Les femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les femmes

Message  Kashima le Sam 25 Jan 2014 - 18:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En 1969, Jean Aurel réalise le film Les Femmes.
Jérôme Hervé est un écrivain en mal d'inspiration. Il n'a rien livré à son éditeur depuis longtemps et ce dernier veut trouver une solution : il embauchera pour lui une secrétaire qui sera là pour l'aider et le dédouaner des sentiments amoureux. Elle lui redonnera confiance, lui qui n'en peut plus des femmes. Il a promis le mariage à Marianne et à Hélène...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"La dite secrétaire s’engage à être une collaboratrice de tous les instants, et cela nuit et jour et sans que cette collaboration soit limitée au plan professionnel. Elle accepte d’accorder à Jérôme Hervé dès qu’il le demandera tout ce qu’une femme peut accorder à un homme." Tout ce qu’une femme peut accorder à un homme? Mais qu’est-ce que ça veut dire? J’ai très bien compris ce que ça veut dire. Ça veut dire que vous me prenez pour une putain! C’est ignoble, c’est insensé. Il faudrait que j’appartienne comme une esclave à un homme que je n’ai jamais vu. Je ne suis pas ce genre de filles.

- Alors, Mademoiselle, vous refusez!

- Non : j’accepte!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Clara, la secrétaire embauchée incarnée par Brigitte Bardot, se contredit à chaque fois qu'elle ouvre la bouche : elle semble légère et difficile à cerner. Elle est moqueuse et ne semble pas du tout séduite par son "patron" :

“J’ai toujours rêvé de voir de près un homme qui n’a jamais aimé.”

Extrait : "Vous me fascinez, Clara."
DivShare File - Les_Femmes_1969_-_vous_me_fascinez_Clara.avi

Jérôme lui dit d'ailleurs :

“J’avais besoin de me trouver devant une femme dont je ne sois pas captif : ça me change.”

L'écrivain et Clara partent à Rome. Dans le train qui les y mènent, il commence à lui dicter ses différentes histoires d'amour : la première femme aimée, Anne, avec qui il filait l'amour parfait mais qu'il n'a pas réussi à épouser, disant non le jour du mariage. Il préfère le plaisir au bonheur.

“En amour, il n’y a que les commencements qui sont délicieux. C’est pourquoi il faut recommencer souvent.”
Pour l'oublier, il a rencontré des dizaines de femmes jusqu'à ne vouloir ne plus s’intéresser qu'à un corps :

"Est-ce que mon désir serait supérieur à mon ennui? J’invitais donc le corps à déjeuner."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'est Marianne. Contre toute attente, il tombe éperdument amoureux d'elle. Ils gardent une certaine pudeur, ne s'avouent pas leur bonheur. Ils partent le temps d'un week-end et restent ensemble le temps d'un été, jusqu'à ce qu'elle lui propose de rester avec lui pour toujours. Il se doit de dire non, pourtant il l'aime follement. Elle repart pour la Suède.

Pas décidé à aimer de nouveau, il croise sur sa route Hélène, une sportive, championne de parachute, très active :

"Elle ne voulait pas plaire, elle voulait vaincre."

Il se met en tête de vaincre cette victorieuse, puis se prend si bien au jeu qu'il en tombe amoureux et lui propose à elle aussi de l'épouser. Le voilà pris dans deux promesses de mariage...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Après [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] qui s'interrogeait déjà sur la fidélité, les relations avec les femmes, la jalousie, ce film est très intéressant et plaisant. A part la ridicule course-poursuite dans le train, on y retrouve l'obsession du réalisateur et son amour des femmes.

Kashima
Alchimiste

Nombre de messages : 6270
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum