Joyce Carol Oates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Joyce Carol Oates

Message  Kashima le Dim 30 Nov 2014 - 14:38

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Q.P. parle de lui à je ou à la 3e personne. Ses paroles sont saccadées, on voit bien que quelque chose ne tourne pas rond chez lui, et ce depuis l'enfance. Il a été condamné à de la prison avec sursis. Son père, universitaire, et sa mère semblent dépassés. Un jour, Quentin (c'est son prénom) a une illumination en assistant en cachette à l'un des cours de son père : et s'il créait pour lui même un zombie, un homme dont il aurait détruit le lobe qui permet d'avoir des émotions et de penser? Comme il le dit lui-même, que ce serait bon que quelqu'un vous appelle "maître" et qu'il soit possible de faire ce qu'on veut de lui...
Il suffira de kidnapper des drogués, des gens dont personne ne se soucie. Il commence par faire ses expériences dans sa baignoire, chez lui, sur trois personnes qui meurent plus ou moins vite. Il faut dire que glisser un pic à glace par la paupière pour couper les liaisons nerveuses ne peut pas se passer aussi bien qu'on le croirait... La façon froide avec laquelle il décrit ses opérations est assez effrayante, surtout quand il pense avoir réussi son expérience sur un homme un peu plus robuste que les autres, qu'il était en train de sodomiser pendant son agonie...

Fiché comme "délinquant sexuel", Q.P. peut pourtant agir assez librement, c'est ce qui est inquiétant : l'incompétence ou le laxisme autour de lui qui sait bien tromper son monde.
A la moitié du livre, il se met en tête de kidnapper "Ecureuil" dont il tombe amoureux, à sa façon de prédateur.
Je m'attendais, vu les détails de début de livre, à une montée de l'intensité, et j'ai été assez déçue sur ce plan-là. Le lecteur devient vite avide de plus de détails et, selon moi, il en manque... Un psychopathe de son espèce aurait donné dans davantage de concret. L'implicite, le non dit, semblent liés à un manque d'audace, peut-être?
Le style calque plutôt bien la folie du narrateur, et le texte est haché, comme sa pensée.

Le texte est agrémenté des croquis du psychopathe (mais encore une fois, pas assez à mon goût).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum