animaux. L'ennui me prenait très vite. Pierre Gascar a reçu le Goncourt pour ce livre, en 1953.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pierre Gascar reçoit le Goncourt, entouré de Béatrix Beck et d'Elsa Triolet



A propos des bêtes, Radioscopie de 1974 : Pierre Gascar y dit combien il s'intéresse à l’animal.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Il dit ne pas avoir écrit Les Bêtes à partir d'une histoire personnelle (c'est peut-être cela qui m'a gênée, un manque de sensibilité, une froideur...).
Un animal est plus qu'un compagnon.
"Devant un animal, nous avons le sentiment que qqch de commun existe entre lui et nous."

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum