La Bâtarde a cinquante ans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Bâtarde a cinquante ans

Message  Kashima le Lun 20 Oct 2014 - 17:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Colloque des 17 et 18 octobre 2014 à Paris

Message  Kashima le Lun 20 Oct 2014 - 17:49

"La Bâtarde a cinquante ans", ainsi s'intitule le troisième colloque international sur Violette Leduc, organisé par Mireille Brioude, Anaïs Frantz et Alison Péron.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Voici quelques notes très succinctes et superficielles sur ces deux journées dédiées à Violette Leduc, journées passionnantes et riches, en attendant une publication possible et des comptes rendus détaillés du contenu de tous les exposés.

Journée du vendredi 17 octobre

Les trois organisatrices rendent un bel hommage à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] qui était, avec elles, à l'origine de ce colloque


Séance 1 : La recherche universitaire


* Clara Bonelli - "Violette Leduc et le corps universel"

Chez VL, il y a l'obsession du corps d'autrui, une perception physique et cela dépasse l’érotisme. Le toucher est important. Son écriture est corporelle et le corps du lecteur est convoqué. Le monde extérieur de VL est ramené à son corps.
C'est une écriture du choc.

(Clara Bonelli est étudiante à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)


* Kiev Renaud - "L'éblouissement de la beauté dans l'oeuvre de Violette Leduc : la perfection n'est pas de ce monde même quand nous la rencontrons"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

VL retranscrit la beauté de façon nouvelle. La nature est omniprésente dans ses descriptions. On peut se référer à Thérèse et Isabelle. Thérèse  aspire à une nature végétale. Les saisons passent, leur caractère est éphémère, cette métaphore est très utilisée dans l'oeuvre de VL.
Thérèse et Isabelle est le récit d'une perte. La peur du temps qui passe renforce le désir, la beauté est associée à la perte.
"Les vers de terre seront repus". Le nez d'Isabelle restera intact dans la tombe.
Thérèse est habitée par l'idée de l'absence (cf. VL et Simone de Beauvoir, L'Affamée écrit sur la manque et l'absence).
L'authenticité est dans la fragilité la beauté dans le mouvement :
"La distance est l'âme du beau.", Simone Weil
L'écriture est une réponse au passage inexorable du temps.

On peut parler d'un art de la vanité. De nombreuses références à la pourriture sont dans l'oeuvre de VL, par exemple quand elle décrit l'orgasme dans Thérèse et Isabelle.
VL refuse l'illusion du figé, de la photographie. Son obsession de la beauté est peut-être liée à la beauté de sa mère qu'elle voit disparaître.
C'est une écriture du contre-jour. Quand il y a éblouissement, on ne voit plus...
Sa propre laideur la pousse à observer les autres.


* Ghyslaine Charles Merrien - Violette Leduc et la peinture


"Je ne regarde pas un tableau, je le sens." Violette Leduc a aimé de nombreux peintres et était sensible aux arts, que ce soient la littérature, la musique ou la peinture, comme le montre le travail de Ghyslaine Charles Merrien.
Il est question de "La Blanchisseuse", du "Salon de la rue des Moulins" et des "Deux femmes valsant" de Toulouse-Lautrec.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Deux femmes valsant

VL n'est pas d'accord avec Jean Genet concernant ce qu'il a dit sur Giacometti.
Les visites chez Jacques Guérin donnent à VL l'occasion de voir des toiles, comme "Le lapin écorché" ou "Paysage de Céret" de Soutine.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lapin écorché

Elle a placé devant sa table de travail les autoportraits de Van Gogh et de Rembrandt. Van Gogh est la figure centrale pour VL (cf. Trésors à prendre).
ex : nature morte, sabots, souliers, mangeurs de pommes de terre. Les deux pieds gauches rappellent le thème de la bâtardise...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Souliers

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Autoportrait de Rembrandt

Dans La Bâtarde, VL écrit : "Raconter sa vie en se souvenant des couleurs."

Elle a écrit un article sur Séraphine de Senlis : il a été proposé pour Les temps modernes mais refusé par S. de Beauvoir qui le jugeait trop précieux. On peut le retrouver chez Françoise Cloarec et René de Ceccatty.

Le lien avec l'image est important dans l'oeuvre de VL. Le bleu est sa couleur préférée, elle détestait le rose, peut-être pour sa connotation féminine.
Les peintures sont intériorisées par VL, elle réagit avec les sensations, elle n'est pas dans l'analyse.

Ghyslaine Charles Merrien est l'auteur de Violette Leduc ou le corps morcelé. Elle est professeur et trésorière de l'Association des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].


* Mireille Brioude fait un état des lieux concernant VL. Elle rappelle qu'il y a eu deux autres colloques auparavant et que beaucoup de thèses se font à l'étranger (GB, Italie, Allemagne). On déplore le rejet de l'université concernant VL.


Séance 2 : L'héritage leducien chez les écrivains et artistes contemporains


* Une table ronde réunit trois écrivains autour de Catherine Florian, de la librairie Violette and Co : Cécile Vargaftig, Anne Garréta et Carole Achache.

Catherine Florian explique que la librairie porte le prénom de Violette Leduc et que Violette and Co est en écho à Shakespeare and Co, autre librairie indépendante à Paris ("librairie et de bibliothèque spécialisée dans la littérature anglophone".)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Catherine Florian, à gauche

Il est question de l'héritage leducien chez les écrivains.
La discussion est très intéressante. Quand Carole Achache prend la parole (elle est la fille de Monique Lange qui a été très importante dans la vie de VL et l'a connue), elle affirme que VL était laide, geignarde et collante (vision qui sera contrebalancée le lendemain par le témoignage de Jean-Claude Arrougé).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carole Achache

La modernité de VL, selon Anne Garréta, est qu'on part de zéro, mais que le zéro devient magnifique, selon l'expression de VL. Il n'y a pas d'héroïsme. On est dans l'infraordinaire (Alison Péron).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cécile Vargaftig et Anne Garréta


* Kesso Saulnier - Deux êtres qui s'aiment et qui s'déchirent : projet d'intertextualité polyphonique avec les livres de Violette Leduc

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Kesso Saulnier, à droite

Cette jeune artiste vient du Québec. Elle raconte comment elle s'imprègne ds mots de Violette Leduc pour ses propres créations artistiques. Elle explique, par exemple, qu'elle a vécu deux ans en portant des vêtements trouvés dans les poubelles et que cette démarche a pris encore plus de sens quand elle a lu La Femme au petit renard.
Son projet actuel est de réaliser ses propres textes grâce à ce qu'elle relève dans les pages de VL. Elle s'en inspire, écrit des passages en s’appuyant sur les sensations qu'ont provoqué en elle ces extraits.


* Violette Leduc au théâtre : Céline Arnaud, Philippe Guini et Catherine Decastel


VL est mise en scène par deux compagnies : le théâtre K, dont le metteur en scène, scénographe et comédien Philippe Guini est à la tête ; la Compagnie des Myosotis de Catherine Decastel.

Le théâtre K a créé en 2014 Ma mère, c'est mon père, d'après La Bâtarde et L'Affamée, et Céline Arnaud est seule sur scène à l'interpréter.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Céline Arnaud

L'affamée sera le premier volet d'un triptyque mis en scène par Catherine Castel. L'expérience aura lieu en deux temps :
- d'abord, une "performance explosive", du 21 au 25 octobre, au Théâtre Aire Falguière (5 jours où l'improvisation sera à l'honneur)
- puis la création en elle-même de la pièce du 13 janvier au 25 février 2015 au théâtre Clavel.
Ce triptyque propose "une trajectoire de l'amour impossible, un retour en arrière dans les amours de Violette Leduc."
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Catherine Decastel


Dernière édition par Kashima le Mar 21 Oct 2014 - 13:24, édité 1 fois

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Colllque - Journée du 18 octobre

Message  Kashima le Mar 21 Oct 2014 - 12:20

Après un hommage à Catherine Viollet par Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, la matinée est consacrée aux manuscrits et archives.

Séance 1 : Manuscrits et archives


* Présentation de la publication par Catherine Viollet d'un inédit de Violette Leduc, La Main dans le Sac - Mireille Brioude


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] est un texte qui aurait dû figurer dans Ravages. Il raconte un épisode érotique de la vie de Violette Leduc lorsqu'elle était jeune : son professeur, Melle Godfroy, lui demande d'aller chercher son sac à main dans la salle des professeurs. Une fois dans cette pièce, Violette plonge sa main à l'intérieur de ce sac interdit et nous livre ses sensations.
Le manuscrit de Ravages comporte 11 cahiers qui appartenaient à Jacques Guérin. Quand une partie du texte est barrée, les croix bleues sont de S. de Beauvoir, les noires de Violette Leduc.
VL a été victime de la censure avec Thérèse et Isabelle, qui aurait dû être au début de Ravages. Avec cette suppression, le roman est déséquilibré car centré sur la relation avec Marc. Après cette censure, VL ne s'est-elle pas autocensurée dans La Bâtarde? Dans le ton, le contenu? Une seule phrase dans La Bâtarde correspond à l'épisode de la main dans le sac. N'est-ce pas une "excision symbolique"?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

* Le cas René. Etude des manuscrits de La Chasse à l'amour - Anaïs Frantz et Alison Péron

René est l'amant de VL dans La Chasse à l'amour. C'est un jeune maçon. Le vocabulaire de la maçonnerie est très présent dans les livres de VL. Elle crée son amour pour S. de Beauvoir, elle façonne, réécrit "l'Evenement" (sa rencontre avec elle). VL construit ses amours littéraire comme un maçon.

René est l' "homme". Il est son dernier amant et VL en est fière. Elle insiste sur l'hétérosexualité de sa relation. Elle dit que c'est son premier orgasme, ce qui efface ce qui précède (relation avec Isabelle, Cécile/Hermine, Marc...)
Tout à coup, son discours est hétérocentré.
Dans Thérèse et Isabelle, il y avait un décentrement. L'amour et le désir existaient sans différence de sexe ou de genre, sans culpabilité (figure de l'allaitement, de la pieuvre...)
Sa relation avec René est-elle un aboutissement, une "normalité" pour VL? Il est souvent question dans ses textes du poids de l'autre, dans Thérèse et Isabelle, dans Ravages.

S. de Beauvoir a supprimé un tiers de La Chasse à l’amour. Quelle est la part de S; de Beauvoir? Elle oriente et sélectionne, VL était morte à la parution du livre en 1973.

La première apparition de René dans le livre est la mise en scène de la virilité. C'est le portrait d'un éphèbe. Il est un phallus évident. VL a recours à Cocteau et à Genet pour parler de l'homme. René est un "vrai homme". Le vélo est un objet qui met en valeur sa masculinité. Dans le manuscrit, il est écrit :
"De l'homme! de l'homme! de l'homme!" et "Virilité: Virilité!".
Il y a un écart entre Marc et René : Marc était beaucoup moins viril. Lors de son mariage avec lui, VL lui donnait un caractère plus féminin. Beaucoup d'expressions le rapprochaient des femmes. Marc appelait d'ailleurs Violette par des sobriquets masculins : "mon petit", par exemple.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Violette et René dans le film de Martin Provost

Avec René, VL s'amuse à être son contraire : une "femelle".
VL dit que sa virginité n'a été qu'entamée par ses amantes. C'est René qui fait de VL une femme, à plus de 40 ans. Il est un objet sexuel. Il est plus petit qu'elle.
VL est active dans la relation avec René. Son désir est intrusif. Elle a l'illusion d'aimer un homme comme un homme (cf. son amour pour les homosexuels : Genet, Guérin, Sachs...).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dessin érotique de Cocteau

Dans les manuscrits se trouvent deux odes au pénis que S. de Beauvoir a supprimées. VL fait l'usage baroque de la métaphore. Son Ode aux 500 verges rappelle Apollinaire. Ces inédits pornographiques de La Chasse à l'amour sont inédits, ils ont une tonalité blasphématoire. Mais VL y met aussi beaucoup de distance et d'humour. A un moment, elle raconte que son voile de marié est du sperme et qu'elle a avalé son voile.
Elle utilise des expressions féminines pour décrire le sexe de René, mais elles ont été supprimées à la publication.
VL est à la recherche d'images inédites pour le sexe de l'homme.


* La correspondance entre Nathalie Sarraute et Violette Leduc - Olivier Wagner (BNF, aux archives Nathalie Sarraute)


C'est une "amitié particulière" qui unit les deux femmes. On a seize lettres de VL, qui se situent entre 1946 et 1953.
Cette relation a duré cinq années, jusqu'à la rupture (même si on pense qu'après la parution de La Bâtarde en 1964, les deux femmes se soient reparlé.)

a) Solidarité


Les débuts de carrière sont difficiles pour NS et VL. Elles rencontrent des problèmes d'éditeur et leurs livres se vendent peu. NS a connu une traversée du désert. Les déceptions littéraires leur sont communes.
Elles partagent aussi leurs impressions sur l'art (Rilke, Van Gogh, Th. d'Avila...)

b) Confidence


VL confie la violence de ses émotions amoureuses. On ne sait pas le contenu des réponses de NS : elle n'aimait pas écrire des lettres, elle préférait la conversation).
VL dit aussi sa jalousie.

c) Admiration/ambiguïté


VL ne veut pas choisir entre NS et S. de Beauvoir, entre "une aveugle" et "une statue". Elle éprouve aussi une fascination physique.
"Plus les êtres sont désincarnés, plus ils m'excitent" est-il écrit dans un feuillet envoyé à NS.

Il est très difficile d'être ami avec VL.
Les notes dans les carnets de Nathalie Sarraute ne sont pas divulguables au public avant... 2037! Elles nous renseigneraient pourtant beaucoup sur la relation entre NS et VL.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Séance 2 : Autour de Violette aujourd'hui, Jean-Claude Arrougé se souvient...


Jean-Claude Arrougé nous confie comment il a rencontré VL et est devenu son ami. A la parution de La Bâtarde, il n'entendait parler que d'elle, ce qui a provoqué sur lui l'effet inverse : il n'avait pas envie de la lire.
Puis un jour, il s'est lancé et quand il a lu VL, il s'est dit qu'il lui fallait absolument rencontrer cette femme!
Il nous explique combien elle était attachante, va à l'encontre de l'idée qu'elle aurait été centrée sur elle-même. Au contraire, elle écoutait beaucoup l'autre, elle était attentive à de nombreux détails. il nous raconte qu'un jour, alors qu'il avait vu dans une soirée S. de Beauvoir, VL l'a interrogé pour tout savoir en détail : comment était-elle habillée? Quelle couleur, etc, etc?
Il nous rappelle que VL n'a pas remporté le Goncourt à cause de Dorgelès qui avait dit que ce n'était pas un livre qu'on pourrait mettre sur les cheminées des familles, ce à quoi VL avait répondu :
« Je n’écris pas pour les cheminées, ni au fond pour les familles qui ont de belles cheminées. » (« Radioscopie » de France Inter, 1970)
Ce témoignage a été passionnant et on en veut encore!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Séance 3 : Projection du documentaire Violette Leduc, la Chasse à l'amour d'Esther Hoffenberg


Il est rappelé avant la projection le succès de ce film projeté dans le monde entier, dans des festivals, souvent gays et lesbiens d'ailleurs.
Une citation relevée dans le film :
"Je n'ai pas besoin de médecin, j'ai besoin d'un revolver. J'abattrai mes ennemis."


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bâtarde a cinquante ans

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:10


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum